Streaming : est-ce que le piratage est en train de tuer Netflix ?

30 avril 2022 à 17h30
149
Netflix

L'empereur du streaming Netflix pourrait bien être menacé par l'augmentation du téléchargement illégal torrent et des sites de streaming.

Pour la première fois depuis sa création, la plateforme de streaming Netflix a perdu des abonnés cette année. Depuis janvier 2022, le site a perdu plus de 200 000 abonnés, et pourrait en perdre encore 2 millions d'ici fin juin.

Un problème de concurrence ?

Netflix a, depuis sa création, bénéficié de sa position de leader du marché. Le géant du streaming comptait plus de 220 millions d'abonnés en mars dernier, un chiffre qui écrase de loin la concurrence : Amazon Prime Video compte environ 175 millions d'abonnés, tandis que Disney+ avoisine les 130 millions.

La concurrence capte un certain nombre d'abonnés grâce à des contenus spécialisés, ciblés ou encore grâce à des productions originales. La maison Netflix produit aussi ses propres films et séries, dont certains sont hyper-populaires et génèrent de très nombreux de fans. Il semble donc que la perte d'abonnés de Netflix ne s'explique pas uniquement par la concurrence : ses contenus exclusifs comme You, Bridgerton ou encore Stranger Things sont massivement regardés.

Le vrai coupable : le piratage

À ses débuts, Netflix avait l'air de penser que le piratage ne serait pas vraiment une menace : le prix relativement abordable d'un abonnement Netflix permettait de regarder une grande quantité de contenus dans une qualité supérieure à celle de n'importe quel contenu disponible gratuitement sur les sites illégaux de streaming. Mais avec l'augmentation des contenus disponibles en torrent, il se pourrait que les abonnés Netflix trouvent leur bonheur gratuitement.

La pandémie Covid-19 a restreint les budgets, et il est parfaitement probable que les consommateurs annulent leurs abonnements à des services « superflus » comme Netflix pour faire des économies. Netflix semble cependant penser que le piratage est le problème : le géant du streaming a son propre service anti-piratage, et a rejoint une coalition anti-piratage il y a quelques années. Sur le long terme, il faudra cependant que Netflix repense sa stratégie marketing, car l'éradication totale du streaming illégal n'est pas attendue pour demain…

Clubic compare de manière indépendante et objective les 11 meilleurs services de streaming vidéo en ligne. Cliquez pour en savoir plus.
Lire la suite

Source : TorrentFreak

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
149
61
Trophyman900
J’avais Netflix et suite a ces augmentations a répétition j’ai arrêté l’abonnement, et je ne pense pas être le seul.<br /> J’ai un abonnement Amazon Prime et Disney+ et j’ai déjà du mal a tout regarder.
phoenix2
Foutaise, le piratage a toujours été bénéfique, allez poser la question au développeurs de jeux videos, ça a toujours existé en parallèle et curieusement le jeux vidéo se porte à merveille, Netflouss veut juste se trouver un bouc-émissaire au lieu d’avouer leur lose.
Furax
Le piratage c’est pratique, ça évite de se poser des questions sur nos propres erreurs comme l’augmentation des tarifs, du contenu potentiellement moins intéressants, la concurrence, …
Blap
Mais avec l’augmentation des contenus disponibles en torrent<br /> L’augmentation ? Il y en avait enormement avant que Netflix arrive, au contraire Netflix a fait baisser le piratage a une epoque car c’etait simple, centralisé et pas trop cher. Le vrai problème de la baisse de Netflix et de la (possible) augmentation de piratage c’est surtout la dispersion des contenus sur pleins de plateformes differentes et d’autant d’abonnement a acheter… abonnements qui augmentent en plus en tarif.<br /> Leur interface tres fermée peut aussi jouer, laissez les utilisateurs rechercher le catalogue comme bon leurs semblent plutot que d’essayer de les contraindre.
MrBao
c’est plutôt Netflix qui est en train de tuer le piratage
AtomosF
C’était vrai au « début ». C’est de moins en moins vrai avec la prolifération des services (les gens ne pouvant/voulant en payer qu’un ou 2 max).
crush56
Netflix tire sur la corde pour voir jusqu’où ils peuvent monter les abonnements sans trop perdre d’abonnés, ils doivent simplement avoir atteint la limite
kgp
Clairement… on fait le tour de netflix… et y’a des séries cool chez les concurrents. Pourquoi prendre 2 abonnements?<br /> De plus les prix augmentent… c’est saoulant - et même si dans le fond c’est pas beaucoup.<br /> J’ai mon compte a moi, mais je comprends aussi que des étudiants se partagent un compte! Netflix se dit que c’est potentiellement 2 personnes qui vont payer des abonnements séparés, mais dans les faits c’est 0 personnes qui sont prêt à payer plus qu’un demi abonnement!<br /> Sans parler du fait que beaucoup de produits coûtent plus cher et les salaires ne suivent pas… donc il faut mettre des priorités sur nos achats.
tfpsly
phoenix2:<br /> Foutaise, le piratage a toujours été bénéfique, allez poser la question au développeurs de jeux videos<br /> Je suis un (ex-) développeur de jeux vidéos : non, ce que tu dis est faux.
Blap
Il y a eu maintes d’etudes faites sur les medias de divertissements, moins sur les JV, et le résultat était quasiment toujours largement bénéfique pour les créateurs.
yabadabado
effet pandemie terminée
phoenix2
Malheureusement le marché te contredit, peut être en ce qui concerne les jeux indé, mais concrètement le piratage reste bénéfique pour le jeux vidéos et encore pour longtemps, avec plus de 3 milliards de joueurs dans le monde meme à 50/50 de pirate et de joueurs ça reste largement bénéfique, y’a que le manque création qui peut ralentir un peu mais pas le piratage qui reste un moyen très efficace ne serais ce que pour la pub en soit, faudrait juste que le jeux soit bien.
HAL1
phoenix2:<br /> […] mais concrètement le piratage reste bénéfique pour le jeux vidéos et encore pour longtemps, avec plus de 3 milliards de joueurs dans le monde meme à 50/50 de pirate et de joueurs ça reste largement bénéfique […]<br /> Le fait qu’un marché est bénéficiaire n’a rien à voir avec le fait que le piratage lui soit ou non bénéfique.<br /> Et, au passage, le marché des films, celui des séries télévisées, celui de la musique, celui des jeux vidéo sont tous « bénéficiaires ». Et pourtant tous souffrent du piratage et cherchent à le limiter.
tfpsly
Blap:<br /> Il y a eu maintes d’etudes faites sur les medias de divertissements, moins sur les JV, et le résultat était quasiment toujours largement bénéfique pour les créateurs.<br /> Source? Non?<br /> phoenix2:<br /> Malheureusement le marché te contredit, peut être en ce qui concerne les jeux indé, mais concrètement le piratage reste bénéfique pour le jeux vidéos et encore pour longtemps, avec plus de 3 milliards de joueurs dans le monde meme à 50/50 de pirate et de joueurs ça reste largement bénéfique<br /> Source? Démonstration? Preuve? Non? Bon bah dommage.<br /> Genre « je te vole ta voiture/ta maison/ton appart, mais tu vas quand même y gagner » heu…
phoenix2
Justement, ça ne nuit pas.
phoenix2
Y’a rien à prouver, le jeux vidéo se porte bien meme très bien meme avec le piratage, tellement y’a de la demande, ça leur fait meme de la pub gratuite, pi ton exemple n’a rien à voir avec le sujet, ça peut coller à un jeux indé, mais pas une grosse boite.
jeroboam64
Netflix augmente ses prix, les abonnés ont de moins en moins de moyens, et l’offre est peut être pas a la hauteur de la demande, c’est sûrement la raison pour laquelle netflix a perdu des clients et non a cause de sites pirates…
HAL1
Si, ça nuit. Pas au point de rendre ces marchés déficitaires, mais il y a clairement un manque à gagner important pour tous les acteurs des secteurs concernés, y compris pour les petits artistes et les indépendants.
phoenix2
Le manque à gagner existe, mais y’a une nuance, pour les indé ça sera catastrophique, mais pour les grosses boites ça reste bénéfique, tout en sachant que les acteurs ont conscience de tout ça, sinon, pourquoi prendre le risque ?
lnho
Netflix ce sont de nombreuses augmentations de tarif et surtout un engagement woke dans ses créations.<br /> Abonnement annulé depuis près d’un an.
Morak
« Mais avec l’augmentation des contenus disponibles en torrent »<br /> Il n’y a pas vraiment d’augmentation des contenus dispos. Quasi tout a toujours été dispo en torrent. L’augmentation du contenus n’est que reliée à celle des services de streaming et de leurs propres réalisations. Rien a changé.<br /> Et Netflix augmente de plus en plus ses prix, donc forcément certains vont se retourner vers le streaming/torrent.<br /> Personnellement, si je ne profitais pas du Netflix familial, j’aurais longtemps arrêté Netflix (j’aurais d’ailleurs jamais commencé à payer).<br /> Le torrent c’est le mal (ou pas).
Gizmo64
J’ai toujours piraté, que ce soit jeux, film ou musique et dieu sait que j’ai toujours acheté ce qu’il me plaît pour remercier les producteur ou développeur de leur produit.
tfpsly
phoenix2:<br /> Y’a rien à prouver, le jeux vidéo se porte bien meme très bien meme avec le piratage, tellement y’a de la demande<br /> Aucun rapport. Le jeu vidéo se porte assez bien malgré le piratage, et sûrement pas grâce à lui.
chaton51
tarifs qui augmentent et nombre de plateformes également, offre plus si exhaltante… tout le monde ne peut plus mettre 10 a 15 balles dans chaque plateforme et patatra…
phoenix2
phoenix2:<br /> meme avec le piratage<br /> « meme avec le piratage » ne veut pas dire grace à lui, c’est fou ce que les gens peuvent détourner le sens des mots pour adopter leur point de vue pfff, pour comprendre il faudrait que tu ouvre un peu l’esprit et penser au niveau mondial, je reprend l’exemple de [Gizmo64], quand ça plait vraiment on achète, imagine ça au niveau mondial et surtout dans des pays ou l’internet et les jeux videos ne sont pas encore démocratisés et y’en a beaucoup, donc de beaux jours encore.
KlingonBrain
Le vrai coupable : le piratage<br /> Ah, le bon vieux prétexte pour justifier l’échec commercial dans la vente de contenu. Et pourquoi c’est toujours les même (musique, cinéma) qui pleurent.<br /> Et si le vrai coupable, c’était pas plutôt les prix qui augmentent au delà de ce que peuvent payer les gens ?<br /> Entre le forfait mobile, l’abonnement internet, et les contenus qui sont maintenant explosés sur plein de plateformes dont les prix ne cessent de monter, ils est facile de comprendre que le problème, c’est que ce petit monde est en train d’exploser largement ce que peut payer un habitant moyen.<br /> Tout le monde applique la technique « à l’américaine » consistant à vendre quelque chose pas cher, puis à augmenter le prix jusqu’a trouver le point de rupture. Faut pas s’étonner qu’a un moment on le trouve. Et qu’un beau matin, il y a des gens qui vont tout résilier.<br /> Et pas forcément pour aller pirater, mais pour passer du temps à autre chose. Les jeux vidéo, la lecture ou de passer du temps en famille.
Ccts
Netflix est pratique. Je suis content d’y être passé et ça a sûrement fait baisser le piratage. Mais je me joins aux témoignages. Je vais sûrement arrêter parce que ca devient trop cher et que les autres plateformes ont de plus en plus de choses sympas aussi. Je me posais déjà la question lors de la dernière augmentation. J’ai beaucoup hésité. A la prochaine c’est sur que je lache. Je zapperai de plateforme en plateforme tous les quelques mois je pense.
KlingonBrain
Aucun rapport. Le jeu vidéo se porte assez bien malgré le piratage, et sûrement pas grâce à lui.<br /> En même temps, vu tout ce que les éditeurs te DONNENT gratuitement ou te vendent à prix très raisonnable, on voit mal comment les gens auraient encore du temps pour pirater des jeux.<br /> Politique de prix degressives avec le temps, promotions régulières, dons, etc, on peut dire que le monde du jeu vidéo à trouvé de vraies solutions contre le piratage pendant que les monde de la « culture » (film, musique) passent leur temps à pleurer sur les « méchants pirates » pour avoir des aides.<br /> Le monde du jeu vidéo à compris que nous étions dans un monde d’abondance. Alors que la culture traditionnelle n’a jamais intégré le changement de paradigme du numérique.
tfpsly
phoenix2:<br /> « meme avec le piratage » ne veut pas dire grace à lui<br /> Des fois, il faudrait que tu te relises :<br /> phoenix2:<br /> concrètement le piratage reste bénéfique pour le jeux vidéos<br /> Comment se discréditer complètement…
MattS32
Gizmo64:<br /> J’ai toujours piraté, que ce soit jeux, film ou musique et dieu sait que j’ai toujours acheté ce qu’il me plaît pour remercier les producteur ou développeur de leur produit.<br /> Du coup, ce que tu pirates, c’est ce qui ne te plait pas ? Mais alors, pourquoi le pirater si ça ne te plait pas ?
phoenix2
Toi t’est le roi de la mauvaise foi, tu travaille à bfmwc ou quoi, je t’invite à me relire et sans détourner mon point de vue:<br /> « Le manque à gagner existe, mais y’a une nuance, pour les indé ça sera catastrophique, mais pour les grosses boites ça reste bénéfique, tout en sachant que les acteurs ont conscience de tout ça, sinon, pourquoi prendre le risque ? »
Pronimo
Se cacher derrière l’excuse du piratage pour ne pas dire que le catalogue est de plus en plus médiocre, woke, annulations en pagailles (a force aussi d’en vouloir toujours plus sans se focaliser sur ce qui existe déjà). Enfin bref, je ne raconte rien de neuf de plus par rapport aux autres avis ^^
Catstom
Il y aurait peut-être moins de piratage si:<br /> ils arrêtaient d’augmenter les prix pour un rien<br /> ils ne géolocaliseraient pas le contenu…<br /> s’ils ne fallait pas de voir s’abonner a plein de service car chacun ne pense qu’a avoir son exclusivité (c’est comme pour les packs de chaines TV, ils faut toujours qu’ils mettent les plus intéressantes réparties sur plusieurs packs…)<br />
tfpsly
phoenix2:<br /> Toi t’est le roi de la mauvaise foi, tu travaille à bfmwc ou quoi, je t’invite à me relire et sans détourner mon point de vue:<br /> « Le manque à gagner existe, mais y’a une nuance, pour les indé ça sera catastrophique, mais pour les grosses boites ça reste bénéfique, tout en sachant que les acteurs ont conscience de tout ça, sinon, pourquoi prendre le risque ? »<br /> Mensonge : le message auquel j’ai répondu au départ est :<br /> phoenix2:<br /> Foutaise, le piratage a toujours été bénéfique, allez poser la question au développeurs de jeux videos, ça a toujours existé en parallèle et curieusement le jeux vidéo se porte à merveille, Netflouss veut juste se trouver un bouc-émissaire au lieu d’avouer leur lose.<br /> Ton autre message posté plus tard n’est pas dans cette discussion. Mauvaise foi spotted chez toi.<br /> Et tu n’as toujours pas répondu en quoi le piratage est bénéfique aux grosses boites.<br /> Pas la peine de répondre : il ne l’est pas.
phoenix2
On pirate de tout, question de curiosité, mais des fois on tombe sur des pépites et là on garde ou on achète carrément, c’est pas dur à assimiler je pense.
MattS32
« Bénéfique », ça veut bien dire qu’elles gagnent grâce au piratage (autrement dit : qu’elles gagneraient MOINS d’argent s’il n’y avait pas le piratage).<br /> Ce que tu voulais peut-être dire, c’est qu’elles restent « bénéficiaires » malgré le piratage. Mais si c’est ça, tu n’as pas employé les bons mots… Utiliser les bons mots, ça aide pour se faire comprendre.
phoenix2
Peut être que je me suis mal exprimé, je voulais juste dire que le piratage fait de la pub gratuitement, ce qui peut être bénéfique.
MattS32
Il y a effectivement quelques cas où on peut considérer que le piratage est bénéfique, mais c’est des cas très spécifiques, qui sont une goutte d’eau dans un océan…<br /> Par exemple, il y a le cas des logiciels Adobe, ou certains dirigeants ont eux-même admis à demi-mot que le piratage peut leur être bénéfique. Parce que l’étudiant en graphisme qui se forme avec les versions pirates, quand il va passer pro, il va vouloir garder du Adobe, et il va payer des licences. Mais c’est vraiment un cas particulier, non transposable au jeu vidéo ou aux films et séries…<br /> Le coup de la pub gratuite, c’est un peu du bullshit. Parce que celui qui a joué à un jeu en version pirate, même si le jeu lui a plu, c’est quand même super rare qu’il l’achète hein…
KlingonBrain
Du coup, ce que tu pirates, c’est ce qui ne te plait pas ? Mais alors, pourquoi le pirater si ça ne te plait pas ?<br /> En même temps, les éditeurs de logiciels n’ont t’ils pas officialisé ce modèle ? Par exemple Epic Games te filent gratuitement leur jeu phare. Et pourtant, ça leur rapporte une montagne de brousoufs, juste parce que ceux qui aiment le jeu achètent des trucs annexes. Quand on y pense, c’est assez fou.
MattS32
Rien à voir, le Free to play avec des contenus non indispensables payants, c’est un modèle économique différent. Mais ce modèle économique n’est de loin pas applicable à tous les jeux, et encore moins aux films et séries…<br /> Et surtout, quand un jeu n’opte PAS pour ce modèle économique, la version pirate ne va bel et bien rien rapporter à l’éditeur, puisque le joueur sur la version pirate ne va pas acheter des contenus additionnels qui n’existent pas (et même quand il y a des contenus additionnels payants en plus d’une base payante, je suis pas sûr que les versions pirates aient accès à ces contenus, puisqu’elles sont « déconnectées » de la plateforme de vente… donc les joueurs pirates ne les achèteront jamais).<br /> La seule « pub » c’est si le joueur pirate montre le jeu à un copain et que ce copain l’achète au lieu de récupérer la même version pirate…
tfpsly
KlingonBrain:<br /> En même temps, les éditeurs de logiciels n’ont t’ils pas officialisé ce modèle ? Par exemple Epic Games te filent gratuitement leur jeu phare.<br /> Quel rapport? Chez Epic, c’est un jeu gratuit obtenu légalement; et si ça ne va rien leur apporter directement, Epic paye le créateur du jeu et espère juste que le client achète plus tard d’autres jeux.<br /> Alors que dans le cas du piratage, c’est une perte sèche sans avenir.
KlingonBrain
Le manque à gagner existe, mais y’a une nuance, pour les indé ça sera catastrophique, mais pour les grosses boites ça reste bénéfique<br /> Si tu est indé et que grace au piratage, ton jeu deviens connu, qui te dit que c’est pas une excellente affaire de se faire pirater ?<br /> De nos jours, un produit dont personne ne parle, c’est très dur a vendre. Les gens associent la hype à un gage de qualité.<br /> Quelque chose qui est connu, même donné gratis, tu aura toujours un moyen de transformer l’attention que t’accordent tes fans en vendant quelque chose.
Passion1
Ils se sont tirés une balle dans leurs pieds ces dernières années avec l’augmentation des tarifs et pas que ça … Si vous voyez ce que je veux dire
KlingonBrain
Quel rapport? Chez Epic, c’est un jeu gratuit obtenu légalement; et si ça ne va rien leur apporter directement, Epic paye le créateur du jeu et espère juste que le client achète plus tard d’autres jeux.<br /> Alors que dans le cas du piratage, c’est une perte sèche sans avenir.<br /> Perte sèche sans avenir ?<br /> Dans les années 90, Windows a été piraté à très grande échelle. Et beaucoup de gens ont appris son existence et ont commencé à l’utiliser ainsi. Et beaucoup d’autres éditeurs et produit ont suivi le même chemin.<br /> Si on en juge de tout ce qu’ils ont vendu par la suite, ça ne devait pas être une si mauvaise affaire.<br /> Quand Epic Games te donnent gratuitement et légalement leur jeu, c’est ce mécanisme qu’ils utilisent et qui se résument à « d’abord devenir connu, que les gens utilisent massivement notre produit, l’apprécient et l’utilisent, ensuite on voit ce qu’on peut leur vendre ».<br /> La différence, c’est que par le passé, des éditeurs en ont profité « malgré eux » et probablement sans l’avoir voulu, aujourd’hui, les éditeurs ont compris la puissance du principe et l’utilisent de façon explicite et légale.<br /> A tel point qu’aujourd’hui, il faudrait vraiment être idiot pour pirater avec tout ce qu’on peut avoir gratos…et légalement.
tfpsly
KlingonBrain:<br /> Perte sèche sans avenir ?<br /> Pour le développeur du jeu vidéo, oui !<br /> KlingonBrain:<br /> Dans les années 90, Windows a été piraté à très grande échelle. Et beaucoup de gens ont appris son existence et ont commencé à l’utiliser ainsi. Et beaucoup d’autres éditeurs et produit ont suivi le même chemin.<br /> Rien à voir : quand quelqu’un choisit Windows (légalement ou pas), oui il y a de grande chance qu’ils utilisent une version suivante plus tard. Mais ça ne fonctionne pas pour un jeu.<br /> KlingonBrain:<br /> Quand Epic Games te donnent gratuitement et légalement leur jeu, c’est ce mécanisme qu’ils utilisent<br /> Oui, que Epic utilise. Pas le développeur du jeu. Le dév est payé par Epic là. Et dans le cas du piratage, le dév ne gagne(ra) rien.
KlingonBrain
Pour le développeur du jeu vidéo, oui !<br /> Le jeu vidéo, c’est un produit comme un autre. Si tu n’est pas connu, tu ne vendra rien.<br /> Il vaut mieux avoir 20% de licences légales sur un million d’utilisateurs que de vendre 200 licences avant de tomber dans l’oubli… ou de devoir investir une fortune en pub pour chaque licence vendue.<br /> Les éditeurs de jeu vidéo ont très bien compris cela.<br /> Rien à voir : quand quelqu’un choisit Windows (légalement ou pas), oui il y a de grande chance qu’ils utilisent une version suivante plus tard. Mais ça ne fonctionne pas pour un jeu.<br /> Et pourquoi ça ne fonctionnerait pas pour les jeux ?<br /> Vous pensez que GTA ou Unreal Tournament n’ont jamais été piratés ? Et que ceux qui les ont piraté et adoré n’étaient pas prédisposés à acheter la version suivante ?<br /> C’est parce qu’Epic Games (et bien d’autres) ont très bien compris cela, qu’ils en ont vu les bénéfices et qu’ils l’utilisent maintenant de façon explicite… avec un succès qui se passe de commentaire.<br /> En quelques sortes, le monde du jeu vidéo à inventé une forme de « piratage légalisé » et en tire d’immense profits.<br /> On peut également dire que le monde du logiciel libre utilise un business model du même genre.<br /> Oui, que Epic utilise. Pas le développeur du jeu. Le dév est payé par Epic là. Et dans le cas du piratage, le dév ne gagne(ra) rien.<br /> Le développeur, il gagne son argent parce qu’Epic en gagne et le paye, c’est une chaine qui n’est pas dissociable.
Sodium
This. Ce qui fait baisser le piratage, c’est quand l’offre payante devient plus pratique que le piratage. Avec la multiplication des plateformes, il faudrait 3-4 services pour ne rien rater et ce n’est plus à la portée de tout le monde.
VXgas
Je prends de temps en temps Netflix pendant un mois et j’arrête immédiatement mon abonnement. Je le reprends 3 mois plus tard pour voir s’il y a des nouveautés, et souvent je suis déçu par le peu de bons films récents. Il y a de bons films, mais que j’ai déjà vu il y a quelques années, voir carrément « anciens ». Aucune envie de payer pour revoir des films déjà vus.<br /> Je ne crois pas que ça soit le piratage qui tue Netflix. A part si on est un accro des séries ou qu’on a pas trop d’esprit critique, c’est simplement qu’on en a vite fait le tour et que la qualité n’est pas au rendez-vous.
tfpsly
KlingonBrain:<br /> Et pourquoi ça ne fonctionnerait pas pour les jeux ?<br /> Vous pensez que GTA ou Unreal Tournament n’ont jamais été piratés ? Et que ceux qui les ont piraté et adoré n’étaient pas prédisposés à acheter la version suivante ?<br /> A toi d’en apporter la preuve… Il est très probable au contraire que ces gens aient de nouveau téléchargé la suite.<br /> Sodium:<br /> This. Ce qui fait baisser le piratage, c’est quand l’offre payante devient plus pratique que le piratage.<br /> +1, Netflix a longtemps été la plateforme abordable et avec un contenu de qualité. Maintenant hélas il y a de la concurrence, et l’on doit choisir une partie du marché ou d’avoir plusieurs abonnements.
KlingonBrain
A toi d’en apporter la preuve…<br /> (1) Une entreprise n’arrive pas à une conclusion par hasard. Epic à fait de nombreux jeux auparavant.<br /> (2) Le business model de Fortnite fonctionne du tonnerre.<br /> (3) Il y en a plein d’autre.<br /> Il est très probable au contraire que ces gens aient de nouveau téléchargé la suite.<br /> Pour se ramasser pleins de virus et pas de clé valide pour jouer en ligne ?<br /> Au prix ou l’on trouve des jeux légaux depuis les années 2000, il faudrait avoir vraiment envie de s’emmerder la vie.<br /> Tu veux un jeu ? Si t’est pressé et que tu l’adore et que t’as du pognon, tu le payes plein pot. Sinon, tu attends quelques mois, tu l’aura pour 1/4 du prix, légalement et avec pleins d’extensions.
MattS32
KlingonBrain:<br /> (2) Le business model de Fortnite fonctionne du tonnerre.<br /> Mais n’a strictement rien à voir avec le piratage et surtout, n’est pas adaptable à tous types de jeu (sinon tout le monde ferait ça hein…) et encore moins aux films et séries…
MattS32
KlingonBrain:<br /> Si t’est pressé et que tu l’adore et que t’as du pognon, tu le payes plein pot. Sinon, tu attends quelques mois, tu l’aura pour 1/4 du prix, légalement et avec pleins d’extensions.<br /> Ça c’est la théorie. La pratique, c’est qu’il y en a plein qui sont pressés et qui payent pas quand même. Et ce même parmi ceux qui ont les moyens de payer plein pot tout de suite.<br /> Quand tu vois le ratio de ventes PC/console de certains jeux multiplateformes, qui panche largement en faveur des consoles, alors qu’il y a plus de joueurs sur PC, et que la version PC est souvent moins chère, il est évident que quand le piratage est possible, ça ampute sacrément les ventes…
vil_rouge
Il n’y a pas de reponse categorique à donner, c’est du cas par cas.<br /> Un jeune précaire qui pirate un jeu qu’il n’aurait pas pu s’acheter, c’est mieux que rien pour le studio, il va ptet s’attacher a la licence ou au studio, et acheter leurs futures jeux quand il aura les moyen.<br /> A l’inverse un cadre qui pirate leur jeu par radinerie, c’est une perte sèche pour le studio.
HAL1
KlingonBrain:<br /> Pour se ramasser pleins de virus et pas de clé valide pour jouer en ligne ? Au prix ou l’on trouve des jeux légaux depuis les années 2000, il faudrait avoir vraiment envie de s’emmerder la vie.<br /> Je ne suis pas sûr d’avoir compris…<br /> Donc les gens piratent la première mouture d’un jeu car ils n’ont pas envie de le payer, par contre pour sa suite ils vont l’acheter parce qu’ils auront peur de se choper un virus en la piratant, et puis de toute façon elle ne coûte pas chère.<br /> C’est ça ?
HAL1
vil_rouge:<br /> Un jeune précaire qui pirate un jeu qu’il n’aurait pas pu s’acheter, c’est mieux que rien pour le studio […]<br /> Oh, pauvre jeune précaire qui n’a pas les moyens d’acheter un jeu vidéo pour son P.C. de gamer payé une blinde…
vil_rouge
Les gamer PC sont attachés a leur bibliothèque Steam, ils veulent y avoir tous leurs jeux, ils achètent même énormément de jeu auxquelles ils ne jouent pas, ils ont des backlog longs comme le bras.<br /> Le piratage c’est principalement des gens qui auraient pas acheté de toute façon.
vil_rouge
Les jeunes précaires n’ont pas des PC gamer qui coutent une blinde. Sinon c’est qu’ils ne sont pas précaires.
Cantal_Auvergne
Il doit y avoir 10 séries par an d’originales toutes plateformes confondues alors payer 50€/an d’abonnement non merci…
HAL1
vil_rouge:<br /> Le piratage c’est principalement des gens qui auraient pas acheté de toute façon.<br /> Merci de citer des sources sérieuses qui étayent cette affirmation.<br /> vil_rouge:<br /> Les jeunes précaires n’ont pas des PC gamer qui coutent une blinde.<br /> Ah, alors s’ils n’ont pas de P.C. de gamer ils ne piratent pas de jeux, puisqu’ils n’ont pas les moyens d’y jouer.
HAL1
C’est effrayant le nombre de personnes qui reprochent aux séries sur Netflix d’être « woke ». J’ai beau me dire que la plupart utilisent ce terme sans savoir ce qu’il veut dire, ça n’en reste pas moins inquiétant…
KlingonBrain
Mais n’a strictement rien à voir avec le piratage<br /> Bien au contraire, cela à tout à voir.<br /> Quand des éditeurs ont compris que le piratage n’avait pas que des inconvénients ils ont en quelque sorte imaginé une façon de l’organiser et de le contrôler plutôt que de le subir.<br /> et surtout, n’est pas adaptable à tous types de jeu (sinon tout le monde ferait ça hein…)<br /> Sur les plateformes les plus grand public (smartphone), c’est quasiment le cas.<br /> Mais on parle d’un modèle, il y en a d’autres.<br /> et encore moins aux films et séries…<br /> A votre avis, Youtube fait quoi, sinon financer des contenus vidéo ?
MattS32
En fait c’est même encore plus inquiétant PARCE QUE ils ne savent pas ce que ça veut dire… Il y en a pour qui désormais le simple fait d’avoir un noir ou un homo parmi les personnages principaux veut dire que c’est de la propagande woke. Et ça c’est vraiment flippant. En arriver au point d’être choqué parce qu’il y a un noir ou un homo qui n’est pas cantonné à un rôle secondaire…
MattS32
KlingonBrain:<br /> Sur les plateformes les plus grand public (smartphone), c’est quasiment le cas.<br /> Oui, sur des trucs ultra grand public. Parce qu’il n’y a que là que tu peux compenser la gratuité par un gros volume de pub et de petits achats in-app.<br /> Mais dès que tu t’éloignes du très grand public, ce n’est plus du tout la même affaire hein…<br /> M’enfin bon, si ça te déranges pas d’évoluer vers un monde où il n’y aurait plus que des contenus prévus pour ratisser très large… Mais c’est rigolo, ceux qui vantent ces modèles économiques, c’est souvent les mêmes qui conchient TF1 ou M6 par exemple <br /> KlingonBrain:<br /> A votre avis, Youtube fait quoi, sinon financer des contenus vidéo ?<br /> Qui n’ont rien à voir en termes de coût de production avec des séries ou des films « traditionnels ». Et surtout, ceux qui arrivent vraiment à vivre de ce qu’ils publient sur YouTube, c’est une toute toute toute petite minorité hein…<br /> Puis ce qui est rigolo, c’est que quand on parle de financer Netflix par la pub, les mêmes qui vantent le modèle des plateformes gratuites financées par la pub (et sur lesquelles ils vont avec un bloqueur hein, faut pas déconner…) vont râler parce que non ils veulent pas de pub <br /> Et quand YouTube s’est mis à faire des séries « traditionnelles », c’est devenu YouTube Red, puis Premium. Avec un abonnement payant.
HAL1
MattS32:<br /> En fait c’est même encore plus inquiétant PARCE QUE ils ne savent pas ce que ça veut dire…<br /> Oui. Il y a d’ailleurs le même souci avec le féminisme.
KlingonBrain
Je ne suis pas sûr d’avoir compris…<br /> Donc les gens piratent la première mouture d’un jeu car ils n’ont pas envie de le payer, par contre pour sa suite ils vont l’acheter parce qu’ils auront peur de se choper un virus en la piratant, et puis de toute façon elle ne coûte pas chère.<br /> C’est ça ?<br /> Non, parce que ce n’est pas aussi binaire.<br /> On peut le voir plutôt comme une combinaison de facteurs qui vont influencer un choix.<br /> Facteurs positifs :<br /> Tu as joué à une version précédente, tu connait le jeu, tu as envie de jouer à la nouvelle version.<br /> Tu peux l’avoir rapidement, de manière simple.<br /> Son acquisition est sans risque (pas de virus, licence légale), donc mieux.<br /> C’est pas cher.<br /> Facteurs négatif :<br /> Tu ne connait pas le jeu, tu ignore s’il te plairait.<br /> Il est cher<br /> L’obtenir est compliqué<br /> L’utiliser est risqué (virus, illégalité).<br /> Quand le joueur à joué à un jeu qui lui a plu, ça engendre un facteur positif qui augmente les chances qu’a la prochaine version, la balance penche du côté de l’achat plutôt que du piratage.<br /> Mais bon, pour être sincère, c’était les enjeux d’il y a 20 ou 30 ans. Maintenant, c’est un problème un peu dépassé. Parce que aujourd’hui, il faut rappeler qu’entre les jeux en ligne (piratage, en principe impossible) et la pléthore d’offre légale abordable, voir gratuites, on voit mal qui aurait encore envie de pirater. Le problème de nos jours, c’est plutôt la concurrence entre les éditeurs et ne pas finir complètement paumé au fond du catalogue.<br /> D’ou le paradigme d’aujourd’hui : Un éditeur fait plus d’argent à donner son jeu gratos que d’être oublié. Parce que :<br /> Zero communauté = zéro vente.
bmustang
Netflouze
Yabbux
ahlala, toujours le piratage… jamais ils ne se demanderont si l’offre légale est à la hauteur des attentes… Je pourrais pourtant payer 10 fois l’abonnement de netflix si une offre répondait à toutes mes attentes
KlingonBrain
Oui, sur des trucs ultra grand public. Parce qu’il n’y a que là que tu peux compenser la gratuité par un gros volume de pub et de petits achats in-app. Mais dès que tu t’éloignes du très grand public, ce n’est plus du tout la même affaire hein…<br /> Bien entendu, il est évident que certains types de jeux s’y prêtent mieux que d’autres.<br /> Néanmoins, les choses ne sont pas binaires. Même un jeu qui est moins grand public et dans une logique de licence plus classique peut profiter positivement d’un certain taux de piratage tant qu’il vends un certain nombre de licence et que le gain en notoriété engendré par le piratage engendre plus de ventes qu’il ne cause de manque à gagner.<br /> Tout est question de rapport entre le taux de piratage sur nombre de ventes, mais l’éditeur possède quand même des leviers pour agir dessus. Par exemple, jouer sur le prix (mais pas que).<br /> M’enfin bon, si ça te déranges pas d’évoluer vers un monde où il n’y aurait plus que des contenus prévus pour ratisser très large… Mais c’est rigolo, ceux qui vantent ces modèles économiques, c’est souvent les mêmes qui conchient TF1 ou M6 par exemple<br /> Alors non, le but de mon propos n’est pas de dire que c’est le seule modèle ou le meilleur modèle. Mais simplement d’expliquer comment on peut retourner un phénomène nuisible à son profit. Ce qu’ont su faire beaucoup d’éditeurs de logiciel à des degré divers, parce que contrairement au monde de la musique et du cinéma, ils ont cherché à s’adapter à la réalité au lieu du contraire.<br /> D’ailleurs, il existe pléthore de moyens de lutter contre le piratage. Mais le premier d’entre eux restera toujours de vendre à un prix en adéquation avec ce qu’est prêt à mettre l’acheteur. Et il y a plein de ruses pour vendre à la fois au prix fort et au prix faible.<br /> D’ailleurs, au fond, le piratage est déjà un problème complètement dépassé. Le problème aujourd’hui pour les petits éditeurs n’est plus le piratage, mais la concurrence et la limitation du temps libre de l’acheteur potentiel, vu tous les jeux de qualité que les éditeurs vendent à très bas prix, quand ils ne les donnent pas, purement et simplement. Surnager parmi les dizaines de milliers de titres disponible, c’est de loin ça le plus difficile.<br /> D’ailleurs, le cinéma et la musique connaîtront le même problème. A vouloir vendre leurs oeuvres anciennes trop cher, elles vont purement et simplement tomber dans l’oubli.<br /> Qui n’ont rien à voir en termes de coût de production avec des séries ou des films « traditionnels ». Et surtout, ceux qui arrivent vraiment à vivre de ce qu’ils publient sur YouTube, c’est une toute toute toute petite minorité hein…<br /> Alors certes, Youtube ce n’est pas le même type de contenu, ni le même genre de créateurs.<br /> Mais les télévisions financent bien des séries et des téléfilms tout à fait classiques avec de la pub. Et cela depuis des décennies.<br /> Quand à ceux qui vivent du cinéma, n’est ce pas aussi une minorité ?<br /> Puis ce qui est rigolo, c’est que quand on parle de financer Netflix par la pub, les mêmes qui vantent le modèle des plateformes gratuites financées par la pub (et sur lesquelles ils vont avec un bloqueur hein, faut pas déconner…) vont râler parce que non ils veulent pas de pub<br /> Netflix, comme Youtube leur proposera vraisemblablement un modèle ou ils pourront payer pour se débarrasser de la pub.<br /> La ou c’est plus compliqué en revanche, c’est qu’il y a certainement la place pour un modèle hybride à bas prix + un peu de pub. Le bon dosage sera un point crucial.
Martin_Penwald
Pour rigoler, il n’y a qu’à aller lire les commentaires à propos de Star Trek: Picard. On en voit pas mal se plaindre que c’est trop”woke” : dites, bande d’andouilles, vous vous rendez compte qu’une série comme Star Trek, dans les années 60, qui mettait à l’écran un équipage composé d’une femme noire, d’un Japonais¹, d’un Russe (en pleine guerre froide), d’un type à oreilles pointues (donc satanique) et d’un trouducul en guise de capitaine, c’était encore plus ”woke” que ”woke” ?<br /> ¹: 20 ans plus tôt, George Takei était envoyé avec sa famille dans le camp de ”relocalisation” Rohwer en Arkansas. Voir ”They Called Us Enemy”.
Kaggan
Houla, ça parle de piratage de façon très binaire : soit j’achète, soit je pirate. Le piratage, c’est aussi avoir la possibilité d’essayer un produit (pour reprendre l’exemple du voleur de voiture, on n’achète pas une voiture pour sa pub mais bien après un essai). Pirater un jeu, un film, une série, une musique ou encore un livre c’est aussi avoir l’assurance d’avoir un produit qui nous plait.<br /> Je vais vous donner quatre exemples personnels. Assassin’s Creed Valhala, je l’ai pirater oui (bou le méchant). Après m’être accroché 5-6 heures de jeux, j’en avais tellement marre de faire tout le temps la même chose que je l’ai désinstallé et dégagé. Au final, j’ai économisé 60€ sur un jeu que je n’aurais pas aimé. King Arthur Knight Tale’s, je l’ai piraté aussi il y a 2 jours. Le jeu m’a plu, du coup je l’ai acheté sur Steam 45€. Dans un autre genre, j’ai découvert le film Jojo Rabbit il y a quelques semaines, je l’ai téléchargé sans en attendre grand chose et vu que je l’ai aimé, je l’ai acheté (un petit Blu-Ray à 15€ qui fait plaisir). Un youtubeur m’avait fait découvrir un artiste assez méconnu, Toonz. J’ai beaucoup aimé sa musique (entièrement dispo sur youtube sur sa chaine) et je les ais achetés sur Bandcamp.<br /> Il y a des gens qui piratent et c’est tout. C’est malheureux. D’autres qui pirate et achètent ensuite. C’est bien. On s’est tellement fait avoir par les différentes industries qu’on passe pour les méchants alors que c’est les pratiques minimalistes des éditeurs de contenus qui ont poussé un partie d’entre nous à pirater. On n’a juste plus envie de donner de l’argent à des gens qui se contentent du minimum en nous appâtant avec de belles promesses. Certains éditeurs l’ont compris. Je prends l’exemple de CD Projekt qui vend ses jeux sans DRM. Witcher 3 ne possède aucune protection anti copie ou anti piratage : 40 millions de vente.
stevelumia
Ce qui pénalise aussi beaucoup les services de SVOD en France, et favorise le piratage, c’est la chronologie des médias, même si elle est passée de 36 mois à 17 mois, c’est encore beaucoup trop.
ouchdinw1
Oui , depuis que j’ ai pris le windows game pass/origine accès je n’ai plus téléchargés de jeux illégalement après naturellement si les prix augmente fortement comme le cas de Netflix peut être que je reviendrai au piratage<br /> Et ce qui m’ennuie fortement avec Netflix et autre c’est que je suis belge je paie le même prix qu’un américain pour un service 2-3 fois moindre j’ai l’impression d’être lésé et de justement payé si cher pour un les autres ai plus de contenu
PsykotropyK
Ca me fait marrer ceux qui osent dire que le piratage ne nuit pas, car il permet de découvrir des trucs… Mais quelle blague.<br /> C’est un peu comme si le mec qui va voler des fruits et légumes, en tombant sur un truc qu’il ne connaissez pas, va devenir un consommateur légal de ce nouveau fruit ou légume…<br /> Je connais beaucoup de gens de ma génération, moi compris, qui avons grandis avec napster, emule, les newsgroup et consort. Et bien aujourd’hui on a généralement les moyens de principalement acheter, mais on est tellement habitué à avoir un truc gratuit qu’on ne l’achète que si c’est indispensable (par exemple pour profiter du multi sur un jeux). Le reste on télécharge comme des sagouins. Et y’a rien de bénéfique à une quelconque industrie avec cette approche.<br /> Ceux qui disent que c’est bénéfique sont généralement des gens qui téléchargent et cherchent à se donner bonne conscience. « oui mais regarde cet artiste si j’avais pas téléchargé 3 de ses albums jamais j’aurais acheté le 4ème » → vol. Surtout qu’aujourd’hui il y a moyen d’écouter un stream légal.<br /> « Non mais ce jeux c’est de la daube, jamais je l’achète, je l’avais téléchargé il est pourri » → vol. Les tests ne manquent pas, et quand tu vas au restaurants, si t’aime pas la bouffe, tu te casses pas sans payer
wackyseb
Pourquoi toujours demander des sources ou des démonstrations !!???<br /> Cherche de ton côté si tu en as envie et montre lui la contre-proposition.<br /> Mais arrêtez de faire les enfants en demandant « source », « source ».<br /> Bonne recherche
MattS32
wackyseb:<br /> Pourquoi toujours demander des sources ou des démonstrations !!???<br /> Parce que c’est la base dans un débat c’est d’être capable de prouver ses affirmations…<br /> Sinon, moi je vais dire que wackyseb, c’est un voleur multi-récidiviste et qu’on ne peut donc pas faire confiance à ce qu’il dit. Mais à toi de me prouver le contraire hein…
tfpsly
wackyseb:<br /> Pourquoi toujours demander des sources ou des démonstrations !!???<br /> Cherche de ton côté si tu en as envie<br /> Non, la charge de la preuve revient à la personne qui affirme quelque chose. Principe de base des discussions et réflexions intelligentes.
HAL1
KlingonBrain:<br /> D’ou le paradigme d’aujourd’hui : Un éditeur fait plus d’argent à donner son jeu gratos que d’être oublié.<br /> Il n’y a rien qui permet d’affirmer cela. D’autant plus que plein d’éditeurs se retrouvent sous les feux des projecteurs du jour au lendemain, suite à un seul bon jeu vendu à plein tarif, et que d’autres tombent dans l’oubli alors qu’ils continuent à sortir des titres, parfois même gratuits.<br /> Microsoft a par exemple racheté Blizzard pour plus de 68 milliards de dollars, et ce n’est pas un créateur de jeux gratuits, ses plus grandes licenses (Warcraft, Starcraft, Diablo) ont toutes été des titres payants.
MattS32
KlingonBrain:<br /> D’ailleurs, au fond, le piratage est déjà un problème complètement dépassé. Le problème aujourd’hui pour les petits éditeurs n’est plus le piratage, mais la concurrence et la limitation du temps libre de l’acheteur potentiel<br /> Et dans ce contexte, le modèle gratuit est encore plus difficile à tenir (et quasi impossible sur autre chose que les plateformes mobiles)… Parce que pour être rentable, un jeu gratuit doit monopoliser énormément de « temps de cerveau disponible » pour afficher un maximum de pubs… Au point que si on regarde ce que font les joueurs sur mobile aujourd’hui, beaucoup passent finalement aujourd’hui plus de temps à regarder des pubs pour débloquer des contenus ou à farmer qu’à jouer réellement…
pfiandesio
pourquoi toujours chercher un coupable aux problèmes ?..ca rien a voir avec le téléchargement ! le gros problèmes de Netflix c’est Netflix , et les prix qui n’arrête pas d’augmenter . je risque d’onc d’arrêter mon abonnement a causes de cela et rien d’autres .
wackyseb
C’est la base de la justice. Tu accuses, prouve tes dires ? Au lieu de demander bêtement « source ».<br /> Montre tes arguments puis tes contre-arguments pour officier une attaque ou une defence crédible.<br /> Il faut bien faire la différence en affirmation et ce qu l’on pense savoir. Donc je suis d’accord avec toi sur le fait d’amener des preuves de ce que tu racontes mais il faut arrêter avec les « sources ».<br /> Même les journalistes ne sourcent pas tout le temps car c’est pas forcément utile.<br /> Si tu me dis que la terre est ronde, je ne vais pas te demander « source » ??? Mais si jamais j’avais un doute, c’est à moi de t’amener une preuve (pas facile du coup) pour essayer de te convaincre ou au moins essayer de t’ouvrir à une autre façon de penser.<br /> Mais là encore, tu pourrais me raconter toutes les plus belles histoires avec de beaux théorèmes et de beaux graphiques chiffrés et sourcés que je ne serais pas obligé te croire pour autant et là on tombe dans le dialogue de sourd.<br /> Alors arrêtez de demander « source ». Merci
MattS32
wackyseb:<br /> Même les journalistes ne sourcent pas tout le temps car c’est pas forcément utile.<br /> Parce que les journalistes sont censés être des professionnels qui font correctement leur boulot… Pas le forumeur lambda sur un forum.<br /> Et un journaliste, si on lui demande ses sources, il va pas te dire « t’as qu’à les trouver toi même » hein, il va te les donner, sauf cas de force majeur l’empêchant (quand la révélation de la source peut la mettre en danger).<br /> Cela dit, en dehors du journalisme d’information « de base », rubrique chiens écrasés, citer ses sources est bien une pratique courante dans le journalisme hein… Par exemple quand je lit Science &amp; Vie, régulièrement il y a des sources mentionnées, soit au fil de l’article (noms de chercheurs et/ou titres de leurs études et/ou journal où ces études sont parues), soit en fin d’article. Et Epsiloon a carrément mis en place une page sur son site pour lister ses sources : Epsiloon, le magazine d'actualité scientifique<br /> wackyseb:<br /> Met toi à sa place et dis toi qu’il n’existe pas une pensée unique et qu’on fait tous des erreurs donc pas d’agression avec « source » comme un gros bourrin.<br /> Demander la source n’est une agression que pour celui qui affabule et est donc incapable de fournir une source pour étayer ses affirmations…<br /> Désolé, mais quand on affirme « il y a eu plein d’études qui ont toujours confirmé ça », la moindre des choses c’est d’être capable d’en citer au moins une si quelqu’un demande une précision hein…<br /> Toutes les études ont montré que les gens qui prennent un pseudo commençant par w sur les forums Internet sont en fait des psychopathes. Et surtout, ne me demande pas de source hein. Si je le dit, c’est que c’est vrai <br /> wackyseb:<br /> Si tu me dis que la terre est ronde, je ne vais pas te demander « source » ??? Mais si jamais j’avais un doute, c’est à moi de t’amener une preuve (pas facile du coup) pour essayer de te convaincre ou au moins essayer de t’ouvrir à une autre façon de penser.<br /> Parce que « la Terre est ronde », c’est un fait communément admis, qui a déjà été prouvé à de multiples reprises, et que quiconque a reçu une instruction digne de ce nom sait.<br /> Par contre quand on prétend que toutes les études sur le sujet prouvent que le piratage est bénéfique, là on n’est pas spécialement dans le fait communément admis. Donc on doit être capable d’étayer sa position par des preuves. Ou alors, de reconnaitre que sa position n’est qu’une opinion personnelle, pas un fait prouvé par des études…
John_Hgn
Le pirate a bon dos, quand il n’y avait QUE netflix et amazon prime, le streaming avait quasi disparu, meme les addons comme vstream sur KODI avaient du mal a fournir des sites fonctionnels avec des liens qui soient pas mort, à tel point que beaucoup ont abandonné pour netflix qui était tres bon marché.<br /> Aujourd’hui on a :<br /> Des plateformes qui se multiplient et qui reprennent leur production de Netflix et Amazon qui du coup perdent du contenu ce qui oblige à dépenser une fortune en abonnement ou alors on passe par le partage de compte (contre lequel Netflix veut lutter)<br /> Des tarifs qui ne cessent de monter sans réelles raisons<br /> Des séries qui sont annulées sans cesse et sans raison (alors qu’elles cartonnent et la covid a bien aidé à faire le ménage …) et sans laisser les producteurs retourner le dernier épisode pour terminer la série ou de faire un film pour conclure comme pour I am not OK with this par exemple.<br /> Projet d’ajouter de la pub sur un compte PAYANT (même si c’est une offre moins chère)<br /> Toujours pas de possibilité officielle pour profiter des productions étrangères<br /> En gros on a le même probleme que pour le sport a la TV, l’iptv pour le sport quand il n’y avait que canal+ et beinsport, ca allait bien, aujourd’hui si on veut profiter de tout faut bein, canal+, amazon sport, etc etc et résultat tout revient trop cher et les gens pirates
HAL1
wackyseb:<br /> Alors arrêtez de demander « source ». Merci<br /> Euh, non. 100x non.<br /> Quand une personne exprime une opinion, il est idiot de lui demander ses sources. Par contre, quand il s’agit d’une affirmation sur un fait, et qu’en plus il n’est pas communément admis, alors il est parfaitement normal de lui demander quelles sont ses sources.<br /> Quand on voit le nombre de sotises qui sont balancées sans arrêt dans les forums et présentées comme des faits, c’est d’autant plus important que les messages sérieux soient un minimum argumentés.
Krimog
Au début, Netflix n’avait pas de concurrence, faisait de bonnes séries, avait un prix d’abonnement raisonnable et fermait les yeux sur le partage de comptes.<br /> Aujourd’hui, Netflix a énormément de concurrence, tartine toutes ses séries à la sauce woke++, augmente ses prix et part à la guerre contre les partages de comptes.<br /> Donc c’est clairement la faute du piratage…
wackyseb
Ça fait longtemps que je ne m’étais pas amusé comme ça. Pour un dimanche c’est cool.<br /> Donc on va continuer encore un peu. Vraiment merci .<br /> MattS32:<br /> Et un journaliste, si on lui demande ses sources, il va pas te dire « t’as qu’à les trouver toi même » hein<br /> Ça me rassure, je ne suis pas du tout journaliste donc pas besoin de sourcer. Au mieux je peux t’indiquer où trouver de l’eau de source.<br /> Si tu as des préférences, cristalline, evian, … ou avec des bulles ??<br /> MattS32:<br /> Toutes les études ont montré que les gens qui prennent un pseudo commençant par w sur les forums Internet sont en fait des psychopathes.<br /> Ça alors, je le savais. Et tous mes potes ont un pseudo en W. Et mieux une personne sur 25 est psychopathe. 1 personne sur 25 le serait : comment reconnaître un sociopathe dans son entourage ?
wackyseb
Est-ce qu’en tant que grand marabou de l’infini et au delà du mur, je peux m’auto-sourcer.<br /> Je depose une info et je m’en sert comme source.<br /> Est-ce que sourcer c’est tromper ? Comme disait le grand philosophe Baffie !!??
MattS32
wackyseb:<br /> Ça fait longtemps que je ne m’étais pas amusé comme ça. Pour un dimanche c’est cool.<br /> Ben dis donc, il t’en faut bien peu…<br /> Moi par contre, ce que je trouve très drôle, c’est que dans le sujet d’à côté, il y a même pas 24h, tu demandais des sources à quelqu’un avec qui tu n’étais pas d’accord
wackyseb
C’est exactement ça. Nous autres, pauvres pêcheurs athée, on s’en fou tellement de ce que peux bien raconter le croyant, qu’il peux « sourcer » autant qu’il le veux, ça ne changera absolument rien.<br /> Déjà parcequ’on ne perdra pas de temps à aller lire la source (la fainéantise des milleniums !!), parceque les sois disants preuves de l’existence sont tellement éloignées de notre façon de vivre qu’elles ne nous atteignent plus.<br /> Plus de 2000 ans qu’on essaie de nous faire croire à des foutaises et des pseudo miracles de magicien, des doubles personnalités qui ont cru voir la vierge. Et la marmotte dans tout ça, elle met le chocolat dans le papier d’alu et ça c’est vérifiable au moins. Pas sur pour la vache violette par contre !!
wackyseb
Oui il m’a bien fait rire le gars qui trouve qu’une voiture électrique fait du bruit !!! Et qui a trouvé sur internet une photo avec une cale en bois. Youhou. Champion.<br /> Bah du coup, j’ai demandé à voir cette cale et j’ai plus de nouvelles.<br /> Alors si quelqu’un à des nouvelles, j’aimerais rire encore un peu.
easydore
Plate-forme unique, tarif unique voilà ce que l’utilisateur veux. Temps qu’il ne seront pas capable de s’entendre pour cela et qu’en plus il continuerons à vouloir nous plumer, il perdrons face au téléchargement illégal.
MattS32
easydore:<br /> Plate-forme unique, tarif unique voilà ce que l’utilisateur veux.<br /> Même comme ça, ils trouveront toujours une excuse pour pirater. Comme le fait qu’ils aiment pas tel ou tel truc du catalogue, et qu’ils ne veulent pas payer pour financer un truc qu’ils ne regardent pas (cf ceux qui utilisent déjà cet argument contre la redevance TV).
KlingonBrain
Il n’y a rien qui permet d’affirmer cela.<br /> Si personne ne connait votre logiciel, personne ne l’achètera.<br /> Et c’est de plus en plus vrai dans un monde d’abondance ou chaque années, des centaines, voir des milliers de titre s’ajoutent aux catalogues. Augmentant le risque d’être perdu dans la masse.<br /> D’autant plus que plein d’éditeurs se retrouvent sous les feux des projecteurs du jour au lendemain, suite à un seul bon jeu vendu à plein tarif, et que d’autres tombent dans l’oubli alors qu’ils continuent à sortir des titres, parfois même gratuits.<br /> Je vous suggère la lecture de quelques livres sur la promotion des logiciels pour comprendre que ça ne fonctionne pas comme ça. Pour dire les choses simplement : Visibilité = Pognon.<br /> Même si il existe une voie en dehors de ça, elle est extrêmement difficile. Quelques jeux exceptionnels ont réussi à enclencher une forme d’autopromotion virale, mais il n’y en a pas beaucoup.<br /> D’une manière générale, ce qui est important pour un jeu, c’est sa communauté.<br /> Microsoft a par exemple racheté Blizzard pour plus de 68 milliards de dollars, et ce n’est pas un créateur de jeux gratuits, ses plus grandes licenses (Warcraft, Starcraft, Diablo) ont toutes été des titres payants.<br /> Je n’ai jamais prétendu que seuls les jeux gratuits fonctionnent.<br /> Mon propos est de démontrer que le piratage n’est pas uniquement fléau, mais que c’est aussi un outil promotionnel. Un outil qui est réellement utilisé à des degré divers par des éditeurs de produits gratuits, comme non gratuits. Parfois de manière explicite (jeu gratuit), parfois de manière hypocrite.<br /> Sinon, connaissez vous le budget marketing et promotion de ces gros éditeurs ?
KlingonBrain
Et dans ce contexte, le modèle gratuit est encore plus difficile à tenir (et quasi impossible sur autre chose que les plateformes mobiles)… Parce que pour être rentable, un jeu gratuit doit monopoliser énormément de « temps de cerveau disponible » pour afficher un maximum de pubs… Au point que si on regarde ce que font les joueurs sur mobile aujourd’hui, beaucoup passent finalement aujourd’hui plus de temps à regarder des pubs pour débloquer des contenus ou à farmer qu’à jouer réellement…<br /> Oui, bien sûr, le modèle « tout gratuit » a ses inconvénients.<br /> Mais c’est un modèle que j’ai cité pour l’exemple, parce qu’il démontre l’exploitation du piratage (pour le coup légalisé) de manière extrème… et juteuse.<br /> Ce qui ne veut pas dire pour autant que le piratage ne joue pas un rôle dans d’autres modèle plus classique d’une façon plus mesurée, par exemple en assurant une partie de la promotion.<br /> On pourrait d’ailleurs parler d’une très grande hypocrisie. Pensez vous que la plupart des étudiants ont payé les très coûteux logiciels qu’ils installent sur leurs bécanes et qu’ils apprennent à utiliser ?<br /> Il y a souvent des contrôles dans les entreprises, mais avez vous déjà entendu parler d’un éditeur qui demandait des contrôles sur les machines des étudiants dans les universités ?
MattS32
KlingonBrain:<br /> On pourrait d’ailleurs parler d’une très grande hypocrisie. Pensez vous que la plupart des étudiants ont payé les très coûteux logiciels qu’ils installent sur leurs bécanes et qu’ils apprennent à utiliser ?<br /> Oui, c’est un cas particulier, que j’ai cité plus haut (Adobe). Mais c’est loin d’être généralisable à tous les logiciels, et encore moins aux jeux vidéos, à la musique, aux films et aux séries (je rappelle que le sujet de base, c’est Netflix… le modèle économique d’Adobe, ça commence à en être sacrément éloigné hein)… Tout comme l’exemple de Fortnite, qui relève bien plus de l’exception que du cas général.<br /> D’ailleurs, si les éditeurs de jeux continuent à dépenser des fortunes en protections contre le piratage, c’est bien qu’ils doivent considérer qu’il y a un retour sur investissement hein…
HAL1
KlingonBrain:<br /> Mon propos est de démontrer que le piratage n’est pas uniquement fléau, mais que c’est aussi un outil promotionnel. Un outil qui est réellement utilisé à des degré divers par des éditeurs de produits gratuits, comme non gratuits.<br /> C’est bien là qu’est le souci : tu ne démontres pas. Si c’est ce que tu penses, alors d’accord. Mais tu m’apportes pas d’arguments autres qu’une opinion personnelle.<br /> Le fait que les éditeurs de jeux vidéo combattent le piratage via différentes techniques est bien la preuve que c’est quelque chose qui leur nuit. Vu qu’ils ne pourront jamais le supprimer totalement, alors ils tentent d’en tirer un petit avantage en surfant dessus et en tentant de s’en servir comme canal promotionnel, mais il n’y a aucun doute sur le fait que, s’ils le pouvaient, ils le feraient disparaître sans la moindre hésitation.<br /> Et, comme il a déjà été relevé dans ce fil, la situation n’est pas la même pour un éditeur de logiciel professionnel, qui peut en effet avoir un intérêt à ce que des utilisateurs prennent leurs marques avec ses produits. Pour un jeu vidéo il n’y a aucune « acclimatation » possible, et donc aucun bénéfice à tirer à ses faire pirater ses titres. Quant à la fable du joueur qui pirate pour « essayer et qui ensuite achète si ça lui plaît », je serais très très curieux de savoir quelle proportion de pirates font ça…
Pascal1
Client depuis des années, je vais annuler mon abonnement en raison des choix de films très discutables passés ces derniers temps, d’autant plus que le prix ne fait qu’augmenter sans contrepartie.<br /> Leurs politiques étant de plus en plus orienté sur les marges de leurs actionnaires, et que leur production cinématographique est devenue inexistante, le choix des concurrents étant pléthorique dans le domaine, donc à
KlingonBrain
Oui, c’est un cas particulier, que j’ai cité plus haut (Adobe). Mais c’est loin d’être généralisable à tous les logiciels,<br /> Oh que non que ça n’est pas un cas particulier. C’est vrai pour absolument TOUS les logiciels coûteux auquel les étudiants ont besoin de se former pour leur futur métier.<br /> Il est facile de comprendre qu’un éditeur à tout à gagner à voir les étudiants utiliser leur logiciels, même s’ils n’y gagnent rien sur le moment. Parce qu’ensuite, ils feront payer les entreprises.<br /> Tout comme l’exemple de Fortnite, qui relève bien plus de l’exception que du cas général.<br /> Sur les plateformes grand public, la gratuité est plutôt la règle.<br /> Et même dans le milieu plus traditionnel des joueurs, les « free to play » se multiplient, montrant que la tendance est bien la.<br /> Pire, quand on voit que les « cadeaux » de licences offertes se multiplient, c’est un signe qui ne trompe pas qu’une bonne partie du catalogue ne doit plus rapporter grand chose.
saerdryl
le piratage a bon dos. Il y aura toujours des pirates. Par contre la multiplication des plateformes est un vrai problème. Le partage de compte aussi. il y a un gâteau sur lequel Netflix était seul. maintenant ils sont 4 si je ne me trompe pas, Netflix, Amazon, hbo, Disney. Je suis sur qu’il y en aura encore 1 ou 2 au moins. si tu veux Star Wars et Marvel c est chez Disney ! si tu veux celui c est l autre. donc il te faut 4 abornements minimum … C est comme la telephonie, ils etaient 3 maintenant ils ont 4. les revenus des 3 premiers ont baissé. et arrêtez avec les actionnaires, créer du contenu coute de l argent. de plus Netflix et les autres sont des entreprises privées, elles sont la pour gagner du fric pas pour faire un service d’utilité publique. comme votre boulanger.
DocteurBenway
Le piratage ce n’est pas quelque chose de nouveau. Ça a toujours existé et on sait que ce sont les séries les plus regardées qui sont les plus téléchargées.<br /> Le problème de Netflix est plus complexe que ça. Le modèle économique de la plateforme repose uniquement sur le nombre d’abonnés, qui n’est pas extensible. Vient un moment où tu atteint un plafond de verre. On sait par exemple qu’aux USA, Netflix est arrivé au bout du nombre d’abonnés possible. Donc à partir de là, la seule évolution possible c’est la baisse. C’est la raison pour laquelle elle investit beaucoup dans des contenus « étrangers ». L’année dernière, on a vu beaucoup de séries Scandinaves et Coréenne.<br /> Netflix va devoir revoir son modèle économique. Peut être diversifier ses sources de revenus. Les autres plateformes ont la chance d’avoir des activités plus large ou de faire partie de grands groupes. Un abonnement moins cher mais avec de la pub, c’est une idée intéressante pour séduire un public à petit budget.<br /> Il faut dire aussi que Netflix a changé de stratégie récemment en produisant des films à gros budget. Est ce que c’est vraiment rentable?<br /> Et puis la plateforme cible aussi beaucoup un grand public très volatile. Est ce qu’elle n’aurait pas à y gagner à cibler un public plus pointu.<br /> C’est un sujet complexe où il n’y a pas qu’une seule réponse. A Netflix de se pencher sur le sujet et de faire les améliorations nécessaires. Aujourd’hui, il y a une guerre des services de streaming et le portefeuille des gens n’est pas infini, il va falloir choisir.
MattS32
KlingonBrain:<br /> Oh que non que ça n’est pas un cas particulier. C’est vrai pour absolument TOUS les logiciels coûteux auquel les étudiants ont besoin de se former pour leur futur métier.<br /> C’est donc bien un cas particulier : logiciel professionnel coûteux dont les étudiants ont besoin pendant leurs études. Ça n’est pas tous les logiciels pro. Et encore moins tous les logiciels. Et encore moins toutes les œuvres piratables.<br /> En outre, ça n’est même pas le cas de TOUS les logiciels professionnels coûteux comme tu le prétends : beaucoup d’éditeurs proposent des licences à bas prix, voire gratuites, aux étudiants, en partenariat avec les établissements scolaires.<br /> Quand j’étais en prépa, j’avais une version « Student » de Maple, vendue 10 fois moins cher que la version standard. Avec quelques limitations./<br /> Plus tard, quand j’ai fait mon école d’ingé en informatique, j’avais un accès MSDNAA, qui en me connectant avec l’adresse mail fournie par mon école me donnait accès à toute la gamme pro de Microsoft, Office, Windows, mais aussi Visual Studio, MSSQL, etc…<br /> Chez JetBrains, éditeur d’une série d’IDE très populaires, il y a des version Edu de ces IDE, avec quelques limitations, mais gratuits pour les étudiants.<br /> Etc, etc…<br /> KlingonBrain:<br /> Sur les plateformes grand public, la gratuité est plutôt la règle.<br /> Parce que si ils font payer, ils se font pirater, et parce que les gens se sont mis en tête que si c’est sur mobile, ça doit être moins cher, donc ils refusent catégoriquement de lâcher 50€ pour un jeu sur smartphone (alors qu’ils y passeront souvent bien plus de temps que sur un jeu à 50€ sur console…). Et encore une fois, ça ne peut marcher que pour du très grand public, parce que pour être rentable avec la pub et les quelques achats in-app, il faut vraiment ratisser large. Et provoquer chez l’utilisateur des comportements qui ne relèvent plus du loisir et du plaisir de jeu, mais bel et bien de l’addiction, le tout associé à de l’espionnage, toutes les actions étant trackées pour ensuite être analysées et étudiées pour voir comment en tirer un maximum de revenus. Tu ne peux pas faire sur ce modèle un jeu pointu ciblant une petite minorité de joueurs. Ça ne sera jamais rentable.<br /> Tout comme si tu veux faire une chaîne de TV financée intégralement par la pub, il faut faire du TF1, pas du Arte. Si tu fais du Arte en voulant te financer intégralement par la pub, tu fais faillite en 6 mois.<br /> KlingonBrain:<br /> Pire, quand on voit que les « cadeaux » de licences offertes se multiplient, c’est un signe qui ne trompe pas qu’une bonne partie du catalogue ne doit plus rapporter grand chose.<br /> À part les jeux gratuits de la semaine sur l’Epic Game Store, qui sont un cas particulier (le but est de promouvoir l’Epic Game Store, donc Epic achète des licences aux éditeurs de ces jeux, pour eux c’est bien des ventes qui se font…), les licences distribuées gratuitement, c’est quand même surtout des fonds de catalogue et des vieux jeux qui ont terminé leur carrière commerciale depuis un moment hein…
lightness
C’est assez étonnant j’ai vu cette info sur un autre site et c’était la concurrence le problème seulement. Sur clubic pareil mais le responsable serait le piratage… pourtant le piratage existé bien avant Netflix d’ailleurs megaupload et Dpstream ont permis à Netflix d’exister comme moyen légal de regarder des films sur internet. Après à force d’être trop gourmand et de vouloir imposer un surcoût à chaque partage pas étonnant que des abonnés soit partis rien que par l’annonce de vouloir fliquer les comptes pour percevoir plus d’argent.<br /> En fait, c’est les impôts le vrai responsable des surcoûts.
MattS32
lightness:<br /> d’ailleurs megaupload et Dpstream ont permis à Netflix d’exister comme moyen légal de regarder des films sur internet<br /> Ah bon ? En quoi Megaupload et Dpstream ont permis quoi que ce soit à Netflix qu’il n’aurait pas pu faire sans eux ?
lightness
Eh bien une demande a été créé : je regarde du streaming, c’est gratuit, ça échappe aux ayants droits qui ne perçoivent pas de royalties.<br /> Pour éviter d’encourager le piratage et proposer du contenu inédit Netflix a été créé : pas cher, pas besoin de streaming illégal compliqué et rempli de pubs, et cela rémunère les ayants droits. Et son objectif était de diminuer le piratage.
MattS32
Tu refait l’histoire là.<br /> Netflix et le streaming légal existaient bien avant Megaupload et Dpstream hein. Pour rappel, Netflix, ça a été fondé à la fin des années 90 (oui oui, 90, Netflix va fêter ses 25 ans cet été), et ça fonctionnait à la base par envoi de DVD (mais déjà sur le principe actuel d’un abonnement mensuel pour accès à tout le catalogue, et cette offre DVD est même encore proposée par Netflix aux USA), puis en streaming à partir de 2007 (si j’en crois la base Whois, le domaine dpstream.com a été enregistré pour la première fois fin 2008…).<br /> Et il y avait de nombreux autres services de VOD légaux dès le début des années 2000.<br /> Donc non, Megaupload et Dpstream n’ont pas permis à Netflix d’exister.
KlingonBrain
C’est bien là qu’est le souci : tu ne démontres pas. Si c’est ce que tu penses, alors d’accord. Mais tu m’apportes pas d’arguments autres qu’une opinion personnelle.<br /> Relisez tout ce que j’ai écrit, j’ai apporté de très nombreux arguments.<br /> Gardez à l’esprit que les démonstrations probantes au sens mathématique, ça n’existe pas en dehors des sciences fondamentales.<br /> Le fait que les éditeurs de jeux vidéo combattent le piratage via différentes techniques est bien la preuve que c’est quelque chose qui leur nuit.<br /> Parce que le piratage est les deux à la fois : nuisible et utile.<br /> Vu qu’ils ne pourront jamais le supprimer totalement, alors ils tentent d’en tirer un petit avantage en surfant dessus et en tentant de s’en servir comme canal promotionnel, mais il n’y a aucun doute sur le fait que, s’ils le pouvaient, ils le feraient disparaître sans la moindre hésitation.<br /> Est ce qu’un taux de piratage nul est forcément la situation idéale pour les éditeurs ?<br /> Le piratage s’est énormément réduit par rapport au passé. Et qu’est ce qu’on constate ? L’apparition de stratégies commerciales qui sont une façon … de le réinventer légalement.<br /> Je ne parle même pas de l’essor du logiciel libre. Linus Torvalds expliquait dans une interview qu’avoir mis le noyau Linux sous une licence libre était la meilleur décision qu’il ait prise dans sa vie.<br /> Cela dit, si le piratage continue d’exister sous une forme légale, c’est un très gros progrès par rapport à sa forme illégale.<br /> Et, comme il a déjà été relevé dans ce fil, la situation n’est pas la même pour un éditeur de logiciel professionnel, qui peut en effet avoir un intérêt à ce que des utilisateurs prennent leurs marques avec ses produits. Pour un jeu vidéo il n’y a aucune « acclimatation » possible, et donc aucun bénéfice à tirer à ses faire pirater ses titres.<br /> Je ne suis pas du tout d’accord. IMHO, c’est même tout l’inverse.<br /> Les joueurs développent un rapport très affectif et une très grande addiction vis à vis de leurs oeuvres préférées.<br /> N’avez vous pas remarqué comment les éditeurs offrent (ou font une forte promo) sur la licence d’un jeu … juste avant de sortir la suite ?<br /> Quant à la fable du joueur qui pirate pour « essayer et qui ensuite achète si ça lui plaît », je serais très très curieux de savoir quelle proportion de pirates font ça…<br /> Je suis d’accord qu’il y a certainement beaucoup d’hypocrisie.<br /> Cela dit, le marché ne se résume vraisemblablement pas à deux camps bien tranché avec d’un côté ceux qui achètent et ceux qui piratent.
MattS32
KlingonBrain:<br /> Je ne suis pas du tout d’accord. IMHO, c’est même tout l’inverse.<br /> Les joueurs développent un rapport très affectif et une très grande addiction vis à vis de leurs oeuvres préférées.<br /> Sauf que contrairement au logiciel pro, il n’y a pas la contrainte qui te force à passer au légal… L’étudiant qui a fait ses armes sur une version pirate de Photoshop, quand il devient pro, il est « contraint » de passer à une version légale. Et en plus, c’est même pas forcément lui qui la paye.<br /> Le joueur qui a fait ses armes sur la version 1 piratée d’un jeu, y a quoi qui le contraint à se mettre en règle pour la version 2 ? Rien.<br /> Encore une fois, y a qu’à voir les ratios de vente PC/console sur les jeux multiplateforme pour ce rendre compte de l’impact du piratage, très présent sur PC et quasi inexistant sur les consoles de 8ème et 9ème génération.<br /> Prenons l’exemple de GTA V. Dispo sur PC et sur les consoles Sony et Microsoft de 8ème et 9ème génération. Soit un parc d’environ 200 millions de consoles. Le jeu s’est vendu à environ 20M d’unités sur PC, en comptant large, et 140 millions sur consoles (160M de ventes toutes plateformes au 31/12/2021, dont 12.6M sur PC au 01/07/2018). Soit au bas mot 7 fois plus d’unités vendues sur les consoles que sur PC.<br /> Pourtant, il n’y a pas 7 fois plus de joueurs sur consoles que sur PC… 200 millions de joueurs sur les consoles de 8ème et 9ème génération (sans compteur ceux qui ont les deux), contre 120 millions de comptes actif rien que sur Steam…<br /> Et en plus, GTA est un jeu historiquement issu du monde PC, ce n’est qu’à partir de GTA 3 qu’il a commencé à vraiment marcher sur consoles, donc on ne peut même pas dire qu’il a un ancrage historique sur consoles pour justifier ces ventes très supérieures.<br /> KlingonBrain:<br /> Je ne parle même pas de l’essor du logiciel libre.<br /> Vaut mieux pas. Ce serait en effet un sacré mélange des genres tant ça n’a strictement rien à voir… Pour avoir pas mal bourlingué dans la communauté open source, la notion de respect du droit d’auteur y est beaucoup plus ancrée que dans le reste du monde…
HAL1
KlingonBrain:<br /> Parce que le piratage est les deux à la fois : nuisible et utile.<br /> Non. Il n’y a pas de piratage « utile », ça n’a aucun sens.<br /> Pas plus qu’il n’y a un piratage « réinventé » et « légal ». Un modèle économique basé sur un jeu gratuit et avec de la publicité et/ou des achats intégrés n’a strictement rien à voir avec un jeu payant qui est piraté.<br /> Ce que tu es en train de dire, c’est qu’un magasin a intérêt à laisser des voleurs dérober de la marchandise, car il y a une chance que ça fasse connaître leurs produits et que peut-être ces voleurs reviendront acheter dans le futur.<br /> Étonnant alors que les magasins installent des systèmes antivol et des caméras de sécurité, paient des vigiles, etc.<br /> KlingonBrain:<br /> Le piratage s’est énormément réduit par rapport au passé.<br /> Ah bon ? « Énormément » ? C’est-à-dire combien exactement ? Et sur quelle période ?<br /> KlingonBrain:<br /> Je ne parle même pas de l’essor du logiciel libre<br /> Vu que ça n’a absolument rien à voir et que libre ≠ gratuit, je pense que c’est en effet mieux de ne pas en parler.<br /> KlingonBrain:<br /> Les joueurs développent un rapport très affectif et une très grande addiction vis à vis de leurs oeuvres préférées.<br /> Et pourtant des tas de grands jeux continuent à être cadenassés avec plein de protections anti-piratages. Comment se fait-ce, si « les joueurs » (généralisation à l’extrême) développent un rapport très affectif et ont apparemment un respect infini pour les jeux auxquels ils jouent ?<br /> KlingonBrain:<br /> N’avez vous pas remarqué comment les éditeurs offrent (ou font une forte promo) sur la licence d’un jeu … juste avant de sortir la suite ?<br /> C’est en effet une technique marketing tout à fait simple et efficace. Ça permet de faire parler du jeu original, d’en augmenter les ventes (et donc de gagner de l’argent), d’attirer l’attention sur la suite qui arrive avec une publicité toute faite via les sites spécialisés, et de potentiellement accroître le nombre d’acheteurs de la dite suite.<br /> Encore une fois : rien à voir avec un « piratage légal ». L’éditeur maîtrise entièrement l’opération, elle lui permet d’engranger des profits, elle lui économise des frais de publicité, elle est à 100% de son fait puisque l’éditeur dans beaucoup de cas sait que la première mouture aura nettement moins d’intérêt une fois la nouvelle version disponible (à part pour les titres où l’histoire se poursuit d’un jeu à l’autre, ce qui est loin d’être la majorité).
KlingonBrain
C’est donc bien un cas particulier : logiciel professionnel coûteux dont les étudiants ont besoin pendant leurs études. Ça n’est pas tous les logiciels pro. Et encore moins tous les logiciels. Et encore moins toutes les œuvres piratables.<br /> Le principe d’une formation est de préparer la personne à ce qu’il fera en entreprise.<br /> Donc par définition, tous les logiciels utilisés en entreprise sont susceptibles de faire partie d’un cursus de formation… ou d’un autre.<br /> En outre, ça n’est même pas le cas de TOUS les logiciels professionnels coûteux comme tu le prétends : beaucoup d’éditeurs proposent des licences à bas prix, voire gratuites, aux étudiants, en partenariat avec les établissements scolaires.<br /> Simple démonstration du pragmatisme des éditeurs. Le piratage dans les écoles est un énorme avantage pour eux. Donc… ils le légalisent <br /> Quand j’étais en prépa, j’avais une version « Student » de Maple, vendue 10 fois moins cher que la version standard. Avec quelques limitations./<br /> Plus tard, quand j’ai fait mon école d’ingé en informatique, j’avais un accès MSDNAA, qui en me connectant avec l’adresse mail fournie par mon école me donnait accès à toute la gamme pro de Microsoft, Office, Windows, mais aussi Visual Studio, MSSQL, etc…<br /> Chez JetBrains, éditeur d’une série d’IDE très populaires, il y a des version Edu de ces IDE, avec quelques limitations, mais gratuits pour les étudiants.<br /> Et après, quand tu va monter ta boite, tu va payer tout ça au prix fort. Et tu pourra pas faire autrement parce que tu aura été formé avec ça (et t’amuse pas à pirater, le concurrent te dénoncerait illico).<br /> Alors que pendant les études, le piratage et/ou licences à bas prix auront fait disparaître la notion de prix de la tête des gens … au détriment des logiciels libres.<br /> En tout cas, très bonne stratégie pour les éditeurs. Pour nous, c’est moins sûr…<br /> Parce que si ils font payer, ils se font pirater, et parce que les gens se sont mis en tête que si c’est sur mobile, ça doit être moins cher, donc ils refusent catégoriquement de lâcher 50€ pour un jeu sur smartphone (alors qu’ils y passeront souvent bien plus de temps que sur un jeu à 50€ sur console…).<br /> Sauf que le piratage sur smartphone et tablette, cela représente une petite minorité de gens, donc pas de quoi empêcher de dormir un éditeur.<br /> Rappelons que les appareils sont vérouillés et que les déverouiller n’est pas à la portée de tous.<br /> Ajoutons que l’installation de logiciels piratés sur un smartphone présente de TRES gros risques, même pour un connaisseur.<br /> Et provoquer chez l’utilisateur des comportements qui ne relèvent plus du loisir et du plaisir de jeu, mais bel et bien de l’addiction, le tout associé à de l’espionnage, toutes les actions étant trackées pour ensuite être analysées et étudiées pour voir comment en tirer un maximum de revenus. Tu ne peux pas faire sur ce modèle un jeu pointu ciblant une petite minorité de joueurs. Ça ne sera jamais rentable.<br /> Il est tout à fait juste de souligner la différence fondamentale entre marché de grand public et marché de niche (80/20 du paretto).<br /> Pour autant, peut t’on forcément en déduire que le piratage n’a aucun intéret positif dans une stratégie commerciale sur un domaine moins grand public ?<br /> Le problème d’un marché de niche, c’est sa viralité assez basse. Un peu de piratage peut aider à soutenir un peu la popularité.<br /> Tout comme si tu veux faire une chaîne de TV financée intégralement par la pub, il faut faire du TF1, pas du Arte. Si tu fais du Arte en voulant te financer intégralement par la pub, tu fais faillite en 6 mois.<br /> Encore une fois, mon propos n’est pas de dire que l’idéal est le 100% gratuit, ni que ce modèle peut convenir à tout.<br /> Mon propos est de souligner comment les éditeurs de logiciels ont développé des stratégies pour exploiter les aspecte positifs du piratage. Et cela, tous modèles de licence confondus.<br /> Ce qui n’empêche pas qu’il y a bien des différences entre la façon de l’exploiter dans un « free to play », une licence payante classique ou un logiciel libre.<br /> À part les jeux gratuits de la semaine sur l’Epic Game Store, qui sont un cas particulier (le but est de promouvoir l’Epic Game Store, donc Epic achète des licences aux éditeurs de ces jeux, pour eux c’est bien des ventes qui se font…), les licences distribuées gratuitement, c’est quand même surtout des fonds de catalogue et des vieux jeux qui ont terminé leur carrière commerciale depuis un moment hein…<br /> Depuis que j’ai joué à pong, je ne me souviens pas d’une période ou l’on offrait des jeux pour faire de la promotion. Et encore moins de façon massive.<br /> Et oui, ces jeux dont la plupart ne sont pas si vieux ne rapportent vraisemblablement plus. C’est exactement le problème que j’ai décrit plus haut. Plus il existe d’oeuvres, plus le « fond de catalogue » devient du même coup important.
tfpsly
KlingonBrain:<br /> En outre, ça n’est même pas le cas de TOUS les logiciels professionnels coûteux comme tu le prétends : beaucoup d’éditeurs proposent des licences à bas prix, voire gratuites, aux étudiants, en partenariat avec les établissements scolaires.<br /> Simple démonstration du pragmatisme des éditeurs. Le piratage dans les écoles est un énorme avantage pour eux … donc ils le légalisent.<br /> Non, c’est complètement faux. Tu déformes la réalité (les éditeurs vendant des licences légales à bas prix) pour justifier le piratage. L’un est un investissement de l’éditeur, l’autre du vol.<br /> Et de plus : c’est un énorme HS depuis le début : en plus d’être complètement faux, ton propos n’a rien à avoir avec le sujet, Netflix vs le download illégal de films/séries télé.
lightness
Je me ballade sur internet depuis 1995, avec des personnes de mon entourage et jamais personne ne m’a parlé de netflix en France. Oui wikipedia nous renseignent bien mais quand c’est devenu une plateforme de streaming en ligne c’est bien sous pression des majors et c’est devenu international dès 2014. Donc si , l’idée du streaming en ligne était bien inspiré des « services de streaming » exemple Dpstream, qui faisait de l’ombre à la vente de dvd qui perdait en vitesse notamment.
MattS32
KlingonBrain:<br /> (et t’amuse pas à pirater, le concurrent te dénoncerait illico)<br /> Ça aussi, ça relève de la légende urbaine hein… Le concurrent il en sait rien du tout si tu pirates ou non, et il y a très peu de contrôle en entreprise.<br /> Alors oui, de manière générale, les entreprises sont quand même plus en règles que les particuliers, mais il y a quand même une sacré part d’utilisation pirate aussi en entreprise hein… J’ai vu des Photoshop pirates chez deux boîtes du CAC40 (sur deux que j’ai fréquentées…), et par exemple, depuis que Docker Desktop est devenu payant pour les entreprises, je n’en ai pas vu une seule qui soit passée à la caisse (sur 3 entreprises l’utilisant que je connais).<br /> C’est d’ailleurs bien pour ça que même les logiciels pro restent protégés contre le piratage. S’il n’y avait pas de piratage en entreprise, il n’y aurait strictement aucun besoin de ces protections hein…<br /> KlingonBrain:<br /> Depuis que j’ai joué à pong, je ne me souviens pas d’une période ou l’on offrait des jeux pour faire de la promotion. Et encore moins de façon massive.<br /> Ça existait pourtant déjà même à l’époque du CD-ROM, même si forcément à l’époque c’était limité par le fait que ça avait un coût de fabrication et des coûts de vente (tu pouvais pas mettre en rayon un jeu à 1€, ça n’aurait été rentable pour personne)…<br /> Mais il y avait par exemple la série « Gold » chez Ubi Soft, qui rééditait pour 100F d’ancien jeux phares qui étaient vendus 450F à leur sortie.<br /> Puis pour des jeux encore un peu plus anciens, il y avait des magazines, comme Génération 4, qui offraient un jeu avec chaque numéro.<br /> La dématérialisation facilite simplement ce genre d’opération pour presser le dernier jus qu’on peut tirer d’un fond de catalogue, grâce à un coût marginal proche de 0. C’est pour ça que ce genre d’offres se développe au fil du développement de la dématérialisation. Rien à voir avec le piratage.
KlingonBrain
Non, c’est complètement faux. Tu déformes la réalité (les éditeurs vendant des licences légales à bas prix) pour justifier le piratage. L’un est un investissement de l’éditeur, l’autre du vol.<br /> J’objecterais qu’a part l’aspect légal (qui n’est certes pas du tout un détail), pour le reste, ça reviens au même pour l’éditeur : il a donné une licence contre des queues de cerise ou presque.<br /> Si c’était moi, je mettrait fin à cette hypocrisie en contrôlant les machines des étudiants et en interdisant les licences à prix différent suivant la situation de l’acheteur.<br /> Comme ça, pas de vol de licence et les étudiants auront une vraie réflexion dès le départ sur le prix de ces logiciels et du prêt qu’ils devront consentir pour s’y former. Ce qui engendrera une meilleure concurrence.<br /> Et de plus : c’est un énorme HS depuis le début : en plus d’être complètement faux, ton propos n’a rien à avoir avec le sujet, Netflix vs le download illégal de films/séries télé.<br /> Non, ce n’est pas du HS, c’est complètement lié. Si vous n’avez pas compris le but de mon propos, je vous le résume : le monde du logiciel s’est adapté au piratage avec de multiples stratégies intelligentes pour le contrer, voir en profiter pendant que le monde de la musique et du cinéma n’ont fait que jouer les pleureuses pour avoir des aides ou des illusions du genre hadopi qui n’ont servi à rien.<br /> Même s’il y a des différences entre le monde du logiciel et de la musique, la base de la stratégie est la même : il faut une offre légale à prix compatible avec ce qu’est prêt à mettre l’acheteur.
MattS32
lightness:<br /> Donc si , l’idée du streaming en ligne était bien inspiré des « services de streaming » exemple Dpstream<br /> Encore une fois, non, la chronologie te donne tort.<br /> Netflix est devenu une plateforme de streaming en 2007, tout comme Hulu. Dpstream est apparu en 2008.<br /> Le passage au streaming était simplement dans la logique du business que faisait Netflix depuis dix ans aux USA (et plus généralement, l’évolution logique de toute l’offre de location de DVD, que ça soit à l’acte ou par abonnement) : le fonctionnement par envoi de DVD impliquait des coûts logistiques énormes, que le streaming permettait d’éliminer.<br /> Et ce n’était pas la première plateforme de streaming, du streaming on en avait déjà tous sur nos box bien avant 2007… Par exemple en France, Free a lancé son service de VOD en 2005, Orange a lancé le sien dès 2002…
MattS32
KlingonBrain:<br /> Non, ce n’est pas du HS, c’est complètement lié. Si vous n’avez pas compris le but de mon propos, je vous le résume : le monde du logiciel s’est adapté au piratage avec de multiples stratégies intelligentes pour le contrer, voir en profiter pendant que le monde de la musique et du cinéma n’ont fait que jouer les pleureuses pour avoir des aides ou des illusions du genre hadopi qui n’ont servi à rien.<br /> Sauf que pas une seule des stratégies que tu décrit pour le logiciel n’est réellement applicable à la musique ou aux films et série…<br /> KlingonBrain:<br /> Même s’il y a des différences entre le monde du logiciel et de la musique, la base de la stratégie est la même : il faut une offre légale à prix compatible avec ce qu’est prêt à mettre l’acheteur.<br /> Oui oui, yaka, fokon. Sauf que même l’abonnement pour 15€ par mois qui donne un accès illimité à plus de contenu que ce que la personne regardera dans tout sa vie, les gens trouvent encore moyen de dire que c’est trop cher… C’est ça le fond du problème, la somme que beaucoup de gens sont prêts à payer pour de la musique et des films, c’est… 0. Et dans le même temps, ça pleure sur le manque de qualité des contenus de TF1 <br /> Pire, les gens trouvent moyen de dire que comme les 3/4 du catalogue ne les intéressent pas, ils ne devraient payer que les 1/4 de l’abonnement (ou du coup le partager avec 3 autres pour « compenser »)… Oubliant complètement que le prix est déjà calculé en tenant compte du fait que bien évidement tout le monde ne va consommer qu’une petite partie du catalogue…
darkkanga
Bonjour,<br /> Le piratage nuit à toutes les entreprises, un produit contrefait est un manque gagner pour l’entreprise. Que l’on parle d’objet, de licence, de copie, à chaque fois l’entreprise est impactée.<br /> Chaque personne a des raisons plus ou moins légitimes pour justifier son acte mais les faits restent les faits.<br /> Pour Netflix, si chaque épisode ou film téléchargé se convertit en compte payant, le calcul est vite fait, la plate-forme double son nombre d’utilisateurs voir le triple.<br /> Donc oui le piratage nuit à Netflix mais l’augmentation des prix, la concurrence, le manque de diversification des produits font également du tord à Netflix.<br /> Les services de streaming sont jeunes, il faut encore attendre quelques années pour que cela se stabilise,que des acteurs historiques s’arrêtent, que de nouveaux apparaissent. Nous avons connu la même chose avec les FAI qui apparaissent et disparaissent.<br /> Pour les jeux vidéo, le piratage est une plaie, le mal est moindre pour des Ubisoft, Square Enix mais pour des petites structures cela peut faire bcp de mal.<br /> Pour les logiciels dit pro l’histoire est un peu différence, offrir des licences étudiants ou à la maison permet d’habituer le future client et de le garder. J’offre des licences à telle école, formation, les étudiant apprennent et ensuite garde l’habitude en milieu professionnel qui pour beaucoup travaillent déjà avec ce logiciel. On limite la concurrence.<br /> Pour d’autres cela permet de répéter le nom comme Microsoft, Office, Windows. Microsoft tire une majorité des ses revenus des professionnels pas des particuliers ou étudiants.<br /> Que l’on pirate ou pas, que ce soit légitime ou pas, le vol et la contrefaçon nuisent à la creation.
KlingonBrain
Ça aussi, ça relève de la légende urbaine hein… Le concurrent il en sait rien du tout si tu pirates ou non, et il y a très peu de contrôle en entreprise.<br /> Même si les contrôles sont en apparence peu courants, il ne faut pas oublier que ça coûte très cher pour ceux qui se font attraper.<br /> Il y a beaucoup de contrôles sur dénonciation. Et un concurrent peut facilement savoir par d’anciens salariés.<br /> Donc le piratage en entreprise, c’est à éviter comme la peste noire.<br /> Alors oui, de manière générale, les entreprises sont quand même plus en règles que les particuliers, mais il y a quand même une sacré part d’utilisation pirate aussi en entreprise hein… J’ai vu des Photoshop pirates chez deux boîtes du CAC40 (sur deux que j’ai fréquentées…), et par exemple, depuis que Docker Desktop est devenu payant pour les entreprises, je n’en ai pas vu une seule qui soit passée à la caisse (sur 3 entreprises l’utilisant que je connais).<br /> Cadeau <br /> Clubic.com – 3 Jul 07<br /> piratage : La BSA offre jusqu'à 1M $ aux délateurs<br /> Promotion d'été à la délation aux Etats-Unis : La Business Software Alliance (BSA) promet jusqu'à 1 million de dollars, au lieu des 200.000 habituels, à ceux qui dénonceront l'utilisation de logiciels piratés dans leur entreprise. Cette opération...<br /> Bon, c’est pour l’anecdote (c’est pas en France).<br /> C’est d’ailleurs bien pour ça que même les logiciels pro restent protégés contre le piratage. S’il n’y avait pas de piratage en entreprise, il n’y aurait strictement aucun besoin de ces protections hein…<br /> Oui, c’est utile pour dissuader le profane. Et ça permet aussi dans les petites entreprises d’éviter que les salariés n’installent n’importe quoi sur n’importe quel poste de façon anarchique.<br /> Ça existait pourtant déjà même à l’époque du CD-ROM, même si forcément à l’époque c’était limité par le fait que ça avait un coût de fabrication et des coûts de vente (tu pouvais pas mettre en rayon un jeu à 1€, ça n’aurait été rentable pour personne)…<br /> Mais il y avait par exemple la série « Gold » chez Ubi Soft, qui rééditait pour 100F d’ancien jeux phares qui étaient vendus 450F à leur sortie.<br /> Puis pour des jeux encore un peu plus anciens, il y avait des magazines, comme Génération 4, qui offraient un jeu avec chaque numéro.<br /> La dématérialisation facilite simplement ce genre d’opération pour presser le dernier jus qu’on peut tirer d’un fond de catalogue, grâce à un coût marginal proche de 0. C’est pour ça que ce genre d’offres se développe au fil du développement de la dématérialisation. Rien à voir avec le piratage.<br /> Je vous accorde que des promotions ont toujours existé, mais aujourd’hui, on est quand même passé à un stade bien supérieur avec le « free to play », les promotions pléthorique, les dons de licences et les abonnements.<br /> Après, quel rapport avec le piratage ? Simplement qu’avec une offre légale aussi fournie, ça diminue très fortement l’intéret du piratage. Tu n’as déjà pas le temps de jouer avec tout ce qu’on te donne <br /> Sauf que pas une seule des stratégies que tu décrit pour le logiciel n’est réellement applicable à la musique ou aux films et série…<br /> Je ne suis pas du tout d’accord, bien au contraire. Même s’il y a des différences, de nombreuses stratégies sont totalement communes à tous les types de bien.<br /> Et la première d’entre elle n’est pas bien compliquée, c’est d’avoir une offre légale correctement fournie à des prix compatible avec les moyens du commun des mortels.<br /> Oui oui, yaka, fokon. Sauf que même l’abonnement pour 15€ par mois qui donne un accès illimité à plus de contenu que ce que la personne regardera dans tout sa vie, les gens trouvent encore moyen de dire que c’est trop cher… C’est ça le fond du problème, la somme que beaucoup de gens sont prêts à payer pour de la musique et des films, c’est… 0. Et dans le même temps, ça pleure sur le manque de qualité des contenus de TF1 <br /> Pire, les gens trouvent moyen de dire que comme les 3/4 du catalogue ne les intéressent pas, ils ne devraient payer que les 1/4 de l’abonnement (ou du coup le partager avec 3 autres pour « compenser »)… Oubliant complètement que le prix est déjà calculé en tenant compte du fait que bien évidement tout le monde ne va consommer qu’une petite partie du catalogue…<br /> Oui, les gens râlent, mais en attendant, je suis totalement d’accord avec vous, Netflix, c’est quand même bien pratique. Pour ma part, je ne vois aucun intéret de s’emmerder avec des téléchargements illégaux et leurs inconvénients quand on peut se contenter de cliquer dans une interface sans se prendre la tête pour une image qui est toujours de bonne qualité et dans notre langue.<br /> Mais il ne faut pas oublier non plus que les gens n’ont pas des moyens illimités et que beaucoup de français finissent le mois à quelques euros. Netflix augmente régulièrement ses prix. Et quand tout augmente comme en ce moment, il arrive fatalement moment ou des gens finissent par décrocher.
MattS32
KlingonBrain:<br /> Cadeau <br /> Tu te rends compte que ça confirme justement le côté ultra-rare de ces contrôles ?<br /> Lis bien le dernier paragraphe… Ces contrôles ont permis de récupérer 22 millions de dollars en 2 ans, alors que l’impact du piratage est estimé à 7.3 milliards de dollars par an à cette époque… Donc en gros, le « rendement » de ce programme de délation du BSA, était de l’ordre de 2 pour 1000.<br /> Pour des chiffres plus récents, le BSA lui même estimait en 2015 que 39% des logiciels installés sur PC dans le monde sont piratés, pour une valeur globale de 52 milliards de dollars. Et cette année là, le nombre d’entreprises « redressées » pas le BSA était de… 15 au niveau mondial. En effet, le risque de délation et de contrôle est énormissime Je pense qu’en une journée en appelant quelques anciens collègues et clients je te trouve le double de professionnels utilisant des logiciels pirates dans un périmètre de 10 km autour de chez moi…<br /> La réalité, c’est que le risque est quasiment nul. Parce que les organisme comme le BSA ont à peu près 0 pouvoir, ils ne peuvent faire payer qu’une entreprise qui reconnaitrait les faits (puisqu’ils ne peuvent pas aller vérifier par eux même) ou déposer une plainte. Plainte qui sera traité en priorité super basse, parce que la justice a autre chose à faire que gérer ce genre de choses…<br /> KlingonBrain:<br /> Et la première d’entre elle n’est pas bien compliquée, c’est d’avoir une offre légale correctement fournie à des prix compatible avec les moyens du commun des mortels.<br /> Mais c’est le cas. Sauf que les gens trouvent quand même ça trop cher… La période 2000-2010 a complètement fait perdre la notion de valeur pour la musique et les films.<br /> On est passé d’une époque où tout le monde trouvait normal de payer un CD 100F et une VHS 100-200F à une époque ou énormément de gens trouvent trop cher de payer 10€ pour un mois de musique en illimité (soit 30% moins cher qu’un CD il y a 20 ans, et encore, sans même compter l’inflation) et 15€ par mois pour des films et séries en illimité (soit à l’année le prix de 6 à 12 films en VHS)… Parce que pendant une décennie, ils ont tout eu gratuitement.<br /> Et à côté de ça, ça met des centaines d’euros dans des smartphones remplacés tous les deux ans, ça fume 100€ de clopes par mois…
ld9474
MattS32:<br /> On est passé d’une époque où tout le monde trouvait normal de payer un CD 100F et une VHS 100-200F à une époque ou énormément de gens trouvent trop cher de payer 10€ pour un mois de musique en illimité (soit 30% moins cher qu’un CD il y a 20 ans, et encore, sans même compter l’inflation) et 15€ par mois pour des films et séries en illimité (soit à l’année le prix de 6 à 12 films en VHS)… Parce que pendant une décennie, ils ont tout eu gratuitement.<br /> Et à côté de ça, ça met des centaines d’euros dans des smartphones remplacés tous les deux ans, ça fume 100€ de clopes par mois…<br /> 200% d’accord. Perso je ne pirate plus depuis longtemps (j’avais pas le débit pour ). Et pour remonter un peu le thread, c’est idem pour les logiciels même pro. Soit il y a des versions gratuites, soit il y a des alternatives open source.
_Troll
Quelqu un qui enregistrent des films visiones avec un abonement, est-ce que c’est un pirate ? Je pense qu il doit y en avoir beaucoup des gens qui enregistrent leur films preferes sur Netflix.
Blackalf
Netflix l’autorise, ça n’a donc rien d’illégal. <br /> https://help.netflix.com/fr/node/54816
KlingonBrain
Tu te rends compte que ça confirme justement le côté ultra-rare de ces contrôles ?<br /> Lis bien le dernier paragraphe… Ces contrôles ont permis de récupérer 22 millions de dollars en 2 ans, alors que l’impact du piratage est estimé à 7.3 milliards de dollars par an à cette époque… Donc en gros, le « rendement » de ce programme de délation du BSA, était de l’ordre de 2 pour 1000.Pour des chiffres plus récents, le BSA lui même estimait en 2015 que 39% des logiciels installés sur PC dans le monde sont piratés, pour une valeur globale de 52 milliards de dollars. Et cette année là, le nombre d’entreprises « redressées » pas le BSA était de… 15 au niveau mondial. En effet, le risque de délation et de contrôle est énormissime Je pense qu’en une journée en appelant quelques anciens collègues et clients je te trouve le double de professionnels utilisant des logiciels pirates dans un périmètre de 10 km autour de chez moi…<br /> « 15 entreprises redressées au niveau mondial ».<br /> Les plus gros éditeurs du monde financeraient une organisation mondiale qui n’épingle même pas une pauvre entreprise par an dans chaque pays ? Pensez vous que ces chiffres soient réalistes ? J’en ai trouvé d’autres qui les contredisent.<br /> Clubic.com – 30 Mar 12<br /> La BSA a identifié 263 entreprises françaises utilisant des logiciels pirates<br /> La Business Software Alliance dresse le bilan de son activité en 2011. Elle explique avoir surpris 263 sociétés françaises à utiliser des logiciels sans clé d'activation licite et souhaite sensibiliser les professionnels à l'utilisation sous licence...<br /> Ensuite, il faut savoir que le BSA n’est qu’une organisation privée missionnée par certains éditeurs. Et ils ne sont pas les seuls. Par exemple, en France, il y a l’Agence de Protection des Programmes qui traquait les pirates bien avant qu’on entende parler du BSA.<br /> Enfin, les cas de dénonciations ne passent pas forcément par les stats d’une organisation, tout simplement parce que sur le plan légal ces organismes tiers ne sont pas les autorités, ni la justice.<br /> En conclusion, j’ai bien peur qu’il soit plus facile de trouver des chiffres d’« estimations du manque à gagner causé par le piratage » que ceux des cas réellement constatés et condamnés.<br /> je te trouve le double de professionnels utilisant des logiciels pirates dans un périmètre de 10 km autour de chez moi…<br /> Peut être les même qui viendront pleurer quand ils auront perdu très gros.<br /> La loi est claire : Contrefaçon = payer le double, sans compter les frais de justice.<br /> Quand on sait qu’il y a aujourd’hui d’excellents logiciels libres, on ne voit pas l’intérêt.<br /> D’ailleurs, les logiciels libres sont une forme de légalisation du piratage. Ceux qui prétendent qu’ils sont prêts à payer malgré le fait qu’ils copient n’ont qu’a choisir leur camp… et donner aux créateurs du libre <br /> Sur ce, je pense que je vais m’arrêter la et je vous remercie pour cette discussion.
KlingonBrain
Le piratage nuit à toutes les entreprises, un produit contrefait est un manque gagner pour l’entreprise. Que l’on parle d’objet, de licence, de copie, à chaque fois l’entreprise est impactée.<br /> Chaque personne a des raisons plus ou moins légitimes pour justifier son acte mais les faits restent les faits.<br /> Pour les jeux vidéo, le piratage est une plaie, le mal est moindre pour des Ubisoft, Square Enix mais pour des petites structures cela peut faire bcp de mal.<br /> Que l’on pirate ou pas, que ce soit légitime ou pas, le vol et la contrefaçon nuisent à la creation.<br /> Vous avez raison, pourquoi causer du tort à tout ces gens en piratant leur oeuvres, leurs logiciels, leurs films, leur musique ? Qui a envie d’être mauvais ? Qui veut faire le mal ? Qui veut voir un malfaiteur répugnant dans le miroir en se rasant le matin ?<br /> Disons non à tout cela… car nous voulons tous être de bonnes personnes <br /> Pour ceux qui aiment copier, il y a la solution, la révolution : c’est de le faire avec des logiciels libres et des oeuvres libres.<br /> Et cela, en toute légalité, puisque copier une oeuvre libre, ce n’est pas du piratage, mais un usage complètement autorisé et encouragé par les auteurs.<br /> En partageant des oeuvres et logiciels libres, non seulement vous ne nuirez pas à leurs auteurs, mais au contraire, vous augmenterez leur notoriété et par conséquence, les dons qu’ils recevront et les contributions à leurs oeuvres. <br /> Enfin, pour ceux qui prétendent être prêts à payer ce qu’ils aiment malgré le fait qu’ils copient, le domaine du libre leur donne l’occasion de le prouver en contribuant financièrement à ces dernières<br /> Comme ça, tout le monde respecte la loi, tout le monde respecte la volonté des auteurs, tout le monde est content et tout le monde ira au paradis
Dahita
Pour ma part c’est tres clair; tous les desabonnements que je connais sont dues au wokisme a outrance de la plateforme et de ses contenus. Rien d’autre.
MattS32
KlingonBrain:<br /> Pensez vous que ces chiffres soient réalistes ? J’en ai trouvé d’autres qui les contredisent.<br /> Ça a beau être des chiffres beaucoup plus gros, ça reste ridiculement faible… 157 entreprises traduites en justice en France, ça représente 0.004% des entreprises françaises, alors que le BSA estimait à 34% le taux de piratage en France. Et tout ça pour obtenir 1.2 millions d’euros de dommages et intérêts. Soit en moyenne 7600€ par dossier. Et encore, ils précisent qu’il y en a une qui a elle seule a payé 467 000€. Ce qui fait tomber la moyenne à moins de 5000€ pour les 156 autres… 1.2 millions de dommages et intérêts, sur un préjudice total estimé à 2.1 milliards de dollars en France… Oui, c’est ridicule.<br /> On est très loin de la situation d’obligation absolue de payer ses licences pro que tu décrivais plus haut à coup de :<br /> KlingonBrain:<br /> le concurrent te dénoncerait illico<br /> KlingonBrain:<br /> Il y a souvent des contrôles dans les entreprises<br /> La réalité, c’est que les dénonciations sont sans doute extrêmement rares (d’où le fait de payer très cher pour en avoir… si tous les concurrents d’une boîte utilisant un logiciel pirate la dénonçaient illico, pourquoi payer les délateurs ?) et les « contrôles », au sens strict, ils sont à peu près inexistant (puisque ni les éditeurs ni le BSA n’ont l’autorité pour mener des « contrôles »).<br /> KlingonBrain:<br /> Les plus gros éditeurs du monde financeraient une organisation mondiale qui n’épingle même pas une pauvre entreprise par an dans chaque pays ?<br /> Le rôle du BSA est très loin d’être limité à la lutte contre le piratage hein. C’est aussi et surtout un organisme de promotion et de lobbying.<br /> D’ailleurs, concernant la seule lutte contre le piratage, il semblerait justement que plusieurs des très gros éditeurs mondiaux ne lui donnent plus mandat (et donc ne financent sans doute plus cette activité). En effet, dans le formulaire de dénonciation, qui demande de préciser les logiciels concernés, je ne vois que 25 éditeurs, et il en manque quelques un parmi les plus gros, et notamment Adobe et Microsoft (qui sont par contre bien toujours membres du BSA)…<br /> KlingonBrain:<br /> Enfin, les cas de dénonciations ne passent pas forcément par les stats d’une organisation, tout simplement parce que sur le plan légal ces organismes tiers ne sont pas les autorités, ni la justice.<br /> Et alors ? Ne pas être la justice interdit de donner des stats ? Au contraire, ne pas être la justice, qui a une obligation de transparence, leur permet de donner les chiffres qu’ils veulent, et leur intérêt serait bien plus de les gonfler que de les minorer, pour augmenter l’effet dissuasif hein… 0.004% d’entreprises condamnées en France avec une sanction moyenne de quelques milliers d’euros, c’est tout sauf dissuasif hein…<br /> KlingonBrain:<br /> La loi est claire : Contrefaçon = payer le double, sans compter les frais de justice.<br /> Alors non, la loi ne dit pas « payer le double ». Et ensuite, ça c’est uniquement dans le cas où on va en justice et où on est condamné. La réalité, c’est que la probabilité d’aller en justice pour du piratage, elle est ridiculement faible hein… Aussi bien côté particuliers que côté entreprises.<br /> KlingonBrain:<br /> D’ailleurs, les logiciels libres sont une forme de légalisation du piratage.<br /> Non mais vraiment, arrête avec le logiciel libre. Tu dis n’importe quoi, et là tu es même limite insultant envers les vrais valeurs du monde du logiciel libre, qui sont à des années lumière du piratage…<br /> KlingonBrain:<br /> Par exemple, en France, il y a l’Agence de Protection des Programmes qui traquait les pirates bien avant qu’on entende parler du BSA.<br /> Sauf que si tu regardes les solutions qu’ils proposent, concernant la « traque » du piratage, ça se limite essentiellement à constater (et non à trouver…) par agent assermenté les violations de droits SUR INTERNET. Donc par exemple, si sur mon site, je diffuse une copie pirate d’un logiciel, l’éditeur qui s’en est rendu compte par lui même, peut contacter l’APP pour faire constaté le fait par un agent assermenté avant de lancer une action en justice contre moi. Il n’y a visiblement rien pour lutter contre l’utilisation de logiciels pirates en entreprise.<br /> Et pour cause, les moyens d’actions légaux dans ce contexte sont quasiment inexistants. Il n’y a quasiment qu’une dénonciation qui peut déclencher une procédure, et la procédure sera très vite limitée, faute de pouvoir aller faire un contrôle. Il faudra déposer plainte, sur la base de cette seule dénonciation. Base bien faible pour actionner toute la machine judiciaire…
HAL1
Dahita:<br /> Pour ma part c’est tres clair; tous les desabonnements que je connais sont dues au wokisme a outrance de la plateforme et de ses contenus.<br /> On peut difficilement imaginer meilleur avertissement qu’il est grand temps de changer d’entourage.
Than
Voilà. Exactement pour ces raisons.<br /> Du coup la news est bizarre, tellement c’est évident…
icejedi
Perso, j’avais pris uniquement D+, et là je suis passé à Amazon Prime qui est plus avantageux financièrement. Netflix était bien avec les offres promo d’autrefois, mais ça fait longtemps que je ne m’y intéresse plus.<br /> Au final, durant la pandémie je n’ai « piraté » que du contenu… …que j’avais déjà sur D+, mais pas dans une langue voulue, même avec VPN ^^
ShuntUp
@Trophyman900 Tout à fait. J’avais l’offre UHD, jusqu’à il y a quelques années, et après un cumul d’augmentation de +30% (qui est aujourd’hui de +50%, de 12€ à 18€ - ça doit fonctionner à l’huile de tournesol leurs serveurs, et grâce à leur algo ils avaient vu tout ça venir) dont je ne veux que l’UHD, me tamponne des 4 écrans, ne m’amuse pas à partager l’abonnement « bah tout le monde le fait - cool story bro », et qu’il n’y a pas plus de segmentation de leurs offres, Prime me suffit par rapport à mon temps absorbé par des séries.<br /> Le piratage, c’est comme toujours la cible facile pour éviter de remettre en question (sans rentrer dans les débats puérils mélangeant le « vol » numérique et physique) le modèle économique.<br /> Pourquoi Netflix a fait chuter le piratage, par le passé ?<br /> Parce que les gens ont trouvé une nouvelle religion ké sapélerio Hadopi et se sont repentis?<br /> Ou comme dit Blap, parce que c’était beaucoup plus pratique de démarrer Netflix et de lancer direct sa série, qui plus est potentiellement en 4K UHD alors que l’équivalent n’était même pas dispo illégalement, et pas besoin de télécharger (certes le streaming illégal existe aussi), même si l’interface type supermarché de Netflix est pourrie (Prime encore pire) - bonjour l’inexistence de la gestion de contenu, par rapport à un bon vieux Kodi.<br /> Les gens vont toujours vers le meilleur rapport bénéfice/emmerdement, c’est une loi universelle.<br /> Si l’offre légale commence à coûter trop cher non seulement par sa multiplicité si on veut regarder telle ou telle série/film, mais qu’en plus on se gave sur les tarifs, sans même parler de potentiel débat sur le type de contenu récemment prévalent, ça ne devrait étonner personne.<br /> La réponse type de générer plus d’emmerdement (sanction, loi à la con) est un aveu d’impuissance ou un prétexte pour instaurer des leviers pour d’autres raisons, mais est à long terme contre-productive pour le plus grand nombre.
darkkanga
Bonjour,<br /> Il y’a de la place pour tout le monde libre, propriétaire, open source,…<br /> Une entreprise, un développeur à le choix d’offrir son code, son logiciel compilé ou de vendre des licences. Ce n’est pas à l’utilisateur à choisir la manière dont il utilise le logiciel. Personne n’oblige les consommateurs à consommer.
hiro92
Donc d’un côté Netflix se fait tué par le piratage et de l’autre Apple fait des records d’abonnés sur ses services (ApplTV etc… cf news Clubic du même jour)<br /> Le piratage c’est juste pour Netflix ?<br /> Et sinon même avec l’augmentation régulière de l’abonnement, je ne pense pas être le seul à ne plus avoir l’envie ni le temps d’aller chercher des téléchargement à droite à gauche sur des sites douteux. Vu le prix de l’abonnement qui reste modéré ça n’en vaut pas trop le coup à mon goût et je ne pense que la plupart des gens sont dans ce cas, avoir juste à allumer leur tv pour reprendre ou démarrer une série ou un film sans avoir à aller faire la démarche en amont d’aller télécharger tel ou tel truc. Tout ça pour dire que le piratage a bon dos et que ca a l’air d’être le bon bouc emissaire pour Netflix.
tfpsly
hiro92:<br /> Donc d’un côté Netflix se fait tué par le piratage et de l’autre Apple fait des records d’abonnés sur ses services (ApplTV etc… cf news Clubic du même jour)<br /> Ce n’est pas parce qu’Apple a battu son record perso qu’il joue dans la même catégorie de taille que Netflix… Apple est un nain à côté de Netflix Amazon et Disney; et Apple fournit un catalogue bien plus petit.<br />
Popoulo
@HAL1 : « qu’il est grand temps de changer d’entourage. » : sinon quoi ? il va finir dans un camp de la tolérance ?
HAL1
hiro92:<br /> Donc d’un côté Netflix se fait tué par le piratage et de l’autre Apple fait des records d’abonnés sur ses services (ApplTV etc… cf news Clubic du même jour)<br /> Ça n’a strictement rien à voir. Apple est en position de monopole sur la distribution d’applications iOS et iPadOS, et ils ont la possibilité de pousser leurs services (Apple Music, Apple TV+, Apple Fitness) comme aucun autre concurrent ne peut le faire, et surtout ils peuvent proposer des services impossibles à offrir pour la concurrence (iCloud, Apple Arcade).<br /> Le seul service Apple comparable à Netflix est Apple TV+, et bizarrement la Pomme ne donne aucun chiffre à son sujet, donc on peut tout à fait imaginer qu’il fasse un flop et que son nombre s’abonnés soit ridicule et n’augmente pas.
HAL1
Sinon il va finir avec le cerveau aussi ravagé que le semble avoir son entourage, pour qui la qualité d’une œuvre dépend du genre, de la couleur de peau, de l’âge, du physique ou de la sexualité de ses principaux protagonistes.
Kith_Kanann
Contenu de plus en plus aseptisé, qui n’ose prendre des risques et qui ne doit froisser aucune minorité. Voilà ce qui va signer la mort de Netflix et qui commence à faire très mal au cinéma américain en général.
Than
Je suis (encore) joueur de jeux vidéo : oui, c’est bien vrai. Ce que tu dis est faux.<br /> C’est pas aussi blanc/noir.<br /> Il y a des tas de jeux que j’aurais jamais acheté sans les avoir testé autrement qu’en les achetant (déjà parce que j’achète rarement un truc que je teste pas).<br /> L’effet streisand ça marche aussi de cette manière.<br /> De même que regarder gratuitement des animés m’a fait acheter des mangas. Ou me déplacer pour un concert en lien avec ce que je lis. Ou acheter des goodies inutiles au demeurant.<br /> Faut pas confondre télécharger 500 jeux et en acheter 500. Ce n’est pas possible.<br /> La fameuse rhétorique foireuse du manque à gagner n’a aucune réalité.<br /> Puis, passé un certain âge/temps à faire ça, on diminue très grandement ce genre de téléchargement.<br /> Netflix a aidé à ça, dans de grandes proportions (pourquoi télécharger ta série et t’embêter avec les sous-titres, si pour une somme modique tu as accès à quasiment tout ce que tu veux regarder ?).<br /> Par contre, multiplier encore et toujours les abonnements pour voir les 10 trucs qu’on regarde, et bien ce n’est juste pas possible.<br /> Ou pas en même temps.<br /> Donc ça va revenir à du « je m’abonne sur Netflix 1 mois, puis je vais chez Amazon, puis chez Disney, puis je reviens sur Netflix ». C’est incensé d’avoir 10 abos.<br /> Alors évidemment, quand c’est relou à l’usage, on ira s’abonner chez l’un et potentiellement télécharger le reste.<br /> Bref, c’est pas blanc/noir comme réponse.<br /> De même, le temps des utilisateurs potentiels n’est pas infini. Les journées font 24h. On ne peut pas jouer à 15 jeux, et regarder 10 films puis lire 5 livres par jour.<br /> L’accès ne fait l’usage. Donc l’accès ne fait pas le manque à gagner « réel ».
MisterGTO
Lu en diagonale la discussion sur le. piratage et je ne sais pas si ce’a a été posté : Le piratage favorise la vente de jeux vidéo - News @JVL<br /> Pour les films je ne sais pas
tfpsly
MisterGTO:<br /> Lu en diagonale la discussion sur le. piratage et je ne sais pas si ce’a a été posté : Le piratage favorise la vente de jeux vidéo - News @JVL<br /> Pour les films je ne sais pas<br /> Pour les films et la musique, la réponse est dans ton lien et il suffisait de le lire <br /> image704×201 41.2 KB<br /> Dans l’article de ton lien, et issu de la page 14 de l’étude source.<br /> Et juste sous ce tableau:<br /> For games, the estimated effect of illegal online transactions on sales is positive – implying that illegal consumption leads to increased legal consumption. This positive effect of illegal downloads and streams on the sales of games may be explained by the industry being successful in converting illegal users to paying users. Tactics used by the industry include,<br /> for example, offering gameplay with extra bonuses or extra levels if consumers pay.<br /> Donc ce n’est pas le piratage qui fait vendre plus de jeu, mais les éditeurs de jeux qui arrivent mieux que ceux de films et lives à persuader les joueurs de ne pas pirater. Lecture erronée de l’étude par l’auteur de cet article.<br /> Par contre cet article n’est écrit qu’à partir de ce tableau et ignore le reste et les conclusions de cette étude :<br /> Main conclusions<br /> In general, the results do not show robust statistical evidence of displacement of sales by online copyright infringements. That does not necessarily mean that piracy has no effect but only that the statistical analysis does not prove with sufficient reliability that there is an effect. […]<br /> In sum, the main contribution to the existing literature is the finding on displacement rates for recent top films and the lack of a robust (positive) displacement rate for films / TV-series in general, music, books and games despite the carefully developed questionnaire and the application of econometric analysis.<br /> Bref, une étude intéressante mais un article pas terrible.
Kaalhel
Perso …Je me suis abonné a netflix la toute première fois pour Voir la série The witcher que j’attendais avec impatience Tant j’etais fan du jeu … mais par la suite j’ai remarquer que Rare etais les contenues qui etais vraiment interessant …<br /> Du coup j’ai decider d’arreter de payer … d’autant plus que ca revenez Cher … et que le contenue Chez nous etais bien plus limité que dans d’autre region ( j’habite au maroc ) et pourtant on payer le mm prix que tout le monde<br /> Et pour finir la raison qui m’a pousser a ne plus m’abonner … et que je suis archi contre la politique de Netflix a vouloir coute que coute promouvoir tout ce qui touche a la Communauté Lgbt … c’est juste pas possible … a chaque serie ou film qu’ils nous pondent … c’est tjr la mm sauce … il faut qu’il y est un blanc , un noir , un arabe , un Trans un gay / lesbienne …<br /> mm dans la serie The witcher … l’une des sorciere n’etais pas sencer etre black ( je n’ai rien contre les africans … j’en suis un egalement etant marocain …) mais sachant que l’oeuvre s’inspire des legendes slaves … difficile d’y voir une black … bref c’etais qu’un exemple …<br /> Recement j’ai lu que Disney avait renoncer a produire un dessin animé qui metais en scene une " personne " Non binaire … Une chose que je trouve bien … et que fait netflix … elle saute sur l’occasion pr quand mm produire cette aberation … ce qui me reconforte dans ma decision de ne plus donner de fric a cette plate forme … de tte facon mm la 2eme saison de the witcher etais sur une autre plateforme et gratuitement tout de suite apres sa mise en ligne sur netflix … donc c cool
Dahita
La qualite d’une oeuvre depend de son scenario bonhomme, et non de la couleur de peau.<br /> Du coup, quand tout est fait autour de ce que tu avances (le genre, la couleur de peau, de l’âge, le physique ou la sexualité de ses principaux protagonistes), effectivement, le scenario en prend un gros coup. Un exemple tout simple (je ne suis meme pas sur que ce soit Netflix, c’est juste un exemple off the top of my head einh), Batwoman.<br /> IMDb<br /> Batwoman (TV Series 2019–2022) - IMDb<br /> Batwoman: Created by Caroline Dries. With Camrus Johnson, Rachel Skarsten, Meagan Tandy, Nicole Kang. Batwoman seeks justice for Gotham City.<br /> Tu peux faire comme si ca n’existait pas, et que ca ne te concernait pas, tres bien. Mais ne viens pas insulter les gens qui veulent de la qualite. Personne ne se plaint des films de Denzel Washington, bizarre pour un tas de racistes sanguinaires!
Kaalhel
Je ne voudrais pas jouer l’avocat du diable … mais la qualité d’une œuvre dépend aussi des fois de la fidelité par rapport a l’œuvre originel … par exemple … il y’a quelque jour … j’ai entendu dire qu’il voulais faire une autre remake de Constantine … mais en amenant un black … chose a laquel je n’adhere pas du tout vu que le personnage depuis sa creation est un Blond … et non pas un black<br /> Idem quand ils ont commencer a vouloir faire jouer un James Bond noir ou carrement mettre une femme dans le role … Non … ca ne marche pas<br /> Et idem dans l’autre sens … Un personnage sencé etre noir … je n’accepterai pas qu’on le fasse jouer par un acteur blanc …<br /> En gros … je suis pour la fidelité aux oeuvres original
Dahita
Pour ma part je m’en fiche royalement. James Bond peut etre noir ou rouge, ca ne me gene nullement.<br /> Par contre, ce qui me gene, c’est quand on va rajouter tout le content politique bien woke cite plus haut pour finir par pondre une bouze incoherente et imbuvable. Exemple, dans Game of Throne il y a de tout et ca ne gene personne parce que c’est bien ecrit. Compare avec les nouvelles series pondues par Hollywood, c’est a crever de rire.<br /> Mais chacun ses opinions. Je deteste les donneurs de lecons tyranniques qui viennent t’insulter pour tes opinions sous couvert de bien-pensance et d’angelisme.
HAL1
Dahita:<br /> Du coup, quand tout est fait autour de ce que tu avances (le genre, la couleur de peau, de l’âge, le physique ou la sexualité de ses principaux protagonistes), effectivement, le scenario en prend un gros coup.<br /> Hé non, ça n’a strictement rien à voir, dommage pour toi.<br /> Le fait d’avoir un protagoniste principal qui ne soit pas nécessairement un homme blanc cisgenre, au physique avantageux, d’un âge situé entre 20 et 40 ans et hétérosexuel, et que les protagonistes secondaires de sexe féminin ne soient pas toutes des bombasses sans aucune autre ligne de dialogue que d’être en pâmoison devant le héro, ne se fera absolument pas au détriment du scénario.<br /> On est là exactement dans la même rhétorique que ceux qui, lorsque le gouvernement français s’est penché sur la question du mariage pour tous, ont vociféré qu’il y avait plus important et plus urgent. Comme si le gain d’une minorité ne pouvait être synonyme que de perte pour d’autres.<br /> Le fait d’ajouter plus de représentativité dans un film ou une série ne ne va ni améliorer sa qualité intrinsèque ni la dégrader. Mais, étonnamment, on a plein de personnes qui s’offusquent à grands cris que, lorsqu’une oeuvre récente est de mauvaise qualité, c’est forcément parce qu’elle est « woke », et que si elle ne l’avait pas été ça aurait été une franche réussite. Ou comment vomir son intolérance sous couvert de vouloir protéger l’art…
Dahita
Mais tu reponds a cote. Tu ne prends pas l’exemple que je t’ai donne. Personne ne parle « d’ajouter de la representativite », moi je pointe du doigt les scenars totalement incoherents parce que fait pour forcer du contenu woke. Encore une fois, personne ne se plaint des films de Denzel Washington, et personne ne t’a attendu pour avoir du contenu plus representatif avant.<br /> Je t’ai donne l’exemple de Batwoman, tu l’ignores. Pourquoi?<br /> Aussi:<br /> HAL1:<br /> Le fait d’ajouter plus de représentativité dans un film ou une série ne ne va ni améliorer sa qualité intrinsèque ni la dégrader (…) comment vomir son intolérance sous couvert de vouloir protéger l’art<br /> Je suis en train de te dire que, dans bien des cas, depuis quelques annees je trouve que si. C’est mon opinion. Tu viens m’insulter parce que tu penses autrement. Moi pas. C’est toi l’intolerant.
KlingonBrain
Ça a beau être des chiffres beaucoup plus gros, ça reste ridiculement faible<br /> Pour résumer,<br /> Quand on trouve des chiffres contradictoires, ça veut dire qu’on ne pas les tenir pour fiable. Donc il est évident qu’on ne peut pas construire un raisonnement dessus. Et je me répète : tout ne passe pas par eux, d’ou la conclusion qu’il est impossible d’avoir ne fut ce qu’une idée vague de l’ampleur des condamnations.<br /> D’ailleurs ce que j’affirmait au départ sur les danger du piratage et des contrôles ne viens pas d’informations discutables trouvées sur le web, mais de mon réseau relationnel avec des entreprises qui étaient, on va dire « très utilisatrices de gros logiciels » dépassant de très loin le cadre de la bureautique.<br /> Et je peux vous dire que ça « tapait sec » à une époque et que les coup de putes étaient courants. Ca n’est pas du tout une légende.<br /> S’il n’y avait aucun danger à pirater, comment pensez vous qu’on serait passé de la situation des années 80/90 ou tout le monde piratait bon train, y compris les grandes entreprises et les administrations à une situation ou le piratage est beaucoup plus limité ? C’est simple, il y a eu pas mal de contrôles, des entreprises se sont mangé de gros « pions ». Et ça s’est su, parce que les entrepreneurs se parlent entre eux.<br /> Sinon vous pensez bien qu’ils auraient tous continué à pirater vu les sommes que représentent le prix des logiciels.<br /> Sauf que si tu regardes les solutions qu’ils proposent, concernant la « traque » du piratage, ça se limite essentiellement à constater (et non à trouver…) par agent assermenté les violations de droits SUR INTERNET. Donc par exemple, si sur mon site, je diffuse une copie pirate d’un logiciel, l’éditeur qui s’en est rendu compte par lui même, peut contacter l’APP pour faire constaté le fait par un agent assermenté avant de lancer une action en justice contre moi. Il n’y a visiblement rien pour lutter contre l’utilisation de logiciels pirates en entreprise.<br /> Vous pensez bien que ceux qui luttent contre le piratage ont intérêt à rester discrets sur les méthodes qui sont utilisées. C’est d’ailleurs mentionnés dans beaucoup d’articles parlant du sujet.<br /> Pour ma part, j’ai toujours soupçonné que certains éditeurs utilisaient des mouchards, soient diffusés dans certains logiciels piratés, soient inclus dans le code d’origine (détecteurs de hack).<br /> Et pour cause, les moyens d’actions légaux dans ce contexte sont quasiment inexistants. Il n’y a quasiment qu’une dénonciation qui peut déclencher une procédure, et la procédure sera très vite limitée, faute de pouvoir aller faire un contrôle. Il faudra déposer plainte, sur la base de cette seule dénonciation. Base bien faible pour actionner toute la machine judiciaire…<br /> La machine judiciaire n’a pas besoin d’une plainte pour déclencher des investigations.<br /> Il suffit d’informations suffisamment crédibles pour convaincre la police ou un juge qu’il y a un soupçon raisonnable de trouver quelque chose d’illégal quelque part. A ce moment la, il peuvent déclencher des investigations et s’il le faut, une perquisition. C’est leur travail.<br /> Au besoin, dans ce genre de domaine technique, ils se font aider par une expertise tierce.<br /> Non mais vraiment, arrête avec le logiciel libre. Tu dis n’importe quoi, et là tu es même limite insultant envers les vrais valeurs du monde du logiciel libre, qui sont à des années lumière du piratage…<br /> Du calme, vous avez le droit de ne pas partager mon opinion, mais je pense que vous avez mal compris. Permettez moi de discuter de vos affirmations qui sont à la fois vraies et fausses.<br /> D’abord, je connait parfaitement les valeurs du libre.<br /> Ce que vous dites est vrai, car il n’y a pas du tout dans le logiciel libre de volonté de transgression de la loi. Le respect de la législation, de la loi et de la volonté des auteurs et des licences sont au contraire un pilier majeur du logiciel libre. C’est une différence fondamentale avec le piratage.<br /> Et cela est faux, car il y a bien dans l’idéologie du logiciel libre l’institution d’un droit inalienable a certaines libertés qui sont similaires à celles que s’arrogent ceux qui piratent. Je vous donnes celles résumées par la FSF :<br /> la liberté d’utiliser le logiciel<br /> la liberté de copier le logiciel<br /> la liberté d’étudier le logiciel<br /> la liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées<br /> Etant donné que ces libertés donnent le droit de copier et de partager, je ne vois pas pourquoi il serait scabreux de faire le parallèle avec une forme de « piratage légalisé », c’est à dire le droit de copier et de partager, sans l’illégalité ni la transgression. Même s’il faut quand même préciser que si les auteurs donnent le droit de copier, il y a tout de même des termes de licence à respecter. Donc ce n’est pas non plus un droit de faire tout ce qu’on veut avec les oeuvres.
KlingonBrain
Bonjour,<br /> Il y’a de la place pour tout le monde libre, propriétaire, open source,…<br /> Une entreprise, un développeur à le choix d’offrir son code, son logiciel compilé ou de vendre des licences. Ce n’est pas à l’utilisateur à choisir la manière dont il utilise le logiciel. Personne n’oblige les consommateurs à consommer.<br /> Je suis tout à fait d’accord avec cela.<br /> Le piratage n’est pas un droit.<br /> Si un auteur ne veut pas qu’on copie son oeuvre ou qu’on la diffuse, il faut le respecter car c’est son droit. La création de son oeuvre à représenté de l’argent. Son argent.<br /> Avec le libre, en revanche, on peut copier et diffuser. Mais c’est justement parce que l’auteur de l’oeuvre est d’accord pour ça : ce n’est pas un droit que l’on se donne soi même contre la volonté de l’auteur. L’auteur vous donne le droit de le faire. Et même, il souhaite que vous le fassiez.<br /> Maintenant, en tant que consommateur, vous devez respecter les auteurs. Mais vous pouvez aussi choisir entre les deux systèmes par le choix de l’oeuvre. Si vous préférez le paradigme du libre, consommez des oeuvres libres.<br /> Mais si vous choisissez le libre, il faudra aussi changer d’état d’esprit. Si une oeuvre libre n’avance pas assez vite à votre goût, vous ne pourrez pas juste « râler contre les auteurs ». Il faudra songer à aider le projet à avancer, par exemple en apportant votre contribution ou en faisant des dons. On trouve dans le libre ce que nous y mettons.
Blackalf
@Dahita insister lourdement n’est jamais une bonne idée et reposter des messages supprimés n’a jamais été bénéfique pour personne…encore moins quand on traîne un historique de modération pareil. Tu fais incontestablement partie de ceux qui aiment jeter de l’huile sur le feu pour n’avoir ensuite pour arguments que le sarcasme et la mise en doute de l’intelligence d’autrui. Continue comme ça et ce sera les vacances forcées.
Feladan
C’est quoi le soucis avec Batwoman ? Le « scénario » comme tu dis, aurait été meilleur si l’actrice était blanche ? C’est une question sincère, je n’ai pas regardé la série, mais là comme ça je ne vois pas le rapport, sauf si le scénariste à tout fait tourner autour de ça. Mais là j’ai l’impression que tu prends le problème à l’envers…<br /> Pour ma part, sinon, sans vouloir jouer au trollito, je trouve que tu utilises tellement le mot « woke », qu’à mon avis, il y a de bonnes chances que tu ne connaisses pas la signification et que tu utilise ça comme un terme péjoratif fourre-tout ^^.<br /> Personnellement je n’ai jamais vu le problème d’être woke, j’y vois plutôt un problème de ne pas l’être vu l’origine du mot. Ce mot prend la même tournure que « féministe », où les gens utilisent à tort et à travers sans en connaître la signification d’origine.
norwy
Netflix ne peut pas augmenter son nombres d’utilisateurs ET ses tarifs… ce n’est pas possible !
lightness
Oui enfin, un service de streaming vidéo avec de nouvelles séries ou de nouveaux films sans dvd avec de l’adsl a 512kbits en 2002 c’était clairement pas au point, sachant que l’adsl venait d’émerger. J’accorde bien volontiers, que je me suis trompé sur l’histoire de Netflix mais pas sur sa sortie en France. Et il est bien parvenu en France avec l’intention de limiter le piratage vu que cela permet avec un unique abonnement de voir plusieurs films ou séries. Je dis pas que c’était l’objectif interne de l’entreprise mais cela a convaincu la France de proposer le service en pleine période d’hadopi ou alors c’est juste parce que c’est américain.<br /> par ailleurs wikipédia peut nous faire de l’histoire révisé sur d’autres aspects bientôt il prétendra que l’adsl est sortie 1992 et que l’ensemble de la France était fibré en 2008. Car du streaming en 2002 … Sur windows Xp sp1. Via une combine avec vlc oui et encore c’était des chaînes indépendantes sur le net le plus souvent.
MattS32
lightness:<br /> Et il est bien parvenu en France avec l’intention de limiter le piratage vu que cela permet avec un unique abonnement de voir plusieurs films ou séries.<br /> Non, il est arrivé en France avec l’intention de gagner de l’argent. C’est complètement stupide de considérer qu’un acteur économique a pour intention de lutter contre ce qui le plombe…<br /> C’est comme si tu disais que quand un nouveau magasin ouvre, c’est pour lutter contre le vol de produits…<br /> lightness:<br /> mais cela a convaincu la France de proposer le service<br /> Mais y a jamais eu à « convaincre la France de proposer le service » hein… Netflix a pas besoin de « convaincre » un pays pour venir y proposer son offre, et c’est pas le pays qui propose le service, ça ne veut absolument rien dire ça, c’est Netflix qui propose <br /> lightness:<br /> Car du streaming en 2002 … Sur windows Xp sp1. Via une combine avec vlc oui et encore c’était des chaînes indépendantes sur le net le plus souvent.<br /> Non, tout simplement directement dans l’interface des box. Free a bien lancé son offre de VOD en 2005. C’est pas Wikipedia qui le dit, on retrouve des articles qui en parlent. Et le premier en France c’était Orange en 2002 (après, c’était peut-être pas du vrai streaming sur ADSL, peut-être qu’il y avait un délai de téléchargement, mais par contre il y avait du streaming sur le câble, qui a toujours eu des canaux dédiés à ça… c’était rigolo d’ailleurs, parce qu’à une époque c’était tellement mal sécurisé que si tu te calais sur le même canal avec un décodeur trafiqué, tu pouvais regarder le film qu’un voisin s’était payé).<br /> Et autre point qui est sûr et certain, c’est que quand Netflix est arrivé en France, il y avait déjà aussi le service VOD de Canal (en vérifiant l’historique, on voit que « Canal+ à la demande », pour les abonnés Canal, a été lancé en 2008, et qu’à l’époque il y avait aussi déjà CanalPlay depuis 2005, pour la VOD à l’acte). Ça c’est facile de s’en souvenir, parce que plein de gens ont été déçus que Netflix arrive en France sans les premières saisons de House of Cards, qui était sa série phare à l’époque, parce que Canal+ avait les droits pour la France.<br /> Vraiment, quand on regarde l’histoire, ce qui a fait le lancement des offres de streaming, c’est avant tout la possibilité technique de les faire… La VOD par Internet c’est l’évolution logique et évidente de la location de films sur supports physiques, et le streaming et l’aboutissement logique de la VOD à partir du moment où le débit de la connexion est supérieur au bitrate du film.
lightness
Bref, pour la fin on est d’accord, et pour le streaming web et non le flux vidéo décodé via les box tv c’était à précisé. Car dans ce sens la tv fait du streaming depuis que les ondes hertziennes existent.
lightness
20minutes.fr<br /> Netflix: Une ascension en dix dates<br /> Le service américain de vidéos en streaming sur abonnement débarque en France ce lundi…<br /> Voilà donc streaming en 2011 en Europe (j’ai 2012 un an de retard ok mais de mémoire c’est pas mal), house of cards 2013. Sinon je me serais pas emmerdé a aller sur des sites de streaming alternatifs comme Dpstream pour me regarder des saisons complètes de série. Effectivement les états unis vu que ce sont les Français qui leur ont tout vendu : la fibre optique et les clés mp3 alors qu’on avait tout pour être en avance sauf des politiciens pilotés par Washington.
MattS32
lightness:<br /> Car dans ce sens la tv fait du streaming depuis que les ondes hertziennes existent.<br /> Sauf que c’est pas à la demande, contrairement aux offres de VOD apparues au début des années 2000.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Pourquoi vos données sur Doctolib ne sont pas totalement sécurisées
VPN : améliorez votre cyberconfidentialité grâce à cette offre hallucinante !
Un chercheur en cybersécurité montre comment pirater une Tesla via une faille Bluetooth
Piratage : le site de téléchargement Tirexo n'est pas mort et devient PapaFlix
Le spyware Predator a infecté des smartphones Android en exploitant une faille 0-day
3 bons plans VPN pour assurer votre sécurité en ligne
Ces deux failles critiques ont été exploitées par des hackers d'État
Pwn2Own : Windows 11 et Microsoft Teams hackés, plusieurs fois
Google dépose le bilan en Russie
Ce nouveau hack permet de récupérer vos informations bancaires
Haut de page