Muzeek : l'union de la création musicale et de l'intelligence artificielle

Alexandre Boero Contributeur
01 juin 2019 à 10h00
0
Muzeek (1).png
Un premier aperçu du logiciel (Crédits : Muzeek)

La start-up française, créée sous l'impulsion d'André Manoukian, associe la tech et la musique. Grâce à son algorithme, elle synchronise une piste musicale originale et une vidéo.

Il pourrait devenir le partenaire rêvé des cinéastes et acteurs du monde de l'audiovisuel. Créé en 2015 par l'auteur-compositeur lyonnais André Manoukian et le serial entrepreneur Philippe Guillaud, le logiciel Muzeek ne manque pas d'ambition et veut faire de traditionnels compositeurs des « compositeurs augmentés », assistés par l'intelligence artificielle qui leur permet d'adapter leurs créations à des contenus vidéo. Portée par des professionnels de la musique et riche d'un catalogue de plusieurs milliers de pistes, la solution semble être promise à un bel avenir.

Un algorithme qui adapte la musique en fonction de ce qui se passe dans la vidéo


En novembre 2018, Muzeek a pu réaliser une levée de fonds d'1,2 million d'euros, un montant conséquent pour la musique associée à la tech. Une preuve que les investisseurs misent beaucoup sur la technologie développée.

Véritable service de musique sur-mesure, Muzeek marie la création musicale à l'intelligence artificielle, avec une tendance forte à défendre la musique de départ utilisée, créée par de vrais compositeurs. « L'intelligence artificielle vient ici "augmenter" la musique, et augmenter la création des musiciens », indique Sophie Ziessel, VP Sales de Muzeek, interrogée par Clubic sur le salon Viva Technology 2019.

Concrètement, l'IA permet, lorsque l'utilisateur crée la musique selon un cahier des charges assez précis, de comprendre la musique créée. Elle peut en effet la calibrer et l'ajuster selon ce qu'on vient lui demander, en particulier pour la vidéo, car l'algorithme va adapter la musique à ce qui se passe dans la vidéo, selon sa durée et ses temps forts. Tout bonnement révolutionnaire.

Manoukian-Guillaud.png
Philippe Guillaud et André Manoukian (Crédits : Muzeek)

Jusqu'à 15 000 musiques générées


Le catalogue de Muzeek, lui, est déjà bien fourni. « Nous avons presque une centaine de matrices musicales de départ. La grosse différence, c'est qu'avec ces dernières, nous pouvons générer jusqu'à 15 000 musiques », précise Sophie Ziessel. Lorsque vous effectuez une recherche sur le logiciel, 10 musiques sont proposées en fonction du brief de départ. Le logiciel se charge de proposer des variations qui correspondent à ce que l'on demande, et c'est ensuite à l'utilisateur que revient le choix final.

Pour compléter ce catalogue, Muzeek passe des commandes auprès de musiciens professionnels, « vraiment doués dans leur domaine et qui sont capables de créer différents styles musicaux, qui peuvent faire de la musique de pub, de film et qui sont capables de créer de la musique selon un cahier des charges bien précis » nous explique notre interlocutrice.

Muzeek est également en train d'intégrer ses premières chansons. La voix chantée constitue un autre défi pour la start-up française. « Notre objectif, même si nous redécoupons la musique, reste de ne pas dénaturer l'oeuvre de départ », affirme la représentante de Muzeek.

Un logiciel facile à prendre en main


Muzeek possède dans ses rangs un représentant à Los Angeles, ville qui centralise toute la production musicale. « Une personne est chargée de nous trouver de bons partenaires sur place ainsi que nos premiers clients. Le marché est énorme là-bas. La production de contenus marketing vidéo ou générés par les utilisateurs publics est exponentielle », nous rapporte Sophie Ziessel.

Muzeek (2).png
Second aperçu du logiciel (Crédits : Muzeek)

Si la solution s'adresse avant tout aux professionnels de la production audiovisuelle, le grand public peut aussi s'y essayer, le logiciel étant facile à prendre en main. « Il est prévu pour être restreint en termes de fonctionnalités, pour qu'il n'y ait que l'essentiel. Il est possible de générer une musique en trois clics. Il ne reste plus qu'à la synchroniser à la vidéo, acheter les droits d'utilisation et la mettre à disposition sur Internet », détaille Sophie Ziessel. Le spectre des utilisateurs de Muzeek va ainsi du semi-professionnel, qui fait de la vidéo de mariage, à une équipe qui prend la forme d'un studio de production, où plusieurs personnes travaillent ensemble.

Différentes offres et moyens d'accéder à la solution proposés


L'abonnement, lui, démarre à 19 euros par mois sans engagement, avec l'offre Creative. À ce prix, vous avez accès à l'ensemble du service et disposez jusqu'à cinq licences musicales incluses. Un essai gratuit est possible, et deux licences web sont offertes pour toute inscription. L'offre Studio propose davantage de licences web notamment, pour 49 euros par mois. L'offre Dev, accessible à 450 euros par mois, comprend l'achat de la clé API et la possibilité d'obtenir le SDK de la solution.

SophieZiessel.png
Sophie Ziessel (Crédits : Muzeek)

Le logiciel est accessible directement en ligne via le site getmuzeek.fr, ou par le logiciel Muzeek Pro, disponible sur Mac ou via le plug-in professionnel sur Adobe Premiere et Final Cut. Vous l'aurez compris, Windows ou Mac, Muzeek n'a oublié personne.

Actuellement, une dizaine de personnes travaillent pour le compte de Muzeek, réparties entre la musique, la tech et le commercial/marketing. On ne peut que leur souhaiter de garnir leurs rangs.

3 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Pour ou contre : la Nintendo Switch Lite est-elle (vraiment) une bonne idée ?
scroll top