Thales veut faire interdire les "robots tueurs" autonomes

28 janvier 2019 à 20h40
23
robot tueur

Le groupe français Thales, l'un des leaders dans la fourniture d'équipements pour la défense et la sécurité, a appelé à une législation mondiale visant à empêcher l'utilisation d'armes mortelles autonomes. Son PDG a publiquement exprimé sa crainte que l'IA puisse être utilisée de cette façon.

Il y a un an, Thales ouvrait un laboratoire dédié à l'intelligence artificielle à Montréal. Mais ces investissements n'empêchent pas l'entreprise, par la voix de son Président Patrice Caine, de faire part d'une certaine appréhension quant aux potentielles dérives mortelles de cette technologie.

Des machines intelligentes capables de tuer

Le dirigeant craint en effet de voir apparaître des « robots tueurs », c'est-à-dire des armes létales autonomes. Si l'expression peut faire sourire, elle ne relèverait plus seulement du champ de la science-fiction. D'après Yoshua Bengio, chercheur canadien en IA, présent aux côtés de Patrice Caine, le sujet constituerait « un enjeu actuel pour les armées », tant d'un point de vue moral que sécuritaire.

Car de telles armes pourraient être utilisées à mauvais escient : couplées à un système de reconnaissance faciale, elles pourraient se transformer en tueurs à gages autonomes. Et de façon générale, elles seraient incapables de prendre en compte le contexte moral, pour faire preuve de discernement.

Thales contre les « robots tueurs »

Le PDG de Thales a ainsi appelé à « une législation au niveau international » pour proscrire ces « robots tueurs ». Il a affirmé que des discussions étaient en cours à ce sujet à l'ONU, mais qu'il était nécessaire à présent d'accélérer la prise de décision.

En attendant, l'entreprise ne compte pas rester les bras croisés. Thales a en effet décidé de ne pas participer à la création de ces armes létales autonomes, même en cas de demande d'un client, et de ne pas utiliser l'IA pour « donner de l'autonomie à un système d'armes pour qu'il puisse de lui-même décider de tuer ou pas ».

Le groupe vend déjà des solutions reposant sur l'intelligence artificielle, notamment pour des technologies de reconnaissance faciale. Mais d'après son PDG, elles n'ont jamais été utilisées à l'échelle d'un pays. Thales n'aurait donc rien à voir avec, par exemple, les outils de surveillance utilisés en Chine.

Source : 20 Minutes
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
23
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Anthem : la refonte du jeu est officiellement annulée
Après 42, Xavier Niel lance une nouvelle école... d'agriculture, elle aussi gratuite : Hectar
Séries originales (ou non) : notre sélection des meilleures séries proposées sur Disney+
Cyberpunk 2077 : la seconde mise à jour majeure repoussée à fin mars suite à la cyberattaque
Soldes : cette caméra 360° Xiaomi Mi Home Security est au meilleur prix chez Darty
Starlink : l'ARCEP autorise le déploiement du réseau internet par satellite d'Elon Musk en France
Soldes : les promotions high-tech à ne pas manquer ce mercredi
Klipsch T5 II : des écouteurs premium à la sonorité équilibrée, enfin à maturité
Forfait mobile : Free relance son célèbre forfait 80 Go à 11,99€/mois
Soldes Cdiscount : cette tablette Samsung Galaxy Tab S7 profite de 100€ d'ODR
Haut de page