Après un été de construction, les tests de Starship et SuperHeavy devraient reprendre de plus belle

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
09 septembre 2021 à 15h42
4
Starship SuperHeavy booster BN4 en place © SpaceX/Elon Musk
La photo date de la première mise en place le mois dernier. Mais c'est le même booster sur le site aujourd'hui... Crédits : SpaceX

Le chantier pharaonique du site de production et de lancement à Boca Chica au Texas a moins fait parler de lui ses dernières semaines. Mais si les vols sont au point mort depuis le mois de mai, c'est parce que la construction bat son plein. Starship et SupeHeavy seront bientôt prêts pour de nouveaux essais…

Reste à savoir quand !

Team Rocket !

Il est de retour ! Le gigantesque étage SuperHeavy de 70 mètres de haut et ses 29 moteurs Raptor a parcouru en ce début de semaine les quelques kilomètres séparant les sites de production et de lancement de SpaceX à Boca Chica au Texas. Impossible de se tromper, avec ses 9 mètres de diamètre et ses quatre grandes grilles de stabilisation déployées sur le dessus, SuperHeavy ne ressemble à aucun autre modèle.

Installé ce 8 septembre sur la table de lancement, ce prototype « BN4 » devrait subir sa deuxième campagne d'essais, avec d'abord de nombreuses vérifications mécaniques. SpaceX ne dévoilant pas son calendrier de tests, impossible de savoir si cet exemplaire sera à nouveau déplacé avant de subir pour la première fois le remplissage de ses réservoirs ou l'allumage statique de ses moteurs lors d'un compte à rebours simulé.

Starship Superheavy lanceur complet 6 aout 2021 © SpaceX/Elon Musk
Le premier assemblage le 6 août avait fait le tour du web, mais Starship avait bien vite été redescendu Crédits : SpaceX/E. Musk

Make Boca Chica great again

Le prototype BN4 figure déjà sur de très nombreux clichés capturés il y a un mois le 6 août. En effet, après une installation éclair sur la table de lancement, les équipes de SpaceX avaient alors soulevé l'autre « moitié » du lanceur, le prototype de Starship, SN20. Enfin assemblée en entier, la fusée avait fière allure, dépassant à plus de 120 mètres tous les autres lanceurs américains ayant jamais décollé.

Malgré tout, il ne s'agissait alors que d'essais mécaniques (et d'une belle opération de communication), puisque Starship n'est resté en place que quelques heures seulement. Quelques jours plus tard, booster et vaisseau étaient de retour au site de production : le matériel de vol n'était pas prêt. Un mois plus tard, quelques moteurs ont visiblement été changés sur BN4, tandis que le Starship a été équipé (puis rééquipé car il y a eu plusieurs phases) de plusieurs milliers de tuiles thermiques qui devront protéger ses flancs lors de sa future traversée de l'atmosphère.

Chantier d'été

Que ce soit en juillet ou en août, la majeure partie des travaux a été centrée sur l'équipement du site de lancement (bien que côté production, un nouveau bâtiment d'assemblage « géant » va aussi voir le jour cet automne). En particulier, les équipes ont travaillé sur le stockage des ergols et gaz nécessaires pour SuperHeavy, avec l'arrivée de nouveaux réservoirs (qui sont en fait directement dérivés des étages prototypes), et de complexes ensembles de moyens de pressurisation, de valves et de tuyauteries.

La grande tour érigée à la fin du printemps (qui n'a d'ailleurs toujours pas officiellement l'autorisation pour surplomber toute la zone) a elle aussi reçu un large ensemble d'équipements électriques, hydrauliques et mécaniques pour pouvoir supporter les futures campagnes de lancement. Un bras pivotant, prévu pour alimenter Starship en ergols et remplir ses réservoirs est déjà en place, tandis qu'un système plus imposant et bien plus complexe surnommé les « baguettes » (chopsticks en anglais) est en construction. Le système devrait à la fois servir à maintenir SuperHeavy/Starship lors de l'assemblage et à récupérer potentiellement un booster SuperHeavy lors de son retour sur Terre… mais pas pour son premier lancement.

Beaucoup moins d'amateurisme

Le premier vol n'est pas à attendre avant encore quelques semaines au moins (certains prévoient la fin de l'année), mais les essais sous pression et la lente mise en route du site orbital devraient prendre place prochainement.

Le planning restera agressif, SpaceX ne pouvant financièrement se permettre de poursuivre indéfiniment les travaux. Et impossible pour le moment de compter sur l'argent public du contrat d'atterrisseur lunaire, le dossier NASA étant en attente du jugement après le procès intenté par Blue Origin pour favoritisme cet été. Côté technologique par contre, le pari de réussir à atteindre l'orbite pour SpaceX avec son lanceur géant se rapproche inexorablement.

Source : YouTube

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
4
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Starlink veut tester l'Internet par laser à destination des astronautes
L'administrateur de la NASA accuse Blue Origin de retarder le programme de retour sur la Lune
Mission Artemis : le rover chercheur d'eau VIPER sera envoyé au niveau du pôle Sud lunaire
Des chercheurs ont conçu la plus grande simulation virtuelle de notre univers jamais créée
Le programme bêta de Starlink prendra fin en octobre
Le chassé-croisé de l'automne a commencé sur la station spatiale chinoise
Les quatre touristes de SpaceX sont rentrés sur Terre sans encombre ce week-end
La NASA confirme que Mars a connu d'importantes éruptions volcaniques par le passé
Inspiration4 décolle et atteint l'orbite sous l'oeil des caméras de Netflix (et du monde)
Thomas Pesquet a battu le record européen du plus long temps passé dans l'espace libre
Haut de page