Les États-Unis relancent la course au superordinateur avec IBM et Nvidia

Par
Le 17 juin 2018
 0
Voilà une nouvelle qui ne devrait pas rendre Donald Trump plus modeste. Grâce au concours de IBM et de Nvidia, les États-Unis viennent de mettre sur pied Summit, le supercalculateur « le plus puissant et le plus intelligent du monde ».

Il est une guerre froide qui se joue depuis de longues années entre la Chine et les USA. Une guerre d'ego, mais aussi de performances : celle du superordinateur le plus puissant.

Depuis quatre ans, la Chine tient la dragée haute à ses concurrents grâce à Sunway TaihuLight, aux performances déjà affolantes. Summit, conçu par IBM et Nvidia, possède des caractéristiques techniques deux fois supérieures et devrait permettre à l'Oncle Sam de reprendre son trône.

summit

Crédit photo : ORNL


200 quadrillions de calculs par seconde


À titre de comparaison, Sunway TaihuLight dispose d'une puissance de 93,01 pétaflops. Un nombre qui fait pâle figure face aux 200 pétaflops annoncés par Summit. Le superordinateur conçu par IBM et Nvidia fonctionne donc au double des capacités de son concurrent chinois, pour « seulement » 30% d'énergie en plus.

Occupant une surface équivalente à deux courts de tennis, Summit nécessite autant d'énergie que l'alimentation d'une petite ville américaine. Thomas Zacharia, directeur du laboratoire de Oak Ridge qui héberge actuellement Summit, confie par ailleurs : « À un moment la conception de Summit, nous pensions même qu'une machine de ce calibre nécessiterait la proximité d'une centrale nucléaire pour fonctionner ».

summit

Crédit photo : ORNL



Une puissance de calcul au service de la science


Mais alors, à quoi cette supermachine pourra-t-elle bien servir ? Destiné - cela va de soi - à traiter des quantités incommensurables de données, Summit permettra la modélisation d'événements « massifs », aux tenants et aboutissants incertains, tels que la physique des explosions de supernova. Des applications de surveillance des changements météorologiques, ainsi que de la recherche sur des maladies génétiques comme Parkinson ou Alzheimer sont également au programme.

Le classement mondial des superordinateurs est effectué de façon biannuelle par l'organisme indépendant Top500. Le prochain classement devrait avoir lieu à la fin du mois de juin, et consacrera très probablement Summit comme l'ordinateur le plus puissant du monde.
Modifié le 14/06/2018 à 16h38
scroll top