Google Stadia : les bugs de certains jeux ne peuvent plus être corrigés suite à la fermeture des studios

Thibaut Popelier
Spécialiste Gaming
23 février 2021 à 17h10
20

Début février, Google annonçait la fermeture brutale de ses studios de développement chargés de créer des jeux exclusifs pour son service de Cloud gaming. Une décision lourde de conséquence pour les salariés et visiblement aussi pour les joueurs...

En effet, les titres Stadia imaginés par les équipes licenciées ne peuvent à présent plus recevoir aucun correctif.

Un réel manque d'anticipation ?

Google a pris tout le monde de court en annonçant l'arrêt de ses studios internes dédiés aux exclusivités Stadia. Comme nous le précisions dans un précédent article, la firme américaine encensait ses développeurs le 27 janvier pour finalement licencier au moins 150 personnes, cinq jours plus tard. Et d'annuler par là même les exclusivités qui devaient arriver sur le service de Cloud gaming après 2021...

Or, les titres déjà disponibles à la vente sont également impactés par cette affaire. C'est ce que nous apprend Kotaku, en évoquant le cas de Journey to the Savage Planet, initialement développé par Typhoon Studios, entreprise rachetée par Google en 2019. Le jeu, offert aux abonnés au programme Stadia Pro, est en effet aujourd'hui pris dans une surprenante controverse.

Des problèmes qui ne seront peut-être jamais corrigés

Puisque Google a démantelé ses équipes de développement début février, les salariés de Typhoon Studios ont eux aussi été remerciés. Sauf que leur jeu, Journey to the Savage Planet, est victime de nombreux bugs sur Stadia. Des joueurs ont déclaré avoir essuyé des ralentissements mais également des crashs et autres soucis techniques peu agréables pendant une partie. Hélas, le studio n'existant plus, personne n'est en mesure de corriger les bugs.

Un utilisateur qui n'arrivait pas à jouer en coopération s'est tourné vers l'éditeur du titre, 505 Games, pour signaler le problème. Mais l'entreprise a expliqué son impuissance, le code source et les données de la version Stadia appartenant à Google. C'est donc au géant américain qu'incombe la responsabilité d'assurer le suivi du titre... ce qu'il n'est désormais plus en mesure de faire suite à la fermeture de Typhoon Studios. Une situation vraiment ubuesque...

Qu'en pense-t-on chez Clubic ?

Déjà lourdement pénalisé par son manque de nouveautés, Stadia s'est tiré une énorme balle dans le pied en annonçant la fermeture de ses studios internes. Google espérait sans doute des résultats immédiats suite au lancement de son service de Cloud gaming… Ce qui n'a visiblement pas été le cas. Il faut bien le reconnaître aujourd'hui, la firme dirigée par Sundar Pichai n'a pas assez soutenu sa division gaming et le lent démarrage du service lui aura été fatal.

Si Stadia reste en activité pour l'instant, nous voyons mal comment la plateforme pourra subsister longtemps dans ces conditions, sans parler de l'absence totale d'exclusivités après 2021. Il est peut-être déjà temps d'envisager un arrêt définitif de Stadia dans les semaines ou mois qui viennent…

Source : Kotaku

Modifié le 23/02/2021 à 17h25
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
20
13
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Test NVIDIA GeForce RTX 3060 : la carte idéale pour le Full HD (1080p)
Les meilleurs jeux PC et consoles accessibles pour jouer avec (ou contre) vos proches à distance
Vie privée, gaming, sécurité : quel est le meilleur navigateur web selon votre usage ?
Test Vivlio Color : une liseuse couleur pour révolutionner le marché ?
Kings of Leon devient le premier groupe à sortir un album sous forme de tokens non fongibles (NFT)
Test MSI GP76 Leopard : une RTX 3070 très énervée dans une machine équilibrée
The Spy : qui a besoin d'un nouveau James Bond quand Sacha Baron Cohen enquête ?
Avis pCloud (2021) : notre test de ce service de stockage en ligne suisse et vraiment sécurisé
Meilleur VPN : comparatif de mars 2021
Jeu vidéo : la rejouabilité est-elle importante pour vous ?
Haut de page