Coup dur pour le codec AV1 ? La Commission européenne mène son enquête

11 juillet 2022 à 16h00
10
Télévision

Le codec AV1, créé par les géants du numérique, fait l'objet d'une enquête de la Commission européenne. Bruxelles craint que l'alliance à l'origine du codec n'impose des conditions de licence qui freineraient la concurrence et l'innovation.

La technologie de compression vidéo AV1 est apparue il y a quelques années déjà, mais son origine est toute particulière. Le codec vidéo ouvert a en effet été créé par plusieurs mastodontes du numérique, comme Google, Meta, Apple, Amazon, Netflix, Cisco, Samsung, Tencent, Huawei ou encore Mozilla et Apple, dans le but de proposer une alternative libre de droit, au travers de l'Alliance for Open Media (AOM). Et qui plus est, le codec est 30 % plus efficace que le H.265, son premier concurrent, réputé universel. La Commission européenne a toutefois décidé d'ouvrir une enquête sur les pratiques du consortium qui développe le codec.

Le risque d'un comportement anticoncurrentiel

Certes, l'ouverture d'une enquête ne préjuge en rien de son issue, mais Bruxelles a aujourd'hui quelques petits doutes sur les conditions d'utilisation des licences AV1 en Europe. La Commission redoute en effet que l'Alliance for Open Media, fondée en 2015, n'ait eu un comportement anticoncurrentiel.

Si Netflix, Twitch ou YouTube ont commencé à utiliser le codec AV1, celui-ci reste encore loin de l'adoption massive, puisque compatible avec un nombre encore restreint de navigateurs (Chrome, Firefox, Edge, Opera), de mobiles (Android seulement) et surtout de téléviseurs (très peu). Mais son ampleur est croissante, et l'intérêt du public, dont une partie est de plus en plus consommatrice de contenus en 4K, est grandissant.

En début d'année, les entreprises qui font partie de l'AOM ont été invitées, par la Commission européenne, à répondre à un questionnaire visant à recueillir leur témoignage et avis sur de possibles licences croisées obligatoires sans redevance, qui seraient imposées à des sociétés qui ne faisaient pourtant pas partie de l'Alliance lors de la création du codec AV1.

Un frein potentiel à l'innovation et à la concurrence de l'AV1

À ce stade, la Commission détiendrait des informations selon lesquelles le consortium et ses membres pourraient avoir imposé ces fameuses conditions, alors que les brevets rattachés au codec AV1 sont jugés essentiels.

Selon Bruxelles, ce comportement potentiellement anticoncurrentiel peut avoir restreint la capacité de certaines entreprises à concurrencer la spécification technique AV1, et avoir créé un frein à l'innovation pour ces sociétés, alors pourtant que la promesse de départ de l'AOM n'est autre que « d'offrir des solutions ouvertes, libres de droits et interopérables pour la prochaine génération de diffusion de médias ».

Si l'enquête n'aboutira pas nécessairement sur des sanctions, les entreprises ciblées par cette dernière s'exposent tout de même à une amende pouvant atteindre 10 % de leur chiffre d'affaires mondial annuel.

Source : Reuters

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
8
Droz
AV1 est open source et libre de droit.<br /> Mais Sisvel (Luxembourg) essaye de se faire payer deux patent pools fumeux sans jamais avoir donné le moindre élément qui aurait été repris ou copié.<br /> Ils ont réussi quand même à imposer cette enquête, mais franchement c’est assez ridicule puisque AV1 est totalement libre de droit et open source.
malak
« AV1 est open source et libre de droit »<br /> Oui mais dès lors qu’il y a des conditions d’utilisation, ce n’est plus libre à proprement dit. L’utilisation est gratuite et autorisée si tu respectes certaines conditions… conditions qui peuvent évoluer selon les désiratats du consortium…<br /> Donc, certes, c’est beau sur le papier, mais c’est à surveiller de près.
philouze
Attention à l’énorme confusion Open Source / absence de licence / libre de toute utilisation dans toutes les conditions. Visible 1 n’est pas synonyme du tout de 2) et surtout 3) .<br /> AV1 est open source, mais licencié de façon corsetée, contraignante et avec des retombées négatives pour les gens qui ne sont pas à l’origine du Codec
xryl
C’est clairement une manœuvre du MPEG LA qui voit ses parts de marché fondre comme neige au soleil depuis AV1 et à fortiori AV2 qui devrait ne plus tarder.<br /> L’open source a toujours eu une licence, justement pour que ça reste open source. C’est même dans le nom « GPL » L pour licence. La licence donne des droits mais aussi des devoirs. Ici on parle de royalties, c’est à dire que les membres du consortium ne peuvent pas recevoir d’argent des gens qui utilisent cette technologie.<br /> Ceux qui ont déposé des brevets sur des algorithmes qui ont été inclus dans le bouzin, en acceptant qu’ils y soient, ne pourront jamais en tirer un avantage monétaire, ils doivent donner une licence perpétuelle aux utilisateurs et aux autres membres du consortium.<br /> Du coup, lorsque les autres membres commencent à utiliser ces algorithmes dans d’autre codecs qui n’ont rien à voir avec AV1, ça grince des dents, et ça se comprend. Ou du moins, c’est ce que le patent troll essaye de revendiquer.
Droz
En plus toutes les sociétés peuvent devenir membre de AOM quand elles le veulent, c’est peut être un des trucs les plus propres qui est était fait dans le domaine.<br /> La CE est ridicule pour ne pas dire corrompue, sur ce coup là, à vouloir défendre les patent troll.<br /> AOM c’est les plus grosses boites du monde entier qui ne s’aiment pas et ne s’entendent pas entre elles, mais nécessité fait loi et le poids des DATA vidéo est tel qu’ils se sont tous mis dedans.<br /> en.wikipedia.org<br /> Alliance for Open Media<br /> The Alliance for Open Media (AOMedia) is a non-profit industry consortium that develops open, royalty-free technology for multimedia delivery headquartered in Wakefield, Massachusetts. It uses the ideas and principles of open web standard development to create video standards that can serve as royalty-free alternatives to the hitherto dominant standards of the Moving Picture Experts Group (MPEG) and its related business model of exploiting intellectual property through patent royalties associat...<br />
Pierro787
Vu les ressources conséquentes que demande l encodage AV1 pour un gain très modeste par rapport au H265 ( c’est plutôt 10 ou 15% au lieu de 30 ).<br /> Par ailleurs, ce codec prend tout son sens sur des TV 4K , alors que bcp de foyers sont peu à peu connectés à la fibre ou au VDSL ou au routeur 4G+, le AV1 n a pas vraiment d utilité. Un flux 4K de bonne qualité demande 35 Mbit/s de débit alors que l AV1 sera optimal avec 30 Mbit/s , bref, un gain minimum surtout pour les liaisons très haut débits.<br /> Et pour ceux qui n ont pas de connections satisfaisante, il y a le satellite qui fonctionne en H265.
jaceneliot
Tu n’as pas vraiment compris les enjeux. C’est un enjeu d’énergie et de ressources naturelles. Ressources pour tout le matos de stockage et de réseau et énergie pour chaque byte transféré. Ici, on peut faire un gain mondial non négligeable. Même si c’est que 15 %, 15 % d’un truc énorme c’est déjà énorme.
ovancantfort
xryl:<br /> Ceux qui ont déposé des brevets sur des algorithmes qui ont été inclus dans le bouzin, en acceptant qu’ils y soient, ne pourront jamais en tirer un avantage monétaire, ils doivent donner une licence perpétuelle aux utilisateurs et aux autres membres du consortium.<br /> Justement, ce qui est reproché à AOM, c’est d’imposer, de par sa taille, les mêmes conditions de licence à ceux qui n’avaient pas accepté d’être dans le bouzin et qui ont des brevets qui sont nécessaires au fonctionnement dudit bouzin.<br /> De plus, AOM prévoit une clause dans ces conditions de licence qui dit grosso modo « Si vous entamez un procès contre nous pour quelle raison que ce soit, nous vous interdisons d’utiliser AV1 », ce qui est clairement abusif car cela ne préjuge pas du bien-fondé de la plainte. Si tu trouves cette clause normale, essaie de l’imaginer dans la licence d’utilisation de Windows par example.<br /> Et, comme, tel souligné par @Droz, « AOM c’est les plus grosses boites du monde entier », tout cela flirte allègrement avec l’abus de position dominante.<br /> Dernière remarque, ce n’est pas parce AV1 ne rapporte aucun avantage monétaire (c-à-d de rentrées sonnantes et trébuchantes) qu’il n’apporte aucun avantage économique. Si AV1 ne faisait pas gagner de l’argent à Netflix (entre autres par réduction des coûts des data centers), je suis certain qu’ils ne seraient pas aussi pressés d’y passer.<br /> Entre un monde avec brevets également peuplé de patents trolls et un monde sans brevets où les plus grands peuvent copier et déployer à grande échelle sans laisser la moindre chance aux plus petits d’exploiter leurs idées, l’équilibre est malheureusement vraiment très difficile à trouver.
xryl
AOM ne peut imposer à un tiers des conditions de licence qui ne le concerne pas. De même que Microsoft, ne peut écrire que tu dois lui donner ton numéro de compte, même si tu n’utilises pas Windows, car cela ne te … concernes pas.<br /> Donc, soit tu fais partie d’AOM et tu respectes les règles (c’est à dire que tu vas pas donner un algo pour ensuite aller attaquer les autres membres, et/ou utilisateurs). Cette règle qui te semble abusive est présente dans MPEG LA depuis 1998 et ça a pas choqué la veuve et l’orphelin jusque là. D’ailleurs c’est aussi dans la GPL, etc…<br /> ovancantfort:<br /> Et, comme, tel souligné par @Droz, « AOM c’est les plus grosses boites du monde entier », tout cela flirte allègrement avec l’abus de position dominante.<br /> Ça c’est un procès d’intention. AOM c’est la réponse à un monopôle: MPEG LA. Parler d’abus de position dominante parce qu’AOM a réussi en occultant MPEG LA qui, lui par contre, proposait la même chose avec des conditions encore plus contraignantes, payantes suivant la gueule du client, etc, c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité.<br /> AOM a réussi à fédérer les plus gros producteurs de contenu, donc ça grince côté MPEG qui se retrouve à cours de clients. Donc, plutôt que de tenter un procès à la patent troll (du genre: « l’algo machin, il est dérivé de mon brevet T1000 ») qu’ils ne peuvent pas faire puisque, dans leurs conditions c’est à leurs licensors de le faire, ils tentent une autre voie: AOM ils ont des conditions d’utilisations abusives.<br /> Et c’est là qu’on se marre: MPEG LA, dans leurs conditions =&gt;clique ici&lt;=, je cite:<br /> Partial Termination in the Event of Litigation Brought by Licensee. <br /> The Licensing Administrator, upon the instruction of a Licensor, shall terminate Licensee’s <br /> sublicense under any AVC Patent Portfolio Patent(s) licensed or sublicensed to the Licensing <br /> Administrator by such Licensor in the event that the Licensee has brought a lawsuit or other <br /> proceeding for infringement of an AVC Related Patent(s) and/or an AVC Essential Patent(s) against <br /> such Licensor, and Licensee has refused to grant the Licensor a license on fair and reasonable <br /> terms and conditions under the AVC Related Patent(s) and/or AVC Essential Patent(s) upon which <br /> the lawsuit or other proceeding is based. For purposes of this Section 6.3 only, the Licensor’s per <br /> patent share of royalties payable pursuant to Article 3 of this Agreement shall be presumed to be <br /> a fair and reasonable royalty rate for Licensee’s Patent(s) considering the essential nature of <br /> Licensor’s Patent(s) licensed hereunder. <br /> Ce qui se traduit en gros par la même clause que l’on reproche à AOM.<br /> Comme tu dis, l’avantage d’AV1 (et des suivants) est évident, moins de bande passante pour la même qualité. Donc l’avantage économique est d’autant plus important pour les fournisseurs de contenu mais beaucoup moins pour ceux qui souhaitent vendre leurs algorithmes à des tiers vu qu’adhérer à AOM empêcherait d’en tirer des sous (sauf à faire du support et/ou du dev custom).<br /> Ceux là n’ont aucune obligation d’adhérer à AOM, et donc en soit, ne sont pas soumis à la licence d’AOM, je ne vois pas le problème.<br /> ovancantfort:<br /> Entre un monde avec brevets également peuplé de patents trolls et un monde sans brevets où les plus grands peuvent copier et déployer à grande échelle sans laisser la moindre chance aux plus petits d’exploiter leurs idées, l’équilibre est malheureusement vraiment très difficile à trouver.<br /> Tu as complètement raison. Et c’est pour ça que MPEG LA ne fait pas de patent troll, ils ne voulaient pas le faire, ni être attaqué, donc dans leurs conditions, c’est à la charge des licensors de défendre leur brevet. En gros, MPEG LA, c’est la SACEM. Ça se charge de récuperer les royalties sur les plus gros « vendeurs », et redistribuer le grisbi entre les fumeurs de cigares.<br /> Donc là, ils ne peuvent pas attaquer AOM avec leur portfolio de brevet, vu qu’ils ont, explicitement dit qu’ils ne le feraient pas. Ils tentent donc une autre voie. Et heureusement que AOM est soutenu par les plus gros ici, car un petit « développeur » qui aurait été spolié de son algorithme n’aurait aucune chance contre les licensors de MPEG LA.
Pierro787
Sauf que l AV1 demande bien plus de ressources de calcul que le H265, donc, je ne vois pas où est l économie d énergie. Pour preuve, Aucun smartphone ne sait gérer du décodage AV1, il faut des PC bêtes de course.<br /> Et dire que consommer un flux de 30 Mbit/s au lieu de 35 Mbit/s va créer une importante économie d’energie n a aucun sens quand une diode laser sur une fibre permet de faire transiter n importe quel volume de données entre quelques kbit/s et 1 gigabits sans consommation électrique supplémentaire.<br /> Bref, le premier facteur de consommation de l AV1 sont bien les SoC et CPU ou GPU bien avant les diodes laser sur les fibres qui consomment toutes la même quantité d énergie même sans trafic de l ordre de quelques milliwatts.<br /> Cette remarque est aussi valable pour le VDSL qui est synchro en permanence avec le DSLAM.
jaceneliot
Ta fibre c’est qu’une partie de l’équation, la plupart des contenus sont consommés sur réseau sans fil, les pires consommateurs. Ensuite, ta vision est celle du non changement. Si on écoutais les gens comme toi on aurait toujours des codecs datant de 1990. Faut prévoir le futur, avec la prochaine gamme d’appareils qui géreront en décodage hardware.
Pierro787
Aucun équipement de type smartphone ou tablette ne sait décoder un flux AV1 en direct. Par ailleurs, regarder un flux 4K ou même 8K sur un smartphone n a aucun intérêt vu la taille de l écran mais c est une autre débat.<br /> La seule solution c est l ordinateur( puissant ), avec un moniteur 4k qui peut être branché à Internet avec une connexion filaire.<br /> Le wifi n’a jamais permis d offrir un service satisfaisant dans une grande maison ou dans une maison avec des murs de 30 ou 40 cms a ancienne.<br /> Quant au codec AV1, il n apporte pas d avantages suffisants au regard des contraintes matérielles qu il exige.<br /> Les codec évoluent, je le sais très bien, mais le H265 fait déjà très bien le job. Le H266 en cours de préparation battra l AV1, c est la course à la technologie.<br /> Et la fibre optique se déploie énormément dans le pays, même dans des petits villages, et pour les oubliés, il y a le satellite.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Surfez sur le Web en toute discrétion et à petit prix avec cette licence VPN Surfshark
L'Intel Core i9-13900K Raptor Lake domine la concurrence sur Ashes of the Singularity
La publicité arrive sur Disney+ via un nouvel abonnement (et le prix fait mal)
Le LattePanda 3 Delta disponible hors Kickstarter : un
Pour gagner en stockage en ligne, cette offre signée pCloud est idéale
La mémoire Micron GDDR6X à 24 Gbps entre en production de masse
La DDR5-6000
Stadia permet à ses joueurs de streamer un jeu en petit comité
Cet ancien employé de Twitter espionnait les utilisateurs pour le compte de l'Arabie saoudite
Cyberharcèlement : en Europe, les parents protègent moins leurs enfants que dans le reste du monde
Haut de page