iPhone : peut-on le produire aux États-Unis ?

Thomas Pontiroli
13 juin 2016 à 13h39
0
Bien que républicain, et donc en principe pro-mondialisation et délocalisation, Donald Trump veut relocaliser la production d'Apple aux États-Unis. Le MIT s'est penché sur les conséquences.

Rapatrier la production d'Apple aux États-Unis ? Donald Trump, candidat républicain à la présidence des États-Unis, l'envisage. « Nous allons contraindre Apple à fabriquer ses fichus ordinateurs aux États-Unis, et pas dans d'autres pays », menaçait-il en janvier. La revue MIT Technology Review l'a pris au mot, et a imaginé ce qu'il en coûterait à la firme américaine de fabriquer ses iPhone non plus en Chine, chez Foxconn, mais aux États-Unis.

La déclaration de Trump portait sur les ordinateurs, et pas sur les smartphones, mais l'exercice reste intéressant.


Sur le coût d'un iPhone, on sait par le cabinet IHS que ses composants bruts reviennent à 230 dollars, dans le cas d'un 6s, et 156 dollars pour le SE. La revue rappelle que le terminal d'Apple est assemblé dans sept usines - six en Chine et une au Brésil. Globalement, le coût de l'assemblage est estimé à 4 dollars par appareil par IHS, et 10 dollars par Jason Dedrick, de la Syracuse University. Aux États-Unis ? Ce coût monterait entre 30 et 40 dollars.

346 fournisseurs chinois



On pourrait d'abord croire que cette inflation est due au coût du travail, forcément plus élevé. En réalité, c'est surtout lié aux nouvelles dépenses logistiques engendrées par cette relocalisation de la production. Apple a en effet des fournisseurs dans 28 pays, dont 346 en Chine, 128 au Japon, 41 à Taïwan - sans oublier la Corée du Sud - mais seulement 69 aux États-Unis. Les usines géantes Foxconn sont donc des arbres qui cachent une forêt.


08470014-photo-apple-mit.jpg
Implantation des fournisseurs d'Apple - Crédit : MIT.


C'est encore plus compliqué si l'on descend d'une strate. Qualcomm, qui fournit le modem LTE de l'iPhone SE, est bien une entreprise américaine, mais dont les puces sont fabriquées par GlobalFoundries... dans d'autres pays tels que l'Allemagne ou Singapour. Pour cela, il faut des usines à plusieurs milliards de dollars, ce qui rend le coût de la main d'œuvre anecdotique dans la production globale, estime l'ingénieur du MIT Duane Boning.

Mais la question est-elle de fabriquer chaque composant de l'iPhone sur le sol américain ? Ce scénario est peu probable, pour des raisons de compétence. En matière d'écran par exemple, Apple n'y peut rien si LG, Samsung ou Sharp ne sont pas américains. Et il aura bien du mal à trouver un équivalent dans son pays. Interrogé sur la localisation de la production par Barack Obama, Steve Jobs avait déjà brandi les compétences plus que les coûts.

Quid des terres rares



Quoiqu'il en soit, les chercheurs au MIT ont tout de même imaginé ce scénario, qui ajouterait 30 à 40 dollars supplémentaires au coût de chaque iPhone. Les composants, c'est une chose, mais les matières premières qui les sous-tendent, c'en est encore une autre. Un iPhone demanderait 75 matériaux différents, comme la bauxite, qui n'est pas extraite du sol américain, mais qui est pourtant nécessaire pour obtenir l'aluminium si cher à Apple.


08470016-photo-apple-mit.jpg
Matériaux contenus dans l'iPhone - Crédit : MIT.


Pour ce qui est des terres rares, on en trouverait 85 % de la production mondiale en Chine. Vu de loin, on ne cerne pas forcément leur utilité. Si l'on prend le néodyme, comme l'illustre le MIT, il est par exemple utilisé dans le vibreur du téléphone, le micro, ou les hauts parleurs. Le lanthane, lui, est nécessaire à la caméra. En tenant compte des fournisseurs et des matériaux, la production en Chine est, de ce point de vue, assez logique.


En additionnant tout, le MIT estime le surcoût unitaire à 100 dollars. Quand on sait que la marge d'Apple est d'environ 40 %, et que l'écart entre le prix de vente d'un iPhone 6s et le prix de ses composants est de plus de 500 dollars, on se dit que l'entreprise pourrait très bien absorber ces 100 dollars. Sans compter que le scénario le plus extrême a été envisagé par le MIT. Si l'on ne rapatriait que la production, le surcoût ne serait pas si élevé.

Entre les robots et Trump



Il y a aussi l'emploi. Foxconn est le plus grand employeur du monde, avec 1,2 million de salariés. Cette masse salariale fluctue selon les besoins de la production, et permet à des dizaines de milliers de personnes, souvent issues des campagnes, de travailler. Mais là encore, la réalité est plus complexe. Fin mai, Foxconn a annoncé le remplacement de la moitié du personnel de l'une de ses usines par 60 000 robots. À terme, il vise le million...

Lorsqu'on s'interroge enfin sur la sortie de Donald Trump sur Apple, comme l'a fait Business Insider, on se demande si elle est totalement étrangère aux 150 000 dollars que Samsung lui a versés pour un discours.


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Audi fait la promotion de son e-tron... aux stations de recharge Tesla
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Le jeu de rôle anti-Brexit
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
Pampers se lance dans les

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top