23% du trafic Internet français est généré par Netflix

Mathieu Grumiaux Contributeur
27 juin 2019 à 15h43
0
Netflix

Le service de streaming représente chaque jour un quart du trafic Internet français. Plus généralement, seuls quatre fournisseurs américains se partagent plus de la moitié de la bande passante sur le territoire hexagonal.

L'Arcep va publier cet après-midi un rapport sur l'état d'Internet en France en 2018 et un chiffre particulier va probablement attirer l'attention.

Quatre acteurs américains se partagent plus de la moitié du trafic français

Selon les études réalisées par le régulateur des télécoms, Netflix représente chaque jour près de 23 % du trafic en France. La progression est spectaculaire, car le service de streaming ne pesait que 14 % du trafic en 2017.

Ce pourcentage confirme la croissance ininterrompue de Netflix en France, qui comptabiliserait selon les derniers chiffres obtenus plus de 5 millions d'abonnés moins de cinq ans après son lancement. C'est déjà plus que Canal+, la chaîne à péage historique, qui ne comptabilisait plus que 4,73 millions à la fin de l'année 2018.

Plus généralement, l'étude montre la domination des services américains sur l'Internet français. Netflix, Google, Facebook et Akamai représentent à eux seuls 53 % du trafic en France. Les trois premiers proposent de la vidéo en streaming, un service exigeant en bande passante et qui explique leur position dans ce classement.

Akamai, quant à lui, est un Content Delievry Network (CDN) qui fournit des serveurs cache à différents grands acteurs du web comme Microsoft ou Apple, et permet de déposer les contenus au plus proche des utilisateurs français, sans avoir à se connecter sur des centres de données à l'étranger.

Une concentration qui irait contre le concept de neutralité du net

Cette concentration de la consommation web vers ces quatre sociétés commence à alerter les autorités, à commencer par le président de l'Arcep Sébastien Soriano.

« Les "big tech" sont en train de se doter d'avantages structurels avec une maîtrise de plus en plus forte de leurs infrastructures comme des câbles sous-marins ou la possibilité d'installer des serveurs chez les opérateurs. Pouvoir se déployer à cette échelle n'est pas donné à tout le monde. Cela leur permet de distancer les autres », explique-t-il.

Cette situation pourrait remettre en cause à moyen terme le concept de neutralité du net. De nouveaux services, aux moyens limités, ne pourraient pas se permettre de contracter des accords d'interconnexions avec les FAI qui leur imposeraient des limitations techniques, jouant en faveur des sociétés américaines.

L'Arcep, par ces études annuelles, veut donc sensibiliser les utilisateurs au danger d'un Internet centralisé autour de trois ou quatre plateformes uniques. Pour l'instance de régulation, seuls les internautes ont le pouvoir de changer le rapport de force en modifiant leurs habitudes de consommation numérique.

Source : 01Net

Les Soldes d'Été c'est maintenant ! Retrouvez les meilleurs bons plans et promos High-Tech avec Clubic.

Découvrez tous nos bons plans

14 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top