Les réseaux sociaux peuvent-ils jouer sur l'élection présidentielle ?

01 juin 2018 à 15h36
0
Outre les médias traditionnels, nombre de citoyens français seront amenés à suivre les réseaux sociaux pour s'enquérir des dernières informations lors de la journée de vote pour l'élection présidentielle. Toutefois, la publication (ou republication) de tout sondage ou estimation sur les résultats du scrutin est interdite avant 20h, même sur Internet.

00FA000003030818-photo-elections-regionales.jpg
En 2007, certains sites étrangers francophones avaient profité du fait de ne pas être soumis aux règles électorales françaises pour publier avant la fermeture des bureaux de vote des estimations sur les premiers résultats du scrutin. Une situation qui avait mis en lumière le fait que la diffusion d'informations sur le Web est plus difficile à encadrer.

En 2012, Facebook compte 25 millions d'utilisateurs en France selon le réseau social et Twitter environ 2,5 millions (selon des estimations). La donne a donc été modifiée et les outils de communication instantanée aidant, les informations peuvent désormais circuler plus rapidement.

Un changement qui a été pris en compte par la Commission Nationale de contrôle de la Campagne électorale en vue de l'Election présidentielle. Cette dernière a rappelé à chacun ses obligations en précisant que la loi « interdit toute forme de publication, de diffusion, de commentaire de ces sondages et estimations, quel que soit le mode de communication utilisé ». Dans une note publiée sur le sujet, l'autorité vise directement Internet (sites et blogs) ainsi que les réseaux sociaux et rappelle qu'en vertu de l'article L. 90-1 du code électoral, tout contrevenant risque une sanction pouvant aller jusqu'à 75 000 euros d'amende.

En effet, l'article L.52-2 du même code précise qu' : « aucun résultat d'élection, partiel ou définitif, ne peut être communiqué au public par la voie de la presse ou par tout moyen de communication au public par voie électronique ». La disposition est stricte mais nécessaire estime Thibaut Adeline-Delvolve, avocat spécialisé en droit électoral. Il précise : « on ne peut pas influencer le vote des citoyens, il est donc sain que chacun puisse s'exprimer de façon neutre, sans influence extérieure ».

Le retweet, tu éviteras

On peut donc aisément imaginer qu'un simple message ou retweet publié sur les réseaux sociaux par plusieurs centaines d'utilisateurs établis en France soit condamnable. Le spécialiste ajoute : « lorsque l'infraction est constituée, le fait que les personnes qui violent la loi soient nombreuses n'est pas une cause d'atténuation de l'infraction. Chacun est soumis à la même sanction. Toutefois, il revient aux tribunaux d'apprécier si l'effet de masse doit conduire à la clémence ou à la sévérité ».

En attendant, la solution pourrait passer par la signature d'accords internationaux dans lesquels chaque média d'un pays s'engagerait à respecter les règles d'un autre. A défaut, il pourrait encourir les mêmes peines que celles prévues dans le code électoral national. Pour l'instant, ce type d'initiative ne semble pas à l'ordre du jour et le secrétaire général de la Commission des sondages a rappelé au site Le Point qu'« à partir du moment où l'information est diffusée sur le territoire français, l'infraction est constituée. Les médias belges et suisses sont susceptibles de poursuites ». A défaut de respecter cette obligation, le parquet pourrait donc bien être saisi...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Path confirme la levée de 30 millions de dollars
Etude Hadopi : DDL & Streaming pèseraient de 50 à 70 millions d'euros par an
SabPub : un nouveau trojan agressif sur Mac
Asus VG23A : un moniteur 3D passif à dalle IPS
Bing Translator : une mise à jour pour Windows Phone 7
Intel SSD 330 Series : hautes performances abordables
Entente sur les prix des livres électroniques : Amazon grand gagnant de l'affaire ?
Intel : des tablettes Windows 8 rivalisant avec l'iPad ?
Insolite : deux candidats à la présidentielle jouent avec le Konami Code
Le WD VelociRaptor passe à 1 To : dernier baroud d'honneur ?
Haut de page