Comment la Russie accélère sa machine à censure

30 juillet 2022 à 10h30
24
vladimir poutine © Drop of Light / Shutterstock.com
© Drop of Light / Shutterstock.com

Vladimir Poutine a mis en place une véritable machine visant à booster la censure en Russie, pour mieux se couper de l'Internet mondial.

Outre la guerre en Ukraine, que Moscou préparait depuis plusieurs années, la Russie a progressivement organisé sa sortie du Web mondial, cette dernière se faisant à un rythme de plus en plus rapide. Vladimir Poutine a accéléré le mouvement depuis 2019, en renforçant notamment la législation autour de la souveraineté internet du pays, en vigueur depuis la fin 2021. Il en a notamment été fait démonstration ces derniers mois pour bloquer les réseaux sociaux Facebook, Twitter et Instagram en représailles des mesures prises contre le Kremlin à la suite de l'invasion du voisin ukrainien.

Une Russie qui a renforcé son arsenal législatif, et qui frappe fort sur les géants du numérique

La nouvelle loi donne aux autorités russes le pouvoir de bloquer l'accès aux sites web et de priver des dizaines de millions d'utilisateurs de leur relative liberté sur le Web. Ces dernières années, les responsables locaux ont tout fait pour donner à Moscou un arsenal législatif tel que la censure et la surveillance sont désormais reines. Et chaque décision supplémentaire prise par le Kremlin précipite un peu plus la Russie dans le ravin internet qui l'isolera du reste du monde. Le Web ouvert paraît bien loin de la Volga.

Si la machine de la censure progressive est en marche depuis un moment, « l'invasion de l'Ukraine par la Russie a créé un prétexte supplémentaire pour renforcer la censure draconienne, mais aussi pour adopter plus de lois qui interdisent davantage de choses et placent plus de personnes encore sous la menace de poursuites pénales », analyse la professeure Tanya Lokot, qui enseigne la discipline des médias numériques et de société à l'université de Dublin.

Sur les seuls deux derniers mois, une demi-douzaine d'annonces politiques ou juridiques ont été recensées, toutes visant à renforcer le contrôle sur le Web et l'écosystème technologique de la Russie. Nous vous en parlions fin mai sur Clubic : le groupe russe VK a lancé RuStore, alternative au Google Play Store et à l'App Store. Le Kremlin souhaiterait que cette boutique soit installée d'office sur les smartphones vendus dans le pays.

kremlin russie.jpg

Par extension, le parlement russe a aussi voté la collecte des données biométriques auprès des banques, afin de les ajouter à une gigantesque base de données d'État. De même, le transfert des données personnelles des Russes à l'étranger pourrait prochainement être sévèrement encadrée, de façon à ce que Moscou garde la main là-dessus.

Les exemples sont multiples, et on pourrait aussi vous parler du combat que la Russie mène contre Google, à qui elle impose de supprimer des centaines d'URL et de déréférencer les VPN, qui constituent un obstacle à sa censure. Google a d'ailleurs écopé d'une grosse amende de 370 millions de dollars ce mois-ci, la firme de Mountain View ayant été accusée de ne pas avoir bloqué des contenus pourtant jugés illicites, liés sans surprise à la guerre en Ukraine. Moscou a aussi infligé une amende, plus petite (34 000 dollars), à Apple, qui ne voulait pas stocker les données personnelles d'utilisateurs russes sur des serveurs situés en Russie.

Un contrôle d'Internet rondement mené et renforcé

On peut aussi remonter bien avant la guerre en Ukraine ou avant 2019 pour voir s'amorcer cette pression réglementaire. La Russie a commencé à légiférer dès 2012 pour réglementer et prendre le contrôle d'Internet. Le Kremlin adopte une stratégie qui tourne autour de grands principes, rassemblés par Stanislav Shakirov, défenseur des droits numériques en Russie :

  • Contrôler son infrastructure internet : la Russie tient à être propriétaire des câbles qui traversent son territoire, et elle se charge ensuite de les connecter au globe.
  • Exercer une pression sur les géants locaux du numérique : Moscou pousse pour que ses fleurons Yandex ou VKontakte, Facebook russe, censurent les contenus jugés illégaux.
  • La répression des médias : en interdisant les médias indépendants, les manifestations (même pacifiques) et en légiférant sur les possibilités des « agents étrangers », la Russie contrôle l'opinion et contraint les médias à s'autocensurer.
  • Restreindre l'accès à l'information : la loi souveraine russe de 2016 sur internet a confié aux autorités le pouvoir de bloquer des sites web, en renforçant ses possibilités techniques depuis.

L'idée du fameux RuNet, l'Internet russe, n'est pas une chimère. Il s'agit bien d'une alternative qui, à la guise du Kremlin, permettrait au pays de se déconnecter du reste du monde, en servant à la population son propre réseau, ultra contrôlé. À titre d'exemple, entre 2 000 et 3 000 sites d'informations russes indépendants, ukrainiens ou sites étrangers ou appartenant aux géants de la Tech auraient déjà été bloqués en Russie depuis le début de la guerre en Ukraine.

Un Internet russe ? Pas une mission facile pour Moscou

Bâtir un mastodonte de la surveillance n'est pas chose aisée, et imiter la Chine l'est encore moins pour Moscou. La Russie a bien tenté de bloquer Telegram en 2019, mais ce fut un échec total. Aujourd'hui, le pays ne peut pas encore se couper totalement du reste du monde, mais Poutine et son état-major sont patients, et savent que leur entreprise court sur le long terme.

Les bases sont posées, mais le travail à accomplir reste immense. Prenons l'exemple des boutiques d'applications en langue russe, qui se multiplient depuis quelques mois. Elles existent et sont réelles, certes, mais le nombre d'applications disponibles au téléchargement est famélique. RuStore compte moins de 1 000 applications en stock. C'est encore trop peu pour offrir aux Russes une alternative crédible. Même chose pour RuTube, le YouTube local, qui n'arrive pas à faire son trou. Et l'alternative à Instagram, Rossgram, est toujours en cours de développement.

Source : Wired

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
24
20
zoup01
comme je l’ai entendu récemment, poutine veut faire de son pays une corée du nord bis…
phoenix2
Et tu crois que l’occident c’est le paradis ? tu est tout aussi contrôlé meme en plus vicieux c’est pour ça que tu ne te rends pas compte le génie.
zoup01
Pourquoi n’as tu pas déjà émigré dans le futur bloc de l’Est autocratique ? ( Chine, Russie ou Corée du Nord )…<br /> Dépêche toi, sinon les frontières vont se fermer rapidement…
Bourgneuf
on n’a pas le droit d’exprimer une opinion différente ? c’est ça la liberté d’opinion ?
MattS32
Bourgneuf:<br /> on n’a pas le droit d’exprimer une opinion différente ? c’est ça la liberté d’opinion ?<br /> Justement, si, on a le droit d’exprimer une opinion différente. C’est là toute la différence avec la Russie, où le simple fait de dire le mot « guerre » à propos de ce qui se passe actuellement en Ukraine peut te mener en prison… Alors qu’en France, tu peux librement dire que l’armée Russe c’est juste des bisounours qui font de l’humanitaire en Ukraine, tu ne risqueras rien (à part passer pour un idiot bien sûr… mais aucun risque judiciaire).
Njbx
Il n’a pas remis en cause ton droit à exprimer une opinion différente, il t’a juste porté conseil.
twist_oliver
C’est cool, le monde ne sera plus attaqué par des pirates russes car ils seront sur un réseau séparé ! PARFAIT
tx41
Tu as oublié l’Inde, Brésil et l’Afrique du Sud, la Corée du Nord à ma connaissance ne fait pas partie des BRICS.
zoup01
Jusqu’à preuve du contraire, au Brésil il y a une opposition qui a encore droit à une parole contradictoire vis à vis du gouvernement, sans pour autant passer par la case prison.<br /> Le sujet concerne la censure et le contrôle de sa population.
Bombing_Basta
Tu es en train de critiquer l’occident et tu n’es pas en prison…<br /> C’est à se demander qui sort d’une lampe ici.
Bombing_Basta
On a le droit, la personne à laquelle il répond, parce-qu’on a aussi le droit de répondre, le fait, tu le fais…<br /> C’est beau non ?
pecore
Bon débarras. Si la Russie veut s’isoler, c’est elle qui y perdra, en tous cas tant que sa population continuera à préférer ramper plutôt que se tenir debout fièrement comme les Ukrainiens.
pecore
Non, l’occident n’est pas le paradis mais des infos comme celles là nous rappellent que nous sommes malgré tout parmi les chanceux. Merci à la Russie de nous le rappeler, parfois on a tendance a oublier qu’on a la chance de vivre libres et que tous n’ont pas la même.
Krypton_80
pecore:<br /> en tous cas tant que sa population continuera à préférer ramper plutôt que se tenir debout fièrement comme les Ukrainiens.<br /> Tout à fait, et c’est bien la hantise de Poutine, que la majorité (encore) silencieuse se réveille, et à trop tirer sur la corde, ça risque de lui revenir dessus comme un boomerang, genre printemps de Prague mais dans l’autre sens.<br /> On en parle peu mais il y a aussi des Russes qui ne soutiennent pas le régime actuel et qui rongent leur frein, notamment depuis la Finlande.
carinae
En même temps comparer l’occident a la Russie il fallait l’oser celle là. Ca prouve simplement qu’il y a un gros manque de discernement…
MattS32
zoup01:<br /> Jusqu’à preuve du contraire, au Brésil il y a une opposition qui a encore droit à une parole contradictoire vis à vis du gouvernement<br /> Tout a fait. Le pays est d’ailleurs actuellement dirigé par quelqu’un qui était encore dans l’opposition il y a quatre ans (durée du mandat présidentiel) et qui a battu de 10 points le candidat du camp du président sortant.<br /> Il est aujourd’hui candidat a sa propre succession, mais n’est pas favori, les sondages le donnent à 30-35% au 1er tour contre 40-45% pour le favori du premier tour. Ça se jouera donc entre ces deux là au deuxième tour, en fonction des reports de voix. « Deuxième tour », un truc que les Russes n’ont pas connu à la présidentielle depuis plus de 20 ans…<br /> Rappelons aussi les tours de passe-passe montés par Poutine pour contourner les points de la constitution censés garantir un changement régulier de la personne au pouvoir :<br /> arrivé à la fin de ses deux premiers mandats, quand la constitution limitait à deux mandats consécutifs, il a simplement mis son 1er ministre a sa place (et inversement) et à continué dans les faits à exercer comme s’il était président,<br /> modification de la constitution pour passer les mandats de 4 à 6 ans,<br /> sous couvert de renforcer les limites constitutionnelles (passage à un maximum de deux mandats, consécutifs ou non), il a remis à 0 son compteur de mandats (magie, les mandats entamés avant le changement constitutionnel ne comptent plus !), s’offrant ainsi le droit de faire encore 2 mandats sans avoir à s’embêter à alterner avec un pantin (et donc, 12 ans supplémentaires, en plus de 4 restants à son mandat courant au moment de la réforme), soit un total de 6 mandats (+1 avec son pantin) dont 4 consécutifs (7 consécutifs avec le pantin).<br />
xavz78
La censure, supposée, en Occident est sans commune mesure dans les moyens employés avec ceux en Russie / Chine.
chabgyver
Comme le disait Coluche :<br /> La démocratie, c’est : causes toujours<br /> La dictature c’est : fermes ta gueule.
Baxter_X
Ça me rassure de voir le bon sens général des commentaires de ce post. Ça prouve qu’il y a encore de la réflexion de l’intelligence et du discernement sur internet.
xeno
l’intérêt premier d’internet, c’est l’ouverture mondiale, aucun intérêt en local
lapoulaille
Les BRICS ne comprennent pas la Corée du nord… Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud (South Africa).
milot
Aller… encore un qui se plaint de sa vie en Occident mais qui en profite et qui ne pourrait, d’ailleurs, pas s’en passer
philouze
Du coup, ça revient les BICS et on a un nouveau groupe, les RCN (russie + Corée du nord).Petit groupe mais très énervé, il ira loin.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

La mémoire Micron GDDR6X à 24 Gbps entre en production de masse
La DDR5-6000
Stadia permet à ses joueurs de streamer un jeu en petit comité
Cet ancien employé de Twitter espionnait les utilisateurs pour le compte de l'Arabie saoudite
Cyberharcèlement : en Europe, les parents protègent moins leurs enfants que dans le reste du monde
Apple déploie la 3e bêta publique d'iOS 16, d'iPadOS 16 et de macOS Ventura
Google veut faire de votre TV votre coach sportif
Taïwan a subi un pic de cybermenaces en marge de la visite de l'Américaine Nancy Pelosi
Ce vidéoprojecteur sera parfait pour vos soirées d'été !
Samsung annonce les Galaxy Watch 5 et ses Gala Buds 2 Pro
Haut de page