🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Test realme Narzo 50 5G : un smartphone très abordable, tourné vers le jeu et endurant

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
29 mai 2022 à 13h26
2
Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Xiaomi n’a qu’à bien se tenir. Habitué à mettre sur le marché des dizaines de smartphones chaque année, le constructeur doit désormais compter avec un concurrent, realme, à l'appétit débordant. Et comme si son catalogue n’était pas assez épais, la marque lance en Europe sa gamme de smartphones Narzo, dédiée au jeu — mais pas que.

realme Narzo 50 5G
  • Suffisamment performant pour du jeu
  • Une autonomie maousse !
  • De belles photos en journée
  • Une prise jack, et un port SD
  • La 5G à petit prix
  • Beaucoup trop d’applications préinstallées
  • Manque de polyvalence en photo et vidéo
  • Écran mal calibré par défaut

Inaugurée il y a deux ans, mais jusqu’ici exclusive au marché chinois et indien, la gamme Narzo compte déjà une douzaine (!) de références gaming.

Elle se lance cette année en France par l'intermédiaire de trois appareils : le Narzo 50A Prime, le Narzo 50 et le Narzo 50 5G qui nous intéresse aujourd’hui.

Test réalisé sur un smartphone prêté par le constructeur.

Realme Narzo 50 5G : la fiche technique

C’est le lot des smartphones lancés autour des 250 € : la fiche technique du Narzo 50 5G est quasi identique à celle du realme 9 5G lancé il y a quelques semaines par le constructeur.

Fiche technique realme Narzo 50 5G

Résumé

Taille de l'écran
6,6in
Mémoire interne
128 Go
Processeur
MediaTek Dimensity 810 5G
GPU
Mali-G57 MC2
Mémoire vive (RAM)
6 Go
Capacité de la batterie
5000 mAh
Compatible 5G
Oui

Caractéristiques techniques

Système d'exploitation
Android
Version du système d'exploitation
Android 12
Surcouche Android
RealmeUI 3.0
Assistant vocal
Google Assistant

Affichage

Taille de l'écran
6,6in
Type d'écran
LCD IPS
Définition de l'écran
2412 x 1080 pixels
Taux de rafraîchissement
90Hz
Densité de pixels
400 ppp
Écran HDR
Non

Mémoire

Mémoire interne
128 Go
Stockage extensible
Oui

Performance

Processeur
MediaTek Dimensity 810 5G
Finesse de gravure
6nm
Nombre de cœurs CPU
8 cœurs
Fréquence CPU
2,4GHz
GPU
Mali-G57 MC2
Mémoire vive (RAM)
6 Go

Batterie

Capacité de la batterie
5000 mAh
Batterie amovible
Non
Recharge sans-fil
Non
Charge rapide
Oui
Puissance de la charge rapide
33W

Appareil Photo

Nombre de caméras (avant & arrière)
3
Définition du / des capteur(s) arrière
48 Mpx + 2 Mpx
Définition du / des capteur(s) avant
8 Mpx
Enregistrement vidéo
1080p@30fps
Flash arrière
Dual-LED
Flash Frontal
Non
Taille des photosites objectifs arrière
n/c
Taille des photosites objectifs frontaux
n/c
Ouverture objectif photo arrières
ƒ/1.8 ; ƒ/2.4
Ouverture objectif photo frontaux
ƒ/2.0
Zoom Optique
Non

Réseau

Carte(s) SIM compatible(s)
Nano-SIM
Compatible double SIM
Oui
Compatible 5G
Oui

Connectivité

Wi-Fi
5 (ac)
Bluetooth
5.3
NFC
Oui
GPS
Oui

Equipement

Type de connecteur
USB-C
Lecteur biométrique à empreinte digitale
Oui
Capteur de reconnaissance faciale
Non
Acceleromètre
Oui
Gyroscope
Oui
Capteur de lumière ambiante
Oui
Prise Jack
Oui
Nombre de haut-parleurs
2

Caractéristiques physiques

Hauteur
163,8mm
Largeur
75,1mm
Epaisseur
8,1mm
Poids
190g
Certification IP
Non

Débit d’Absorption Spécifique (DAS)

DAS tête
0.986 W/Kg
DAS tronc
1.256 W/Kg
DAS membres
2.683 W/Kg

La gamme Narzo s’affaire à offrir de meilleures performances, quitte à réduire la voilure sur la photo. Ainsi, ce Narzo 50 5G adopte un SoC plus véloce (le Dimensity 810 5G) et une batterie rechargeable à 33 W contre moitié moins pour le realme 9. On troque par ailleurs un capteur photo 50 mégapixels contre un modèle 48 mégapixels ici, plus petit et donc censément moins intéressant en basse lumière.

Dans sa boîte, le Narzo 50 5G s’accompagne d’une coque de protection en silicone transparent, un adaptateur secteur 33 W et un câble USB-A vers USB-C.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Design : un smartphone classique

Comme quantité d’autres avant lui, le Narzo 50 5G est un téléphone d’entrée / milieu de gamme adoptant un écran LCD IPS de 6,6 pouces. Petit anachronisme, la dalle opte pour une découpe en « goutte d’eau » qui nous rappelle les années 2018-2019, pendant lesquelles les constructeurs n’avaient pas encore adopté massivement d’autres types d’incrustation.

Sans grande surprise, les bordures de l’écran sont assez épaisses. Le téléphone se présente comme un monobloc en plastique aux tranches plates. Les finitions au dos sont plutôt agréables à l’œil, avec de fines striures qui se révèlent selon l’inclinaison de la source lumineuse.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

On observe aussi qu’une grande place est accordée aux capteurs photo du smartphone. Un effet d’esbrouffe tant lesdits capteurs sont en réalité de petite taille comparés à la lentille qui les surmonte. Une façon pour realme de bomber le torse alors que ses prétentions en photo sont très, très modestes avec ce Narzo 50 5G.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le realme Narzo se déverrouille grâce à un capteur d’empreintes situé sur le bouton d’allumage, sur la tranche droite. À l’opposé, deux boutons permettent de régler le volume. La tranche basse de l’appareil dispose d’une prise jack, d’un port USB-C et d’une grille de haut-parleurs. Un deuxième haut-parleur est intégré dans l’oreillette d’écoute, au-dessus de la caméra avant.

Le smartphone n’est pas certifié IP, mais le tiroir de carte SIM et SD laisse entrevoir un épais joint d’étanchéité. Il peut donc résister, dans une certaine mesure, à quelques éclaboussures.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Écran : une dalle LCD correcte

Voici un élément à garder en tête lorsqu’on envisage d’acheter un Narzo 50 5G. Il dispose d’une dalle LCD, et non pas AMOLED comme son concurrent le Redmi Note 11S. Il faut donc s’attendre à un contraste très modeste, et à des couleurs moins éclatantes.

Cadencé à 90 Hz (bascule automatique entre 60 et 90 Hz) et offrant une définition FHD+, l’écran du Narzo 50 5G est suffisamment lumineux pour une bonne lecture dans toutes les situations. Avec ses 558 nits mesurés par notre sonde et le logiciel Calman Ultimate, il faudra néanmoins plisser les yeux à l’extérieur si le soleil est trop vif.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

Ne tournons pas autour du pot : la colorimétrie par défaut de l’écran est catastrophique, parmi les pires mesurées depuis le début de l’année. La température de la dalle atteint les 7 442K, ce qui est beaucoup, beaucoup trop froid (on attend 6 500K). Dommage, car la couverture des gamut sRGB et DCI-P3 atteint les 100 % et le delta E n’excède pas les 3,86, témoignage de la justesse des couleurs.

En jouant avec le curseur présent dans les réglages, on parvient à se rapprocher des 6 500 K (pousser le curseur à fond du côté « chaud »).

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

La dalle est par ailleurs plutôt réactive (échantillonnage 180 Hz) et d’une diagonale suffisante pour profiter de ses films, séries et jeux dans de bonnes conditions.

Audio : un son raplapla

Nous ne sommes pas très surpris ; la partie sonore du Narzo 50 5G est très modeste. Les deux haut-parleurs sont riquiquis, et en particulier celui intégré dans l’écouteur qui diffuse un son plus faible que son homologue situé sur la tranche basse.

Bref : un spectre assez plat, qui manque furieusement d’attrait dans les basses, mais qui fera malgré tout le travail pour écouter une story ou suivre un stream en nettoyant sa vaisselle.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

Les audiophiles retrouveront avec plaisir une prise jack 3,5 mm. Il faut aussi noter que le Narzo 50 5G est l’un des tout premiers smartphones au monde à prendre en charge la norme Bluetooth 5.3.

Interface : une montagne de bloatwares

Le Narzo 50 5G vient préchargé avec Android 12 et realmeUI 3.0. Le constructeur assure trois années de suivi logiciel, dont deux mises à jour majeures du système d’exploitation (soit jusqu’à Android 14).

L’interface du Narzo 50 5G, elle, ne manque de rien. La navigation entre les différents menus est claire et les options de personnalisation nombreuses. On peut, grâce à Android 12, harmoniser la couleur des boutons et des accents aux couleurs dominantes du fond d’écran sélectionner. Agréable, pour varier les plaisirs et adopter différents styles au fil de l’année.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

Reste que le realme Narzo 50 5G a un énorme problème : ses bloatwares, ces applications pré-installées. On en dénombre près de 15 au lancement du smartphone, et nombre d’entre elles ne peuvent être que « désactivées » mais pas désinstallées proprement. En d’autres termes : elles restent sur votre smartphone quoi que vous fassiez.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

Plus gênant, on trouve parmi elles le magasin d’applications App Market qui viendra occasionnellement parasiter l’installation d’applications en s’ouvrant à la place du Play Store… irritant.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

Il est cela dit évident que des smartphones à si bas prix ne peuvent être commercialisés que grâce à de juteux partenariats avec les éditeurs de ces applications. Mais, il faut donc que les consommateurs soient informés que toutes ces applications occuperont de l’espace disque et sont susceptibles de récupérer vos données personnelles pour en faire commerce, et ce, même si vous ne les utilisez pas. De manière générale, moins vous avez d’applications sur votre mobile, et moins vous risquez de laisser derrière vous des données personnelles.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

Performances : un smartphone de gamer ?

On l’a dit : l’intérêt des smartphones Narzo face à la concurrence directe, c’est un appétit plus prononcé pour le jeu et les performances.

Ne surclassons tout de même pas le Narzo 50 5G. On reste sur un smartphone vendu 260 € ! En revanche, on doit bien avouer que comparativement à d’autres mobiles de son rang, il offre une prestation technique plutôt convaincante.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

Si AnTuTu a malheureusement refusé de se lancer sur notre exemplaire de test, des tests réalisés sur des versions asiatiques du smartphone avancent le chiffre de 385 000 points. C’est plus ou moins ce qu’on obtient avec un Redmi Note 11 Pro 5G — un téléphone vendu 340 €. Le processeur Dimensity 810 est néanmoins un (tout petit) peu moins à l’aise sur les tâches multi-core.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

En revanche, le Narzo 50 5G se montre plus véloce dans les jeux. Sur 3D Mark, il repart avec 1 335 points sur le stress test Wild Life. Mieux : la stabilité des performances est exemplaire, avec 99,5 %. Cela signifie que, même après de longues sessions de jeu, la chauffe n’a que peu d’influence sur la fluidité de l’appareil.

Chose que nous avons effectivement pu confirmer après des sessions prolongées sur Genshin Impact ou Apex Legends Mobile, lequel se lance d’ailleurs en qualité « moyenne » à 60 images par seconde.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Autonomie : étonnamment endurant

Jusqu’ici, et mis à part une partie logicielle un peu frustrante sur certains points, le Narzo 50 5G signe un sans-faute. Peut-il en être de même pour son autonomie ? Sans plus de suspens, la réponse est oui.

La batterie de 5 000 mAh du smartphone est très endurante, et nous a offert une très (très) grosse journée d’autonomie. Notre exemplaire de test affichait 5 % après 28 heures de veille et presque 9 heures de temps d’écran, réparti entre de la photo, vidéo, du jeu, du visionnage de vidéos et beaucoup de réseaux sociaux. Je rappelle qu’en moyenne, un Français consulte son téléphone environ 3 heures 30 au quotidien. Le Narzo 50 5G peut donc parfaitement tenir deux jours pleins pour les personnes les plus raisonnables.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic

Malheureusement, nous n'avons pas non plus pu faire passer le smartphone à la moulinette du test d’autonomie PC Mark. L’application a planté à la moitié du protocole de test.

Pour ce qui est de la recharge, le bloc 33W fourni dans la boîte permet de récupérer presque 50 % en 30 minutes. Il faudra compter 80 minutes tout rond pour passer d’un téléphone éteint à 100 % d’autonomie.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Photographie : simple et efficace

Le Narzo 50 5G n’est certainement pas le smartphone le plus à l’aise en photo. Déjà, il ne compte qu’une unique focale de 24 mm. Il n’a donc pas la polyvalence pour lui. Mais son objectif (le deuxième module est dédié à la profondeur de champ) remplit néanmoins sa mission avec efficacité, en pleine journée.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Grand-angle

On ignore le détail des caractéristiques de l'appareil photo de 48 mégapixels qui sertit le dos du smartphone. Ce qui est rarement bon signe, ne nous mentons pas. Pour autant, les résultats sont plutôt corrects dans les scénarios les plus classiques du quotidien.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le point fort du smartphone est que realme ne cherche pas à se surclasser. L’algorithme de traitement produit des résultats naturels, en respectant les couleurs de ce que l’on voit et offrant des contrastes tout aussi raisonnables.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le piqué est par ailleurs plutôt bon au centre de l’image. Bien sûr, la perfection n’est pas de ce monde et ce n’est pas le Narzo 50 5G qui s’en approche le plus. Mais, quiconque cherche un téléphone performant et capable de prendre de belles photos sans prétention trouvera ici son bonheur.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Zoom

Dédié un chapitre de ce test aux capacités « zoom » du Narzo 50 5G est un non-sens, car il ne dispose d’aucune optique dédiée. C’est simplement que, grâce à ses 48 mégapixels, il a suffisamment d’appui pour rogner dans l’image et simuler (c’est de cela qu’il s’agit) un grossissement dans l’image.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 2x © Pierre Crochart pour Clubic
Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 2x © Pierre Crochart pour Clubic

Alors il ne faut certainement pas s’attendre à des résultats éclatants. La qualité s’effrite naturellement. Mais si l’on reste raisonnables et qu’on évite de pousser jusqu’à un zoom 10x, on peut immortaliser des scènes sympathiques même en 2x.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 10x © Pierre Crochart pour Clubic
Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
Zoom 10x © Pierre Crochart pour Clubic

Portrait

Le Narzo 50 5G utilise à la fois son objectif grand-angle et son module dédié à la profondeur de champ pour proposer des portraits d’aussi bonne facture que ne le sont les photos « classiques ». Le détourage est peut-être parfois un peu brut ; il manque de finesse. Mais on peut difficilement retenir ce point comme rédhibitoire sur un smartphone vendu 260 €.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Les couleurs sont naturelles, le flou est parcimonieusement dosé (il peut être réglé avant la prise) et la détection du sujet se fait assez rapidement. Pour nous, les termes du contrat sont suffisamment remplis pour ne pas s’attarder davantage.

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic
Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
© Pierre Crochart pour Clubic

Le capteur photo avant du mobile n’est pas une référence. Doté de seulement 8 mégapixels, il offre des images assez pauvres en détail et au lissage important (un cache-misère).

Narzo 50 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
Selfie / portrait avec la caméra avant © Pierre Crochart pour Clubic

Nuit

Les limites du Narzo 50 5G apparaissent plus clairement lorsque la lumière vient à manquer. Très petit, le grand-angle a bien du mal à exposer les scènes correctement sans monter rapidement dans les ISO. L’absence de stabilisateur optique n’aide pas à prévenir l’apparition de bruit. Ainsi, même en mode nuit, les résultats ne sont pas tout à fait au beau fixe.

Realme Narzo 5G 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
Auto / Mode nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Une nouvelle fois, on n’en tiendra pas trop rigueur au smartphone de realme. Il a d’autres atouts, et la photographie n’a jamais fait partie de ses ambitions premières. Gardez simplement en tête qu’en matière de photographie nocturne, vous serez mieux servis chez la concurrence.

Realme Narzo 5G 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
Auto / Mode nuit © Pierre Crochart pour Clubic
Realme Narzo 5G 5G test © © Pierre Crochart pour Clubic
Auto / Mode nuit © Pierre Crochart pour Clubic

Vidéo

Pour conclure, un rapide tour du côté de la vidéo. Une nouvelle fois : ce n’est pas son truc. Le Narzo 50 5G offre des options élémentaires, et ne permet pas de filmer au-delà du 1080p à 30 images par seconde.

Son capteur n’est pas stabilisé, et le tournage à main levée est donc particulièrement délicat à cause des secousses. Mais, dans tous les cas, le rendu est loin d’être inoubliable. Les images sont brouillonnes, parfois ingrates.

realme Narzo 50 5G : prix, disponibilité et concurrence

Le Narzo 50 5G est déjà disponible sur le site officiel de realme et bénéficie temporairement d’une remise de 30 € sur son prix d’origine qui est de 259,99 €. Il est disponible dans une unique configuration 6+128 Go et se décline en deux coloris : noir et bleu (comme illustré dans ce test).

À ce tarif, nous l’avons dit, le smartphone s’oppose frontalement au realme 9 5G et au Redmi Note 11S. Ce dernier dispose d’un bien meilleur écran (AMOLED 120 Hz) et appareil photo (108 mégapixels) mais n’est pas compatible 5G. Pour un petit peu plus cher (299 €), le POCO X4 Pro est également une option à considérer.

realme Narzo 50 5G : l’avis de Clubic

8

Malgré son positionnement un tantinet délicat, qui plus est sur un marché totalement saturé, le Narzo 50 5G parvient à tirer son épingle du jeu.

Plus performant que la majorité de ses concurrents directs, il est surtout un smartphone très endurant qui ne recule devient rien. Peut-être un peu simpliste en photo, il offre malgré tout des bons résultats en pleine journée et conviendra à celles et ceux qui ne cherchent rien d'extravagant.

Suffisant pour jouer à la majorité des jeux du marché sans ralentissement, le Narzo 50 5G mérite qu’on s’y intéresse même si l’on n'est pas joueur. Un smartphone 5G aussi bon polyvalent à ce prix, c’est encore trop rare.

Les plus

  • Suffisamment performant pour du jeu
  • Une autonomie maousse !
  • De belles photos en journée
  • Une prise jack, et un port SD
  • La 5G à petit prix

Les moins

  • Beaucoup trop d’applications préinstallées
  • Manque de polyvalence en photo et vidéo
  • Écran mal calibré par défaut

Design 8

Écran 7

Performances 8

Autonomie 9

Logiciel 6

Photographie 6

realme Narzo 50 5G au meilleur prix
Amazon 219,99€ Voir l'offre
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
DrCarter95
Le capteur photo de ce Narzo ressemble à 2 gros « Narseaux »…
Felaz
Naseaux plutôt
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Cet ancien ingénieur d'Apple révèle pourquoi il était impossible de copier/coller du texte sur le premier iPhone
Samsung Galaxy Watch 5 et 5 Pro : on connaît leur prix, et elles subissent l'inflation de plein fouet
Dimensity 9000+ : l’arme de MediaTek pour concurrencer Qualcomm et son Snapdragon 8+ Gen1
Nothing phone (1) : pas encore présenté officiellement, vous pouvez déjà le précommander
Le POCO F4 et le POCO X4 GT arrivent avec de nouveaux processeurs et des prix contenus
iOS 16 : cette évolution du système de sauvegarde des données d'un iPhone était très attendue !
Apple publie la bêta 2 d'iOS 16 : voici les nouveautés qui débarqueront sur votre iPhone
La voix de vos aïeux survivra grâce à l'IA d'Alexa
Tensor 2, pas de fulgurance à venir pour le processeur des Pixel 7 Pro ?
OnePlus : cette mise à jour corrige d'importants bugs sur les produits phares de la marque
Haut de page