Netflix : 220 millions d'abonnés dans le monde désormais, mais une tendance au ralentissement (Analyse)

21 janvier 2022 à 11h30
4
Netflix logo © © Netflix
© Netflix

Le géant Netflix accuse le coup en Bourse en cette fin de semaine, après la publication de ses résultats et des prédictions pas très optimistes pour les prochains mois. Néanmoins, la plateforme continue de recruter des abonnés et d'engranger les bénéfices, même à un rythme moins soutenu.

Financièrement, Netflix se porte bien, mais en ce qui concerne la croissance des abonnés (222 millions environ dans le monde), l'entreprise est doucement en train d'arriver à un palier, de plus en plus pressant dans un environnement très concurrentiel. Jeudi en fin de journée, la plateforme de streaming a dévoilé un bilan trimestriel et annuel légèrement en deçà de ses attentes et de celles des économistes. Et cela ne pardonne pas, puisque l'entreprise a massivement perdu en Bourse après la clôture à Wall Street. Voyons ces résultats en détail, avec en bonus en fin d'article des chiffres sur les contenus les plus populaires de Netflix.

Avec 18,2 millions de nouveaux abonnés payants en 2021, Netflix fait moins bien que les années précédentes

Commençons par les abonnés. Si l'on additionne les quatre zones mondiales où la plateforme est présente, Netflix totalise 221,8 millions d'abonnés payants sur la planète aujourd'hui (ou plutôt au 31 décembre 2021, date à laquelle les données sont arrêtées). Sur l'ensemble de l'année 2021, la plateforme a recruté 18,2 millions d'abonnés payants (elle en comptait 203,6 millions fin 2020). C'est bien moins qu'en 2020, où elle avait accueilli 36,6 millions d'abonnés, certes en étant bien aidée par la pandémie (elle en totalisait 167 millions fin 2019).

C'est en Amérique du Nord (couple États-Unis-Canada) que le service compte le plus d'abonnés payants, 75,2 millions au total. Cependant, l'écart continue de se réduire grandement avec la zone EMEA (Europe, Afrique et Moyen-Orient), qui totalise 74 millions d'abonnés. Il est tout à fait probable que l'EMEA devienne le premier marché de Netflix en nombre d'abonnés durant ce premier trimestre 2022. Mais pas encore le premier en matière de revenus, nous en reparlons plus bas. Derrière, on retrouve l'Amérique latine, avec 40 millions d'abonnés payants, et l'Asie-Pacifique qui, avec 32,6 millions de nouveaux abonnés, est en forte croissance sur la dernière année.

En 2021, Netflix a recruté :

  • 7,34 millions d'abonnés payants en Europe
  • 7,14 millions en Asie-Pacifique
  • 2,42 millions en Amérique latine
  • 1,28 million en Amérique du Nord

Sur les trois derniers mois de l'année 2021, Netflix a accueilli 8,28 millions de nouveaux abonnés payants, dont près de la moitié rien qu'en Europe (plus de 3,5 millions).

Notons qu'en France, on se rapproche désormais de la barre des 10 millions d'abonnés payants (plus de 9 millions, c'est une certitude).

À abonnés (presque) équivalents, l'Europe rapporte beaucoup moins d'argent à Netflix que l'Amérique du Nord

S'agissant des revenus, Netflix présente un bilan financier tout à fait honorable, avec des revenus à hauteur de 29,7 milliards de dollars sur l'ensemble de l'année 2021 (contre 24,9 milliards en 2020, soit une croissance de 19 % du chiffre d'affaires sur un an). Au quatrième trimestre l'entreprise a généré un chiffre d'affaires de 7,7 milliards de dollars (+16,8 % sur un an).

Logo Netflix TV © freestocks via Unsplash
© freestocks via Unsplash

Nous vous disions tout à l'heure que l'Amérique du Nord était encore le premier marché de Netflix, mais que l'Europe était sur ses talons. Sur le plan des revenus, il n'y a en revanche pas photo. Les abonnés américains et canadiens ont rapporté 13 milliards de dollars à Netflix en 2021, quand les Européens (qui comptent seulement 1,2 million d'abonnés en moins) n'ont rapporté « que » 9,7 milliards de dollars. Un gouffre, que la plateforme compensera à terme avec de nouvelles hausses de prix en Europe, et donc en France, à n'en pas douter. Le panier moyen pèse 14,56 dollars (12,84 euros) en Amérique du Nord, contre 11,63 dollars (10,25 euros) en Europe. Ailleurs, il est encore plus faible (7,73 dollars en Amérique latine, 9,56 dollars en Asie-Pacifique), mais les marchés sont tout à fait différents.

En ce qui concerne les bénéfices, ceux de Netflix ont atteint les 5,1 milliards d'euros en 2021 (+82 % en un an environ !), dont 607 millions de dollars au quatrième trimestre, un indicateur aussi en hausse sur un an.

Squid Game, plus de 1,6 milliard d'heures de visionnage en un mois !

Un dernier mot enfin s'agissant des contenus. Forcément, Netflix se satisfait du succès retentissant du Battle Royale coréen Squid Game . La série a en effet cumulé 142 millions de vues sur la plateforme, soit l'équivalent des deux tiers des abonnés payants de cette dernière, ce qui est tout bonnement colossal. Les dirigeants de Netflix indiquent même que la série a généré 1,65 milliard d'heures de visionnage au cours de ses quatre premières semaines d'exploitation. Une deuxième saison a au passage été confirmée par les dirigeants.

Squid Game © Netflix
© Netflix

La Casa de Papel a aussi été très profitable à Netflix, la série totalisant désormais 6,7 milliards d'heures regardées depuis son lancement en 2017, quand Lupin , portée par Omar Sy, a également été saluée comme étant un grand succès par les dirigeants lors de leur bilan annuel.

Netflix, qui a vu son action en Bourse plonger après la publication de ses résultats, va devoir ajuster sa politique pour affronter les craintes des prochains trimestres, où la croissance des abonnés devrait ralentir. Après une hausse des prix en Amérique du Nord et une réduction des tarifs dans des pays comme l'Inde, la plateforme ne veut pas décevoir davantage les investisseurs. Reste à savoir quel en sera l'impact sur les utilisateurs finaux.

Netflix
  • La plus complète du marché
  • Séries originales vraiment excellentes
  • Compression vidéo irréprochable

Le service américain n'est pas le plus populaire au monde pour rien. Avec une offre de contenus enrichie chaque semaine, une qualité vidéo toujours optimale et une expérience utilisateur très travaillée, la plateforme est un choix incontournable pour se divertir. Notre seul regret reste l'augmentation constante des tarifs d'abonnement, qui rend le service un peu moins attractif qu'à son lancement… Heureusement le nombre de séries et de films compense cette hausse.

Le service américain n'est pas le plus populaire au monde pour rien. Avec une offre de contenus enrichie chaque semaine, une qualité vidéo toujours optimale et une expérience utilisateur très travaillée, la plateforme est un choix incontournable pour se divertir. Notre seul regret reste l'augmentation constante des tarifs d'abonnement, qui rend le service un peu moins attractif qu'à son lancement… Heureusement le nombre de séries et de films compense cette hausse.

Source : Netflix

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
luck61
A la prochaine augmentation, je me désabonne 1 mois sur 2 pour faire des économies ça sera plus rentable
HAL1
C’est toujours assez génial ce moment où les analystes réalisent que, oh tiens tiens, une croissance exponentielle infinie ne sera pas possible !<br /> En 2021 Netflix fait 5,1 milliards d’euros de bénéfices, une augmentation de 82 % sur un an, mais aïe aïe aïe la situation est préoccupante…
Gh0st_D0g
+Compression vidéo irréprochable<br /> Pas trop d’accord. En comparaison, Prime Video a une bien meilleure qualité vidéo.<br /> Probablement moins de compression, car moins de contenu (et moins de clients) ?<br /> Sinon, oui effectivement, la croissance ne peut pas être éternelle <br /> Les activités professionnelles reprennent. Les tarifs de la plateformes augmentent (encore).<br /> C’est prévisible.
calude_vincent
La bourse : le premier frein à l’évolution des technologies humaines et humanisante.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

She-Hulk : Disney+ vous donne rendez-vous en août pour cette avocate Marvel pas comme les autres
Sandman, Cyberpunk, Umbrella Academy... Netflix annonce sa Geeked Week à grand renfort de trailers
Chez Netflix, si vous n’aimez pas le contenu, vous pouvez démissionner
The Boys, saison 3 : en juin, ça va cogner sur Prime Video
For All Mankind : direction Mars dans le premier trailer de la saison 3
Netflix n'en a pas terminé avec Black Mirror
Prenant le contrepied de Netflix, Apple TV+ s'apprête à dégainer un nouveau film d'animation
Festival de Cannes : TikTok s'invite sur la croisette
Pour Dune Part. II, Denis Villeneuve a trouvé son empereur Padishah
Netflix dévoile un premier aperçu de sa prochaine série Resident Evil avant sa sortie estivale
Haut de page