Neutralité, Big data : le Conseil d’Etat propose 50 mesures

09 septembre 2014 à 17h31
0
L'institution rend ses propositions destinées à « préserver les droits fondamentaux » des internautes. Le Conseil d'Etat met sur la table 50 préconisations visant les services qui hébergent des contenus, détiennent des données personnelles ou fournissent un accès à Internet.

00FA000007606257-photo-conseil-d-etat-logo.jpg
Le Conseil d'Etat souhaite renforcer les droits des individus en ligne comme la liberté d'expression ou la liberté d'entreprendre et entend mettre en œuvre les moyens pour les garantir. L'institution a donc dressé 50 propositions (.pdf) pour modifier et adapter certaines règles de droit au numérique.

Le spectre est large, le Conseil d'Etat aborde les droits des internautes, la neutralité du réseau ou bien encore de nouvelles obligations pour les géants du numérique.

Le Conseil d'Etat propose en premier lieu de « consacrer le principe de neutralité des opérateurs de communications électroniques » dans la loi. Il ne s'agit toutefois pas d'une application stricte du principe puisqu'il définit plusieurs exceptions. Il autorise par exemple les mesures de gestion de trafic mais souhaite que les internautes puissent bénéficier d'un droit d'opposition en cas de « risque manifeste de dégradation de la qualité de l'Internet en-deçà d'un niveau satisfaisant ».

Dans le même sens, l'institution souhaite que les opérateurs puissent exiger un paiement de la part des fournisseurs de contenus lorsque ces derniers représentent une « part significative du trafic ». La proposition vise ici clairement les gros diffuseurs tels que YouTube et des risques de congestion du réseau.

Hébergeurs passifs Vs plateformes de diffusion

Le Conseil d'Etat relance également le débat sur la nécessité de qualifier différemment, au niveau juridique, les hébergeurs classiques (qualifiés ici de passifs) de ces plateformes. Ces dernières seraient alors soumises à un principe de loyauté et sommées par exemple de définir « en termes clairs » les critères de retrait de contenus licites, « accessibles à tous et non discriminatoires ».

Concernant plus directement la vie privée, l'autorité entend promouvoir, notamment par le biais de la Cnil et les FAI davantage d'outils permettant de renforcer la protection de la vie privée. Elle demande aussi à ce que soit créée une action collective pouvant être lancée devant le tribunal de grande instance lorsque des « violations à la législation sur les données personnelles » sont constatées.

Encadrer le Big data et les algorithmes prédictifs

L'institution dresse plusieurs propositions concernant le traitement de grands volumes de données. Son ambition est ici de n'imposer que l'anonymisation des informations lorsque celles-ci sont réutilisées. Poussant plus loin sa réflexion, l'organisme souhaite limiter l'impact des algorithmes prédictifs en obligeant une intervention humaine (réelle et pas seulement formelle) dans le cadre de traitements automatisés.

Il ne s'agit pour le moment que de propositions mais elles pourraient servir de base de réflexion au Conseil national du numérique ainsi qu'au gouvernement. Une consultation dans le but de dresser un nouveau projet de loi sur le numérique a été lancée. Elle comprendra trois volets majeurs à savoir la formation, l'accès au très haut débit et les services en ligne.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Ecosia : le moteur de recherche plante désormais un arbre toutes les 0,8 s

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top