La NASA utilise les données européennes pour étudier l'impact des séismes à Puerto Rico

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
14 janvier 2020 à 15h06
0
tremblements de terre Puerto Rico NASA
Déplacements de terrain suite au tremblements de terre. La ville de Ponce est marquée par une étoile.

À la suite d'une séquence intense de tremblements de terre impactant l'île de Puerto Rico, le satellite radar européen Sentinel-1A a survolé le site. L'étude des données met en évidence les déplacements de terrain.

Tremblements à répétition

Passés inaperçus dans une actualité internationale chargée, une impressionnante suite de tremblements de terre a touché l'île de Puerto Rico entre le 5 et le 12 janvier. Après une première série qui a culminé avec une secousse d'une magnitude de 6,4 (échelle de Richter) le 7 janvier, plus d'une dizaine d'autres ont été ressenties. Le Sud de l'île et la ville de Ponce sont particulièrement touchés avec des coupures d'eau et d'électricité importantes. Les conséquences sont amplifiées par le fait que la région se remet encore durement du passage de l'ouragan Maria en 2017, qui a détruit de nombreuses infrastructures et en a fragilisé d'autres.


Réaction rapide

Outre l'urgence concernant les populations, il y a aussi une importance à comprendre scientifiquement le phénomène, pour pouvoir évaluer les dommages sur le terrain, identifier l'origine exacte et les effets de ces séismes. Pour répondre à ces besoins, lors de catastrophes de cette envergure, le « Earth Science Disaster Program » de la NASA a été activé, et les services d'imagerie disponibles dans le monde entier (commerciaux et institutionnels) sont mis à contribution pour fournir des services gratuitement.

Les satellites Copernicus ont donc réagi et un passage du satellite radar Sentinel-1A au-dessus de l'île, le 9 janvier, a permis de comparer les images actuelles avec des relevés du 28 décembre. Un second passage est prévu ce 14 janvier.

Analyser et comprendre

Les équipes scientifiques ont d'ores et déjà pu observer des changements : le sol s'est en effet déplacé jusqu'à 14 centimètres vers le sud-ouest, alors que la séquence de tremblements de terre n'était pas terminée !

Combinées, les données vont permettre de réaliser des analyses très précises, évitant de nombreuses études sur le terrain. En outre, d'autres satellites de la NASA, de l'ESA et même d'entreprises privées (comme ceux de Planet) vont documenter ces événements et aider les autorités. Le concours de ces infrastructures permettra notamment d'étudier les zones sans éclairage public ou sans électricité, et d'identifier toutes les zones fragilisées.

Source : NASA
Modifié le 14/01/2020 à 15h06
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Twitter signale le billet de Trump menaçant de tirer sur les émeutiers
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Trump signe un décret sur les réseaux sociaux, mais que contient-il ?
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
5G : le Royaume-Uni veut une alliance de 10 pays pour contrer les équipementiers chinois comme Huawei
Le vaisseau Starship de SpaceX est homologué par la FAA
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
scroll top