La réalité virtuelle s'invite à l'entraînement des secouristes de catastrophes

01 avril 2019 à 07h42
0
CICR and Virtual reality

Un jeu vidéo en réalité virtuelle développé par la Croix-Rouge internationale (CICR) à Bangkok plonge les secouristes dans une scène d'identification après une catastrophe naturelle.

Photos de famille ou téléphone portable retrouvés au fond d'une poche, tatouages : comment identifier les centaines de victimes lors d'une catastrophe ? Un jeu vidéo en réalité virtuelle permet d'apprendre à adopter les bons réflexes et vient d'être testé pour la première fois sur des experts de la police scientifique thaïlandaise. 

Une formation en réalité virtuelle


L'objectif est de collecter des preuves d'identité sur des lieux de catastrophe naturelle. À l'aide d'un casque de réalité virtuelle et de joysticks, Chanika Sookreang saisit son équipement de police scientifique et les différents objets qui se trouvent autour d'elle : housse mortuaire, appareil photo, pochettes plastique pour glisser papiers et objets personnels des victimes.

Elle continue ainsi d'avancer entre les corps, au milieu d'une ville en ruine pour prendre des photos des tatouages et des visages. Les autres policiers présents à la formation voient la progression sur un grand écran.

Entraînement réalité virtuelle catastrophes

L'importance de la collecte d'informations


« Quand les secouristes laissent derrière eux les objets personnels des victimes comme les téléphones ou les cartes d'identité (...) l'information est perdue à tout jamais », explique Ivett Kovari, une experte en médecine légale du CICR. « Ce que vous ramassez sur le terrain est crucial pour l'identification ».

L'utilisation du jeu vidéo dans la formation permet de mettre les apprenants dans des conditions réelles. Pour les formateurs, c'est un moyen de voyager plus léger sans les lourds mannequins encombrants, mais aussi de toucher un plus large public.

« Les formations dans des salles de classe c'est très bien, parce qu'on peut mettre ses collègues dans des sacs de morgue, sentir le poids du mort... Dans la simulation, on est en apesanteur, mais ce qu'on peut ajouter ce sont les facteurs de risques, comme la présence d'un animal ou des câbles électriques qui pendent », explique Christian Rouffaer, le chef de l'unité « réalité virtuelle » du CICR.

Avec son équipe, ils ont travaillé avec Ivett Kovari pour rendre le « jeu » le plus réaliste possible. Elle a ainsi demandé à ajouter des détails rencontrés en situation réelle, comme un rat qui surgit au moment où l'on retourne un cadavre ou un bras qui se détache pendant une opération de secours, car « c'est ce qui peut se passer dans la réalité » précise-t-elle. « Même quand on recrée une scène de catastrophe lors de nos formations, cela reste très stérile et propre ». Cette simulation permet ainsi de plonger les apprenants dans un univers chaotique au plus proche de la réalité.

0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Salto, la réponse des chaînes TV françaises à Molotov et Netflix sera lancée début 2020
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Biocarburant : les vols long-courriers bientôt tous concernés ?
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Nintendo va lancer une manette Switch inspirée de la Super Nintendo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top