L'Inde se lance dans l'informatique quantique et annonce un investissement d'un milliard d'euros

03 février 2020 à 11h32
0
ordinateur quantique
© Pixabay

L'Inde se lance à son tour dans l'aventure quantique. La ministre des Finances indienne, Nirmala Sitharaman, a annoncé un plan d'investissement de 8 000 crores de roupies indiennes (environ 1,01 milliard d'euros) dans l'informatique quantique.

Un plan qui doit permettre au pays de développer sa filière en la matière, mais qui arrive relativement tard dans la course.


Secteur bondé

La course à l'informatique quantique est plutôt le terrain de jeu des industriels et des entreprises. Google, IBM ou Intel s'y sont déjà positionnés. Amazon et Microsoft proposent aussi des services Cloud qui utilisent ce concept. Côté chinois, le géant Alibaba s'y est également engagé. Ces multinationales répondent de pouvoirs financiers conséquents, et leurs moyens permettent d'alimenter un pôle de recherche et de développement sur le long terme.

Et cette concurrence se retrouve à l'échelle des états. La commission européenne dispose en effet depuis 2016 d'un programme de financements de projets relatifs à l'informatique quantique, qui s'accompagne d'une enveloppe d'1,02 milliard d'euros. De l'autre côté de l'Atlantique, la Maison Blanche a promis en 2018 un investissement d'1,2 milliard de dollars (environ 1,08 milliard d'euros). Et si l'on se tourne vers l'Asie, le Japon et la Chine disposent eux aussi de leurs propres projets.

Le bon moment pour l'Inde ?

Jusqu'à présent, l'Inde est restée en retrait. On mentionnera simplement le projet QuEST (Quantum-Enabled Science & Technology) lancé par le Département des sciences et de la technologie (DST) indien en 2019 avec un budget de 80 crores de roupies (environ 10,1 millions d'euros). Lors d'une interview, le P.-D.G. d'IBM Arvind Krishna a déclaré l'année passée n'avoir vu aucune start-up indienne travailler activement dans ce domaine. Il affirme que « si l'Inde veut fabriquer les composants de produits de base, il n'y a probablement rien à perdre en matière d'informatique quantique. Mais s'ils veulent être les concepteurs des composants de la prochaine génération de véhicules, une fraction de ceux-ci sera profondément influencée par l'informatique quantique d'ici quelques années ».

Une vision que ne partage pas le P.-D.G. du bureau d'analyses Greyhound Research, Sanchit Vir Gogia, qui affirme que « nous arrivons juste au bon moment pour l'investissement quantique. La plupart des investissements quantiques se trouvent aux Etats-Unis [ et ] nous arrivons au bon moment parce que des entreprises comme IBM ou Google vont investir des sommes colossales dans des infrastructures en Asie, dans des pays comme le Japon ou Singapour. Si l'Inde peut avoir une place dans le domaine quantique, nous arrivons à un moment parfait ». Selon lui, l'Inde pourrait perdre l'avantage si ses investissements dans le secteur ne sont pas à la hauteur. Rien ne serait donc perdu pour le pays...

Source : The Next Web.
Modifié le 03/02/2020 à 11h33
0
1
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
La 5G, une technologie pour
5G : à Singapour, Ericsson et Nokia sont préférés à Huawei, encore...
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
Les jeux PS5 et Xbox Series X plus onéreux que sur les consoles actuelles ?
PlayStation suspend temporairement ses publicités sur Facebook et Instagram
scroll top