Starship SN11 : un nouvel essai du prototype se termine en explosion à l'atterrissage

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
30 mars 2021 à 20h58
29
starship SN11 pré-explosion © SpaceX
La dernière image que Starship SN11 ait renvoyé avant sa disparition. Crédits SpaceX

Malgré le brouillard qui enveloppait le site de Boca Chica (Texas), SpaceX a fait décoller son nouveau prototype du vaisseau Starship ce 30 mars. Les efforts apportés pour améliorer et régler les moteurs n'ont pas encore porté leurs fruits : le SN11 a explosé lors de sa phase d'atterrissage.

Elon Musk vise déjà les essais pour ses successeurs.

Appelez les Vengaboys !

Depuis début décembre, les tentatives d'atterrissage des prototypes de Starship se ressemblent, malheureusement pour SpaceX. Ce 30 mars, afin d'éviter des vents en haute altitude prévus l'après-midi sur le site de Boca Chica au Texas, SpaceX a tenté un décollage dès l'ouverture de la fenêtre de tir, à 8 h 00 du matin, heure locale (15 h 00 heure de Paris). L'essai, bien préparé en amont, n'a souffert d'aucun retard, et ce malgré l'épais brouillard qui rendait toute tentative d'observer Starship décoller illusoire : allumant ses trois moteurs Raptor, le prototype SN11 a rapidement gagné de l'altitude, puis coupé ses moteurs un par un, exactement comme pour les essais précédents.

Starship SN11 belly flop © SpaceX
Jusque là, tout allait bien. Crédits SpaceX

À peine au-dessus des 10 kilomètres d'altitude, le dernier moteur s'arrête pour une phase de descente à l'horizontale, contrôlée par les surfaces aérodynamiques du véhicule (plans canard à l'avant, ailerons à l'arrière). Puis, à quelques centaines de mètres du sol, les moteurs se rallument pour un basculement à la verticale, et un dernier freinage… En théorie. Car comme pour SN8, SN9 et SN10, quelque chose s'est mal passé.

Monter, ça va, descendre, bonjour les dégâts

À cause du brouillard sur la zone, il est difficile de connaître la source exacte de l'explosion de Starship, mais ce dernier s'est bel et bien écrasé sur sa zone d'atterrissage. Elon Musk, prompt à répondre aux nombreuses interrogations sur twitter, a expliqué que le moteur Raptor n°2 avait souffert d'un souci lors de la montée comme lors de son rallumage, mais cela n'aurait pas du empêcher le véhicule de se poser.

De leur côté, de nombreux observateurs (y compris sur place) estiment que le système de sauvegarde a fait détonner Starship avant même qu'il puisse toucher le sol : c'est une éventualité à considérer si l'ordinateur de bord a estimé que le véhicule s'écartait trop de la bonne trajectoire, mais seule l'étude des débris sur place (et d'autres tweets ou communiqués de SpaceX) pourra répondre définitivement à cette question. Heureusement, le site étant évacué, il n'y a aucun blessé sur place.

Starship trop peur

Le rythme des essais en vol s'est considérablement amélioré depuis SN8, si bien que deux exemplaires ont tenté leur vol parabolique ce mois-ci. Pour la suite, les prototypes SN12, 13 et 14 n'existent pas ou plus : à la suite de changements de design structurel, logiciel et de moteurs, le site de production a concentré ses efforts sur l'exemplaire SN15, qui sera le prochain à être transporté sur son pas de tir pour y être mis sous pression, puis testé en vol. S'il semble que les équipes de SpaceX bloquent encore sur la phase d'atterrissage, cette dernière n'est pas optionnelle pour la suite du programme : impossible d'envisager un véhicule « totalement réutilisable » si ce dernier ne peut se poser.

Toutefois sur le site de Boca Chica, d'importants efforts sont investis sur le premier étage qui devrait un jour être capable de propulser Starship pour en faire un véhicule orbital. Le premier exemplaire de ce booster « SuperHeavy », qui ne servira finalement que pour des essais structurels et d'assemblage, est complété aujourd'hui et les équipes de SpaceX l'utilisent pour se former en vue des suivants. Elon Musk s'est même fendu d'une petite promesse de calendrier en annonçant que le prototype SuperHeavy « BN2 » pourrait être sur son site d'essais fin avril.

Source : SpaceX

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
29
13
Fulmlmetal
Je doute que la Sauvegarde ait fait exploser le protoype. Elon Musk dit dans son Tweet qu’au moins le cratère est à la bonne place, ce qui signifie qu’il a percuté le sol et au bon endroit, donc aucune raison de faire volontairement exploser le lanceur. Et puis c’est un proto, lancé en zone dégagé, donc la sauvegarde n’avait pas trop d’interet vu que le lanceur était là où il devait etre et qu’aucune population ou batiment n’était en danger.<br /> Force est de constaté que ce programme fait du surplace, et que les Raptor sont loin d’etre au point. Peut etre ont il finalement été trop vite dans ce programme.
smover
Les essais s’accélèrent, l’incroyable manoeuvre de retournement est déjà maîtrisée, les starship arrivent bien au sol à l’endroit indiqué, il ne reste plus qu’à se poser à la bonne vitesse et à fiabiliser les différents composants.<br /> Ils y sont presque et perso je trouve ça bluffant .<br /> Malgré les milliards en jeu ils ont gardé cette agilité impressionnante des meilleures startups, tout en l’appliquant à une industrie de pointe. Pour bosser moi-même dans l’industrie c’est assez stupéfiant et je ne me lasse pas de suivre cette conquête de l’espace en accéléré !<br /> Pendant ce temps le programme SLS patauge toujours avec sa fusée jetable à près d’un milliard. On vit un changement d’époque et de méthodes radical et c’est passionnant !
Yves64250
Combien ça coute une fusée comme ça ,en comptant le personnel autour et la structure ?
rexxie
Il est un peu tôt pour l’affirmer, mais les gros débris qu’on peut voir sur les cams de LabPadre semble assez loin de la zone d’atterrissage.<br /> Il a pu exploser de lui-même, ou par autodestruction programmée, car je crois que c’est légalement requis.
ebottlaender
Le coût d’un prototype est assez faible car c’est avant tout un énorme outil de production qui a été mis en place. Pour le matériel lui-même, quelques millions voire moins (dont 3 moteurs quand même). Mais c’est effectivement le site et les centaines d’employés du coin qui coûtent cher (plusieurs centaines de millions).
Koin-Koin
Ce qui, personnellement, me surprend beaucoup dans la manœuvre de retournement, c’est le peu de marge utilisée entre le retour à verticale et l’atterrissage en lui-même. Je suppose qu’il doit y avoir une très bonne raison à cela mais si il ne s’agit que d’une optimisation du style utilisation d’un minimum de carburant, je me dis qu’il serait peut-être plus pertinent de ne pas chercher l’optimisation dès le début mais d’abord de valider le bon fonctionnement avec de la marge.<br /> Quoi qu’il en soit, je reste curieux sur le sujet.
Augusto
«&nbsp;Les efforts apportés pour améliorer et régler les moteurs n’ont pas encore porter leurs fruits :&nbsp;»<br /> ==&gt;Portés.<br /> Portés les fruits. Sinon je vais prendu mon stylo pour le mettrez dans mon nez. Par exemple. Désolé. Ça m’irrite trop les zoeils.
pecore
On comprend bien que la fusée doit pouvoir atterrir dans un mouchoir de poche, pour pouvoir aller virtuellement n’importe où mais dans ce cas pourquoi arrive t’on à le faire avec des jets depuis des décennies et là ça bloque ? Le poids j’imagine.
ebottlaender
La bonne conjugaison est «&nbsp;porté&nbsp;» : ils n’ont pas porté (ça ne s’accorde pas, tout ça tout ça).<br /> La coquille, née d’une autre tournure de phrase qu’on adapte au dernier moment, est corrigée, c’est l’essentiel.
malak
Assez faible sur le montant total… mais SpaceX est le seul à se permettre de gaspiller et polluer ainsi librement… et personne ne dit rien…<br /> Mais ces échecs répétés peuvent fortement nuire à SpaceX, surtout qu’il n’y a pas de gros progrès depuis le second échec, et là c’est même pire, c’est un nouveau problème, pas une évolution.<br /> Si les deux prochains vols échouent, c’est tout le programme qui peut être remis en cause.
tfpsly
smover:<br /> Les essais s’accélèrent, l’incroyable manoeuvre de retournement est déjà maîtrisée, les starship arrivent bien au sol à l’endroit indiqué, il ne reste plus qu’à se poser à la bonne vitesse et à fiabiliser les différents composants.<br /> Ils y sont presque et perso je trouve ça bluffant .<br /> Non, le problème a eu lieu bien plus tôt, pendant l’ascension : problème moteur très tôt. Pour la 3e fois.<br /> Looks like engine 2 had issues on ascent &amp; didn’t reach operating chamber pressure during landing burn, but, in theory, it wasn’t needed.<br />
ebottlaender
Gaspiller pas vraiment, ce sera gaspillé si rien n’aboutit de ce programme.<br /> En cas d’échec répété, même 2 fois, je doute que Starship soit remis en cause. La méthode, pourquoi pas. Mais au rythme actuel SpaceX a beaucoup investi et placé de grandes ressources sur ce projet, ils ne peuvent pas vraiment faire marche arrière.
Augusto
Oui en plus je corrige par une faute du même accabit. Désolé.
orionb1
s’ils ont beaucoup investi, c’est un peu la preuve que les nombreux prototypes n’ont pas «&nbsp;rien&nbsp;» coûté<br /> sinon, ça me rappelle la théorie des coûts irrécupérables, parfois, il faut savoir dire stop, même si on a beaucoup dépensé<br /> ici, vu les échecs récurrents, j’aurais envie de dire qu’une bonne pause pour prendre un peu plus de temps/hauteur vaudrait sans doute plus la peine que de continuer à aligner les destructions (ce qui n’est pas bon pour le moral non plus)<br /> il est possible que certains choix n’étaient pas les bons, et que le programme doit être ajusté, peut-être pas fondamentalement mais sur certains points<br /> curieux de voir la suite, car je n’imagine pas SpaceX échouer
rexxie
Fulmlmetal:<br /> Force est de constaté que ce programme fait du surplace, et que les Raptor sont loin d’etre au point. Peut etre ont il finalement été trop vite dans ce programme.<br /> Il faut vraiment t’expliquer? Ta dernière phrase est de trop.<br /> Ce programme est expérimental et développe des prototypes qui ne sont pas destinés à l’utilisation finale. Boca Chica est un terrain de jeu, et perdre des protos est attendu, sinon il n’y aurait pas de SN1…2…3…15…25… C’est justement pour faire de la mise au point que ce programme existe.<br /> Que ce serait-il passé si Elon Musk s’était désisté après ses 3 premières tentatives manquées de rejoindre l’orbite en 2008 ?<br /> Aller trop vite ?!? Ha! Ha! Ha! Tu ne connais donc pas Elon Musk? Il a maintenant tous les sous nécessaires (et bien au-delà) pour mener à bien la réalisation du Starship, il a l’expertise qu’il continue à développer, il a le site idéal, il a les experts et il a le matériel. SN15 va se positionner sur le pad cette semaine.<br /> Il est aussi maintenant établi que l’appareil a explosé en l’air, juste au début de la manœuvre de retournement.<br /> De Google translate : «&nbsp;Nicholas D’Alessandro de Spaceflight Insider était sur place pour capturer le lancement et bien que le brouillard ait bloqué la visibilité, l’audio indiquait très clairement une explosion en vol après le rallumage avec un «BANG» bruyant une fraction de seconde après le son des Raptors. D’autres caméras de la zone ont montré une lueur orange une fraction de seconde après que les Raptors aient commencé à s’enflammer pour la manœuvre d’atterrissage, suivie de la forte explosion et des débris qui ont commencé à pleuvoir tout au long du lancement et de l’atterrissage On ne sait pas si cette explosion provenait d’un Raptor ou du système de terminaison de vol du véhicule. Ce qui est clair, cependant, c’est que le Starship SN11 n’est pas venu près de l’atterrissage et a plutôt effectué un «démontage rapide non programmé», ou RUD.&nbsp;» (Rapid Unscheduled Disassembly)
ebottlaender
Merci d’arrêter avec les affirmations toutes faites basées sur des suppositions.<br /> Oui, les prototypes Starship ne sont pas destinés à être réutilisés à l’infini, mais non, il ne sont pas construits pour exploser pour le plaisir, d’autant que la perte financière (notamment sur les moteurs) n’est pas négligeable. Chacun a son ressenti avec ce projet mais les ingénieurs et techniciens à Boca Chica n’aiment pas non plus bosser pour rien. Voir 4 exemplaires se planter dans la même phase de leur vol (à 3 secondes près) c’est quand même bien un échec. Même si ça reste de la mise au point.<br /> Les finances de SpaceX continuent aussi de faire débat, on va rappeler que ce programme est essentiellement financé grâce à des levées de fonds et des parts de l’entreprise. Plus il prend de temps pour arriver à son terme, moins il sera facile à supporter pour SpaceX. Et les autres programmes ne peuvent pour l’instant (et ne pourront à moyen terme) supporter une telle dépense avec les vols Falcon 9, les contrats gouvernementaux et Starlink qui coûte pour l’instant beaucoup plus qu’elle ne rapporte. Donc il convient de prendre beaucoup plus de pincettes.<br /> Enfin de nombreux indices pointent sur l’explosion en l’air, et c’est probablement à ce stade ce qui est arrivé, mais ça reste des informations qui sont basées sur des témoignages et qui restent à confirmer.
rexxie
J’ai légèrement modifié mon commentaire pour ne pas laisser croire qu’ils font exploser des prototypes pour le plaisir. Quoi que c’est instructif aussi, et connaissant Musk plus que la plupart ici, il se pourrait qu’il ait le bouton rouge facile…<br /> Pour les finances, je ne crois pas que ça le gêne vraiment et qu’il a un bon coussin pour tout mener à bien, c’est un financier aguerri et il jongle avec des milliards de façon routinière… et plus ça va, et plus il en a pour jongler avec…
smover
Ce 4ième plantage est probablement un échec, j’imagine qu’ils espéraient la poser et éviter cette fois l’explosion.<br /> Maintenant cela reste des coûts qui ne sont pas comparables par rapport à des développements comme celui de la SLS, de la capsule Boeing etc. et surtout ils avancent vite.
smover
tfpsly:<br /> Non, le problème a eu lieu bien plus tôt, pendant l’ascension : problème moteur très tôt. Pour la 3e fois.<br /> Je ne sais pas à quoi tu dis non, je suis le premier à dire qu’ils doivent fiabiliser les composants. hein
ebottlaender
C’est très difficile à comparer avec SLS, car l’approche n’est pas du tout la même pour le développement (et même au niveau du produit «&nbsp;fini&nbsp;», c’est débattable). Cela dit en terme de coûts on peut toujours s’y risquer… Mais c’est déséquilibré car on connait le prix des programmes SLS ou Starliner, mais pas de Starship.<br /> Je pense que les coûts totaux du programme (qui dure quand même depuis 2016) vont s’approcher très rapidement de ceux de Starliner et ont atteint les 9 chiffres.
tfpsly
smover:<br /> Je ne sais pas à quoi tu dis non, je suis le premier à dire qu’ils doivent fiabiliser les composants. hein <br /> A ça :<br /> les starship arrivent bien au sol à l’endroit indiqué, il ne reste plus qu’à se poser à la bonne vitesse et à fiabiliser les différents composants.<br /> Ils y sont presque et perso je trouve ça bluffant .<br /> Gros pb systématique sur les moteurs, ça n’est pas être proche du but. Le problème est apparu pendant la phase d’ascension dixit Elon Musk lui-même; pas à l’atterrissage.
smover
Un problème sur un moteur nouvelle génération qu’ils embarquent par 3 à chaque vols, moteurs orientables et soumis à des contraintes inédites vu la voltige impressionnante des starship… Qu’ils aient des problèmes sur un développement aussi accéléré où les vols servent tout autant à tester qu’à accumuler des données pour progresser (qui d’autre agit comme cela dans le spatial ?) je ne suis pas choqué. Encore une fois il leur reste «&nbsp;à se poser à la bonne vitesse et à fiabiliser les différents composants.&nbsp;»<br /> On ne prend plus forcément de recul tant l’efficacité redoutable des Falcon 9 est devenue «&nbsp;la norme&nbsp;», mais SpaceX a quand même réussi quantité d’exploits : des fusées qui se reposent… …réutilisables de nombreuses fois… …des arrivées sur drones en pleine mer… …griller la priorité au géant Boeing avec les programmes Dragon et pour beaucoup moins cher…<br /> L’approche avec Starship est aussi extrême que spectaculaire, mais surtout je pense qu’elle paiera. Ils cassent un peu de matériel, et alors si cela leur fait gagner du temps et que c’est plus efficace que ce que fait la concurrence ?<br /> L’important est surtout le planning global plutôt que «&nbsp;4 lancements&nbsp;», et quand on regarde le planning ces lancements se sont faits dans une fenêtre de tir incroyablement serrée. S’ils apprennent réellement - comme leur historique, ou tout simplement la logique le voudrait - alors ils devraient aller très vite à fiabiliser leur lanceur, que cela soit en gardant l’architecture actuelle ou en pivotant.<br /> Et aujourd’hui sans SpaceX la course serait loin d’être relancée aussi rapidement. D’ailleurs, est-ce que la Chine mettrait autant le paquet si les USA continuaient à végéter ?<br /> J’espère évidemment à chaque fois voir enfin la starship se poser sans casse et devenir aussi fiable qu’une Falcon 9… Parce que les étoiles, le retour sur la Lune et la conquête de Mars se rapprocheront encore un peu
ebottlaender
Non mais globalement on est d’accord, c’est juste que la comparaison a ses limites entre ces différents programmes.<br /> La façon de faire de SpaceX est différente, et les objectifs aussi, et du coup c’est difficile à juger. Même sur l’agenda en fait, il n’y en a pas vraiment (sauf à considérer que du coup Starship aurait du comme l’avait dit E. Musk en 2019, voler en orbite l’année dernière). Peut-on considérer que SpaceX avance extrêmement vite… Même ça c’est discutable, il n’y a pas vraiment de projet similaire qui soit mené de façon traditionnelle. Il faut accepter un «&nbsp;on ne sait pas&nbsp;» malgré l’envie de dire que ça avance très vite.<br /> Parce qu’on ne sait pas, tout simplement. Si ça se trouve, si SpaceX avait mené un important programme de simulations, ils n’auraient pas eu besoin de construire et détruire ces 4 prototypes et ils y seraient arrivé du premier coup. Ou pas. Bref, je ne dis pas qu’ils n’avancent pas vite, ni qu’ils ne font pas de progrès…
supersebastigor
Ben c’est pas demain qu’on pourra aller sur Klendathu avec.<br /> Encore heureux qu’on ait pas encore besoin d’y aller.
nicodunord
le côté pollution tout ça on s’en fout un peu vu qu’au contraire c’est Elon Musk seul contre tous qui a démontré la faisabilité d’une réutilisation fiable et rentable. On ne fait pas d’omelette sans caser quelques œufs. On est encore, mais très loin d’un abandon du programme. Si besoin, ils espaceront les tirs en prenant le soin d’analyser plus longuement. Le programme SLS, lui, patauge vraiment dans la semoule, et sa capacité d’emport me fait bien rire en comparaison de Starship qui disrupt totalement la conquête spatiale.
orionb1
Sauf que Elon Musk n’a toujours pas démontré la rentabilité et que c’est bien là le point central
rexxie
On est impatient? Humm? Moi aussi j’ai hâte de voir s’en poser une en douceur…<br /> On peut bien dire que ça n’avance pas vite, mais en fait comme vous dites, on ne sait pas… on ne sait pas ce qu’ils apprennent à chaque coup et les modifications qu’ils apportent.<br /> Pas plus qu’on sait s’ils font de la simulation intensivement ou pas. Selon moi, ils font aussi beaucoup de simulation (Musk est programmeur à la base et aussi un homme de terrain) et elle est encore plus efficace parce que dynamique, avec les nouvelles données des vols expérimentaux. Le même type d’approche d’itérations successives rapides des versions du système de Full Self Driving des milliers de Tesla.<br /> Ils ont ainsi moins de chances de se retrouver avec un produit fini qui a des faible$$es non prévues à la simulation.<br /> @orionb1 La Falcon9 est TRÈS rentable et Starlink le sera 10 fois plus! Starship le sera aussi, mais bien plus tard, lorsque la routine du «&nbsp;chemin de fer&nbsp;» vers Mars sera bien établi.<br /> C’est ainsi que Musk le voit, comme le chemin de fer au 19ème siècle qui a fini par relier l’est à l’ouest de l’Amérique du Nord, permettant le développement de la côte ouest.
ebottlaender
Pas sûr que l’exemple du «&nbsp;full self driving&nbsp;» qui est censé être en ligne depuis des années (2016 ? 2017 ?) soit particulièrement pertinent…<br /> Il n’y a pas que la simu logicielle, pourquoi pas un banc de test avec des raptors pivotants par exemple. Le fait est que c’est peut-être plus efficace, mais il n’y a pas moyen de le prouver, tout comme il n’y a pas moyen de dire que SpaceX est plus rapide ou plus efficace, puisqu’il n’y a pas de base de comparaison.<br /> EDIT : Encore une fois, il n’y a aucun moyen de prouver que Falcon 9 est «&nbsp;très rentable&nbsp;». Rappelons que SpaceX est son propre client pour la majorité des vols, ce qui coûte un vol et rapporte zéro.
rexxie
Un vol est facturé à 65M$ (95M$ pour l’armée) et le lancement unique d’une Falcon 9 neuve coûte autour de 50M$. Un re-vol d’une Falcon 9 coûte à SpaceX 28M$, tout inclus, bien en dessous que n’importe quel concurrent.<br /> "when SpaceX re-uses parts of its rocket, the company says it can charge even less than its list price. In a briefing earlier this year, SpaceX director of vehicle integration Christopher Couluris said the company can “bring launches down to below $30 million per launch.”<br /> ″[The rocket] costs $28 million to launch it, that’s with everything,” Couluris said, adding that reusing the rockets is what is “bringing the price down.”"<br /> En 2019 la U.S. Air Force a payé 316M$ pour un tir de Falcon-Heavy.<br /> Les vols de Starlink sont en majorité maintenant parce que c’est le temps de les déployer en masse, une fois les tests et perfectionnements effectués sur les premiers, En attendant des envois par Starship.<br /> Depuis juin 2020, 14 tirs sur 24 ont été du Starlink, et si on considère les tirs à venir, la moitié est du Starlink(15/30), donc 25 lancements qui apportent des rentrées de fonds importants et paient amplement pour les lancements dédiés à Starlink.<br /> Alors oui, SpaceX est TRÈS rentable, je suis surpris que tu ignorais ces faits, quoique les chiffres ne sont pas toujours faciles à obtenir, et les «&nbsp;haters&nbsp;» entretiennent généralement un doute sur la rentabilité de SpaceX… et de Tesla.<br /> Pour le FSD on pourrait en parler longtemps mais ce serait hors sujet.
orionb1
Space X n’est pas côté en bourse donc la transparence sur les résultats est très relative<br /> Pour Tesla, les résultats financiers permettent de voir que l’entreprise a fait sa première année de profit seulement cette année et on ne sait pas encore si ça pourra être durable
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Hollywood dans l'espace ? Des producteurs veulent envoyer un studio de cinéma en orbite
Les fusées de SpaceX vont transporter des équipements militaires et de l'aide humanitaire pour le gouvernement américain
Avec son budget 2022, l'Agence spatiale européenne veut préparer ses astronautes pour l'avenir
Grâce au télescope CHEOPS, l'ESA découvre que cette planète est en forme de ballon de rugby
Complètement larguée : Virgin Orbit réussit un nouveau tir de sa fusée LauncherOne
Lancer des satellites depuis un sous-marin ? Pourquoi pas !
L'année 2022, compliquée sur Terre ? Sur Mars aussi...
Thomas Pesquet et l'ISS : les magnifiques photos d'une idylle très spatiale
Starlink : les chats bousculent l'Internet d'Elon Musk
Et si... on envoyait des tardigrades vers des étoiles lointaines grâce à un laser ?
Haut de page