Google participe à des projets militaires, des employés démissionnent

16 mai 2018 à 15h42
0
Selon un rapport du blog américain Gizmodo, plus d'une douzaine d'employés de Google auraient démissionné suite à la participation de leur (ex)entreprise dans des recherches appartenant au domaine militaire, et plus précisément au projet Maven.

Mise à jour du 4 juin 2018 :
Sans préciser si cette décision est dictée par la vague de départs et les demandes des salariés, Google vient d'annoncer qu'il ne poursuivrait pas son implication dans le projet Maven après la fin du contrat en mars 2019. Ce dernier sera probablement maintenu par l'Armée, qui devra trouver un autre partenaire pour continuer à le développer.
Source : The New York Times


Gizmodo rapporte que plus d'une douzaine d'employés de Google auraient démissionné suite à l'implication de la firme américaine dans des recherches destinées au domaine militaire, le projet Maven.

drone militaire


La technologie au service de la guerre

Maven est le nom de code de l'un des projets du département de la défense américaine qui consiste à utiliser l'IA et le « deep learning » pour permettre aux drones militaires de reconnaître les images qu'ils filment.

Actuellement, lorsqu'un drone filme une scène, un être humain doit la visionner pour reconnaître avec précision ce qui s'y trouve. Le drone n'est là que pour retranscrire l'image prise depuis le ciel.

Le projet Maven a pour vocation d'intégrer de l'IA aux drones de l'armée afin que ces derniers puissent être capables de reconnaître ce qu'ils filment, et éventuellement d'avertir les équipes militaires lorsqu'ils perçoivent des situations jugées alarmantes. Ce projet nécessite donc de grandes compétences dans le domaine de la « vision par ordinateur » - domaine d'excellence de Google.

pentagone


Des employés refusent de prendre part au projet

Il semblerait que certains employés de Google ne soient pas vraiment d'accord pour travailler main dans la main avec l'armée de leur pays. Plusieurs d'entre eux craindraient ainsi que cette technologie ne soit utilisée à des fins de « guerre et de meurtres ».

C'est pourquoi, en avril dernier, plus de 3 100 employés du géant américain s'étaient rassemblés pour signer une pétition demandant au CEO de l'entreprise, Sundar Pichai, que « le projet Maven soit annulé et que Google rédige, publie et applique une politique claire stipulant que ni Google ni ses sous-traitants ne construiront jamais de technologie de guerre ».

Diane Greene, CEO de la branche « Cloud » ayant signé le partenariat avec le Pentagone pour le projet Maven, assure que la technologie fournie par Google ne sera pas « utilisée afin de faire voler des drones ou fonctionner des armes ».

Une déclaration insuffisante pour de nombreux employés, qui jugent qu'une fois la technologie livrée, ils n'auront plus aucun contrôle quant à son utilisation par l'armée.


Modifié le 04/06/2018 à 13h44
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
scroll top