Comparatif des meilleurs PC portables Asus (2020)

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
13 novembre 2020 à 16h24
0

Sixième plus gros vendeur de PC au monde en 2019, derrière Acer, avec 5,5% de parts de marché selon Gartner, le taïwanais ASUS compte parmi les leaders du secteur. En France, le constructeur brille surtout par sa position dominante sur le terrain des PC portables taillés pour le Gaming, mais reste dans l'ombre de Dell, HP ou encore Lenovo sur les laptops traditionnels et les ultraportables.

Le meilleur pour voyager

ASUS ZenBook 14 UX434FA-A5047T

Le meilleur pour voyager

  • Format compact et belle qualité d'assemblage
  • Un appareil puissant, grâce à son processeur Intel de dernière génération
  • Un clavier agréable
Le meilleur pour travailler

ASUS ZenBook Pro Duo UX581V

Le meilleur pour travailler

  • Un duo d'écrans inédit sous cette forme et pertinent à l'usage
  • Une dalle OLED superbe en guise d'écran principal
  • De bonnes performances en montage comme en jeu
Le meilleur pour jouer

ASUS ROG Zephyrus S GX701GWR

Le meilleur pour jouer

  • Écran IPS 1080p / 300Hz convaincant
  • Une machine taillée pour l''eSport et le gaming sans véritables concessions
  • Esthétique qui dénote... et plaira à certains

ASUS n'en reste pas moins une marque à surveiller de très près ne serait-ce que pour la diversité des produits qu'elle propose. Nous avons décidé de vous proposer une sélection restreinte à trois modèles qui ont su retenir notre attention de par leurs caractéristiques techniques et leur positionnement sur un marché on ne peut plus chargé. Cette sélection d'appareils n'a pas pour vocation de refléter la richesse des gammes proposées par le géant asiatique, mais pourra vous convaincre si vous cherchez un ordinateur portable pour voyager, travailler ou jouer.

À dessin, nous avons limité notre sélection à ces trois axes, qui représentent selon nous les usages les plus courants des utilisateurs de laptops. Il s'agit par ailleurs de la structure que nous avons choisi d'adopter pour l'ensemble de nos derniers comparatifs sur ce segment. Nous tacherons ici de vous proposer un bref résumé des forces et faiblesses de chacun des trois modèles présentés et de vous informer le plus clairement possible sur sur leurs fiches techniques respectives. Vous trouverez également, le cas échéant, un lien vers nos tests dans le cas des appareils ayant fait l'objet d'un passage en revue complet dans nos colonnes.

1. ASUS ZenBook 14 UX434FA-A5047T

ASUS ZenBook 14 UX434FA-A5047T Le meilleur pour voyager
  • Format compact et belle qualité d'assemblage
  • Un appareil puissant, grâce à son processeur Intel de dernière génération
  • Un clavier agréable
Un compagnon de voyage diligent, à l'écran perfectible

En dépit de quelques petites faiblesses et d'un écran que l'on aimerait plus lumineux, le ZenBook 14 UX434FA d'ASUS ne souffre pas de défaut majeur. Facile à transporter, puissant et élégant avec une robe en aluminium bleue, l'appareil profite d'une très belle qualité d'assemblage.

Son prix de 1199 euros le rend par ailleurs compétitif face aux célèbres XPS 13 de Dell, qui profitent néanmoins d'une enveloppe plus compacte encore et d'une autonomie supérieure sur le papier. On ne conseillera toutefois pas l'appareil pour son seul écran secondaire qui, bien qu'amusant et pratique dans certains cas, est loin d'être aussi utile qu'ASUS veut bien le dire... et pour cause, ce dernier n'est soutenu que par un nombre restreint d'applications.

Un compagnon de voyage diligent, à l'écran perfectible

En dépit de quelques petites faiblesses et d'un écran que l'on aimerait plus lumineux, le ZenBook 14 UX434FA d'ASUS ne souffre pas de défaut majeur. Facile à transporter, puissant et élégant avec une robe en aluminium bleue, l'appareil profite d'une très belle qualité d'assemblage.

Son prix de 1199 euros le rend par ailleurs compétitif face aux célèbres XPS 13 de Dell, qui profitent néanmoins d'une enveloppe plus compacte encore et d'une autonomie supérieure sur le papier. On ne conseillera toutefois pas l'appareil pour son seul écran secondaire qui, bien qu'amusant et pratique dans certains cas, est loin d'être aussi utile qu'ASUS veut bien le dire... et pour cause, ce dernier n'est soutenu que par un nombre restreint d'applications.

Compact, élégant et performant grâce à des processeurs Intel de 10ème génération « Comet Lake », le ZenBook 14 UX434FA compte parmi les modèles les plus séduisants du constructeur taïwanais. Sa particularité ? Un second écran de la taille d'un smartphone lui sert de trackpad !

Lancé sur la seconde moitié de l'année 2019, cette variante du ZenBook 14 d'ASUS prend la forme d'un ultraportable de 14 pouces aux dimensions compactes et à la fiche technique bien garnie. Avec 32 cm de largeur, 20 cm de profondeur et moins de 2 cm d'épaisseur, il entrera dans un sac et pourra vous accompagner sans mal dans vos déplacements, d'autant que son poids n'excède pas 1,26 kilo.

Un bon processeur, mais pas de puce graphique dédiée

Pour ce modèle (et attention aux nombreuses variantes de ZenBook 14 disposant de processeurs d'ancienne génération) ASUS mise sur des puces Intel de 10ème génération « Comet Lake », gravées en 14 nm (et non en 10 nm comme les puces Ice Lake, plus récentes de conception). Proposé à un tarif recommandé de 1199 euros, le modèle que nous avons retenu embarque ainsi un Core i7-10510U comprenant 4 cores et 8 threads cadencés entre 1,8 et 4,9 GHz. Une puce puissante qui conférera une certaine polyvalence à l'appareil en utilisation bureautique et multimédia, mais aussi en montage vidéo occasionnel, par exemple.

Attention par contre à l'absence de carte graphique dédiée sur ce modèle, qui se contente uniquement de l'iGPU compris avec le processeur d'Intel. Inutile d'espérer lancer des jeux en 1080p sur cette configuration, qui n'est clairement pas adaptée. On hérite en revanche de 512 Go de SSD et de 16 Go de mémoire vive, ce qui permettra à l'appareil d'avoir une certaine marge de manoeuvre sur ce terrain, d'autant que la concurrence mise encore souvent sur 8 Go de RAM seulement.

Un écran qui manque un peu de luminosité

Côté écran, ASUS opte pour une dalle IPS 1080p de 14 pouces limitée à 300 nits, ce qui s'avère un peu juste. En matière d'autonomie, on retrouve une batterie de 50 Wh, permettant selon ASUS de tenir toute une journée. Il faudra dans les faits plutôt tabler sur 6 à 8 heures sur batterie en fonction de l'utilisation et de l'allumage ou non du second écran.

Car oui, le ZenBook 14 UX434FA a pour particularité d'intégrer, à la place du traditionnel trackpad, un écran secondaire de 5,5 pouces (soit la taille d'un petit smartphone). Un peu gadget, ce dernier est toutefois soutenu par certaines applications comme Spotify ou encore Evernote. Il permettra d'accroitre la productivité dans une certaine mesure... n'en attendez pas trop tout de même.

2. ASUS ZenBook Pro Duo

ASUS ZenBook Pro Duo UX581V Le meilleur pour travailler
  • Un duo d'écrans inédit sous cette forme et pertinent à l'usage
  • Une dalle OLED superbe en guise d'écran principal
  • De bonnes performances en montage comme en jeu
Un poids lourd taillé pour le montage vidéo...

Performant, atypique, utile et globalement élégant malgré un gabarit massif, le ZenBook Pro Duo est de ces appareils qui ne laissent pas indifférent. Sans réinventer le laptop, ASUS et son terminal rendent pour la première fois (selon nous) l'intégration d'un écran supplémentaire pertinente sur PC portable.

Aidé d'une surcouche logicielle plutôt bien pensée (mais pas dénuée de bugs), le « ScreenPad Plus » parvient à se rendre utile et plaisant lorsqu'il s'agit d'être productif. Les créatifs sauront à n'en point douter en faire bon usage. Reste la différence d'affichage entre cet écran LCD et l'écran principal OLED qui saute aux yeux sans toutefois s'avérer gênante une fois qu'on s'y est habitué.

Mais au delà de l'atout indéniable que représente son concept, le ZenBook ne souffre d'aucun défaut rédhibitoire pour l'utilisation ciblée... et c'est peut-être là son principal point fort. Attention toutefois à bien prendre en compte sa taille et son poids, ainsi que son prix pour le moins prohibitif. La chauffe constatée sur l'appareil mérite aussi d'être gardée en tête en vue d'un éventuel achat...

Un poids lourd taillé pour le montage vidéo...

Performant, atypique, utile et globalement élégant malgré un gabarit massif, le ZenBook Pro Duo est de ces appareils qui ne laissent pas indifférent. Sans réinventer le laptop, ASUS et son terminal rendent pour la première fois (selon nous) l'intégration d'un écran supplémentaire pertinente sur PC portable.

Aidé d'une surcouche logicielle plutôt bien pensée (mais pas dénuée de bugs), le « ScreenPad Plus » parvient à se rendre utile et plaisant lorsqu'il s'agit d'être productif. Les créatifs sauront à n'en point douter en faire bon usage. Reste la différence d'affichage entre cet écran LCD et l'écran principal OLED qui saute aux yeux sans toutefois s'avérer gênante une fois qu'on s'y est habitué.

Mais au delà de l'atout indéniable que représente son concept, le ZenBook ne souffre d'aucun défaut rédhibitoire pour l'utilisation ciblée... et c'est peut-être là son principal point fort. Attention toutefois à bien prendre en compte sa taille et son poids, ainsi que son prix pour le moins prohibitif. La chauffe constatée sur l'appareil mérite aussi d'être gardée en tête en vue d'un éventuel achat...

Sans commune mesure sur le marché, le ZenBook Pro Duo est l'appareil qu'il vous faut si vous souhaitez vous faire remarquer au bureau. Il est aussi l'un des laptops les plus pertinents pour les créatifs à l'heure actuel. Pourquoi ? Parce qu'en plus d'une configuration solide, il embarque un écran OLED 4K complété d'une dalle secondaire LCD IPS (4K elle aussi) logée en longueur juste au-dessus du clavier..

Nous l'avons testé en fin d'année dernière, le ZenBook Pro Duo est un véritable ovni, doublé d'un excellent PC et d'une machine de travail pertinente pour les professionnels exigeants, ayant l'utilité d'un écran secondaire. De taille généreuse (14 pouces) et infiniment plus pratique et intéressant à l'usage que la TouchBar d'un MacBook Pro ou que l'écran « trackpad » du ZenBook 14, le « ScreenPad Plus » du ZenBook Pro Duo est facile à exploiter et parfaitement intégré au design de l'appareil. Une surcouche logicielle développée par ASUS permet d'en tirer rapidement profit en montage ou en retouche photo.

Il s'avère aussi, mais dans une moindre mesure, plaisant en jeu pour afficher des fenêtres et / ou applications supplémentaires (outils de monitoring, Spotify, explorateur de fichier...). Cet écran annexe peut ainsi servir comme moniteur secondaire complètement indépendant, ou être utilisé comme une extension de l'espace d'affichage de la dalle principale OLED 4K de 15,6 pouces. Ce « ScreenPad Plus » a par ailleurs l'avantage d'être reconnu par Windows 10 comme un écran secondaire à part entière. Exactement comme si vous branchiez un moniteur externe à l'appareil.

Une fiche technique copieuse, parfaite pour travailler

Si le ZenBook Pro Duo est tout à fait à l'aise en jeu, c'est surtout en montage vidéo, en calcul et en retouche photo qu'il nous paraît être en mesure de dévoiler le plein potentiel de son concept définitivement atypique. On y retrouve un Intel Core i7-9750H (6 cores et 12 threads cadencés entre 2,6 et 4,5 GHz ; 12 Mo de cache), couplé à 32 Go de mémoire vive (DDR4 2666 MHz, non extensible) et à une RTX 2060 MaxQ 6 Go. 1 To de SSD est par ailleurs compris, au même titre qu'une connectique convenable (1 port Thunderbolt 3 USB-C, jusqu'à 40 Gb/s et DisplayPort ; 2 x USB 3.1 Gen 2 Type-A, Jusqu'à 10 Gb/s ; 1 port HDMI 2.0 ; 1 prise jack 3,5 mm)

Grosse configuration rime souvent avec chauffe sur ce type de machines, le ZenBook Pro Duo ne fait malheureusement pas exception à la règle avec une baisse automatique des fréquences du processeur détectée lorsque ce dernier était fortement sollicité. Dommage, puisque la puce d'Intel se trouvait parfois bridée par cette surchauffe. Difficile toutefois d'en tenir vraiment rigueur au produit : ce problème touche l'immense majorité des laptops gaming et création actuels.

Châssis plaisant, assemblage sérieux... mais appareil (très) volumineux !

Le ZenBook Pro Duo n'est clairement pas ce que l'on pourrait appeler un appareil portable... nous le qualifieront simplement de « déplaçable ». Avec 2,5 kilos sur la balance et des dimensions assez imposantes (35,9 x 24,6 x 2,4 cm), le PC n'est pas de ceux que l'on aura plaisir à emmener avec soi partout. Il faut plutôt le voir comme une station de travail polyvalente que l'on pourra utiliser lors de déplacements occasionnels. D'ailleurs, ASUS fournit un repose poignet détachable conçu pour palier à la présence d'un clavier situé sur le bord inférieur du châssis. De quoi améliorer considérablement le confort à l'utilisation, au prix toutefois d'un encombrement encore accentué.

Pour le reste, le clavier est très agréable et l'assemblage global du produit respire le sérieux et la solidité. Evoquons enfin la question de l'autonomie, correcte pour ce segment du marché, avec 5 heures en utilisation variée et 4 heures en lecture vidéo. Il faudra toutefois impérativement brancher le laptop à une prise secteur pour bénéficier de toute la puissance de ses composants. Rien d'anormal sur ce type d'appareils.

3. ASUS ROG Zephyrus S GX701GWR

ASUS ROG Zephyrus S GX701GWR Le meilleur pour jouer
  • Écran IPS 1080p / 300Hz convaincant
  • Une machine taillée pour l''eSport et le gaming sans véritables concessions
  • Esthétique qui dénote... et plaira à certains
Le laptop suprême pour les amateurs d'eSport

Le ROG Zephyrus S GX701GWR (GX735) est une belle machine, c'est indéniable, mais la concurrence n'est pas à ignorer. Le produit d'ASUS est en effet positionné sur un segment très achalandé en appareils performants et profitant de châssis, certes plus épais, mais plus robustes et capables d'une dissipation supérieure. Citons par exemple le Predator Triton 500 d'Acer, que nous testions à la rentrée.
Outre l'offre de la concurrence, le Zephyrus S GX701GWR se traine quelques casseroles gênantes, comme un clavier mal placé et peu agréable en jeu, un système de dissipation perfectible (et la surchauffe qu'il entraîne), ou encore une base dépliable qui fragilise une partie du châssis une fois l'ordinateur ouvert. Des lacunes heureusement compensées par un écran IPS maîtrisé et convaincant, de bonnes performances dans l'absolue, un design relativement sobre et une connectique généreuse. Suffisamment pour convaincre ? Oui, mais pas entièrement, d'autant que le prix tutoie ici gentiment le seuil des 3000 euros. Nous estimons qu'ASUS devrait faire encore mieux pour ce budget.

Le laptop suprême pour les amateurs d'eSport

Le ROG Zephyrus S GX701GWR (GX735) est une belle machine, c'est indéniable, mais la concurrence n'est pas à ignorer. Le produit d'ASUS est en effet positionné sur un segment très achalandé en appareils performants et profitant de châssis, certes plus épais, mais plus robustes et capables d'une dissipation supérieure. Citons par exemple le Predator Triton 500 d'Acer, que nous testions à la rentrée.
Outre l'offre de la concurrence, le Zephyrus S GX701GWR se traine quelques casseroles gênantes, comme un clavier mal placé et peu agréable en jeu, un système de dissipation perfectible (et la surchauffe qu'il entraîne), ou encore une base dépliable qui fragilise une partie du châssis une fois l'ordinateur ouvert. Des lacunes heureusement compensées par un écran IPS maîtrisé et convaincant, de bonnes performances dans l'absolue, un design relativement sobre et une connectique généreuse. Suffisamment pour convaincre ? Oui, mais pas entièrement, d'autant que le prix tutoie ici gentiment le seuil des 3000 euros. Nous estimons qu'ASUS devrait faire encore mieux pour ce budget.

Nous l'avons testé il y a peu, le ROG Zephyrus S (GX701GWR) est un portable de 17 pouces taillé pour le jeu et tout particulièrement pour l'eSport. A cette fin, ASUS se payait en septembre dernier (lors de l'annonce de l'appareil à l'IFA de Berlin) le luxe de lever le voile sur la dalle de 300 Hz qu'il intégrerait à son nouveau laptop gaming. Une première, dispensable pour beaucoup de joueurs, déjà heureux comme des coqs en pâtes avec du 144 Hz, certes, mais pertinente pour ceux qui cherchent à toucher du doigt le summum de la fluidité en jeu.

Vous adorez Fortnite, ne refusez jamais quelques frags sur CS: Go et vous ne commencez la semaine que par une partie d'Overwatch ? Aucun doute, vous êtes un mordu d'eSport et ASUS a en stock le médicament *hum* la machine qu'il vous faut pour pratiquer votre activité favorite en déplacement. Avec son ROG Zephyrus S, la marque sait exactement à qui elle s'adresse et a donc conçu son appareil de manière à parler aux fanas de framerate et d'expériences de jeu ultra-nerveuse.

Au delà d'une configuration matérielle alléchante, dotée (sur le modèle que nous avons testé en février) d'un Core i7-9750H (6 cores / 12 threads, cadencés entre 2,6 et 4,5 GHz ; 45 watts de TDP ; 12 Mo de cache), de 32 Go de mémoire vive (DDR4 2666 MHz) et d'une carte graphique NVIDIA GeForce RTX 2070 (couplée à 8 Go de GDDR6 et overclockée à 1440 MHz), le Zephyrus S dispose d'une dalle 1080p de 17,3 pouces pouvant atteindre une fréquence d'affichage de 300 Hz sur les titres compatibles. Véritable point fort de l'appareil (en dépit d'une luminosité un peu juste dans certains cas) cette dalle mate est capable d'un temps de réponse de 3 ms et profite d'une certification Pantone pour un calibrage colorimétrique valable. Elle couvre ainsi à 100% le spectre de couleurs sRGB. De quoi assurer à vos contenus et jeux une bonne qualité d'image, avec des couleurs fidèles.

Le jeu en 1080p, sans concessions

Ainsi équipé le laptop d'ASUS se montre doué à peu près en tout, capable en montage, et très efficace en jeu. En 1080p (définition native de l'écran), la machine se plaît à animer à plus de 60 FPS la quasi totalité des titres récents, avec tous les détails poussés à leur niveau maximum et le ray tracing activé, pourtant très gourmand. Mais c'est toutefois avec les jeux orientés eSport que l'appareil se montre le plus pertinent, grâce à son écran et ses 300 Hz. Si la liste des jeux compatibles est encore relativement réduite (certains nécessitant même de tricher un peu avec les réglages pour parvenir à atteindre ce cap), la fluidité permise ici est proprement grisante et saura parler aux connaisseurs.

La contrepartie de ces performances de haute volée prend comme souvent la forme d'une chauffe importante et d'un système de dissipation aux abois. Le ROG Zephyrus S semble ainsi privilégier le refroidissement de la partie GPU au détriment du processeur, dont la température à tendance à s'envoler en jeu comme en calcul. Cela se traduit par une ventilation bruyante qu'il faudra compenser par le port (quasi obligatoire) d'un casque. Rien de très handicapant dans les faits, d'autant que la chose est très commune sur ce type de machines, et que rares sont les laptops gaming à éviter ces déconvenues... tout du moins à l'heure où nous rédigeons ces lignes.

Une autonomie correcte

Autre défaut que pratiquement tous les laptops gaming ont en commun : une autonomie faiblarde. Si le Zephyrus S est loin d'être un bon élève en la matière (la puissance de ses composants n'a pas que des avantages), force est d'admettre que l'on a vu pire. En clair, tablez sur 4 heures sur batterie en utilisation bureautique et multimédia, et sur près de 5 heures en lecture vidéo. Rien de renversant, mais toutes proportions gardées, c'est correct.

Attention par contre à ce que nous considérons comme le seul vrai défaut du laptop (mais c'en est un gros). Le clavier est ici très mal positionné (tout au bas du châssis) et de type chiclet. Les touches sont très plates, la course assez courte et la position de frappe vraiment perfectible. Il ne faudrait pourtant pas grand chose pour améliorer l'expérience : un repose poignet comme celui proposé par le ZenBook Pro Duo ferait l'affaire, mais en l'état tenez vous le pour dit : le Zephyrus S n'est pas nécessairement plaisant pour travailler sur une longue durée.

Comment choisir son laptop ASUS ?

TN, IPS, OLED : quelle dalle privilégier pour mon futur PC portable ?

Essentiels sur laptop, les écrans servent à tout : travailler, jouer, regarder des films et séries, échanger en visio... Face à cette multiplicités des usages, il convient de trouver la bonne dalle, celle qui mettra tous ces contenus en valeur. La bonne nouvelle c'est que le marché du PC portable s'est considérablement amélioré sur ce terrain ces dernières années, et ce sur presque tous les segments, y compris l'entrée de gamme à condition de ne pas se jeter sur les premiers prix.

Tandis que les écrans HD se raréfient progressivement au profit de la Full HD et des définitions supérieures (1440 ou Ultra HD), les constructeurs de laptops se montrent petit à petit plus exigeants sur les dalles choisies pour leurs appareils. Plus lumineuses, mieux calibrées et contrastées, elles permettent un gain considérable en qualité d'image et contribuent à améliorer l'expérience globale d'un ordinateur portable.

A l'heure actuelle, le marché laptop a principalement recours à trois types de dalles. Le plus souvent, les produits récents misent sur des dalles IPS, capables d'une bonne luminosité, d'une restitution fidèle des couleurs et d'un contraste valable. C'est par exemple à partir de cette technologie qu'Apple produit ses dalles Retina, mais de très nombreux constructeurs misent également sur elles pour proposer une bonne expérience visuelle sans trop impacter le prix final puisqu'elles restent relativement abordables.

Les dalles TN sont pour leur part souvent utilisées pour les appareils pensés pour le jeu. Si ces dernières souffrent souvent d'une restitution des couleurs moins fidèle, elle peuvent profiter d'un contraste important et se montrent surtout très efficaces en termes de temps de réponse et de rafraichissement. Si vous cherchez avant tout un écran très réactif, vous pouvez opter pour du TN en surveillant tout de même ses spécificités et tout spécialement le temps de réponse (exprimé en ms) et le taux de rafraîchissement (exprimé en Hz).

Viennent enfin les dalles OLED. Ces dernières, très populaires sur smartphones et de plus en plus utilisées sur le marché du téléviseur, ont l'avantage d'une excellente restitution colorimétrique et d'un contraste infini. Deux éminentes qualités contrebalancées par une luminance maximale moins importante que certaines dalles LCD, et une propension au marquage lorsqu'un image fixe reste affichée trop longtemps. Autre désavantage : leur coût... ce qui ne les réserve qu'aux produits haut de gamme. On en trouve ainsi de plus en plus sur des laptops à plus de 3000 euros, souvent lorsqu'ils se destinent aux professionnels, notamment. Elles sont alors bardées de certifications diverses (100% SRGB, 100% DCI-P3...) et profitent dans certains cas du HDR. Ce dernier reste malheureusement pour l'instant mal supporté par Windows, ce qui rend sont intérêt assez limité sur PC.

Qu'attendre de l'autonomie en 2020 ?

Tout aussi cruciale sur laptop, peut-être même encore plus que l'écran pour certains utilisateurs, la question de l'autonomie est évidemment à prendre en compte au moment de l'achat d'un nouvel ordinateur portable.

Il convient malgré tout de tenir compte du type de laptop auquel nous avons affaire afin de ne pas demander à un laptop gaming la même autonomie que celle permise par un ultraportable. Le nombre d'heures sur batterie pourra alors plus que doubler d'un cas à l'autre.

Il est toutefois possible de tirer des grandes tendances. À l'heure actuelle, la majorité des ultraportables de 13 à 14 pouces (Apple MacBook Pro / Air, Dell XPS 13, Acer Swift 7, Lenovo Yoga C940...) tiennent le plus souvent une petite dizaine d'heure sur batterie avant de demander une prise secteur. Une autonomie généreuse qui permettra d'être vraiment mobile et de travailler en déplacement une journée complète avant la recharge.

Les appareils un peu plus sédentaires de 15 à 17 pouces (Lenovo IdeaPad, HP Pavilion, Acer Swift 3 et 5, ASUS ZenBook, Dell Inspiron...) parviennent à tutoyer les 6 à 8 heures d'autonomie, tandis que les laptops gaming (cancres en la matière à cause de leurs composants très gourmands en énergie) peinent à dépasser les 5 heures dans le cadre de tâches légères. En jeu, il n'atteindront d'ailleurs que rarement le seuil des 2 heures... et au prix de performances castrées sur batterie.

Reste enfin les ultraportables équipés de processeurs ARM, dont l'autonomie peut en théorie dépasser le cap des 12 heures. Ces derniers sont toutefois encore rares sur le marché, leur adoption étant relativement timide dans les gammes des constructeurs, et leur performances encore sujettes à caution. Notons toutefois que Qualcomm n'est pas décidé à lâcher le morceau, notamment avec son récent Snapdragon 8cx et qu'Intel mise aussi sur des processeurs à très basse consommation (x86 cette fois) avec sa future gamme Lakefield, dotée d'une architecture similaire au BIG.little d'ARM. Affaire à suivre donc.

À quels processeurs et cartes graphiques ai-je affaire ?

Vaste question que celles des composants ! Nous essaierons de faire court... et simple. Sur laptop, les processeurs et cartes graphiques dédiées sont optimisés de manière à réduire au maximum la consommation électrique, afin d'impacter le moins possible l'autonomie. C'est tout particulièrement le cas sur les ultraportables, qui profitent de processeurs à basse voire très basse consommation : comme les Core « U » et « Y » de chez Intel. AMD mise aussi sur ce genre de produits avec ses APU Ryzen « U » et la firme vient d'ailleurs d'annoncer de tout nouveaux processeurs pour laptop, enfin capables de rivaliser pleinement avec l'offre d'Intel. Ces puces visent avant tout un bon rapport performances / autonomie et affichent rapidement leurs limites dans des activités demandant trop de puissance de calcul.

Les processeurs pour laptops gaming n'adoptent pas vraiment la même approche, et privilégient essentiellement les performances à l'autonomie, sans trop chercher à faire de compromis. Comme nous l'évoquions plus haut, les activités possibles sur batterie s'en trouvent fortement limitées et l'autonomie largement réduite. Ces processeurs (Intel « H » et AMD « H ») permettent néanmoins d'excellentes prestations en jeu et en calcul, ce qui laisse plus de champ aux utilisateurs ayant besoin de puissance.

Côté GPU, trois tendances se dessinent sur ordinateurs portables. Sur l'essentiel des appareils pensés avant tout pour la mobilité les constructeurs se content d'iGPU. Il s'agit de parties graphiques intégrées directement au sein du processeur. Modestes en termes de performances, elle se chargent de l'affichage et peuvent ponctuellement servir pour du montage vidéo léger ou de la retouche photo occasionnelle. Il ne faut cependant pas leur en demander beaucoup plus et elles s'avèrent par ailleurs très limitées en jeu.

Viennent sur les machines plus performantes ou dotées d'un format un peu plus conséquent des cartes graphiques dédiées à la bureautique et au multimédia (NVIDIA MX, par exemple). Nettement plus véloces que des iGPU, elles permettent une meilleure polyvalence, mais ne suffisent pas pour des tâches lourdes demandant un effort important du GPU. Ces puces dédiées se montre ainsi peu efficaces en jeu.

Sur les machines pensées pour le gaming (et certains laptop orientés vers le monde Pro ou les utilisateurs exigeants, comme les Surface Book, par exemple) sont proposées des cartes graphiques dédiées nettement plus véloces (et gourmandes en énergie). De ce côté, le monopole de NVIDIA est pour l'instant total ou presque. Il vous faudra choisir à l'heure actuelle entre des GTX 16XX et des RTX 20XX. Les premières sont souvent proposées sur les appareils pensés pour la productivité et les ordinateurs portables gaming abordables, tandis que les GeForce RTX sont intégrées aux machines plus coûteuses et pensées pour jouer sans véritable concession. Le prix de ces machines aura toutefois tendance à grimper très vite en fonction des composants choisis.

Modifié le 14/11/2020 à 14h05
0
0
Partager l'article :
Haut de page