Troquer des informations privées contre des réductions vaut-il le "coût" ?

le 09 juin 2015 à 09h55
0
Consentir à ce que ses données personnelles soient utilisées en échange de réductions. Une promesse proposée par les services en lignes et autres vendeurs qui n'est toutefois pas toujours comprise par les utilisateurs. Aux Etats-Unis, une étude met en lumière l'incompréhension des consommateurs face à la manière dont sont utilisées leurs informations personnelles.

Pas moins de 91% des personnes interrogées contestent vivement l'assertion selon laquelle le fait d'échanger des informations personnelles (sans l'avoir autorisé) avec un professionnel afin d'avoir une promotion est un accord raisonnable. De même, 71% des sondés jugent que le fait de surveiller l'activité en ligne voire physique d'un client en échange d'une connexion Wi-Fi n'est pas normal.

0190000007766753-photo-protection-vie-priv-e.jpg


Enfin, ils sont plus de la moitié (55%) à estimer que le fait pour un professionnel d'établir un profil personnalisé afin d'améliorer des services qui leur sont destinés n'est pas acceptable. L'étude vient donc tordre le cou à l'idée selon laquelle les américains ont une idée très « libérale » quant à l'utilisation de leurs informations personnelles.

Selon le document (.pdf), ils ne sont donc qu'une minorité à accepter qu'un échange basé sur les données personnelles s'établisse entre un professionnel et son client. Pourtant, environ 43% des personnes acceptent cet accord donnant-donnant basé sur la possibilité de profiter d'une réduction, en échange d'informations sur le comportement d'achat, les habitudes de consommation...

Des consommateurs « résignés »



00C8000001952352-photo-vie-priv-e.jpg
Pour aboutir à ces résultats, les chercheurs de l'Université de Pennsylvanie et du New Hampshire ont interrogé plus de 1 500 personnes par téléphone ou e-mail. Ces dernières, âgées de 18 ans ou plus indiquent utiliser au moins de temps en temps les services en ligne. Pour expliquer la distorsion entre le fait d'accepter le partage d'informations malgré les réticences sur ce modèle, les chercheurs aboutissent à la conclusion selon laquelle les consommateurs se sont résignés.

Malgré le manque de données statistiques complètes sur cette résignation, les chercheurs estiment que plus de la moitié de ceux qui acceptent le partage de données le font sans réellement en connaître les conséquences. Ils étayent leur analyse en posant des questions simples à leur panel du type : un site peut-il appliquer des prix différents selon l'heure ou un magasin doit-il demander le consentement pour recueillir ce type d'informations.

Pour la première question, 62% des interrogés ne connaissaient pas les pratiques de jeu entre offre et la demande dans la fixation des prix. Enfin, 49% des américains interrogés pensaient à tort qu'un supermarché ne peut pas par défaut revendre des informations sur les habitudes de consommation à des sociétés agro-alimentaires.

Pour plus de compréhension, renforcer la transparence



Face à cet écart entre utilisation des données et service rendu à l'utilisateur, le rapport dresse plusieurs pistes d'amélioration. Les chercheurs demandent ainsi à ce que les pouvoirs public prennent mieux en compte les attentes et problèmes des utilisateurs. Pour cela, ils invitent les services en ligne à s'entendre sur une notion commune de « transparence ».

0190000007241970-photo-mobile-vie-priv-e.jpg


L'idée serait alors de pouvoir attribuer ou retirer des points à ces entreprises en fonction de leur capacité à laisser la main ou non aux utilisateurs quant aux données utilisées. Le rapport invite également les spécialistes de la question (juristes, spécialistes, blogeurs...) puissent disséquer les conditions d'utilisation pour mieux les diffuser au plus grand nombre.

L'objectif est ensuite de pouvoir recouper et partager ces informations par le biais du crowdsourcing. Une fois ces informations étudiées à la loupe, l'ambition est de pouvoir rendre intelligibles et compréhensibles par tous l'ensemble des conditions d'utilisation des services les plus utilisés.

Enfin, les chercheurs demandent à ce que les utilisateurs eux-mêmes puissent disposer d'un accès à leurs propres profils complets crées par les sociétés. Ils pourraient ainsi mieux comprendre la manière dont leurs informations sont utilisées.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Anthem : en difficulté, BioWare met sa feuille de route en pause pour réparer son jeu
Brave lance la première régie publicitaire centrée sur le respect de la vie privée
Meizu lance le 16s : un smartphone ultra premium à prix cassé
Sono Sion, la voiture électrique rechargeable à l'énergie solaire, sera construite dans des usines suédoises
L'app e-santé Google Fit est disponible sur iOS
Airbnb veut produire des émissions pour inviter les voyageurs... au voyage
Démonté sur YouTube, le Huawei P30 montre son zoom périscopique
5G : Theresa May ignore les États-Unis et autorise Huawei (partiellement)
Tesla accuse une perte nette de 700 millions dans ses résultats financiers du 1er trimestre
Honor perd un prototype dans un train en Allemagne et offre 5000 € pour son retour
Comparatif 2019 : quel est le meilleur vidéoprojecteur ?
🎯 French Days 2019 : plus que quelques heures avant le Black Friday à la française !
Apex Legends : EA cesse de payer les streamers, les diffusions baissent de 75% sur Twitch
 Ford investit 500 millions dans Rivian : un nouveau véhicule électrique en approche
Peu avant sa sortie, Days Gone annonce déjà son premier DLC (mais il est gratuit)
scroll top