Des milliers d'emplois encore supprimés chez Ericsson ?

15 juin 2016 à 09h26
0
Environ 10% de la masse salariale pourrait être supprimée au sein de l'équipementier télécom suédois. De nouvelles mesures sociales seraient en cours chez Ericsson.

Selon des propos rapportés par la presse suédoise, entre 3 000 et 4 000 emplois pourraient être supprimés dans les prochaines semaines au sein de l'équipementier Ericsson. Le groupe enchaîne les programmes de restructuration. Après de premières mesures annoncées en 2015 visant à économiser 984 millions d'euros, la marque va réduire sa puissance.

Le nouveau plan d'économies porterait à nouveau sur plus de 900 millions d'euros avec à la clé de nouveaux licenciements. A terme, ce sont 15 000 emplois qui pourraient être touchés par les décisions successives de la direction. L'objectif étant pour l'équipementier télécoms de réduire ses coûts fixes.

Même s'il compte encore parmi les géants du marché des équipements réseau, le groupe suédois a maille à partir avec la concurrence. Alcatel-Lucent en tête (et son rapprochement avec Nokia) et Huawei représentent en effet les moteurs du secteur. Ericsson doit donc dégager de nouveaux relais de croissance dans un contexte difficile dans lequel les déploiements de téléphonie mobile 4G arriveront prochainement à maturité.

08472666-photo-ericsson.jpg


A lire également

Télécharger
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Sur Android, Facebook Messenger peut remplacer votre app SMS
iOS 10 permettra de
E3 2016 : découverte musclée de Ghost Recon Wildlands
Outlook : 10 trucs qui vous feront gagner du temps chaque jour
Les Snaps d'Ubuntu facilitant l'installation des applications se démocratisent
Apple brevette un écran de smartphone à 360°
E3 2016 : on a joué aux pirates dans Sea of Thieves
E3 2016 : A la découverte de l'Australie de Forza Horizon 3
E3 2016 : prise en main de Lego Star Wars : Le Réveil de la Force
E3 2016 : Yves Guillemot d'Ubisoft adresse un message à Vincent Bolloré
Haut de page