Corruption : Ericsson accepte de payer plus d'un milliard de dollars pour se sortir du bourbier

09 décembre 2019 à 14h57
8
Ericsson-logo.png

Le groupe suédois a trouvé un accord avec la justice américaine pour mettre fin à une enquête lancée après avoir versé des millions de dollars de pots-de-vin à divers pays.

Ericsson trainait l'affaire comme un boulet depuis plusieurs années. Le géant de matériels de télécommunications suédois était accusé de malversation pour avoir mis en place un système complexe de pots-de-vin destiné à renforcer ses activités dans son secteur phare. L'entreprise a accepté de payer plusieurs amendes pour un total dépassant le milliard de dollars, pour enterrer le dossier et se lever cette épaisse épine du pied.

Ericsson a vu venir...

Le groupe suédois, qui n'a pas nié les faits, a versé entre 2000 et 2016 plusieurs millions de dollars de pots-de-vin dans cinq pays : en Chine, en Indonésie, au Vietnam, à Djibouti et au Koweït. L'activité de corruption a permis à Ericsson d'augmenter ces profits. Mais la société a pu se mettre d'accord avec la justice américaine, pour mettre un terme à l'affaire.


Ericsson s'est ainsi engagée à payer 520 millions de dollars d'amende au pénal, comme le réclamait le ministère américain de la Justice, ainsi que 540 millions dollars au civil à la U.S. Securities and Exchange Commission, qui est l'équivalent de l'Autorité des marchés financiers française. La firme, qui collabore avec la justice américaine depuis 2013, avait tout prévu puisqu'elle avait déjà provisionné 1,2 milliard de dollars, en prévision du règlement de l'amende.

De juteux contrats décrochés grâce aux pots-de-vin

Avec le but de décrocher des contrats, Ericsson a versé des dizaines de millions de dollars en cadeaux divers sur le territoire chinois sur ces seize sombres années. À Djibouti, l'entreprise a transféré 2,1 millions de dollars de pots-de-vin à des hauts responsables du pays entre 2010 et 2014 en passant par une filiale, ce qui lui avait permis de signer un contrat lui rapportant plus de 20 millions de dollars. Toujours en passant par des filiales ou des sociétés obscures, Ericsson a versé 4,8 millions de dollars au Vietnam, 45 millions de dollars en Indonésie et 450 000 dollars au Koweït, ce qui avait permis au groupe suédois de décrocher un très lucratif contrat de 182 millions de dollars.


« Cela reflète un comportement extrêmement embarrassant et inacceptable dans le passé, et bien sûr, c'est une chose dont nous avons honte en tant qu'entreprise et dont j'ai personnellement honte », a réagi le PDG d'Ericsson, dans des propos relayés par nos confrères de Bloomberg. « Mais le règlement nous permet également de mettre un terme à un processus très long et de grande envergure qui nous permet maintenant d'aller de l'avant et de bâtir une entreprise beaucoup plus forte pour l'avenir », a-t-il poursuivi. Car c'est bien connu : l'argent ne fait pas le bonheur, mais dans le monde des entreprises, il efface bien des peines.

Source : Bloomberg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
BetaGamma
Seules les boites américaines ont le droit de corrompre et de donner des pots de vin. Cela s’appelle du business à l’américaine !
ariakas
Ce qui est intéréssant, c’est que la justice américaine fait gagner aux Etats Unis 1 milliards de $ sur le dos d’une compagnie Suedoise qui est coupable d’avoir versé des pots de vin à plusieurs pays mais pas les US.<br /> Que va devenir cette somme sinon dans la poche des US ?
ariakas
Elles n’ont pas le droit plus de corrompre, mais l’argent va au même endroit.<br /> Or c’est la question, où va cet argent des amendes et sanctions ?
gwlegion
je suis pas franchement pour la corruption …<br /> mais en quoi ca concerne le droit US ?<br /> ca aurais eté devant une cour internationale, pourquoi pas…<br /> mais de quoi les US se mellent ?<br /> A ce titre la, pourquoi la france en toucherais pas un peu ?<br /> Y’a un truc que je comprends pas
nicgrover
Parce que l’Oncle Sam est le gendarme du monde, de l’univers connu et inconnu…
haliway
fr.wikipedia.org<br /> Extraterritorialité du droit américain<br /> L'extraterritorialité du droit américain est l'application de lois votées aux États-Unis à des personnes physiques ou morales de pays tiers en raison de liens parfois ténus avec les États-Unis (utilisation de la monnaie américaine par exemple), elle couvre des champs aussi diversifiés que le contrôle des exportations sur les pays interdits, la fiscalité des personnes et la lutte contre la corruption.<br /> Elle est incarnée par le Department of Justice (DOJ). <br /> Un ensemble de lois permettent aux Etats...<br /> Tant qu´il n´y aura pas d´alternative au dollar et que les sociétés veulent faire du business aux U.S elles seront sous le feu de ces lois
gwlegion
merci, je ne connaissait pas cette loi … c’est juste une ineptie …<br /> il se donnent le droit d’appliquer leur droit partout dans le monde si leur monaie est utilisée …<br /> L’euro et le bitcoin ont de beaux jours devant eux…
Blackalf
« Orthorgraphe » ? <br /> A part ça matériels est bien le pluriel de matériel, matériaux à une autre signification qui n’est pas pertinente dans le cas présent : un matériau désigne toute matière utilisée pour réaliser un objet au sens large
Jacky67
Yrianna_X_Nehasiel:<br /> C’est des matériaux si jamais<br /> des matériaux de communication <br /> On n’est pas dans Star trek où ils utilisent des cristaux de communication…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Google Maps va vous indiquer les rues bien éclairées pour vos balades nocturnes
Idée cadeau de Noël : Pack Huawei Watch GT Active + écouteurs FreeLace à 179,99€
Tesla : son service connectivité premium devient payant, ce qui change vraiment
La Chine va retirer les PC et logiciels étrangers de son administration d'ici trois ans
TSMC démarrera la production de puces en 3nm en 2022
Tesla : la date de sortie du Cyberquad électrique confirmée par Elon Musk
TVA : 98% des marchands des marketplaces en France ne seraient pas immatriculés
Wonder Woman 1984 a un trailer (pas si rétro)
Haut de page