Le poison de la "réunionite", et comment en guérir

Céline Deluzarche
31 mai 2016 à 07h44
0

Les réunions peuvent faire perdre un temps considérable pour une efficacité souvent contestable. D'où vient cette habitude et quels moyens mettre en oeuvre pour s'en sortir ?


Tous les matins, Hélène assiste à une réunion pour faire le point sur les projets en cours et les « points de blocage ». « Chacun expose son point de vue et on ressort en se demandant ce pour quoi on est venu », soupire cette cadre dans une grande entreprise de télécoms. « Les managers ne viennent même plus aux réunions et nos remarques restent lettre morte ».

Il ne se passe pas quelques mois sans qu'une nouvelle étude mette en évidence la perte de temps et d'argent générée par les réunions inutiles. Le cabinet Wolf management consulting estime par exemple qu'un cadre assiste en moyenne à 61,8 réunions par mois. La société Perforny, autoproclamée « expert antiréunionite », estime pour sa part que sur une carrière de 40 ans, un cadre en passe 16 en réunion ! Elle propose même sur son site un test pour savoir si vous êtes atteint du fameux syndrome SAA (Syndrome d'Acceptation Automatique) et un calculateur de coût. Une réunion hebdomadaire d'1h30 avec 8 participants revient par exemple à 33 700 euros par an.

0258000008397146-photo-reunion.jpg


Un rituel dénué d'efficacité... mais qui sert de norme sociale



Ces réunions peuvent s'avérer improductives et se transformer en corvée pour la plupart des participants. Selon le sondage Ifop de 2015, 23% des cadres commencent à perdre le fil des discussions après 30 minutes et seuls 37% tiennent 1 heure ou plus. Du coup, 81% d'entre eux s'occupent en faisant autre chose, comme lire leurs courriels, envoyer des textos ou même jouer à Candy Crush sur leur téléphone.

0258000008444288-photo-pr-sentation-powerpoint-r-union-bureau.jpg


Comment dès lors expliquer que les réunions continuent malgré tout à s'enchaîner dans la plupart des entreprises ? Peut-être à cause du SAA, le « Syndrome d'Acceptation Automatique » (« Mindless acceptance syndrome » ou MAS en anglais), défini par le consultant David Grady. Ce syndrome fait que vous vous sentez obligé de répondre « oui » lorsque vous êtes convié à une réunion de travail alors que vous ne savez même pas de quoi on va parler et que vous n'êtes pas vraiment concerné.

De fait, 25% des cadres avouent arriver en réunion sans connaître l'ordre du jour, rapporte un sondage Ifop pour Wisembly. D'autre part, participer à une réunion aide à se sentir « important » dans l'entreprise.

Le projet collaboratif plutôt que la réunion



Des conseils de bon sens pour mettre fin à ces réunions chronophages, comme centrer celles-ci sur la prise de décision et non sur la discussion, établir un ordre du jour précis, bannir les réunions de « routine » comme la fameuse « réunion du lundi », vérifier que les personnes clés seront bien présentes et se fixer un horaire précis à respecter.

Outre ces sages conseils, la « réunionite » peut également se soigner par la technologie. L'application la plus connue et la plus utilisée, Slack, permet d'échanger des messages dans des groupes dédiés. On peut également y partager des fichiers et y connecter d'autres services comme Google Docs ou Twitter. Idéal pour suivre l'avancement d'un projet ou solliciter l'avis de ses collègues sans avoir recours à une réunion physique. Comme les espaces sont thématiques, plus de risque de se trouver coincé dans une réunion qui ne vous concerne pas. Le style des échanges y serait également plus direct, selon ses utilisateurs, évitant le blabla et la langue de bois habituelle de certains managers.

0258000008433844-photo-slack.jpg


D'autres outils comme Trello (tableaux de bord), Proofhub (organisation de projets) ou Basecamp (outils de travail collaboratif) sont également très appréciés des entreprises. Mais attention : le numérique n'est pas forcément synonyme de gain de temps. « Mon tableau de bord est surchargé de tâches et de projets auxquels on m'associe sans aucune raison », peste Youssef, chef de projet informatique chez un constructeur automobile.

Malgré ces contraintes, des astuces existent donc. Pour raccourcir vos réunions physiques : supprimer les chaises ! Les réunions sont 34% plus courtes lorsqu'on est debout que confortablement assis dans son fauteuil, selon une étude américaine.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
scroll top