Uber, Marcel, Kapten... le 6 mars pourrait être une journée noire pour les clients des plateformes VTC

19 février 2020 à 18h45
0
Uber
© Tero Vesalainen / Shutterstock.com

Par un appel lancé par l'Intersyndicale nationale VTC, les chauffeurs sont invités à se rassembler devant les locaux d'Uber le 6 mars prochain, et à mener une action coup-de-poing tout au long de la journée.

L'Intersyndicale nationale VTC (INV) a lancé un appel à la mobilisation, mardi, pour le 6 mars, à destination des chauffeurs du secteur. L'INV, qui regroupe de multiples syndicats de voiture de transport avec chauffeur et d'associations a, dans son appel, invité les conducteurs à se déconnecter des plateformes de VTC et à se rendre devant le siège d'Uber à Paris, pour porter leur protestation contre les conditions de travail.


« Une extinction totale de toutes les applis » attendue

L'INV espère une mobilisation retentissante des chauffeurs VTC. L'intersyndicale, via son très médiatique coordinateur Brahim Ben Ali, milite pour une « extinction totale de toutes les applis » le vendredi 6 mars, ciblant notamment Uber, Kapten ou Marcel parmi les plus connues. Le rassemblement devant les locaux d'Uber, lui, est prévu à 15h30, pour mener une « action surprise ».

Alors quelles sont les revendications des chauffeurs ? Récemment, un changement des procédures chez Uber a placé certains conducteurs dans une situation embarrassante. Les chauffeurs peuvent en effet ainsi être suspendus de l'application en cas de refus répétés d'une course, ce qui les prive de travail.


Une requalification du lien entre plateforme et chauffeur réclamée

Les autoentrepreneurs collaborant avec Uber dénoncent par ailleurs la commission prélevée par Uber sur chaque course, jugée trop importante, ainsi que la présence de faux chauffeurs, qui utilisent des cartes VTC frauduleuses, et l'absence de tarif minimum pour les courses.

Brahim Bel Ali le martèle : « C'est un métier précaire, il nous faut une protection sociale ».

Depuis le mois de novembre, il n'est pas rare d'assister à des opérations de blocage de chauffeurs Uber, qui essaient de perturber l'activité des centres logistiques de la firme californienne, notamment celui d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, en plus du siège social d'Uber. Le 31 janvier dernier, 120 chauffeurs Uber ont déposé une requête devant le conseil de prud'hommes de Lyon, visant à requalifier leur lien avec la plateforme en vrai contrat de travail.

Source : Ouest-France
Modifié le 20/02/2020 à 09h11
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
OneWeb opère maintenant 74 satellites en orbite
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
scroll top