Chiffrement : Tim Cook (Apple), l'homme qui dit non aux USA

Alexandre Broutart
21 décembre 2015 à 17h15
0
Suite aux attentats de Paris, le gouvernement américain aurait demandé à Apple la création de portes dérobées sur ses services de communication. Tout en acceptant une coopération avec les autorités, Tim Cook aurait rejeté cette requête.

Le PDG d'Apple refuse aux autorités américaines que soient créées des portes dérobées (les backdoors) dans le chiffrement des programmes d'Apple. Dans l'émission 60 minutes (CBS News), Tim Cook a confirmé cette version des faits tout en justifiant ses choix : « tout le monde peut accéder aux backdoors, les bons comme les méchants. »

Si elles permettent aux autorités de s'introduire dans les services de communication, ces « portes dérobées » affaibliraient considérablement la sécurité des systèmes informatiques et des données personnelles qui y sont attachées. Washington, tout comme l'Europe, fait pression sur les géants de l'informatique afin que les services de renseignement étatiques puissent avoir accès à ces appareils. Leur objectif est d'intercepter les terroristes djihadistes avant même qu'ils ne passent à l'action.

En France, les informations contenues dans un iPhone 4s saisi dans le cadre de l'enquête sur le 13 novembre (attentats de Paris) n'ont pu être déchiffrées.

0258000008277630-photo-tim-cook-apple.jpg
Tim Cook


Dilemme d'Etat



Comme le rappelle le journaliste Charlie Rose devant le PDG d'Apple, le sujet fait débat au sein même du gouvernement américain. Il s'agirait presque de statuer entre la sécurité d'une nation et celle de la vie privée de tout un chacun. Mais Tim Cook s'insurge : « Nous sommes les Etats-Unis d'Amérique, nous devrions avoir les deux ».

Le même dilemme agite les consciences politiques d'outre-Atlantique. Au Royaume-Uni, le projet de loi sur le renseignement (Investigatory Powers Bill) doit être approuvé par le parlement britannique fin décembre. D'après le Telegraph, celui-là inclut l'obligation pour les entreprises numériques de fournir des communications déchiffrées si le gouvernement le demande.

En France après les attentats de Paris, le Procureur de la République avait appelé à la fin du chiffrement dans un article du New York Times intitulé : Quand le chiffrement des téléphones bloque la Justice.

Hier, Hillary Clinton s'est dite compréhensive vis-à-vis de la position d'Apple sur le chiffrement lors d'un débat télévisé sur la chaîne ABC.


Quand les universitaires s'en mêlent



Darren Hayes, directeur de la chaire cybersécurité à la Pace University, considère que le problème pour Google et Apple est d'abord d'ordre financier. Si les géants du numérique ne cèdent pas, c'est que le risque d'une concurrence immédiate semble inévitable, une fois les portes dérobées créées. S'ils acceptaient la requête du gouvernement, d'autres compagnies en profiteraient pour promouvoir des services de communication plus sécurisés que les leurs.

Pour le professeur d'université, le problème pourrait trouver une issue moyennant une compensation financière satisfaisante pour les compagnies concernées. Il ajoute à titre de comparaison que la loi CALEA (Communications Assistance for Law Enforcement Act) préconise justement ce type de compensation financière pour que les opérateurs de télécommunication laissent le champ libre aux services secrets concernant les écoutes téléphoniques sur instruction judiciaire.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Ecosia : le moteur de recherche plante désormais un arbre toutes les 0,8 s
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top