Wikimédia doute du bien-fondé de la loi contre les contenus haineux, bientôt discutée au Sénat

06 décembre 2019 à 12h20
0
Wikipedia
© Ink Drop / Shutterstock.com

La branche française de l'encyclopédie en ligne pense que la loi AVIA n'effacera pas les problèmes de la société, mais ne fera que les masquer. Elle serait, en gros, l'arbre qui cache la forêt de la haine sur Internet.

Le 9 juillet dernier, la loi AVIA, visant à lutter contre la haine sur Internet, fut largement adoptée par l'Assemblée nationale, avec 433 voix pour, 33 contre et 69 abstentions. Le point phare de la loi, proposée par la députée de la majorité Laetitia AVIA en mars 2019, réside dans son article 1er, qui impose une obligation de retrait des contenus haineux et illicites sous 24 heures. En cas de non-respect, la plateforme concernée est susceptible de se voir adresser - si manquements répétés il y a - une amende de 4 % sur son chiffre d'affaires annuel. La loi, qui va être examinée par la commission des lois du Sénat le 11 décembre, ne séduit pas Wikimédia, l'association qui milite pour le libre partage de la connaissance au travers des projets Wikimédia (Wikipédia, le Wikitionnaire, Wikimédia Commons, Wikidata, etc.).

Wikimédia pointe le vandalisme de la plateforme Wikipédia causé depuis les établissements scolaires

La célèbre encyclopédie en ligne, devenue l'un des piliers d'Internet, s'inquiètent des « conséquences de cette course-poursuite pour effacer au plus vite les contenus manifestement illicites », et se demande si nous allons assister à « une baisse ou une hausse de la haine en ligne ? ». La loi semble en tout cas favoriser l'immédiateté du retrait du contenu haineux, plutôt que la justice.


Pour le justifier, Wikimédia livre une étude de cas de la plateforme, « très vandalisée », selon ses propres termes. L'encyclopédie universelle nous explique que dans la grande majorité, les traces de ce vandalisme sont effacées sans que le public n'y prête attention. Dans de nombreux cas, ces incursions ont lieu depuis des établissements scolaires, comme des collègues ou lycées. « Face à cela, la réaction a été d'effacer le plus vite possible ces problèmes, sans lutter contre la cause », fait remarquer Wikimédia.

La crainte d'une loi aux effets pervers

Wikipédia possède une équipe de bénévoles chargés de surveiller les modifications et créations de pages, de réparer les articles, d'alerter les rédacteurs mais aussi de bloquer et de bannir au quotidien, sans le scander en public. « Et ce, depuis des années », note-t-elle.
La plateforme est devenue, malgré elle, un annuaire d'adresses IP d'établissements scolaires (13 259 adresses pour la version francophone de Wikipédia). « En analysant les 500 blocages intervenus entre le 25 et le 29 novembre, on dénombre 54 blocages d'IP scolaires », rapporte l'équipe de l'encyclopédie.

Wikipédia-étude-de-cas-1.png
Exemple de vandalisme (© Wikipédia)


Blanchiment d'article, insulte et dénigrement envers le personnel d'un établissement scolaire, règlement de comptes avec un camarade... les établissements scolaires sont essentiels à Wikipédia, qui mène avec eux de multiples expériences pédagogiques, mais ils demeurent une source réelle et sérieuse de vandalisme, méconnue du grand public.

Et ce que nous explique Wimipédia, c'est que la loi AVIA n'y changera rien et pourrait même accroître la haine en ligne, « encouragée par l'absence de poursuites de l'auteur et le masquage des messages », justifie-t-elle. Car au final, les contenus sont souvent effacés rapidement, étant invisibles pour le public. « Seuls quelques techniciens connaîtront l'envers du décor et le véritable état de notre société », indique la plateforme, presque fataliste.

Source : Wikimedia
Modifié le 06/12/2019 à 18h04
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top