Apple pourrait devoir révéler comment s'opère la censure sur ses appareils commercialisés en Chine

25 février 2020 à 12h19
5
Apple

Les investisseurs d'Apple vont étudier une proposition qui obligerait l'entreprise à détailler les demandes de censure venues du gouvernement chinois. Si la société estime en faire déjà assez en matière de transparence, la motion a cependant reçu le soutien de deux grands groupes d'influence.

Dans un passé récent, Apple a plusieurs fois été accusée de se soumettre au gouvernement chinois et à sa politique de censure. En 2017, plusieurs VPN, utilisés notamment pour contourner la surveillance des autorités, avaient été supprimés de l'App Store en Chine. Il y a quelques mois, c'était au tour de l'application HKmap.live de se voir retirée, pendant les manifestations à Hong Kong.

Demande de transparence quant à la liberté d'expression

Ces décisions ont inévitablement suscité la controverse et poussé l'ONG SumOfUs, qui milite pour la défense des droits individuels, à proposer une motion. Celle-ci contraindrait Apple à publier chaque année un rapport sur sa politique en matière de liberté d'expression et d'accès à l'information, dans tous les pays. L'idée serait, entre autres, de détailler « les mesures prises par Apple, lors de l'année écoulée, en réponse aux demandes des gouvernements ou de tierces parties susceptibles de limiter » ces droits.

Néanmoins, une telle proposition doit recevoir l'approbation des investisseurs pour être appliquée. Mais elle a déjà reçu deux soutiens de poids : ceux des sociétés de conseil aux actionnaires ISS et Glass Lewis. Celles-ci ont en effet envoyé un rapport à leurs clients, les encourageant à voter en faveur de la motion, lors de l'assemblée annuelle prévue ce mercredi. « Nous pensons qu'il serait judicieux que l'entreprise fasse preuve d'une plus grande transparence quant au respect de la liberté d'expression », écrit notamment Glass Lewis.

Apple n'estime pas nécessaire de s'expliquer davantage

La bataille n'est toutefois pas encore gagnée. Le conseil d'administration de la société, comprenant son P.-D.G., Tim Cook, ou l'ancien vice-président américain Al Gore, reste opposé à la proposition. Apple affirme que cette dernière est « inutile, compte tenu des nombreuses informations déjà communiquées publiquement » auprès de ses investisseurs et utilisateurs. Car chaque année, l'entreprise publie des données quantitatives sur les demandes de suppression d'application. Mais les défenseurs de la nouvelle obligation regrettent le manque de contexte de ces rapports.

Cette désapprobation fait écho à un autre refus exprimé par Apple, toujours au sujet de ses rapports avec la Chine. Hier, le Washington Post apprenait en effet que la firme avait décliné une invitation du Congrès des États-Unis, pour une audience portant sur les relations entre l'industrie de la tech et la Chine.

Source : The Guardian
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
Kriz4liD
Et bien sur la demande ne concernera que la censure en chine !<br /> Car on le sait tous, il n’y a que les chinois qui sont capables de tel choses immondes !
nicgrover
Non non apple n’a rien à cacher…
cirdan
Evidemment qu’ils ne veulent pas dévoiler plus d’informations. Je ne pense pas qu’Apple soit moins vertueuse que d’autres installés en Chine, qui de toute façon ne pourraient pas y travailler sans accepter les conditions du gouvernement chinois.<br /> Mais quand même, venant d’une marque qui base son marketing sur la qualité du service au client et la pureté de ses intentions, ce genre de piqûre de rappel fait du bien pour recadrer les choses et montrer que tout ça n’est que du blabla et que seul compte le profit. Mais comme disait Tartuffe: « Couvrez ce sein, que je ne saurais voir »…
Larry
Clubic :<br /> Celle-ci contraindrait Apple à publier chaque année un rapport sur sa politique en matière de liberté d’expression et d’accès à l’information, dans tous les pays. L’idée serait, entre autres, de détailler « les mesures prises par Apple, lors de l’année écoulée, en réponse aux demandes des gouvernements ou de tierces parties susceptibles de limiter » ces droits.<br /> Donc non.<br /> Alors peut-être que la motion vise au départ la censure chinoise, mais elle prévois bien de s’appliquer à tous les pays et tous les gouvernements et parties tierces. Bref, à tout le monde.<br /> Transparence pour tout le monde ! <br /> Après,les raisons qui poussent Apple à refuser peuvent être nombreuses : des choses à cacher dans ses relations avec la chine ? Son « contrat » de relations avec la Chine qui l’empêche d’en parler ? La volonté de rester en bon terme avec un très gros marché ? Des choses à cacher dans les relations avec les autres gouvernements, dont celui des USA ?.. Un peu de tout ça ?<br /> Dans tout les cas, oui, ça n’a pas l’air d’être dans son intérêt… quoiqu’en dise son grand discours sur la transparence, la qualité de service et la protection des données
Popoulo
Concernant le financement, tu veux parler du batracien qui sponsorise aussi bien les associations que les juges de la CEDH entre autre ?
Kriz4liD
Oups , le paragraphe que j’ai sauté … si ça marche pour tout le monde oui je suis d’accord.<br /> mais comme vous dites, Apple a plus à perdre car le marché chinois et un des plus grand, ils ne peuvent pas rivaliser en Inde car le pouvoir d’achat y est assez bas , mais les chinois raffolent des produits de la marque, ils n’ont pas intérêt à contrarier leurs principaux fournisseurs et potentiels clients.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Samsung Galaxy Tab S5e : forte baisse de prix pendant cette vente flash
Les Brix de Gigabyte se mettent à jour en Intel Comet Lake (10ème génération)
La néobanque européenne Revolut lève 500 millions et dépasse les 5 milliards de capitalisation
Le Brexit pourrait grandement affecter la livraison de véhicules Nissan en Europe
Pour ses 20 ans, Fnac Darty casse les prix sur les aspirateurs robots
Fondation Sigfox :
Pour aider les voitures autonomes, le MIT cherche à regarder sous la route
Netflix dévoile un premier trailer pour sa série d'animation Transformers
Disney et Lucasfilm dévoilent un trailer pour leur projet Star Wars : The High Republic
Haut de page