Telegram préserve votre vie privée ? Faux, la police peut obtenir votre numéro de téléphone et votre IP

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 19 septembre 2023 à 09h10
© wichayada suwanachun / Shutterstock
© wichayada suwanachun / Shutterstock

La police néerlandaise peut exiger des données d'utilisateurs de Telegram en cas de menace imminente, remettant ainsi en cause le côté imperméable de la célèbre messagerie électronique.

Après la polémique (finalement vite éteinte) sur les VPN en France surgit celle de Telegram du côté des Pays-Bas. Parce que la fin justifie les moyens, et dans le cadre de la lutte contre les menaces à la sécurité publique, la police néerlandaise peut désormais demander des informations telles que les adresses IP et les numéros de téléphone des utilisateurs du service de messagerie Telegram.

L'information a été relayée par la radio batave BNR, qui a pu consulter des documents obtenus grâce au dispositif local d'accès des citoyens aux informations gouvernementales (Open Government Act). Cette nouvelle capacité des autorités soulève des questions sur la protection réelle de la vie privée des utilisateurs.

Telegram revient sur ses fondamentaux

Contrairement à ce qu'annonce Telegram dans sa politique de confidentialité, la plateforme de messagerie instantanée peut partager ses données avec les autorités néerlandaises si une menace immédiate pour la vie d'une personne est identifiée, sans nécessiter de décision de justice. Jusqu'à présent, Telegram affirmait qu'elle ne partagerait de telles informations que si une décision judiciaire déclarait un utilisateur comme étant suspecté de terrorisme, une situation qui ne s'est pas encore produite.

La révélation intervient après que Telegram a été impliquée dans une controverse similaire en Allemagne l'année dernière, où l'entreprise a partagé des données d'utilisateurs avec la police allemande, notamment dans des cas de maltraitance infantile et de terrorisme. Les équipes de l'application avaient alors sollicité l'avis des utilisateurs allemands sur les circonstances dans lesquelles elles devraient coopérer avec les autorités.

La police néerlandaise a désormais la possibilité d'effectuer ce que l'on appelle des « demandes de divulgation urgentes » aux utilisateurs de Telegram en cas de menace imminente pour la vie. Une option qui n'était pas clairement mentionnée sur le site web de la plateforme de messagerie.

© Dima Solomin / Unsplash
© Dima Solomin / Unsplash

La crainte de dérives

Le flou quant à la fréquence à laquelle il est possible que de telles demandes émanent de la police demeure. La porte-parole de la police néerlandaise, Luna van Heerwaarden, a déclaré que « nous ne suivons tout simplement pas cela », en soulignant la quantité de données collectées quotidiennement par les forces de l'ordre. L'année dernière, la police allemande a effectué des demandes similaires dans 230 cas.

Telegram a accueilli cette demande à 60 reprises, et la messagerie a fini par transférer les données en sa possession dans 25 de ces cas. Il s'agissait principalement d'utilisateurs suspectés de maltraitance infantile ou de terrorisme.

Cette révélation met en tout cas en lumière les enjeux croissants de la protection de la vie privée dans un environnement numérique de plus en plus surveillé, où les applications de messagerie sont devenues un terrain de jeu pour les autorités et les entreprises en quête de données sensibles. Et surtout, la crainte de dérive pour des opérations mineures ou futiles ne devrait être que plus forte, à l'heure où les médias sociaux sont de plus en plus régulés.

  • Fonctions sociales
  • Nombreuses options de personnalisation
  • Les appels vidéo à 30 intervenants

Telegram fait bonne figure au rang des applications de messagerie instantanée. Sa disponibilité sur un grand nombre de plateformes, le chiffrement des données échangées ainsi que ses fonctionnalités de discussion de groupe font d'elle une application qui se démarque des autres.

Sources : BNR, Security.nl

Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (6)
Freya

À partir du moment où des données personnelles sont requises pour l’utilisation d’une messagerie, il n’y a aucune garantie de respect de la vie privée. Bien que j’encourage à utiliser Signal (au vu de son fort chiffrement), elle n’est pas exempt d’un tel défaut. L’avantage de Signal est que l’application est exploitée par une association (du même nom), ce n’est pas une entité commerciale et peut-être que les demandes d’accès aux données diffèrent, je dis « peut-être ».

Le mieux serait une messagerie qui ne nécessite pas de communiquer son numéro de téléphone, c’est Wire qui me vient à l’esprit, parmi d’autres je suppose. Il existe aussi une appli de messagerie chiffrée made in France qui ne nécessite pas un numéro, les échanges de messages se font exclusivement après avoir échangé un ID entre 2 interlocuteurs, me rappelle plus de son nom ni ce qu’elle vaut.

J’utilise Telegram exclusivement pour des échanges de groupes dans des canaux officiels dédiés aux cryptomonnaies, rien d’autres, jamais eu confiance en cette messagerie.

peper_1_1

Il y a Olvid !
Tres sécurisée (et très méconnue).

Caramel34

Si c’est dans le cadre d’une enquête où est le problème ?

Orko

…sans nécessiter de décision de justice.

Donc cela sera une décision politique…

Ccts

En même temps la police a autre chose à faire que de demander des données toute la journée sur des gens dont tout le monde se f… heureusement qu’ils peuvent avoir accès aux données pour des enquêtes. Que des multinationales aient accès à mes données gratuitement et me spamment ça me saoule. Mais que la police y ait accès pour des enquêtes c’est pour moi très important.

Lana

Il y a les applis comme Skred, et Olvid, où l’on a besoin de ne rien renseigner pour les utiliser.
Conversation qui reste en locale en peer to peer.

Telegram ne m’a jamais inspiré confiance, au même titre que whatsapp qui se vante de beaucoup de choses, mais vu la société derrière, hein !