La Russie force Google à délister les VPN de ses résultats de recherche

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 09 mars 2022 à 11h55
vpn random

Moscou tape du poing sur la table et force Google, par le biais du régulateur local des communications, à déréférencer toutes les adresses pointant vers des VPN.

La situation se tend toujours plus entre Google et la Russie, qui se répondent quotidiennement ou presque par mesures interposées. Cette fois, Moscou fait intervenir le Roskomnadzor, régulateur tant redouté des communications et des nouvelles technologies, qui a demandé à Google de supprimer des milliers d'URL qui renvoient les utilisateurs vers d'éventuelles ressources VPN, qui permettent aux Russes d'accéder au contenu jugé « interdit » par le Kremlin.

Le Kremlin s'est doté de tout un arsenal législatif qui lui permet de strictement contrôler l'activité des VPN en Russie

La guerre s'intensifie bien sur le territoire numérique, et Google, qui a déjà pris de multiples mesures contre la Russie pour protéger notamment les populations civiles ukrainiennes, en fait évidemment les frais. Au pays des Tsars, où la demande de VPN a fortement explosé depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, la réglementation en la matière est déjà très importante.

Depuis 2017, une loi permet à l'État de réprimer tout ce qui est VPN, Tor, proxys et autres outils offrant une certaine anonymisation à ses régulateurs, pouvant être bloqués tout à fait légalement dans le pays. Seuls les services de ce type offrant au Kremlin un total accès aux données des serveurs étaient autorisés à rester et à maintenir une activité dans le pays. Le réseau Tor, qui offrait malgré cela un accès à des ressources interdites d'accès, fut ainsi bloqué définitivement en décembre dernier.

Ce passif historique, le contexte russo-ukrainien et la nouvelle loi contre la désinformation, pouvant aboutir à de lourdes peines de prison, ont contribué à booster la popularité des VPN ces deux dernières semaines en Russie. Le régulateur local utilise son arsenal juridique pour faire pression sur Google, et le forcer ainsi à déréférencer tous les nouveaux liens pointant vers des VPN ou des sites relais.

Des milliers d'URL supprimées quotidiennement depuis plusieurs semaines

La Russie veut donc désindexer toutes les adresses qui, de près ou de loin, peuvent aider les citoyens russes à accéder à des ressources qui ne sont pas contrôlées par le Kremlin. Ce à quoi Google ne peut pas s'opposer, puisque la demande du pouvoir est conforme à cet arsenal législatif dont nous parlions. Au cours des deux dernières années, le Roskomnadzor a fait supprimer par Google plus d'un demi-million de liens de son moteur de recherche. Depuis le mois de janvier, lorsque la Russie a commencé à rassembler ses dizaines de milliers de soldats aux frontières de l'Ukraine voisine, l'attaque de Moscou contre les VPN avait gagné en intensité.

TorrentFreak nous explique que le 22 février, soit deux jours avant l'invasion de l'Ukraine, Google a reçu l'ordre de supprimer 746 URL liées à des VPN. La veille, ce fut 1 300 de plus, puis 1 813 le lendemain de l'invasion. Et depuis, le rythme ne faiblit pas. Le record date même du 5 mars 2022, avec 5 540 URL ciblées dans un seul et même avis. Hier, mardi 8 mars, Google a reçu un avis lui demandant de supprimer 2 170 nouvelles adresses.

Pour l'heure, on ne connaît pas l'identité des services ciblés par le régulateur russe, la loi interdisant à Google de révéler cette information. Ce qui est certain, c'est que le but de Moscou est de bloquer tout lien pouvant donner accès à une ressource, par exemple médiatique, qu'elle soit russe ou étrangère, qui puisse donner des informations qui n'ont pas été approuvées par les autorités, considérées comme de « fausses informations ».

Source : TorrentFreak

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
dredd

Tout ça aura le mérite de clarifier les choses. Parce qu’on finissait par ne plus savoir si c’était des gentils, des méchants, des comme nous ou des autres, si on pouvait en tant que candidat a une élection présidentielle en recevoir de l’argent sans état d’âme ou non etc. Pfiouu, ça va faciliter les choses comme même.

spip74

C’est une bonne chose. Plus on va frustrer la population vis à vis de son accès au web mondial, plus elle se donnera les moyens de réagir.
Plus d’internet mondial, de TikTok, Facebook, Instagram, Netflix, Coca, MacDo, Starbuck avec un rouble qui ne vaut plus rien. La population va bien commencer à comprendre non ?
A quoi le bloquage des jeux vidéo ?

FRANCKYIV

@dredd

Comme même ?

Sérieusement ?

kiddass33

et Google ne pourrait pas rétablir toutes ces URL en guise de sanctions ?

dredd

Je m’est trompé ? OTAN pour moi !

wackyseb

« comme même ». Je suis mort de rire. En PLS pour la soirée.
Allez hop un Bescherelle et au dodo

dredd

J’ai quasi 25 ans d’Internet dans les bottes, alors des « comme même » j’en ai croisés assez pour me permettre de l’utiliser pour le fun de temps en temps hein :stuck_out_tongue:

wackyseb

Tu m’étonnes !!! Hihihi

Gus_71

On te croit ! :rofl:

dredd

:stuck_out_tongue: