Comparatif 2019 : quel ultrabook pour la rentrée ?

21 août 2019 à 16h25
0
Le choix de la rédac
Le plus original
Le plus raisonnable
Dell XPS 13
+ Design ultra compact très séduisant
+ Bon équilibre entre autonomie et performances
+ Excellent rapport qualité / prix
Lenovo Yoga C930
+ Un design convertible que Lenovo maîtrise
+ Autonomie au poil et bonnes performances
+ Stylet inclu avec l'appareil et judicieusement dissimulé dans son châssis
ASUS VivoBook S14
+ Un prix contenu pour une machine efficace
+ Bonne fiche technique sur le segment de l'ultraportable à moins de 500 euros
+ Autonomie très convenable
Quel processeur ? Ecran tactile utile ou pas ? On vous explique !

Processeurs basse consommation : plutôt Intel Core U ou Y ?


On retrouve deux principaux types de processeurs sur le marché des ultrabooks, les Intel Core « U » et « Y », qui cohabitent tous deux dans les familles de Core i5 et i7. Il convient pourtant de bien faire la différence pour ne pas être déçu par les performances de sa machine.

Soucieux de proposer aux constructeurs des puces à très basse consommation (pour privilégier coûte que coûte l'autonomie, ou permettre des design ultra fins et fanless, comme sur le Swift 7), Intel déploie depuis plusieurs années ses processeurs « Y ». Basés sur deux cores seulement et cadencés à des fréquences basses par défaut, ces CPUs se montrent suffisants pour des usages basiques (bureautique, surf sur le net, lecture vidéo). Il ne sont en revanche pas du tout adaptés à des tâches plus lourdes comme du montage vidéo par exemple.

Sans vraiment se montrer redoutables en la matière, c'est là que les cores « U » d'Intel entrent en jeu. Ces derniers sont pourvus, la plupart du temps, de quatre cores et huit threads, profitant de fréquences nettement plus élevées. Au prix d'un processeur plus gourmand en Watts - et donc plus sujet à la chauffe - on parvient donc à des performances supérieures, permettant des usages plus variés et même des tâches lourdes sur certaines références.

Pour bien choisir son processeur, il convient donc de réfléchir en premier lieu à l'usage que l'on aura d'un laptop... Avant de passer à l'achat.

Ecran tactile : utile ou pas ?


Souvent proposées sur les ultraportable haut de gamme, parfois par défaut, les dalles tactiles permettent d'interagir avec son ordinateur en touchant directement du doigt les différents éléments de l'interface Windows 10.

Pratiques, si l'on veut, les écrans tactiles ne se montrent réellement pertinents que sur les machines 2-en-1 (dont l'écran peut se détacher du châssis pour être utilisé en tablette) ou « réversibles », comme le Lenovo Yoga C930, abordé dans ce comparatif.

Pour les terminaux plus classiques, cette option est rarement utile. Le Swift 7 aurait par exemple pu s'en dispenser. Dans les faits, l'écran tactile n'apporte donc pas grand chose de probant à l'utilisateur au quotidien.

Windows Hello et l'identification biométrique :


Fréquemment disponible sur Laptop, l'identification par empreinte digitale ou reconnaissance faciale via Windows Hello permet d'ouvrir une session sur son ordinateur, exactement comme on déverrouillerait un smartphone. Un vrai bonheur pour qui est habitué à taper un code PIN (ou un mot de passe traditionnel) pour accéder à Windows 10.

La bonne nouvelle ? Même sur les appareils entrée de gamme, les capteurs d'empreintes digitales ont tendance à se généraliser sur le marché des ultrabooks. Preuve en est, le Swift 1 d'Acer, proposé dès 399 euros, en embarque un.

La reconnaissance faciale met en revanche un peu plus de temps à se faire une place significative sur le marché... Et ce pour une simple raison : elle nécessite une bordée de capteurs reliés à la Webcam, pour une connexion sécurisée (à la manière de ce que propose Apple avec FaceID depuis l'iPhone X). Dans bien des cas, la course aux bordures amincies autour de l'écran a raison de ce système. C'est assez regrettable.

Notons néanmoins que certains modèles montrent l'exemple, comme le Surface Laptop 2 de Microsoft. Sans surprise, l'écran IPS du terminal arbore donc d'imposantes bordures, et un look un tantinet dépassé en 2019. Une fois encore, entre design et praticité au quotidien, il faudra choisir !


Quel ordinateur ultraportable choisir pour travailler en voyageant ou voyager en travaillant ? Clubic vous propose une sélection de sept ordinateurs taillés sur mesure pour vos velléités nomades.

Inenvisageable il y a encore quelques années, trouver un ordinateur de la taille d'un cahier d'écolier, à peine plus épais qu'un smartphone, est désormais devenu monnaie courante. Depuis quelques temps, les grands noms du marché rivalisent d'ingéniosité pour commercialiser des ultraportables toujours plus portables, plus légers et plus fins. Les progrès réalisés sur les processeurs, en termes d'efficacité énergétique, permettent aussi d'avoir des appareils polyvalents, performants et capables de tenir la charge (en théorie) toute une journée de travail.

Compagnons rêvés des voyageurs invétérés, des professionnels perpétuellement sur la route, ou simplement des amateurs de machines aux designs léchés, les ultrabooks deviennent peu à peu incontournables sur le marché. Pour y voir plus clair, voici un assortiment de machines ultra compactes, aux fiches techniques racoleuses. Pour vous proposer ce comparatif, nous avons parcouru le net à l'affût des dernières références en matière de portabilité, et avons sélectionné les modèles connus et reconnus par nos confrères et nous-mêmes. Certains des appareils présentés ici ont d'ailleurs été directement testés dans nos colonnes ces derniers mois.

Pour organiser cette sélection au mieux, nous avons privilégié la notion de rapport équipement / prix, mais aussi la dimension esthétique de ces appareils. Vous trouverez donc un panel d'ultraportables proposés dès 400 euros pour certains, et dont les tarifs flirtent gentiment avec la barre des 2 000 euros pour d'autres. Notez enfin que le marché du laptop étant par essence volatile, nous nous attacherons à réactualiser cet assortiment au gré des évolutions du marché et des nouveaux modèles lancés.

L'entrée de gamme efficace : Acer Swift 1 (SF114-32-P8FR) proposé dès 369 €


Acer Swift 1 (SF114-32-P8FR).jpg


Les plus
+ Rapport qualité / prix proprement imbattable
+ Bel écran IPS Full HD
+ Châssis en aluminium
Les moins
- Seulement 64 Go de stockage sur le modèle de base
- Un processeur Intel Pentium assez lent... mais suffisant en bureautique
- Clavier agréable, mais doté de touches trop petites pour certains doigts
Il y a presque deux ans, Acer lançait son nouveau Swift 1 : un laptop de 13,3 pouces équipé de composants basiques, mais pourvu d'une dalle IPS 1080p et d'un châssis en aluminium... Le tout pour un prix de lancement inférieur à 400 dollars. Plus soigné que ce que l'on trouve habituellement sur l'entrée de gamme, l'appareil nous avait tapé dans l'œil.

Il en va de même pour sa nouvelle mouture, qui peut cette fois encore s'enorgueillir d'un rapport qualité prix imbattable... À condition de fermer les yeux sur quelques limites, inhérentes à son placement tarifaire. Avec son Swift 1 SF114-32-P8FR, Acer nous livre une petite machine qui a tout d'une grande. On retrouve une dalle IPS 1080p, qui passe pour l'occasion à un format 13,9 pouces, mais qui profite d'un calibrage supérieur à celui proposé par le passé sur cette gamme ; un châssis en aluminium brossé (proposé en différents coloris) ; un clavier chicklet confortable, cette fois rétroéclairé ; une connectique généreuse (1 HDMI, 2 USB 3.0, 1 USB 2.0, 1 USB-C, 1 prise Jack 3,5, 1 lecteur de cartes SD) ; et une autonomie copieuse allant tutoyer le seuil des dix heures dans bien des cas.

Les limites de l'appareil, car il y en a, sont à chercher dans le châssis. On y trouve un processeur Intel Pentium Silver N500, 4 Go de mémoire vive et seulement 64 Go de stockage (eMMC). L'ensemble de ces composants est soudé à la carte mère (ce qui empêchera toute possibilité de mise à jour matérielle par l'utilisateur) et réserve le Swift 1 à un usage bureautique et/ou multimédia léger. À noter qu'une version un peu mieux pourvue de l'appareil existe (Swift 1 SF114-32-P0Z5). Équipée de 256 Go, elle est affichée à un tarif conseillé de 499 euros sur le catalogue d'Acer. Dans les faits, on la trouve régulièrement à près de 450 euros sur le net.

L'avis de Clubic :


Pour moins de 400 euros, Acer livre une machine fort bien équipée. Si ses composants modestes le limite avant tout à un usage bureautique, son autonomie, sa dalle 1080p et sa compacité pourrait faire de ce terminal le compagnon idéal de vos voyages.

L'ultraportable étudiant par excellence : ASUS VivoBook S14 (S412UA), dès 499 €


ASUS VivoBook S14.jpg


Les plus
+ L'écran Full HD
+ La possibilité d'ajouter de la mémoire vive via un slot laissé vacant
+ Le Core i3 sur une machine à moins de 500 euros
Les moins
- Seulement 128 Go de SSD sur la version de base
- Un châssis en plastique
- Peut mieux faire sur le contraste et la luminosité de la dalle
Testé dans nos colonnes en avril dernier, le ZenBook 14 d'ASUS est une alternative intéressante au Swift 1 d'Acer pour les utilisateurs en quête d'un peu plus de puissance. Proposé à partir de 499 euros, le laptop d'ASUS cible avant tout les étudiants et les jeunes au budget serré.

Pour ce prix, le terminal arbore une dalle Full HD de 14 pouces ; un clavier rétroéclairé (complété du NumPad, le trackpad d'ASUS capable d'afficher un pavé numérique) ; 4 Go de RAM (extensibles jusqu'à 12 Go, précise la marque sur la page officielle du produit) ; 128 Go de stockage en SSD 2,5 pouces ; une connectique convenable (1 HDMI, 1 USB 2.0, 1 USB 3.1, 1 USB 3.1 Type-C, 1 Jack 3,5 mm) ; et un Core i3-8145U (deux cores / quatre threads, fréquences comprises entre 2,10 GHz de base et 3,90 GHz en boost, et 4 Mo de cache).

Côté autonomie, le VivoBook S14 fait un peu moins bien que le Swift 1 d'Acer présenté précédemment. Logique, son processeur est plus performant et tire donc plus sur la batterie. On peut toutefois compter sur un peu plus de huit heures d'autonomie avec cette variante i3. Cela reste très suffisant pour mener à bien une journée de travail.

Le véritable compromis sur cet appareil vient des matériaux composant le châssis : il faut ici se contenter d'une coque en plastique moins qualitative et surtout moins solide que de l'aluminium. Lors de notre test du produit, nous avions également noté un petit manque de contraste et une luminosité un peu juste pour l'écran. Rien de rédhibitoire, encore moins sur une machine à ce prix.

L'avis de Clubic :


Le VivoBook S14 est une valeur sûre. A moins de 500 euros, il propose un excellent rapport équipement / prix, avec un écran 1080p, un Core i3 parfait pour la bureautique ou le multimédia, et une autonomie convenable, le tout dans un format suffisamment compact pour être facilement transporté dans le sac d'un étudiant. Le fait que l'on puisse aussi upgrader la mémoire vive est un atout non-négligeable.

Le polyvalent : HP Envy 13 (2019) disponible à partir de 988,90 €



HP Envy 13 (2019).jpg

Les plus
+ Un écran IPS 1080p lumineux et contrasté
+ Une belle capacité de stockage pour à peine plus de 1000 euros
+ De bonnes performances pour un prix correct
Les moins
- Un écran lumineux, certes, mais très sensible aux reflets
- Certaines touches un peu petites sur le clavier
- Pas de reconnaissance faciale via Windows Hello... mais un capteur d'empreintes (tout de même !)
Il fait peut-être moins parler de lui qu'un XPS 13 ou un Swift 7, mais le Envy 13 (2019) de HP parvient à s'imposer lui aussi comme une option à étudier de très près sur le marché de l'ultrabook. Pour séduire, l'appareil peut notamment mettre en avant son autonomie, son design léché et ses mensurations.

Véloce, bien équipé, élégant et compact, le nouveau Envy 13 de HP a tout ce qu'il faut pour faire des ravages. Ce produit a par ailleurs le bon goût de proposer une fiche technique flatteuse pour un rapport équipement / prix des plus raisonnables. Contre 1 049 euros (tarif recommandé, dans les faits il est possible de trouver le Laptop moins cher sur le net), le Envy 13 s'arme d'une dalle IPS Full HD très lumineuse (plus de 700 cd/m2 de luminance), d'un Core i5-8265U (quatre cores / huit threads, 1,60 / 3,90 GHz, 6 Mo de cache), de 8 Go de RAM et de 512 Go de stockage. Une aubaine sur un marché qui peine souvent à proposer plus de 256 Go dans cette gamme de prix.

Le placement tarifaire du Envy 13 et sa fiche technique racoleuse ne sont pas ses seuls atouts, et c'est tant mieux. Le PC peut ainsi se targuer d'une épaisseur d'à peine 15 mm et d'une autonomie approchant sans mal les neuf heures en usage polyvalent. Sa connectique, par ailleurs, est convenable avec deux ports USB 3.0 Type A, une entrée Type-C, un lecteur de cartes micro-SD et un jack 3,5 mm.

L'avis de Clubic :


Avec son Envy 13, HP confirme son retour dans le cercle finalement assez fermé des ultraportables de haute volée. Son prix raisonnable et raisonné permet à ce produit de briller face à la concurrence féroce d'un XPS 13, notamment. On a hâte de voir ce que le constructeur américain pourra nous proposer l'année prochaine sur cette gamme en pleine renaissance.

L'alternative : Microsoft Surface Laptop 2, dès 989,99 €


Microsoft Surface Laptop 2.jpg


Les plus
+ Très bel écran tactile
+ Reconnaissance faciale via Windows Hello
+ Look atypique avec revêtement en alcantara
Les moins
- Le prix
- La connectique limitée et datée (pas d'USB-C)
- Un design qui n'a pas évolué depuis 2017
Initiée en 2017, la gamme Surface Laptop s'est rapidement fait une place solide dans l'offre matérielle de Microsoft. Esthétique, performant, doté d'un superbe écran tactile et d'un revêtement en alcantara pour le moins original, l'ultraportable de la firme de Redmond compte parmi les rivaux du XPS 13 de Dell ou du MacBook 13 d'Apple... Pour un prix qui commence à se faire sentir.

Avec la seconde itération de son produit, lancée en fin d'année dernière, Microsoft ne réinvente pas la recette du Surface Laptop, mais peaufine l'ensemble. On retrouve donc ce qui avait fait le succès de l'appareil à ses débuts, à savoir un design qui ne saurait renier les canons de la gamme Surface, un revêtement classieux en alcantara (tissu italien doux au toucher), un format compact et un écran tactile « PixelSense » de 13,5 pouces au format 3:2 (pour une définition de 2 256 par 1 504 pixels et 201 ppp).

Cette année, Microsoft fait surtout évoluer les composants internes de son ultraportable. La version la plus entrée de gamme de l'appareil troque donc son petit Core m3 pour un Core i5-8250 U, nettement plus performant. Le CPU est épaulé au minimum de 8 Go de RAM (contre seulement 4 Go auparavant sur le modèle le plus abordable) et 128 Go de SSD. Revers de la médaille, l'addition est plus salée qu'en 2017, puisqu'il faudra dépenser au moins 1 150 pour se payer les faveurs du Surface Laptop 2.

Difficile toutefois de ne pas faire mention des nombreuses réductions appliquées régulièrement par les revendeurs tiers. À l'heure où nous rédigeons ces lignes, Amazon et Rue du Commerce proposent par exemple cette version du Laptop à près de 930 euros. Autre alternative : se rabattre sur les Surface Laptop de première génération. Massivement déstockés, ils profitent de tarifs alléchants, y compris sur le Store officiel de Microsoft.

Pour le reste, l'appareil dispose d'un clavier tout bonnement délicieux à la frappe, d'une autonomie confortable (plus de 8 heures sur batterie) et de haut-parleurs (dissimulés sous le clavier) diffusant un son étonnamment bon pour une machine de ce gabarit. Attention toutefois, la connectique du Surface Laptop 2 est chiche (1 USB 3.0 Type-A, 1 mini-DisplayPort, 1 Jack) : pas de Type C ou de lecteur de cartes SD en vue...

L'avis de Clubic :


Le Surface Laptop sera probablement la machine de ceux qui ne veulent pas l'ordinateur de monsieur tout le monde. Le terminal est en outre une offre solide sur le haut de gamme et propose en option des composants plus puissants (mais aussi plus de stockage) pour qui est prêt à investir de manière plus conséquente. On regrette en revanche que Microsoft n'ait pas du tout fait évoluer son design depuis 2017, la chose s'en ressent notamment sur les bordures de l'écran, un peu épaisses pour les standards actuels. En contrepartie, nous héritons par contre de la reconnaissance faciale.

Le choix de la rédac : Dell XPS 13 (2019), à partir de 1049 €


Dell XPS 13  (2019).jpg


Les plus
+ L'excellent rapport qualité / prix
+ Autonomie généreuse
+ De bonnes performances quelle que soit la configuration choisie
Les moins
- Un design qui commence (un peu) à vieillir
- La connectique entièrement USB-C
- Un écran qui manque de luminosité en extérieur
Testé par nos soins il y a peu, le XPS 13 de Dell fait office de référence incontournable sur le segment des ultraportables, et ce depuis des années. Sa variante 2019 est, ni plus ni moins, l'un des produits les plus compacts et les plus séduisants du marché à l'heure où nous rédigeons ces lignes.

Nous parlons ici du modèle de XPS 13, que nous avons testé. Il s'agissait alors de la mouture i7 de l'appareil, mais Dell propose d'autres options, dont un combo Core i3-8145U / 4 Go de RAM / 128 Go de SSD permettant au terminal de passer à 1 128 euros prix catalogue. Un tarif que Dell rabote même jusqu'à 949 euros en ce moment, sur son site officiel.

Pour ce qui est du modèle i7 plusieurs configurations existent (pour des prix qui varient alors grandement), mais notons que pour 1 728 euros (tarif recommandé) le XPS 13 est en mesure d'embarquer un écran IPS 1080p de 13,3 pouces non tactile, un Core i7-8565U (quatre cores / huit threads, 1,80 / 4,60 GHz et 8 Mo de cache), 16 Go de RAM et 512 Go de SSD. De quoi faire pas mal de choses avec l'appareil, même si l'absence de GPU dédié le limitera à de la bureautique, du multimédia et du montage vidéo léger, ce qui n'est pas forcément un problème sur ce type de machine.

Le XPS 13 en lui-même profite d'une très belle qualité de finition (en débit d'un design qui n'a pratiquement pas bougé ces trois dernières années), d'une autonomie généreuse allant jusqu'à neuf / dix heures en usage polyvalent et d'une connectique axée sur deux ports Thunderbolt 3, un port USB-C 3.1, un lecteur micro SD et une prise Jack (un adaptateur vers de l'USB type-A est fourni).

L'avis de Clubic :


Le problème avec le XPS 13 c'est qu'il n'a pas de gros défauts qui tâchent. Il s'agit d'une très bonne option pour les amateurs de mobilité, et ce même dans le cadre d'un usage professionnel. Difficile par ailleurs de ne pas saluer l'approche de Dell qui propose des configurations accessibles à la carte sur son site officiel. On peut ainsi choisir l'appareil qui convient le mieux à ses besoins, tout en conservant l'enveloppe ultra compacte du terminal... L'un de ses plus beaux atours.

Un peu de folie : Lenovo Yoga C930, à partir de 1059 €


Lenovo Yoga C930.jpg


Les plus
+ Un concept d'appareil convertible que Lenovo maîtrise sur le bout des doigts
+ Le (petit) stylet dissimulé près de la charnière
+ Son autonomie impériale
Les moins
- Adieu le charme de la charnière mécanique
- Un prix trop élevé au vu de sa fiche technique
- La qualité sonore sans plus de la "barre de son" intégrée dans la charnière
Lenovo poursuit son histoire d'amour avec le genre ultraportable. Le constructeur chinois, très présent en Europe depuis un peu moins de dix ans, est parvenu petit à petit à proposer des laptops très appétissants entre 1 000 et 1 500 euros. Après son Yoga 920, lancé en fin d'année 2017, la firme revenait à l'IFA 2018 avec le Yoga C930, son successeur. Disponible depuis l'automne dernier, l'appareil corrige les (petites) lacunes de son aîné et livre une prestation attrayante, originale... Mais coûteuse, puisque accessible seulement à partir de 1 499 euros.

Pour le modèle de cette année, Lenovo laisse notamment tomber son emblématique charnière mécanique. Superbe, cette dernière ne proposait aucune fonctionnalité particulière. Un point auquel le constructeur a voulu remédier, nous a-t-on expliqué l'été dernier, sur le salon allemand. Le Yoga C930 passe donc sur un système de charnière plus classique, mais cette dernière embarque désormais des haut-parleurs dans une petite « barre de son », et laisse un emplacement libre sur le châssis pour intégrer un stylet vendu avec le terminal. Une bonne nouvelle, puisque le concept même de l'appareil (réversible et donc pliable sur lui-même pour être utilisé en « tablette ») fait appel à un écran tactile et aux fonctions proposées à cet effet par Windows 10.

De manière plus terre à terre, le Yoga C930 embarque a peu près tout ce que l'on est en droit d'attendre d'un produit qui se positionne de plain-pied dans le haut de gamme. On retrouve donc une dalle tactile Full HD de 13,9 pouces, un Core i5-8250U, 8 Go de RAM et 256 Go de SSD. La connectique se veut pour sa part minimaliste mais suffisante sur ce segment, avec deux ports USB-C Thunderbolt 3, un port USB 3.0 Type-A et un port combo micro / casque. Soulignons enfin une autonomie proprement bluffante qui s'étire à près de 12 heures en usage mixte. De quoi faire toute sa journée de travail et se mater un film dans le RER en rentrant du boulot.

L'avis de Clubic :


La gamme Yoga 9xx est une affaire qui marche chez Lenovo. Le constructeur parvient année après année à peaufiner une recette qui fonctionnait déjà très bien au départ... Et qui fonctionne donc encore mieux maintenant. On regrette simplement que les innovations consenties, notamment en termes de design, aient un impact sur la facture. À 1 500 euros, le Yoga C930 est sensiblement plus cher qu'un Envy 13, qui propose des composants équivalents et plus de stockage.

Du coté de la pomme : Apple MacBook Air (2018), à partir de 1099,99 €


Apple MacBook Air 2018.png


Les plus
+ Le design signé Apple
+ Autonomie correcte approchant les 8 à 9 heures
+ Le Laptop le « moins cher » du lineup Apple
Les moins
- Le prix élevé pour une configuration faiblarde
- Peu de stockage sur le modèle de base
- Un core i5 peu performant
Lancé en fin d'année dernière, le MacBook Air 2018 s'illustrait surtout par un design lorgnant fortement sur celui du MacBook Pro 13 et un prix souvent jugé trop élevé par la presse. En se contentant d'un processeur dual core, l'appareil s'affiche depuis quelques semaines à un prix légèrement raboté. Son gabarit et son placement sur le marché le rend pour le moins difficile à ignorer dans notre sélection.

Avec Apple, les choses sont d'ordinaires assez simples en matière d'options. Le MacBook Air 2018 suit cette logique et a le mérite de se décliner en deux versions seulement. Toutes deux profitent d'une configuration assez semblable puisque seule la quantité de stockage change. On débute ainsi à 1 249 euros pour une dalle Retina (2 560 x 1 600 pixels), un Core i5 dual core (Core i5-8210Y) cadencé entre 1,6 et 3,6 GHz, 8 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage en SSD. Pour un 256 Go de SSD il faut passer à 1 499 euros, mais le reste de la fiche technique ne change pas. Côté connectique, l'appareil se limite par ailleurs au strict minimum : deux ports Thunderbolt 3 USB-C plaqués sur son flanc gauche.

Apple oblige le rapport composants / prix est donc loin d'être favorable à ce laptop, avec un stockage très chiche sur cette gamme de prix et un processeur peu performant, mais il faut mettre dans la balance l'apport de l'écosystème proposé par la marque à la pomme, ainsi que le plaisir d'utilisation de macOS. Si Microsoft s'est bien rattrapé avec Windows 10 après le semi-fiasco Windows 8, l'expérience utilisateur sur les ordinateurs d'Apple reste de haute volée et suffit à justifier (en partie et pour une frange seulement d'utilisateurs) le prix du ticket d'entrée dans cet univers à part, qui cultive farouchement sa différence.

Notons enfin qu'Apple a choisi d'intégrer à son nouveau MacBook un clavier papillon. Célèbre, mais pour les mauvaises raisons, ce dernier a beaucoup fait parler de lui pour les nombreuses pannes dont il est victime sur les MacBook Pro 13 et 15. Lorsqu'il fonctionne, il faut néanmoins admettre qu'il se révèle très agréable à utiliser au quotidien, avec une frappe sèche et une course des touches particulièrement courte.

L'avis de Clubic :


Depuis la suppression du MacBook Air d'ancienne génération (qui commençait sérieusement à dater) et du MacBook 12 pouces, le MacBook Air 2018 est seul en lice sur l'entrée de gamme d'Apple en termes de Laptop. Si l'on ne veut pas dépenser presque 2 000 euros pour un MacBook Pro correctement équipé, l'appareil est la seule option pour profiter des délices de macOS en mobilité. Il faudra néanmoins se contenter d'un Core i5 peu performant et d'un stockage très limité sur le modèle à 1 249 euros. Reste qu'il présente un bel écran et une configuration qui, pour autant, suffira aux utilisateurs les moins demandeurs en puissance, et aux étudiants.

Le roi de la finesse : Acer Swift 7 à partir de 1900 €


Acer Swift 7 2019.jpg


Les plus
+ Superbe écran IPS tactile (avec bordures microscopiques)
+ L'ordinateur le plus fin du marché et de loin
+ Belle autonomie
Les moins
- Un châssis assez fragile qu'il faut prendre en compte
- Le format un peu déroutant du TrackPad (tout en longueur)
- Les performances limitées du Core i7-8500Y
Véritable prouesse d'ingénierie, le Swift 7 (2019) parvient à pousser la quête de finesse à un niveau que l'on avait du mal à imaginer, même dans nos fantasmes les plus fous. L'appareil a toutefois deux gros inconvénients : son processeur est assez peu puissant... Et son prix, lui, est violent !

En lançant, comme l'ancien modèle, son Swift 7 (2019) à 1 900 euros, Acer prend un risque. Celui d'être placé au même niveau ou presque qu'un MacBook Pro 13 d'Apple sur le plan tarifaire. Les deux appareils n'ont pourtant pas grand chose à voir. Par rapport à son concurrent fruité, le Swift 7 peut se targuer de mensurations jamais vues auparavant (10 mm d'épaisseur seulement et à peine plus de 800 grammes sur la balance), mais doit s'incliner sur le plan des performances, malgré une fiche technique tout à fait honorable.

Le Swift 7 peut notamment compter sur une dalle IPS Full HD de 14 pouces, 8 Go de RAM (ou 16 Go pour le modèle à 2 000 euros), et 512 Go de SSD. La partie processeur est cependant confiée à une puce très basse consommation Intel Core i7-8500Y (deux cores / quatre threads ; 1,50 / 3,90 GHz ; 4 Mo de cache). L'avantage ? Ce processeur consomme peu d'énergie, il peut donc se dispenser de système de refroidissement actif. En clair, le Swift 7 n'embarque aucune ventilation. Le silence en cours d'utilisation est donc absolu. Revers de la médaille, ce Core i7 dual core ne peut rivaliser avec les performances d'un processeur à quatre cœurs de lignée « U », comme les Core i5 / i7 proposés sur le MacBook Pro ou même le XPS 13 de Dell, présenté précédemment.

Ceci étant dit, la finesse ultime de l'appareil et sa légèreté en font un compagnon de voyage tout bonnement remarquable (en dépit de la robustesse discutable du châssis), d'autant plus que l'autonomie est à la hauteur avec huit à neuf heures relevées en lecture vidéo. La connectique pour sa part s'axe sur deux ports USB-C Type-C 3.1 Gen.2 et une prise casque (un adaptateur débouchant sur port USB Type-A 3.0, un port HDMI et un port USB Type-C est fourni).

L'avis de Clubic :


Si vous aimez la finesse, que vous n'avez pas besoin de beaucoup de puissance, et que votre budget est suffisant pour vous permettre une folie, le Swift 7 d'Acer est probablement la machine qui vous permettra de faire sensation en société. En exploitant au pied de la lettre le concept d'ultraportabilité, Acer nous livre un appareil pétillant et intéressant à bien des égards.

Notre processus de sélection des produits


Nous réalisons chaque comparatif avec la même minutie et la même méthodologie. Nous passons quatre à cinq heures à analyser les caractéristiques et les avis des produits disponibles en France.

À la suite de cela, nous sommes en possession d'une liste d'une quinzaine de produits. Nous les testons ou, lorsque ce n'est pas possible, nous étudions les avis argumentés de sites faisant autorité.

Les meilleurs produits ayant un atout à faire valoir sont ainsi présentés dans ce comparatif.
Modifié le 22/08/2019 à 09h46
Cet article vous a été utile ?
1 réponses
2 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
scroll top