ULA et SpaceX sélectionnés pour transporter les satellites de la défense américaine

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
10 août 2020 à 13h00
2
Vulcan ULA © ULA
Le lanceur Vulcan d'United Launch Alliance (vue d'artiste). Crédits ULA

La Space Force a finalement choisi de poursuivre le partenariat avec ULA (60 %) et SpaceX (40 %) pour envoyer les satellites de la défense américaine en orbite. Un contrat cadre à plus d'un milliard de dollars par an, que convoitaient quatre entreprises.

Les autres entreprises Northrop Grumman et Blue Origin ont été mises sur la touche.

De grands enjeux pour la défense américaine

Pour éviter une compétition permanente et des appels d'offres à étudier en profondeur pour chaque lancement de satellite de la défense américaine (US Space Force, NRO – National Reconnaissance Office, MDA – Missile Defense Agency et les autres branches militaires), les États-Unis utilisent un contrat cadre avec deux opérateurs, à qui ils demandent des conditions particulières. Contrat cadre qui n'est renouvelé que tous les 5 à 7 ans et qui fait l'objet de grandes convoitises pour les opérateurs de fusées, puisque cela assure à chacun des sélectionnés plusieurs centaines de millions de dollars par an. C'est le « NSSL » (National Security Space launch), et ce vendredi 7 août, qu'est lancé le contrat NSSL Phase 2, qui couvre la période 2022-2027, avec des décollages jusqu'en 2028 au moins, a été attribué à United Launch Alliance (ULA) et SpaceX.

Une sélection serrée entre les candidats

Quatre entreprises étaient en concurrence pour remporter ce contrat cadre, qui était annoncé depuis des années. En 2018, l'US Air Force avait même investi pratiquement 2,5 milliards de dollars, juste pour que les différents opérateurs puissent développer leurs fusées à temps. Car pour cette nouvelle version du NSSL, le Pentagone voulait des fusées américaines fabriquées aux États-Unis : plus question d'utiliser un moteur russe comme le fait ULA avec son lanceur Atlas. Northrop Grumman proposait donc sa nouvelle fusée OmegA, ULA son lanceur Vulcan, Blue Origin sa très impressionnante New Glenn. SpaceX faisait pour une fois figure d'opérateur traditionnel puisque l'entreprise était la seule des quatre à proposer des lanceurs déjà éprouvés et fiables, Falcon 9 et Falcon Heavy (avec toutefois une évolution de Falcon Heavy spécifique, incluant des modifications de coiffe et du pas de tir).

Falcon Heavy © SpaceX
Avec une coiffe allongée et un pas de tir mis à jour, Falcon Heavy vaudra encore plus le détour ! Crédits SpaceX

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

Le constructeur le plus touché sera sans doute Northrop Grumman, au point que cette décision pourrait remettre en cause le lanceur OmegA, projet mis en place quasi-spécifiquement pour le NSSL. L'autre perdant est Blue Origin, mais cette défaite est à pondérer. Déjà parce que l'entreprise est dirigée par l'homme le plus riche du monde, qui à plusieurs reprises a déjà affirmé qu'il financerait Blue Origin jusqu'à ce qu'elle soit autosuffisante. Ensuite et surtout parce que Blue Origin produit le moteur BE-4, qui équipe la fusée Vulcan d'ULA qui a été sélectionnée. À raison de deux exemplaires par vol, Blue Origin limite la casse…

SpaceX et ULA ont cependant de bonnes raisons de se réjouir. Dans la foulée de l'annonce, la Space Force a passé sa première commande pour des décollages fin 2022 à ULA (337 millions USD) et SpaceX (316 millions). Des montants élevés qui permettent à la Space Force de dicter ses conditions, de réserver des « créneaux » dans l'agenda des constructeurs et de disposer de modifications sur-mesure des lanceurs. Un bon filon…

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
2
Element_n90
– Le marché US est vraiment assez gros pour 4 opérateurs ?<br /> – Je me perds un peu dans tous ces fabriquants mais Boeing fait quelque chose dans ce domaine (la SLS ok mais sinon) ?<br /> – Question philo, pour ULA, peut on vraiment dire que l’on fabrique des fusées quand on ne fabrique pas soit-même l’élément le plus stratégique : le moteur ?
ebottlaender
Non en tout cas pas celui de la défense, d’où le choix de la Space Force de ne retenir que ULA et SpaceX. Techniquement, ils auraient les dollars pour soutenir les quatre mais ça ne ferait pas sens.<br /> Boeing fait effectivement la SLS (et X-37B, et Starliner). Boeing est aussi détenteur de 50% d’ULA (l’autre moitié appartenant à Lockheed Martin), mais c’est uniquement administratif.<br /> Oui pour ULA, ils sont aussi intégrateurs, car un moteur tout seul ça ne va nulle part ^^<br />
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Ioniq ne sera plus juste un modèle Hyundai mais une marque à part entière
Huawei pourrait bientôt manquer de puces à cause des sanctions américaines
Crypto : le jeu vidéo The Sandbox va lancer sa prévente de jetons sur Binance
Les ordinateurs portables signés Toshiba, c'est fini
Amazon va renommer Twitch Prime en Prime Gaming pour l'aligner avec ses autres produits
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Les meilleures séries d'anthologie
Les meilleurs series animes
Black Friday Amazon : Microsoft Surface Pro 7 à 799€ au lieu de 1069€
Soldes d'été : l'enceinte Bluetooth Ultimate Ears Boom 2 Lite pour seulement 59€
Haut de page