Taxe GAFA britannique : le gouvernement pourrait jeter l'éponge

24 août 2020 à 12h35
7
gafa.png

Officiellement en vigueur depuis le mois d'avril, la version « british » de la taxation sur les géants du numérique pourrait ne pas survivre, pour éviter de nuire aux relations entre le Royaume-Uni et les États-Unis, dans un contexte houleux.

Au début de l'année, avant que n'éclate la crise de coronavirus , la France avait annoncé la suspension de sa taxe GAFA nationale, non sans mettre la pression sur les États-Unis et en poussant, en parallèle, pour qu'un accord puisse être trouvé au sein de l'OCDE. Le voisin britannique, qui a introduit sa version de la taxe au mois d'avril, pourrait supprimer la sienne, même si, pour l'instant, le gouvernement dément cette éventualité.

Une taxe qui ne rapportera « que » 500 millions de livres sterling chaque année

Ce week-end, outre-Manche, le Mail on Sunday a fait des révélations fracassantes, évoquant l'intention du ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, de laisser tout simplement tomber la taxe sur les géants du numérique, pourtant introduite il y a quelques mois sur une base de 2% des revenus britanniques des réseaux sociaux, des e-commerçants et des moteurs de recherche majeurs.

Les dirigeants du Royaume-Uni considéreraient que la taxe ne rapporte pas suffisamment d'argent. Celle-ci est censée, selon les estimations des économistes du pays, générer 500 millions de livres sterling de revenus chaque année, soit un peu plus de 500 millions d'euros. Une goutte d'eau, en sachant que les Britanniques se sont constitués une nouvelle dette de 200 milliards de livres sterling pour supporter la crise du Covid-19.

Autre argument évoqué par le média britannique, abandonner la taxe GAFA locale éviterait de nuire aux relations commerciales entre la Grande-Bretagne et les États-Unis dans un contexte pandémique et post-Brexit, et éviter ainsi le couac franco-américain, causé en partie par la suspension et non la suppression de la taxation française. Sauf que le gouvernement britannique a en partie démenti ces informations.

Le Trésor rappelle que la taxe n'est que « provisoire »

Dimanche, un porte-parole de la chancellerie de l'Échiquier, c'est-à-dire du ministère de l'Économie, a rappelé que par définition cette taxe GAFA ne serait que temporaire. « Nous avons clairement indiqué qu'il s'agissait d'une taxe temporaire qui sera supprimée une fois qu'une solution mondiale adaptée sera mise en place. Nous continuons de travailler avec nos partenaires internationaux pour atteindre cet objectif », a-t-il affirmé.

Toutefois, si pour l'heure la taxation du numérique reste officiellement en vigueur sur le sol britannique, n'oublions pas que Rishi Sunak avait co-signé une lettre écrite avec le ministre français, italien et espagnol des Finances, en juin dernier, pour appeler les géants du secteur, parmi lesquels Facebook, Google et Amazon, à verser davantage d'impôts, après avoir gonflé leurs bénéfices en pleine crise sanitaire.

Si on devine sans doute la part d'intox dans le discours des autorités britanniques, qui ne veulent pas froisser l'allié américain, les États-Unis ont en tout cas annoncé la couleur il y a plusieurs semaines désormais, en se désengageant au moins provisoirement des discussions menées à l'OCDE, sur lesquelles des pays comme la France comptent beaucoup pour parvenir à un accord global qui ne froisserait alors aucune partie.

Source : The Guardian

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
8
Oncle_Picsou
Petit rétropédalage et baissage de froc en règle, le roquet rentre bien sagement à la niche lorsque son maitre lui ordonne.
cyrano66
que 500 millions les gars !!<br /> Ramené au 4 millions d’enfants britanniques qui vivent sous le seuil de pauvreté ça ne fait que 125 livres par tête. Ils ne pourront même pas se payer le plat du jour au Gordon Ramsay.<br /> Non vraiement ça vaut pas le coup. On va pas se fâcher pour ça.
cirdan
Oui, et en plus c’est pour favoriser un accord bilatéral dans lequel ils vont sans doute se faire tondre par les américains qui ne signeraient jamais un accord dans lequel ils n’ont rien à gagner.
burnit
Comme si le gouvernement était dévoué au tâches ménagère pour le bien de la population. Le vrai ménage il devrait commencer par la racine, à l’intérieur même du gouvernement, alors tout deviendra pur à l’extérieur.<br /> En espérant que j’ai toujours le droit de penser, quoi qu’en mal, quoi qu’en bien d’après l’expérience vécu depuis 40 ans dans le monde.
notolik
A peine sorti de l’Europe que déjà leur pays est à la disposition des USA…
cirdan
Les Etats-Unis ne s’embarrassent pas de telles subtilités, leur attitude pour contraindre la Chine est bien plus directe.<br /> Reste à voir si les prochaines élections vont changer les choses et s’ils vont, enfin, réfléchir aux conséquences de leurs actes.
paulposition
notolik:<br /> A peine sorti de l’Europe que déjà leur pays est à la disposition des USA…<br /> L’Angleterre a TOUJOURS été le cheval de Troie de l’Amérique, en UE. A ce niveau, rien ne change entre avant Brexit, et après Brexit; Le gouvernement britannique a toujours été d’accord avec les consignes ( ou meme les ordres a peine voilés ) des USA
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le bracelet connecté Huawei Band 4 en vente flash chez Amazon !
Eli Zero : ce quadricycle électrique devrait arriver fin 2020 en Europe
L'écran Samsung 24
Epic VS Apple : Microsoft défend l'Unreal Engine et évoque la prise en charge de Forza
L'usine française de la Smart électrique rachetée par Ineos pour son SUV ?
La nouvelle Volkswagen Golf reçoit deux versions hybrides
Le pack rentrée PC Portable HP 15
La GeForce RTX 3090 en photo à côté d'une 2080... qui paraît toute petite
Pour la rentrée, Logitech baisse le prix de sa souris sans fil G305 HERO chez Amazon !
Corsair va entrer en Bourse avec 100 millions de dollars pour cible
Haut de page