65€/an pour un Internet sans pub ? Trop cher, disent les Français

04 décembre 2014 à 11h44
0
Vouloir le beurre et l'argent du beurre, c'est ce qui ressort d'une étude où l'on apprend que 80% des internautes ne veulent pas de pub, et 90% n'aimeraient pas payer pour un Internet sans réclames.

La pub n'a pas bonne presse. Demandez à dix internautes ce qu'ils pensent des réclames sur Internet et huit (78%) répondront que c'est une nuisance. C'est l'une des conclusions d'une étude menée par OpinionWay pour Mozoo, un acteur de la publicité mobile, auprès d'un millier de personnes. Alors que la publicité permet un Internet gratuit, parallèlement, ses usagers ne sont pas non plus enclins à payer pour un Web sans annonces.


01CC000007793455-photo-internet-gratuit.jpg


Lorsqu'on leur demande s'ils seraient prêts à débourser 65 euros par an (5,4 euros par mois) pour bénéficier d'un Internet sans publicité - en plus du coût du FAI -, 87% répondent non ! Seuls 13% accepteraient de payer ces 65 euros - le montant, pourtant, à partir duquel ce modèle serait viable. Paradoxalement, un nombre grandissant de personnes paient pour utiliser des services de musique en ligne comme Spotify, néanmoins accessibles gratuitement avec de la publicité. Et ils paient jusqu'à 120 euros par an pour ce seul service...

Les internautes ne veulent rien débourser

Alors, les auteurs de l'étude ont demandé aux internautes combien est-ce qu'ils seraient capables d'aligner pour profiter d'un Internet sans réclames. Réponse pour la moitié d'entre eux : 0 euro ! Signe encourageant, un tiers des répondants estiment qu'ils pourraient dépenser entre 1 et 30 euros, pour une moyenne de 27.

On pourrait penser que, plus le niveau de salaire est élevé, et plus les répondants sont disposés à payer. En fait, c'est l'inverse. Les sondés rétribués moins de 1 000 euros par mois sont 41% à ne pas vouloir dépenser un kopeck pour un Internet sans pub, contre 50% des interrogés émargeant à plus de 3 500 euros par mois.

Google ne les a pas attendus pour lancer Contributor (voir la vidéo ci-dessous) à la fin novembre. Ce programme de 1 à 3 dollars par mois est testé par quelques éditeurs seulement, comme Urban Dictionary ou Mashable. Dans ce modèle, si l'internaute paie, aucune publicité ne lui est affichée et le site récupère une partie de l'argent de ce dernier. S'il ne paie pas, les revenus du site demeurent ce qu'ils étaient auparavant.

Quelle marge de manœuvre pour la pub ?

Pendant ce temps, la publicité continue de financer les sites Internet pour un accès gratuit. Et possiblement perturbent la navigation des internautes - pour 43% d'entre eux, selon l'étude. Les annonceurs disent vouloir cibler les bonnes personnes au bon moment et au bon endroit, de façon à tendre vers une réduction de la pression publicitaire. Mais, à peine 7% des sondés trouvent la pub actuelle éloignée de leurs habitudes.


Google promeut un Web sans pub, mais payant


Si un meilleur ciblage permettant de réduire le nombre de réclames affichées paraît utopique, l'autre solution viendrait-elle du native advertising ? Dans sa version la plus élaborée, il s'agit de vrais articles de presse, rédigés même par des journalistes, et sensibilisant leur lectorat à un univers de marque. Informatifs et non intrusifs, ils sont également plus rémunérateurs, pour les sites, que les bannières. Mais pour fonctionner, ce format doit être utilisé avec parcimonie. De ce fait, il paraît peu probable qu'il suffise à financer le Web.

Le recours aux bloqueurs de pub explose

Face aux sites Internet recourant à des formats intrusifs, difficiles à enlever et aux messages inappropriés, les internautes utilisent de plus en plus un bloqueur de publicité. Une étude de PageFair portant sur juin 2014 révélait que 144 millions d'internautes utilisaient par exemple l'extension Adblock, soit 70% de plus qu'en 2013 ! Une progression telle qu'elle a surpris les auteurs de l'étude (dont Adobe) qui tablaient sur 43%. Pour se défendre, les représentants des annonceurs et des éditeurs français pourraient bientôt agir en justice.

Le plus inquiétant pour les annonceurs est le taux d'utilisation des bloqueurs chez les 18-29 ans, qui atteint les 41%, et même 54% chez les hommes dans cette tranche d'âge. En France, le taux de blocage de la pub se situe en moyenne entre 10 et 20%, mais peut dépasser les 40% sur les sites dédiés au high-tech. Lot de consolation : cette tranche d'âge est aussi l'une des plus enclines à vouloir payer pour un Internet sans publicité.




A lire également :


Etude OpinionWay/Mozoo


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015
Netflix menace les partages de compte entre amis
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays
L'Agence internationale de l'énergie met en garde contre la popularité des SUV
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top