🔴 Soldes : jusqu'à - 70% sur le high-tech 🔴 Soldes d'hiver : jusqu'à - 70% sur le high-tech

Les nouveaux panneaux solaires de l'ISS sont arrivés (et Thomas Pesquet va s'y coller)

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
09 juin 2021 à 09h47
8
iROSA panneaux solaires ISS © SpaceX
Deux rouleaux forment un panneau solaire iROSA (il y en a quatre ici). Crédits : SpaceX

Ce 5 juin en fin de matinée, un nouveau cargo Dragon s'amarrait à la Station spatiale internationale. Dans sa soute, deux des six nouveaux panneaux solaires qui vont redonner du potentiel à l'ISS jusqu'à 2030. L'Américain Shane Kimbrough et le Français Thomas Pesquet sortiront les installer en scaphandre dès la semaine prochaine.

Les panneaux solaires « roulés » sur eux-mêmes sont très attendus à l'avenir.

Des panneaux bien roulés

On les appelle les iROSA, pour « ISS Roll-Out Solar Array ». Fournis par Boeing (et en réalité réalisés par Redwire), ces dispositifs permettent de rouler sur eux-mêmes deux panneaux solaires modernes et puissants de six mètres de large et 19 mètres de long… en quatre cylindres repliés l'un contre l'autre et serrés dans le « coffre » du cargo Dragon, sa soute arrière non pressurisée. Ces nouveaux panneaux solaires ont été commandés en 2018 pour 103 millions de dollars, et ils viennent en renfort des batteries lithium-ion installées ces quatre dernières années pour consolider les capacités énergétiques de la Station spatiale internationale.

Il faut dire que le matériel actuel est vieillissant, le plus ancien des huit grands panneaux installés est en place depuis 2000 (les autres datent de 2006, 2007 et 2009). Résultat : une dégradation des performances qui s'aligne assez mal avec des besoins grandissants de la part des expériences scientifiques et démonstrations techniques sur les flancs de la station comme au sein de ses modules.

iROSA panneaux solaires ISS global © Boeing
Bon c'est pas incroyablement beau, mais l'essentiel c'est que ça fonctionne bien. Crédits : Boeing

Un iROSA peut en cacher un autre

Les six panneaux iROSA fourniront 120 kW de puissance électrique, mais il faut pondérer leur apport : pour éviter de prendre des mois (et des dizaines de millions) pour l'installation, la NASA et Boeing ont choisi de les installer devant les panneaux existants, en se servant des mêmes structures. Les panneaux iROSA seront un peu inclinés par rapport aux anciens, et vont donc leur « faire de l'ombre », mais les gains seront tout de même significatifs puisqu'on compte entre 20 et 30 % d'énergie électrique supplémentaire à disposition de la station jusqu'à 2030.

Les deux premiers iROSA sont donc arrivés avec le cargo Dragon (mission CRS-22) ce samedi 5 juin, avec un amarrage entièrement automatisé au segment américain de l'ISS. Il reste à les chercher grâce au bras robotisé SSRMS (ou Canadarm2) qui va permettre de les pré-positionner avant leur installation. Car les astronautes ne pourront y couper. Malgré la masse imposante du dispositif (les quatre cylindres des deux grands panneaux pèsent 1 380 kg), il faudra sortir en scaphandre pour mettre en place les iROSA et les relier au réseau de la station.

Thomas Pesquet - ISS
Comme on doit souvent le répéter, il ne fait pas QUE ça mais il fait aussi de belles photos. Crédits : ESA/T.Pesquet

Et revoilà Thomas

C'était attendu, et la NASA ainsi que l'agence européenne ont confirmé il y a quelques semaines : c'est bien Thomas Pesquet qui sortira pour installer les panneaux à l'aide de l'Américain Shane Kimbrough. Il faudra plusieurs sorties extra-véhiculaires, une par panneau, qui sont donc prévues pour l'instant les mercredi 16 et dimanche 20 juin, d'une durée estimée de 6 h 30 à l'extérieur.

Thomas et Shane se connaissent très bien, et ont déjà travaillé ensemble en scaphandre sur les flancs de la station en janvier 2017, mais également en piscine durant les mois précédant leur mission actuelle pour répéter le ballet très coordonné qu'ils rejoueront ce mois de juin. En espérant que l'installation ne révèle aucune mauvaise surprise, il leur faudra en tout cas beaucoup de concentration !

Source : Spaceflightnow

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
Johnny6
Ca fait beaucoup d’argent, de temps et de travail pour une station dans le déclin … Mais bon, c’est certainement lié à une bonne raison, alors au boulot !
ebottlaender
A vrai dire c’est un peu le paradoxe, la station n’est pas en déclin (technologiquement parlant), elle continue de gagner en capacités. Pourtant il faudra bien s’en séparer un jour, et il y a de toutes façons de l’eau dans le gaz entre les 2 plus gros « partenaires », donc c’est au moment où elle sera la plus performante qu’il faudra sérieusement penser… A la remplacer.
iksarfighter
Ils ont eu des subventions de l’ANAH ?
yam103
C’est la même réflexion que je me suis faite lorsque mon garage m’a annoncé 2500€ de réparation, quasiment le prix argus de ma voiture. Finalement, si cela peut me faire tenir quelques années supplémentaires, pourquoi pas.<br /> Les panneaux d’origines ont subis quelques dommages: trous dus aux débris, déchirure sur un panneau en 2017, …
cpicchio
C’est aussi la recherche de l’absolu : pouvoir explorer à terme d’autres planètes. Même si l’ISS montre des limites, cela permet de développer des compétences avec les technologies du moment et c’est largement mieux d’investir dans la conquête de l’espace que sur les trucs inutiles comme le Bitcoin ou le high speed trading.
Remoss
Et je serai curieux de savoir de ce qu’il feront des anciens panneaux?<br /> Retour sur terre pour recyclage ou balancés dans l’espace «&nbsp;à la papa&nbsp;» ?
ebottlaender
On l’explique dans l’article : ils restent en place. Les nouveaux panneaux sont déployés devant (cf la «&nbsp;photo&nbsp;» de Boeing)
Element_n90
@Eric<br /> rouler sur eux-mêmes deux panneaux solaires modernes et puissants de six mètres de large et 19 mètres de long… en quatre cylindres<br /> Je m’y perd un peu : il y a combien de (nouveaux) panneaux en tout (et peut-être devront on demander ce qu’on appelle panneau exactement) ? Sur le rendu avec les panneaux installés, j’en compte 6 en partant de la poutre vers l’extrémité : 4 à gauche, 2 à droite et chaque panneau à l’air d’être divisé (très finement) en 2 dans le sens de la longueur… Et donc, question complémentaire, c’est quoi fait 6m, c’est quoi qui fait 19m ?
ebottlaender
C’est vrai qu’on s’y perd un peu. Il y a 6 ensembles de doubles panneaux solaires (donc 6 fois deux rouleaux pour ainsi dire).<br /> Chaque ensemble de nouveaux panneaux fait 6m de large et 19m de long. Donc pour chaque rouleau ou cylindre, c’est environ 3m de large et 19m de long une fois déplié.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Des scientifiques ont réussi à recréer un mini Terminator T-1000 qui passe à travers des barreaux
Qu'est-ce que la SafetyCase d'Orange, cette énorme valise de 70 kg qui assure une connexion d'urgence par satellite ?
Cette tablette graphique est de retour à son prix le plus bas pendant les soldes (moins de 95€)
Lara Croft bientôt de retour dans une série Tomb Raider !
Samsung dévoile le premier écran plat Mini-LED pour joueurs, et il ne fait pas les choses à moitié
Profitez dès maintenant de ce kit RAM Corsair à son prix le plus pendant les soldes d'hiver !
Epic fail : un voleur se prend en selfie avec un iPhone fraîchement dérobé… et se fait arrêter
Vous avez vu ? L'app Google se fait une beauté sur Android !
Surveillance : comment ces vêtements peuvent vous invisibiliser aux yeux de la reconnaissance faciale
Faites vos valises ! Des hôtels e-sport en Chine s'équipent en GeForce RTX 4090
Haut de page