L'un des pères du deep learning est inquiet de l'avenir de l'intelligence artificielle

Par
le 23 novembre 2018 à 09:02
 0
Yoshua Bengio
© École polytechnique - J.Barande

Invité à un événement organisé par le MIT, Yoshua Bengio, l'un des papas du deep learning, s'est exprimé sur les perspectives d'avenir de l'intelligence artificielle. L'intéressé, qui n'a pas cédé aux sirènes des GAFAs, préférant conserver son poste de professeur au sein de l'Université de Montréal, dénonce notamment le phénomène de « course à l'armement » observé sur ce secteur et souhaite rendre l'IA plus accessible aux pays en voie de développement.

A l'heure des data-centers et de la collecte sauvage de données vouées à alimenter les algorithmes des géants de la tech, l'avis de Yoshua Bengio dénote. Pour lui, l'idée d'agir pour le « bien commun » devrait dominer les débats en matière de développement d'IA. Une approche, raisonnable et raisonnée, que le spécialiste du deep learning a pu détailler au cours d'un entretien avec le magazine MIT Technology Review.

Une affaire collégiale et non la responsabilité de quelques-uns


Inclure des chercheurs issus des pays émergents est au cœur de l'argumentaire de Yoshua Bengio. Il pointe ainsi que le domaine du deep learning reste pour l'heure le pré carré de quelques grandes firmes européennes, américaines et éventuellement chinoises. Une problématique majeure dans un monde de la Tech en proie à une polarisation est-ouest de plus en plus apparente.

« L'inclusion doit être plus qu'une simple expression nous permettant d'avoir bonne conscience », a-t-il expliqué. « L'utilité de l'IA dans les pays en voie de développement est encore plus grande. Ils ont encore plus besoin d'améliorer la technologie que nous, et ils ont des besoins différents ». Selon lui, accroître la « démocratie sur le secteur de la recherche en IA » est par ailleurs nécessaire pour éviter que le deep learning ne devienne le monopole de quelques acteurs du marché seulement. « Il est dangereux de laisser trop de pouvoir se concentrer entre les mains de quelques-uns », a-t-il estimé.

L'épanouissement et la pérennité, de l'IA en tant que technologie passeraient ainsi par sa démocratisation. Et d'après Yoshua Bengio, l'IA et le deep learning devraient en outre n'être employés qu'à des fins civiles. De quoi renvoyer dans les cordes Google et ses récentes velléités guerrières (la firme avait en effet signé un contrat avec l'Armée américaine autour de l'IA, avant de se raviser en juin dernier).

Yoshua Bengio exècre les applications militaires de l'IA


C'est par un simple « Je m'y oppose fermement » que le chercheur canadien (né à Paris) a répondu à une question portant justement sur les applications militaires de l'intelligence artificielle. Un domaine d'activité que Bengio ne semble pas porter en très haute estime. « Nous devons rendre immoral le fait d'avoir des robots tueurs », a-t-il déclaré, pointant toutefois que « rien ne nous empêche de développer des technologies défensives » pour lutter contre des « États voyous » qui, eux, développeraient des machines offensives.

« Il y a une grosse différence entre créer des armes défensives qui abattront des drones et développer des armes offensives qui cibleraient des humains. , toutes deux peuvent utiliser de l'IA », a poursuivi l'intéressé.

Former les militaires au deep learning ?


Quant à la perspective d'envoyer des experts en IA conseiller l'Armée en matière de deep learning, Bengio est tout aussi réticent. « Si avaient des valeurs morales, pourquoi pas. Mais je ne fais pas complètement confiance aux organisations militaires, parce qu'elles tendent à faire passer le devoir avant la morale ». En clair, pour Yoshua Bengio, l'IA se doit de rester pacifique pour profiter à l'homme, et ce même si cette dernière « ne sera jamais parfaite ».

Selon le chercheur, le principal frein au développement de l'IA à l'heure actuelle se résume en partie à l'absence de « bons algorithmes » dédiés à la causalité. Un concept qui échapperait encore bien trop à nos machines. Yoshua Bengio reste malgré tout confiant : « Je pense que si suffisamment de personnes travaillent sur ce point, et qu'elles le considèrent comme étant important, alors nous verrons des avancées ».
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Imaginé par l'autorité sanitaire américaine, le jeu vidéo One Leaves vise à exposer les dangers du tabac aux (jeunes) joueurs, et à les faire arrêter de fumer.
20:16 | Jeux vidéo
Avec bientôt cinq saisons au compteur, la série Peaky Blinders est devenu un véritable phénomène, et c'est donc sans surprise qu'on apprend qu'elle aura droit à son adaptation en jeu vidéo prochainement. S'il va falloir attendre encore un peu avant d'en apprendre plus sur le contenu du titre, nous savons déjà quels studios auront la lourde tâche de porter la licence sur consoles et PC.
La multiplication des plates-formes de téléchargement de jeux sur PC pose un certain nombre de problèmes. Parmi les plus épineux, la nécessité d’installer le lanceur spécifique à chaque plate-forme récolte la majorité des suffrages.
18:14 | Steam
Pour les amateurs de RPG occidentaux, BioWare est synonyme de souvenirs impérissables. Baldur’s Gate, Planescape Torment, Star Wars KOTOR, Mass Effect et tant d’autres sont parmi les figures tutélaires de ce genre. Ce qui n’a pourtant pas empêché le studio de connaître quelques revers ces dernières années. Entre la polémique entourant la fin de Mass Effect 3 et le semi-échec de Masse Effect Andromeda, le studio avait grand besoin de redorer son blason.
C'est lundi prochain que la marque à la pomme organisera sa keynote en direct du Steve Jobs Theater de Cupertino. Elle sera bien évidemment diffusée dans le monde entier, et les fans français de la firme dirigée par Tim Cook pourront se réunir dans la boutique des Champs-Elysées pour la suivre.
16:12 | Apple
Le groupe Volkswagen et Northvolt créent le consortium European Battery Union >> (EBU), pour participer au financement de la recherche, du développement et de la mise en œuvre industrielle des technologies de batteries.
Mais que peut bien nous réserver Samsung avec son futur Galaxy A90 ? Sur le site officiel indonésien de la marque, mention a été faite d’un écran Notchless Infinity >> réservé au terminal. Une information qui laisse entendre que l’appareil se passerait à la fois d’encoche et de trou dans l’écran destiné au capteur photo frontal.
Jeudi 21 mars, Amnesty International a dénoncé les pratiques des constructeurs de véhicules électriques.
C’est avec une certaine impatience que nous attendions de tester ce Kit HutoPi, console DIY presque "prête à l'emploi" basée sur un Raspberry Pi. Une solution qui permet de se mettre au retrogaming facilement ? C'est ce que nous allons voir.
12:08 | Raspberry Pi
En Norvège, un nombre indéterminé de Nokia 7 Plus envoyaient des données personnelles de leurs utilisateurs vers la Chine, apprend-on de la NRK. HMD Global a répondu à ces accusations au travers d’un communiqué adressé il y a quelques heures à Android Authority, qui avait relayé l’enquête du média norvégien.
11:07 | Nokia
Google lance en catimini une version web de son gestionnaire de podcasts. Le logiciel, clairement en cours de développement, ne permet que la lecture d’émissions, sans autre fonctionnalité.
Il y a quelques heures nous vous parlions de la récente adhésion de Kodi à la fondation Linux.
Une équipe de chercheurs de l’Institut de Technologie de Géorgie a mis au point une interface en réalité augmentée permettant aux handicapés moteurs de contrôler à distance un robot humanoïde dans l’espoir d’améliorer leur quotidien.
08:04 | Robotique
Chaque semaine, l'équipe Clubic vous livre un petit résumé de la semaine en 7 actualités high tech.
22/03 | Clubic
scroll top