Via une entreprise de chiffrement, USA et Allemagne ont espionné des dizaines de pays pendant des dizaines d'années

12 février 2020 à 11h16
0
espionnage data
Shutterstock.com

Suite au rachat de la société de chiffrement Crypto AG, en 1970, les services secrets allemands et américains ont espionné plus d'une centaine de pays pendant des années, rapporte Le Monde, qui cite le Washington Post, la télévision allemande ZDF et la radio-télévision suisse SRF.

En vendant du matériel à ces pays, les trois médias expliquent que les deux agences de renseignements ont pu « truquer les équipements de la société afin de casser facilement les codes que les pays utilisaient pour envoyer des messages cryptés ».


120 pays concernés

La société suisse CryptoAG a été acquise par les agences de contre-espionnage des Etats-Unis et de l'Allemagne au début des années 70, pour 5,75 millions de dollars. La France s'est aussi intéressée au rachat de CryptoAG et à ses services en matière de contre-espionnage. C'est le renseignement français qui, en 1967, a fait une proposition de rachat conjointement avec l'Allemagne. Mais Boris Hagelin, le fondateur de l'entreprise, refuse et s'adresse à la CIA. Trois ans plus tard, CryptoAG a été rachetée par la CIA et la BND, service de renseignement allemand.

L'enseigne, qui s'est bâtie, après la seconde guerre mondiale, une solide réputation dans le domaine du chiffrement des conversations, a vendu son matériel auprès de 120 pays. Ceux-ci sont présents dans toutes les régions du monde : Moyen-Orient, Amérique latine, Inde ainsi que des pays européens faisant partie de l'OTAN, comme l'Italie, le Portugal ou l'Espagne. En achetant du matériel auprès de CryptoAG, ces pays n'avaient pas conscience de l'implication des services de renseignements américain dans l'entreprise. Pourtant, CryptoAG a conclu, dès les années 60, un accord commercial avec la CIA, faisant passer pour des « dépenses de marketing » un versement de 855 000 dollars.


Des décennies d'espionnage

Le Monde souligne ainsi l'étendue de l'espionnage mené par les services allemands et américains, précisant qu'ils « ont ainsi surveillé la crise des otages à l'ambassade américaine de Téhéran en 1979, fourni des informations sur l'armée argentine au Royaume-Uni pendant la guerre des Malouines, suivi les campagnes d'assassinats des dictateurs sud-américains, et surpris des responsables libyens se féliciter après l'attentat contre la discothèque La Belle à Berlin-Ouest en 1986, qui avait tué deux soldats américains ».

Les enquêteurs ont en effet eu accès à un rapport de la CIA daté de 2004 ainsi qu'à des documents réunis par le renseignement allemand en 2008. D'après ceux-ci, l'Allemagne s'est finalement désengagée de l'accord à la fin des années 1970 et a finalisé son retrait au moment de sa réunification. De leur côté, les Etats-Unis ont revendu CryptoAG en 2018. Le Washington Post explique : « CryptoAG avait perdu de son importance sur le marché mondial de la sécurité du fait de la diffusion massive d'une technologie de chiffrage fort dorénavant accessible sur les smartphones ».

Cet épisode du contre-espionnage serait donc clos, dépassé par les technologies de sécurité mobiles. Le projet, d'abord nommé « Thesaurus », puis « Rubicon » a permis, selon les dires de l'ancien coordinateur du renseignement allemand, Bernd Schmidbauer, de « rendre le monde un peu plus sûr ». Aujourd'hui, CryptoAG appartient à la société suédoise Crypto International, qui a déclaré n'avoir aucun lien avec la CIA ou la BND.

Source : Le Monde
Modifié le 12/02/2020 à 11h16
15
12
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Citroën devrait dévoiler une voiture électrique particulièrement abordable le 27 février
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
Bugatti dévoile un concept d'hypercar dément, conçu par un étudiant en design
Le processeur AMD Threadripper 3990X peut faire tourner Crysis… Sans carte graphique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top