Téléchargement illégal : les pirates achètent toujours plus de musique que les autres

18 octobre 2012 à 18h06
0
Année après année, étude après étude, la tendance se confirme : ceux qui piratent de la musique sont ceux qui en achètent le plus. Une nouvelle étude de l'American Assembly et de l'université de Colombia, baptisée « Violation du droit d'auteur et répression aux États-Unis », arrive à son tour aux mêmes conclusions.

05470593-photo-logo-the-pirate-bay-cassette.jpg

Pour justifier l'adoption de lois comme la SOPA aux États-Unis, ou à défaut d'une riposte graduée semblable à celle de la Hadopi en France, les maisons de disques continuent de prétendre que plus les internautes piratent, moins ils achètent, et donc plus ils mettent en péril l'industrie musicale.

L'American Assembly mène en fait une étude plus complète, titrée « Culture de la copie aux États-Unis et en Allemagne », qu'il publiera début 2013. Mais les premières réponses, de 2300 américains notamment, lui permettent d'ores et déjà de tirer des conclusions instructives concernant la musique.

Les pirates achètent un tiers de plus que les autres

Pour commencer, selon l'étude le téléchargement illégal est courant : près de la moitié des adultes américains reconnaissent pirater, et même près de trois individus de moins de 30 ans sur quatre (70 %). Ces écarts se confirment dans la composition des bibliothèques musicales des individus, mais ce n'est pas le principal enseignement.

0190000005470575-photo-copy-culture-in-the-us-and-germany.jpg

L'étude révèle effectivement que ceux qui pratiquent le peer-to-peer ont plus de musique que ceux qui ne le font pas, 36 % de plus aux États-Unis. Mais l'écart ne s'explique pas seulement par le téléchargement illégal, puisque ces pirates ont légalement acquis 30 % de musique de plus que les autres.

L'étude confirme enfin que les échanges dans le cercle familial et amical sont aussi populaires que le téléchargement. La RIAA elle-même, l'une des institutions les plus virulentes à l'égard du téléchargement illégal, le sait bien : elle l'a constaté en menant sa propre étude, qui lui a échappée cet été.

La clé semble quoi qu'il en soit être le coût, puisque près de la moitié des américains qui admettent pirater de la musique affirment qu'ils le font moins depuis qu'ont émergés des services de musique à la demande à bas prix (tels que Deezer ou Spotify).

00F0000005470577-photo-copy-culture-in-the-us-and-germany.jpg
00F0000005470579-photo-copy-culture-in-the-us-and-germany.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Faute d'être président, Bernie Sanders devient un meme dans le monde entier
Dernières heures pour le forfait mobile B&You 100 Go à 13,99€/mois
Soldes : belle promotion sur ce kit complet Raspberry Pi 4 à partir de 54€
Soldes : les 5 meilleures offres Philips Hue à saisir avant la fin du week-end
Quelle montre connectée choisir pour vous accompagner dans vos exploits sportifs ?
Soldes Xiaomi : le TOP des promos high-tech Xiaomi chez AliExpress
Il pourrait bientôt y avoir un set LEGO Metroid !
IP statique et IP dédiée : quelles différences ?
Envie de revivre l'horrible année que fut 2020 ? C'est possible grâce à ce jeu en ligne
Comment quitter facilement WhatsApp et migrer sur Signal en 7 étapes ?
Haut de page