La course à l’IA chez Google ressemble "exactement à ce qui s’est passé avec Google+" selon un ex-employé

Corentin Béchade
Publié le 24 mai 2024 à 07h53
Les réponses boostées à l’IA de Google sont-elles une erreur ? Un ex-employé le pense © Google
Les réponses boostées à l’IA de Google sont-elles une erreur ? Un ex-employé le pense © Google

Le déploiement de l’IA chez Google serait-il précipité et mal pensé ? C’est en tout cas qu’affirme un ex-employé de l’entreprise, qui va même jusqu’à comparer Gemini à Google+.

Les plus jeunes d’entre vous ne se souviennent peut-être pas de Google+. Lancée en 2011 et voulue comme un réseau social concurrent à Facebook, la plateforme de Google a connu un échec retentissant et a fini par fermer définitivement ses portes en avril 2019, après moult polémiques. Autant dire que quand un ex-employé de chez Google compare le lancement de Gemini, Astra et consort au plus gros échec de l’entreprise, cela ne donne pas terriblement confiance.

Google a peur de se faire dépasser

Dans un message posté sur LinkedIn, Scott Jenson, ancien ingénieur chez Google, explique en effet que « les récents projets d’IA » de l’entreprise « sont peu justifiés et simplement motivés par l’idée que, tant qu’il y a de l’intelligence artificielle dans un produit, c’est forcément génial. » Selon l’ex-spécialiste de l’expérience utilisateur sur Android, cette obsession de Google répond plus à la « panique d’être dépassé » qu’à un vrai besoin exprimé par ses utilisateurs et utilisatrices.

L’idée qu’un super assistant virtuel puisse enfermer des internautes dans un écosystème est « de la vraie came » pour Google, détaille Jenson, qui ajoute que l’entreprise « ne peut pas se permettre de laisser quelqu’un d’autre prendre les devants sur ce sujet ». Le parallèle semble alors se tracer tout seul, puisque « l’exacte même chose s’est passée il y a 13 ans avec Google+ » qui était « une réponse similaire, mais envers Facebook » à l’époque.

Apple et les autres dans le même sac

Comme le précise bien l’ex-employé, son commentaire vaut aussi pour Apple qui, selon lui, « tente également de construire ce verrou avec Siri » qui devrait bientôt allier ses forces avec ChatGPT. « Mon observation s’inscrit plus dans une frustration générale de l’approche que l’industrie a envers l’IA », ajoute Jenson, sans doute conscient du caractère explosif de ses déclarations.

Les premiers retours sur l’IA de Google ne sont en effet pas très flatteurs. Il y a quelques mois, Gemini semblaient présenter quelques soucis d’exactitudes historiques et depuis, de nombreux internautes s’amusent à souligner les loupés de Google sur le sujet. Tout récemment, le moteur de recherche conseillait par exemple de « rajouter de la colle » à sa pâte à pizza pour la rendre plus visqueuse. Avec le déploiement à grande échelle des « AI Overviews », ces résultats Google boostés à l’intelligence artificielle, nul doute que ce genre de ratés risque de se multiplier. Au point de faire de cette initiative un Google+ bis ? Seul l’avenir le dira.

  • Un modèle de génération puissant
  • Une base de connaissances actualisée en temps réel
  • Gratuit et intégré à l'écosystème Google

Google Gemini est un chatbot IA intrinsèquement connecté au web dans lequel il puise la majorité de ses connaissances. Le service possède comme principal avantage d'être totalement gratuit et d'offrir de la reconnaissance d'image. L'intégration progressive à l'écosystème de Google devrait en faire un chatbot des plus capables pour tout une variété de tâches.

Source : LinkedIn via The Decoder

Par Corentin Béchade

Journaliste depuis quasiment 10 ans, j’ai écumé le secteur de la tech et du numérique depuis mes tout premiers chapôs. Bidouilleur (beaucoup), libriste (un peu), j’ai développé une spécialisation sur les thèmes de l’écologie et du numérique ainsi que sur la protection de la vie privée. Le week-end je torture des Raspberry Pi à grands coups de commandes 'sudo' pour me détendre.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (8)
hellcat1944

L’IA est une bulle qui ne demande qu’à éclater.

g-m1n1

Il y a effectivement pas mal de sociétés qui vont se casser le gueule.

Nvidia et Microsoft sont des valeurs bien positionnées dans l’IA, les autres j’ai plus de doutes.

ovancantfort

Ca va bientôt redescendre…

max6

Ce peut être la raison qui les pousse à en mettre partout et à en fourguer le plus possible avant éclatement.
On a déjà vu ça avec beaucoup d’autres produits vendu comme « révolutionnaires » et « indispensable à l’humain du siècle »

FrosT74

C’est déjà massivement utilisé
Dans mon boulot l’IA générative est déjà utilisée quotidiennement…
Et Google est effectivement assez en retard

MisterDams

C’est un milieu naissant, comme toujours il y a une floppée de nouveaux qui trouvent des investisseurs et qui veulent s’intégrer sur le marché le plus vite possible.

Il n’y aura clairement pas que des vainqueurs, mais ça a marché pour Xiaomi sur le smartphone/wearable, avec Tesla dans l’automobile… Je vois en tout cas bien OpenAI subsister, ils ont leur image de pionniers, ils ont l’air assez réactifs sur l’innovation et ont les bons partenaires pour avancer.

Par contre, je ne crois absolument que ce soit un effet de mode. Les outils AI s’installent à une vitesse hallucinante dans tous les univers, du professionnel au loisir.
J’ai l’impression que ça se déploie même encore plus vite qu’internet ou les réseaux sociaux, la première version de chatGPT et son effet « waouh » c’était il y a même pas 2 ans, maintenant c’est déjà intégré à Windows, Office, Canva, Android…

Je suis persuadé que ça va rapidement devenir un outil du quotidien assez banal, qu’on utilise sans trop s’en rendre compte (comme internet aujourd’hui).

adnstep

Oui, ça se déploie dans les entreprises, comme le BI s’est déployé il y a 10-15 ans. On en est toujours au même point depuis les années 90 : exploiter les gisement de données non structurées de l’entreprise.

Rainforce

Bah, si c’est une bulle intelligente encore … :smile: