Afrique : quand le big data vient optimiser l'agriculture

08 mai 2019 à 16h25
0
Afrique réseau data
source : Shutterstock.com

L'agriculture africaine se dote de plus en plus d'outils bénéficiant des récents progrès technologiques. Des solutions qui s'appuient notamment sur l'intelligence artificielle et le big data, et qui peuvent aussi bien profiter aux producteurs qu'aux consommateurs.

En début de semaine dernière, s'est tenu à Dakar (Sénégal) le congrès AgriNumA 2019 (Agriculture Numérique en Afrique). L'occasion de mettre en avant les dernières initiatives en matière de technologies venant en aide aux agriculteurs du continent.

Évaluer précisément la production de mangues


Car l'Afrique, territoire majoritairement rural, s'ouvre de plus en plus à la numérisation pour ses cultures. De nouveaux outils voient ainsi le jour, grâce au travail de startups locales ou d'organismes tels que le Centre international de recherche agronomique pour le développement (Cirad) ou l'Institut sénégalais de recherches agricoles.

Citons par exemple le projet « Pix Fruit », qui permet d'évaluer la quantité de mangues produites dans un champ. Jusqu'à présent, cette estimation s'effectuait en quelque sorte « à la louche ». Il s'agissait de compter les mangues présentes sur quelques arbres et de multiplier le résultat par le nombre de manguiers. Une méthode évidemment sujette à de conséquentes erreurs, d'autant que le compte était parfois réalisé par l'acheteur lui-même...

Au contraire, grâce à des algorithmes d'intelligence artificielle, Pix Fruit permet d'obtenir une estimation plus précise de la production des manguiers. Et ce, uniquement à partir de photos prises dans le champ. Une solution qui pourrait ensuite être étendue à d'autres types de production.

Faciliter l'irrigation et l'approvisionnement des cantines scolaires


De son côté, l'entreprise Nanoair propose une autre façon d'optimiser la gestion de son champ, via une technologie moins sophistiquée. La société commercialise en effet un boîtier commandant le système d'irrigation à partir de SMS. L'outil permet ainsi à l'agriculteur de gagner du temps et de réaliser des économies. D'autant que la grande majorité de la population est déjà équipée d'un téléphone portable.

Enfin, la société Lifantou s'attaque aux problématiques intervenant en aval de la production. Car son but est de raccourcir le circuit d'approvisionnement entre les cantines scolaires et les agriculteurs. Pour cela, elle tire parti du big data, afin de faire correspondre les besoins des écoles avec les offres des producteurs, sur tout le territoire sénégalais. Avec l'objectif, in fine, de faire baisser les prix pratiqués par les cantines.

Ces solutions restent assez récentes et il faudra probablement du temps avant qu'elles bénéficient au plus grand nombre. Mais elles démontrent un certain changement de paradigme dans l'agriculture africaine.

Source : Capital

1 réponses
2 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes
Suite à un accident mortel, la marine américaine ne veut plus d'écrans tactiles
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top