Pourquoi la généralisation des véhicules autonomes pourrait faire bondir les émissions de CO2 ?

18 janvier 2023 à 08h00
8
Volvo autonome © © Volvo Cars
© Volvo Cars

L'impact carbone d'un véhicule ne se limite pas à sa consommation de carburant. En effet, dès que l'on prend en considération toutes les étapes de sa fabrication, de son entretien et de celui des infrastructures qui l'accompagnent, la facture pour notre environnement devient plus salée.

Cette observation est davantage mise en avant avec la démocratisation progressive des véhicules électriques, dont la fabrication a un bilan carbone plus important que celui d'un véhicule thermique. Mais les récentes innovations apportées à nos véhicules ne se limitent pas à cette nouvelle motorisation, et des chercheurs du MIT ont décidé de s'intéresser à la consommation de l'ordinateur embarqué dans les véhicules autonomes.

Une consommation d’énergie colossale…

Rendre un véhicule capable de se déplacer seul et sans risque, c'est la promesse que de nombreuses entreprises ont faite ces dernières années. Si la technologie est encore relativement jeune, de nombreux projets émergent, avec pour objectif d'être déployés rapidement. Si les législations suivent, ce sont des millions d'appareils, dès demain, qui devraient circuler en toute autonomie. Mais qu'il s'agisse d'un tracteur piloté par un système NVIDIA, d'un mini-véhicule pour livrer des repas ou d'un bus pour transporter des voyageurs sur le tarmac d'un aéroport, ils ont tous un point commun : un système informatique puissant à leur bord.

Un véhicule autonome est équipé d'un ordinateur qui fait fonctionner, pour simplifier, une IA qui traite les données provenant d'une foule de capteurs et qui en tire des déductions en fonction du contexte. Selon Soumya Sudhakar, étudiante diplômée du MIT, un tel système, en une heure de fonctionnement, effectue des millions de ces déductions.

Si le milliard de voitures dans le monde étaient autonomes, leur volume de calcul serait équivalent à l'énergie consommée par tous les datacenters de la planète. La chercheuse précise que son étude ne peut pas se fonder sur un scénario fiable, tant il est difficile de prévoir les usages quotidiens de ces véhicules et tant la technologie évolue. Néanmoins, elle a été surprise par le volume de calcul des systèmes déjà existants, et si le résultat n'est pas exhaustif, il donne un ordre de grandeur de la consommation énergétique d'une telle flotte.

… mais des solutions envisageables

Un collègue de Sudhakar explique que ces véhicules ont « une vue à 360 degrés du monde : alors que nous avons deux yeux, ils peuvent en avoir 20, regardant partout et essayant de comprendre tout ce qu'il se passe simultanément ». S'il est essentiel que ces systèmes soient aussi puissants, les chercheurs appellent également à ce qu'ils deviennent moins énergivores. Selon eux, un véhicule autonome ne devrait pas consommer plus de 1,2 kW d'énergie pour le calcul, loin de la réalité actuelle.

L'une des solutions proposées serait d'utiliser des équipements plus spécialisés, conçus pour effectuer des tâches très spécifiques et ayant donc une consommation plus faible. Toutefois, l'auteur souligne que « les voitures ont généralement une durée de vie de 10 à 20 ans, si bien que l'un des défis du développement de matériels spécialisés serait de les adapter aux futurs algorithmes ». Ces derniers, pour leur part, devraient être plus efficaces pour nécessiter moins de puissance de calcul, mais sans sacrifier leur fiabilité.

Sudhakar conclut : « Nous espérons que les gens considéreront les émissions et l'efficacité carbone comme des paramètres importants à prendre en compte dans leurs conceptions. La consommation d'énergie d'un véhicule autonome est vraiment déterminante, non seulement pour prolonger la durée de vie de la batterie, mais aussi pour la soutenabilité écologique. » Elle et ses collègues veulent pousser plus loin leurs études. Ils veulent notamment prendre en compte les émissions produites lors de la fabrication des véhicules, et en particulier de leurs capteurs, qui devraient voir leur production exploser dans les prochaines décennies.

Source : ScienceDaily

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
9
fredolabecane
Encore une fois l’homme va faire payer a la terre sa pure flemme de ne pas conduire. Pathétique.
ld9474
Pourquoi toujours penser en terme de véhicule individuel?<br /> D’une ces véhicules autonomes pourraient être collectifs, pas forcément avec 50 places, 10 pourraient suffire. Vous avez besoin d’un véhicule? Vous prenez une app et le véhicule adapte sa course pour venir vous chercher. Un taxi collectif en quelques sorte. Je pense qu’il faut sortir de cette vision où on a tous notre voiture. En ville, ca ne sert quasiment plus qu’à partir en vacances, le reste pourrait se faire différemment, à la campagne le problème est plus délicat mais ca peut être jouable.
Neophus975
Des solutions moins polluantes, il y en a depuis longtemps, mais ça ne sert pas les intérêts, donc pas intéressant, c’est tout.
qotzo
fais gaffe, tu vas finir par t’agenouiller et prier la terre.
Kratof_Muller
Je suis mort de rire…<br /> On passe de thermique à électrique avec une efficience de 90% entre la betterie et le moteur, pour une puissance moyenne de 20kilosWatts, et l informatique à titre d exemple utilisant des Jetson Nvidia consommera moins de 200w{ en réalité un Jetson nx ne consomme que 50w max} , soit 1%…<br /> Si tu veux une voiture électrique, madame du MIT{ que j ai peur), tu nous sors une voiture électrique qui fonctionne sans électricité…<br /> Et puis des humains qui ne respirent pas ça serait bien aussi.
Palou
Neophus975:<br /> Des solutions moins polluantes, il y en a depuis longtemps, mais ça ne sert pas les intérêts, donc pas intéressant, c’est tout.<br /> Les soldes en ce moment, promo sur Adidas, Nike, Reebok, etc…
Than
Dans les grandes villes, il n’est pas rare de ne plus avoir le permis, ou de l’avoir très très tard (30, 35, 40 ans, plus ?). Parce que ça n’a aucun intérêt, c’est juste un poste de dépense.<br /> Là où « en province », si t’as pas ta voiture à 18/20 ans, tu es bloqué.
MisterDams
C’est clairement l’enjeu de la voiture autonome, des flottes partagées, notamment pour éviter la production des millions de voiture qui ne circulent pas régulièrement.<br /> D’ailleurs les constructeurs adaptent leur offre en ce sens, Lynk&amp;co permet de mettre sa voiture en location courte durée, Tesla espère toujours faire des robots taxi et Renault a lancé sa filiale Mobilize dans ce même but. Pas fous, ils compenseront la baisse de volume en facturant eux-mêmes le service avec des véhicules qui feront énormément de kilomètres !<br /> Il faudrait modéliser les capacités de partage, mais nul doute que même en faisant des trajets individuels, on peut diminuer nettement le nombre de véhicules produits.<br /> D’autant que si c’est ultra facile de pouvoir trouver une voiture n’importe où et n’importe quand, la combinaison avec les transports en commun deviendra plus intéressante.<br /> Les prix actuels sont bien trop prohibitifs pour se dire qu’on va louer une voiture jusqu’à une gare, la stationner 7j (en payant généralement), prendre le train puis louer une voiture sur place. Demain, on fera ça avec des voitures autonomes des deux cotés…<br /> Certains le font déjà avec Uber, mais ça reste plus contraignant et plus coûteux.
Blackalf
Than:<br /> Dans les grandes villes, il n’est pas rare de ne plus avoir le permis, ou de l’avoir très très tard (30, 35, 40 ans, plus ?). Parce que ça n’a aucun intérêt, c’est juste un poste de dépense.<br /> Là où « en province », si t’as pas ta voiture à 18/20 ans, tu es bloqué.<br /> On retrouve très souvent ces exemples extrêmes de « ville » et « campagne », mais comme d’habitude il y a beaucoup de nuances entres les deux.<br /> Personnellement, je vis tout près d’une ville de plus de 200.000 habitants avec un réseau de bus et trams, mais je ne vois pas comment je pourrais me passer de voiture. ^^<br /> C’est pourquoi je pense que tous ceux qui parlent de vélo et/ou de transports en commun sont en fait des cas particuliers qui ne sont et ne seront jamais applicables à la majorité.
ld9474
Je pense que c’est plus une question de confort qu’autre chose. Je vais juste donner un exemple tiré de mon expérience: Au début des années 80, mes grands parents habitaient dans une banlieue proche d’une grande ville. Pas de permis, pas de voiture. Par contre un réseau de transport bien developpé (pas en France :)) avec des bus toutes les 5 à 10 minutes max, au centre des trams maximum toutes les 5 minutes etc… Le transport en commun était privilégié par rapport au transport individuel. Tout se faisait en transport ! Il y avait juste une autre relation au temps. Je ne parle pas aussi des commerces de proximité qui ne t’assassinait pas en terme de tarif (régime communiste, prix fixe pour tout le monde !)<br /> Aujourd’hui alors qu’on a moyen de facilement se faire livrer tout ce qui est encombrant, voire même les course du quotidien, si on developpe les transports je ne vois ce qui peut coincer. En plus ca permet de marcher un peu plus.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Baidu, Alibaba, JD... Tous les grands groupes tech chinois veulent leur ChatGPT
Ce kit RAM Corsair est à son prix le plus bas en ce moment chez Amazon
Vous vous souvenez Squid Game ? Après la téléréalité, le jeu arrive en VR !
iPhone 15 et 15 Plus : vers un nouveau module photo, avec quelles capacités ?
Chez AMD, comme chez NVIDIA, le PCIe 4.0 x8 pour réduire les coûts ?
Vous devez absolument voir ce dernier trailer de The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom
2 ans après son lancement, la gamme Rocket Lake en
Le renouvelable, première source d'électricité dès 2025 ?
Radars en ville : le projet encore reporté
Vous aviez Stadia ? Voici le temps qu'il vous reste pour réactiver votre manette
Haut de page