Trump veut forcer Apple à produire aux USA

19 janvier 2016 à 15h19
0
Donald Trump ne s'est récemment épargné aucune sortie médiatique à fort retentissement. À croire qu'il en a fait un sport. La dernière en date : il a déclaré vouloir forcer Apple à produire sur le sol américain.

Donald Trump a encore frappé. En pleine campagne pour l'investiture républicaine, le milliardaire fait de nouveau parler de lui. Et comme souvent, ce n'est pas en termes très élogieux.

Celui dont la liste des déclarations explosives dépasse en taille le plus haut de ses buildings s'est cette fois fendu d'un discours encore très inspiré et dans lequel il met en cause Apple, fleuron du Nasdaq.

Ce qui énerve Trump chez la firme de Tim Cook ? Le fait de produire ses iPhone, iPad et autres MacBook et iMac en dehors du cher territoire qu'est le sien. « Nous avons tellement de personnes formidables dans ce pays : intelligentes, malignes, pleines d'énergie. Ils sont incroyables. J'ai dit que je voulais rendre l'Amérique formidable à nouveau, et je pense réellement que pour cela, nous devons faire revenir des choses ici... Nous allons contraindre Apple à fabriquer ses fichus ordinateurs aux États-Unis, et pas dans d'autres pays. »

08273002-photo-donald-trump-ban.jpg

Évidemment, une telle déclaration a pour but de flatter l'électorat qui déplore le nombre de chômeurs aux États-Unis, ou qui peste contre les conditions de travail des employés des usines de Foxconn. Et en évoquant la marque à la pomme, Trump s'assure de retombées médiatiques quasi assurées.

Mais la réalité, c'est qu'aucun président, pas même celui de la première puissance mondiale, ne peut forcer une entreprise à faire ce qu'elle ne souhaite pas, à savoir relocaliser (même si Apple a déjà entrepris de le faire, du moins en partie). Il peut subventionner (subventionner la première capitalisation boursière de la planète, quelle bonne idée !), il peut taxer aussi. Quitte à handicaper l'un des fers de lance de l'économie américaine. Dans tous les cas, il ne peut contraindre.

Quoi qu'il en soit, venant d'un des meilleurs représentants du capitalisme qui soient, une telle déclaration prend une tournure à la limite de la blague. Une fois de plus.

A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top