La RGPD signe-t-elle la fin de la base de données Whois ?

01 juin 2018 à 08h32
0
Selon deux avocats spécialisés dans la cybersécurité, la mise en place de la RGPD rendrait l'accès à la base de données Whois beaucoup plus compliqué, et entraverait sérieusement les possibilités offertes aux forces de l'ordre pour avoir accès à ces informations et traquer les cybercriminels.

Jusqu'à présent, lorsqu'un internaute souhaitait enregistrer un nom de domaine, il se devait de communiquer certaines informations personnelles concernant sa personne, informations qui étaient alors stockées au sein d'une base de données appelée Whois. Cette base de données était notamment exploitée par l'ICAAN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) qui pouvait alors, en cas de besoin, y accéder.

whois fotolia


Mais dans certains pays, les propriétaires de domaine ont également la possibilité de payer pour des services privés d'enregistrement de domaine. Ne restait alors sur la base Whois que des informations basiques telles que le nom du bureau d'enregistrement.

Un accès aux données désormais compliqué



Le nouveau règlement européen interdit désormais les bureaux d'enregistrement de fournir les données personnelles des propriétaires de nom de domaine sans leur consentement explicite, ce qui rend la base de données Whois tout simplement inutile.

Fotolia RGPD


Malgré le fait que l'ICAAN était au courant depuis des années de la future mise en place de la RGPD et des effets qu'elle aurait sur son accès à sa base de données, l'organisme n'a semble-t-il pas souhaité s'intéresser au problème jusqu'à maintenant, et semble ne se rendre compte qu'aujourd'hui des complications que la réglementation entraîne.

Malgré l'infraction à la réglementation que cela représente désormais, l'ICAAN a choisi de demander aux bureaux d'enregistrement de continuer la collecte des données personnelles des propriétaires de noms de domaines.


Un service devenu trop complexe pour les forces de l'ordre



Depuis ce 25 mai, date d'application du RGPD, l'accès aux données est devenu plus compliqué. Les forces de l'ordre doivent désormais contacter le bureau d'enregistrement du nom de domaine et demander l'accès aux données Whois non publiques. Une tâche qui complique sérieusement le travail des enquêteurs.

Andy Kays, directeur technique de Redscan s'est exprimé sur le sujet auprès de Help Net Security : « Le retrait public des informations personnelles du Whois, le système utilisé pour stocker les données des utilisateurs enregistrant un domaine de sites Web, rend sans aucun doute la vie des agences de sécurité et d'application de la loi beaucoup plus difficile (...) Un système d'accréditation qui vérifierait l'accès aux données personnelles dans les dossiers Whois pour des groupes d'intérêts spéciaux tels que la police, les chercheurs en sécurité et les journalistes serait certainement le bienvenu et aiderait à répondre à ce problème. »

data privacy protection des données rgpd clubic fotolia


RGPD : appliquera, appliquera pas ?



La principale question à l'heure actuelle étant de savoir si les bureaux d'enregistrement de domaine tiendront compte des spécifications demandées par l'ICAAN, ou s'ils décideront de les ignorer. L'EPAG, par exemple, bureau d'enregistrement en Allemagne, a déjà fait savoir qu'il ne collecterait plus les données personnelles de ses utilisateurs puisque la nouvelle réglementation européenne l'interdit.

En réponse, l'ICAAN a déposé une procédure d'injonction contre le bureau d'enregistrement en question afin qu'un tribunal puisse statuer sur la manière d'appliquer la RGPD dans cette affaire.

Source : Help Net Security.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe
Xiaomi Mi Mix 4 : un monstre de puissance doté d'un capteur photo 108 mégapixels
Le site des impôts affecté par le piratage de 2000 boîtes mails
RGPD : un consentement « explicite et positif » bafoué à plusieurs niveaux
Amazon sous le feu des critiques pour ses nouveaux emballages non recyclables
SFR dévoile sa nouvelle Box SFR 8 et une grille tarifaire à partir de 5€ par mois

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top