La CNIL méfiante concernant l’élargissement du fichier génétique de la Police

Matthieu Legouge Contributeur
22 novembre 2018 à 17h00
0
ADN

La CNIL a émis une mise en garde concernant un amendement au projet de loi de réforme de la justice. Présenté par le groupe LREM et adopté le 6 novembre 2018, cet amendement prévoit l'élargissement du Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

La Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) se montre particulièrement préoccupée de l'amendement qui prévoit d'élargir le Fichier national automatisé des empreintes génétiques, présenté un peu plus tôt ce mois-ci par le député LREM Didier Paris. Créé en 1998 et regroupant pas moins de 3 millions de profils génétiques, le FNAEG permet pour le moment une identification à l'aide des segments non codants d'ADN. Cette mise en garde intervient au moment où l'Assemblée Nationale doit débuter l'examen en séance du projet de loi de réforme de la justice.

Élargir les possibilités d'identification grâce à l'ADN codant ?


L'amendement en question prévoit d'élargir la possibilité d'identifier une personne via le FNAEG grâce à tout segment d'ADN, qu'il soit codant ou non-codant. Pour rappel, les segments non codants sont des empreintes ADN qui ne permettent pas de déterminer certaines caractéristiques génétiques telles que l'origine ethnique d'une personne. La CNIL explique que la limitation à l'ADN non codant est « précisément regardée comme une garantie essentielle de la proportionnalité du fichier ». L'élargissement à l'ADN codant ainsi que la possibilité d'effectuer des recherches en parentèle « soulève de nouveaux enjeux », selon elle. La recherche en parentèle permet aux enquêteurs de faire correspondre des profils existant dans le FNAEG avec des profils inconnus pouvant être prélevés sur des scènes de crimes en déterminant « le degré de parenté (ou son absence) entre deux échantillons ».

Youssef Badr, porte-parole du ministère de la Justice, justifie la nécessité de ce nouvel amendement : « Plus le FNAEG utilise de segments d'ADN pour établir des empreintes génétiques, plus il renforce sa fiabilité et réduit les risques de comparaison positive entre deux empreintes qui n'appartiendraient pourtant pas à la même personne ». Le ministère estime par ailleurs que les progrès de la science rendent la distinction entre ADN codant et non codant « obsolète ».

La CNIL voit cette mesure d'élargissement d'un tout autre œil, et avertit des dangers inhérents à la modification du FNAEG : « Les mesures envisagées sont dès lors susceptibles d'entraîner des risques graves pour la vie privée et la protection des personnes pouvant être ciblées sur la base de correspondances génétiques partielles ou de similarités morphologiques ». Par ailleurs, la commission estime que « toute modification substantielle de ce fichier doit faire l'objet d'une réflexion approfondie et concertée ».

Un deuxième amendement pour interdire la conservation de l'ADN codant


Néanmoins, « pour dissiper toute inquiétude », Didier Paris a déposé un second amendement en séance. L'ajustement apporté ici concerne la conservation des ces informations génétiques dans le FNAEG : « Ne peuvent être enregistrées ou conservées dans ce fichier, y compris pour l'application de l'article 706-56-1-1, des informations relatives aux caractéristiques d'une personne résultant des segments d'acide désoxyribonucléique correspondant à son empreinte génétique, à l'exception de celles relatives à son sexe. »

Seulement ce deuxième amendement ne fait nullement mention de la recherche en parentèle qui pourrait, indirectement, autoriser le fichage d'une bonne partie de la population. De plus, la version en vigueur du texte autorise uniquement la production de données à partir « de segments d'acide désoxyribonucléique non codants », là où l'amendement indique seulement vouloir interdire l'enregistrement ou la conservation au sein de la base de données.

Bienvenue à Gattaca ?

Source : Next Inpact
2 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top