Nintendo porte plainte contre deux sites d'émulation

Par
Le 24 juillet 2018
 0
loveroms
© LoveROMS.com


La semaine dernière, Nintendo a fait fermer les sites web LoveRETRO et LoveROMs qui mettaient à la disposition de ses visiteurs de vieux jeux Nintendo. La firme japonaise réclamerait 100 millions de dollars de dommages et intérêts.

Nintendo a toujours fait preuve d'une grande attention à tout ce qui pouvait toucher de près ou de loin à ses licences. Qu'il s'agisse d'un jeu non-officiel d'un fan exploitant une de ses licences devenant un peu trop populaire ou d'un site web partageant ses jeux gratuitement et sans son accord, le géant japonais a toujours tout mis en oeuvre pour s'assurer d'un contrôle maximal sur ses jeux.

Ainsi, le possesseur des sites web LoveRETRO et LoveROM , Jacob Mathias, est la cible d'un procès de la part de la firme japonaise pour les trois chefs d'accusation suivant : violation de copyright, contrefaçon et concurrence déloyale.

Nintendo réclame plus de 100 millions de dollars de dommages et intérêts


En s'appuyant sur le document de la plainte de Nintendo hébergé par nos confrères américains Torrentfreak, nous pouvons constater que l'entreprise nipponne réclame 150 000 dollars de dommages et intérêts par jeu pour la violation de copyright Nintendo, ainsi que 150 000 dollars et 2 millions de dollars pour chaque marque contrefaite.

Une fois ces sommes additionnées, Nintendo réclamerait plus de 100 millions de dollars de dommages et intérêts au possesseur des sites LoveROMs et LoveRETRO.

tribunal


En plus des dommages et intérêts, la firme japonaise réclame par la même occasion les noms de domaines loveroms.com et loveretro.co, la prise en charge totale des frais d'avocats ainsi qu'une partie des bénéfices générés par les sites web de Jacob Mathias.

Un avertissement lancé à tous les sites d'émulation


Avec le montant astronomique que la firme japonaise réclame à Jacob Mathis, Nintendo semble décidé à envoyer deux messages d'avertissements directs à ceux qui seraient tentés de faire la même chose. Tout d'abord, que la marque est très vigilante en ce qui concerne ses licences. Ensuite, qu'elle n'hésitera plus à saisir la justice pour obtenir réparation auprès des sites web distribuant gratuitement - et illégalement - ses jeux.

Il ne reste plus qu'à attendre le résultat de cette plainte. De son côté, Jacob Mathis a déjà fermé le site LoveRETRO...

Modifié le 24/07/2018 à 16h52

Les dernières actualités Nintendo

scroll top