Les "contenus trompeurs" sur les élections américaines seront bannis par YouTube

04 février 2020 à 12h03
3
YouTube_cropped_0x0

YouTube va supprimer les vidéos et les chaînes communiquant de fausses informations sur les modalités du prochain scrutin présidentiel ou sur les différents candidats. La plateforme veut être un endroit plus sûr pour les électeurs et rejoint les initiatives de Facebook et Twitter en la matière.

Dans un billet de blog publié en ce premier jour des primaires démocrates, YouTube détaille ses différentes mesures pour limiter la désinformation sur sa plateforme.

Des mesures concrètes pour éviter la propagation des fake news

Leslie Miller, la Vice-présidente des affaires publiques de YouTube, explique que le service de vidéo à la demande va supprimer « les contenus qui ont été manipulés techniquement ou falsifiés dans le but de tromper les utilisateurs et qui représentent un risque sérieux de préjudice ».

YouTube prend pour exemple le cas d'une vidéo utilisant le deepfake qui annonce le décès d'un membre du gouvernement, ou encore d'un contenu donnant de fausses informations sur la date d'un scrutin ou sur l'état-civil d'un candidat.

YouTube s'attaquera également aux chaînes qui masquent leur pays d'origine ou utilisent une fausse identité pour dissimuler leurs liens avec un pouvoir politique étranger. Ces dernières seront immédiatement supprimées ainsi que les vidéos dont les statistiques sont faussées par des systèmes automatisés.


La Silicon Valley s'organise pour éviter le fiasco des élections présidentielles de 2016

Pour bien faire les distinctions entre les contenus parodiques et ceux créés sciemment pour manipuler l'opinion, YouTube va analyser manuellement le contexte avant d'autoriser ou refuser un contenu en se concentrant sur les vidéos « techniquement manipulées ou trafiquées de manière à tromper les utilisateurs au-delà des clips pris hors contexte ».

La tâche semble difficile alors que plus de 500 heures de vidéo sont publiées chaque minute sur la plateforme. Leslie Miller rappelle toutefois « qu'au cours des dernières années, nous avons intensifié nos efforts pour faire de YouTube une source plus fiable d'informations et de nouvelles, ainsi qu'une plateforme ouverte pour un discours politique sain ».

Google, Facebook et Twitter avaient été vertement critiqués après l'élection de Donald Trump en 2016. Ces entreprises avaient notamment été accusées d'avoir laissé passer un flot de fausses informations ciblées qui ont pu retourner une partie de l'électorat dans les derniers jours du scrutin.


Avec ces annonces, YouTube rejoint Facebook et Twitter qui ont également communiqué sur le sujet des contenus politiques avec toutefois deux approches différentes. Si Twitter a décidé de bannir les publicités politiques de sa plateforme, Mark Zuckerberg a quant à lui préféré rester neutre et ne fera rien ou presque pour limiter la diffusion de fausses informations par les personnalités ou les partis politiques.

Source : The New York Times
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Popoulo
Traduction : Youtube au service de la « bien-pensance ». Les suisses comprendront de quoi je veux parler. Et c’est plus que certainement déjà la même chose pour l’Europe.
melcky
Traduction, certains aiment les fake news, et ils confondent liberté et veracité
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le Xiaomi Redmi Note 8 Pro 128 Go descend sous la barre des 250€
Le Pentagone veut investir dans des drones chasseurs de drones dotés de filets
Les prochains GPUs NVIDIA, nom de code Ampère, atteindraient les 18 TéraFLOP
Cagiva : la marque italienne devrait bien sortir sa première moto électrique en 2020
Soldes Fnac 2020: PC portable Lenovo IdeaPad S340-15API à seulement 399,99€ via ODR
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Black Friday Amazon : Microsoft Surface Pro 7 à 799€ au lieu de 1069€
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
Haut de page