Mars Helicopter, l'hélicoptère autonome de la NASA, est prêt à voler sur la planète rouge

Benoît Théry Contributeur
03 septembre 2019 à 15h12
0
NASA hélicoptère rover
© NASA

Certains rêvent de marcher sur la planète Mars, d'autres veulent y voler. C'est ce que l'hélicoptère conçu par la NASA, qui est prêt à partir pour la planète rouge, ambitionne de faire.

Prévu pour la mission Mars 2020, l'hélicoptère sera le premier appareil (mais pas le dernier) à survoler le sol d'une autre planète.

« Aussi léger que possible »

La photo communiquée par la NASA présente l'appareil en train d'être fixé sur le « ventre  »du rover dont il dépendra, dans les laboratoires de Pasadena (Californie). Cet emplacement doit permettre de protéger l'hélicoptère des débris martiens, le temps que le rover amorce sa descente sur la planète rouge. Pendant ce temps, l'hélicoptère sera encapsulé : il ne sera détaché du rover et déployé que lorsque les équipes auront trouvé un terrain favorable pour des tests de vol. À priori, cette zone devrait se trouver au niveau du cratère de Jezero, la destination du rover.

L'hélicoptère en question est un appareil à double rotors et alimenté par des panneaux solaires. Son poids n'est pas connu, mais les scientifiques ont cherché à le rendre aussi léger que possible. Mimi Aung, responsable du projet, explique : « L'altitude record pour un hélicoptère volant dans l'atmosphère terrestre est de 40 000 pieds (environ 12 000 mètres). Mais l'atmosphère de Mars est beaucoup moins dense que celle de la Terre : lorsque l'on se trouve à la surface de Mars, c'est comme si l'on se trouvait à 100 000 mètres d'altitude dans notre atmosphère. Pour réussir à voler dans une atmosphère aussi peu épaisse, il faut tout contrôler pour être à la fois le plus léger et le plus puissant possible ».

Voler sur quelques centaines de mètres

Pour les scientifiques, le « Mars Helicopter » représente une mission à haut risque, mais dont le bénéfice est tout aussi important : si sa mission est un succès, cela ouvrira la faisabilité de missions aériennes sur Mars. Pour Mimi Aung, il s'agit de « prouver qu'un vol autonome et contrôlé peut être réalisé dans l'atmosphère extrêmement ténue de Mars ».

Pour cela, cinq vols sont prévus, avec des distances toujours plus importantes à chaque fois. Le premier consistera simplement à élever l'appareil d'environ trois mètres, et de le maintenir à cette hauteur pendant environ 30 secondes. Les dernières étapes devront l'emmener sur quelques centaines de mètres, pendant un temps allant jusqu'à 90 secondes. L'ensemble devrait être effectué sur une période d'un mois.

Si les expériences sont concluantes, les missions aériennes constitueraient un avantage important pour le repérage et l'exploration de Mars. Selon Thomas Zurbuchen, administrateur associé à la NASA, « la possibilité de voir ce qu'il y a derrière la prochaine colline est crucial pour les futurs explorateurs. Nous avons déjà des vues surprenantes de Mars, depuis sa surface et depuis son orbite. En ajoutant la dimension procurée par un « Mars-coptère », on ne peut qu'imaginer ce que les futures missions pourraient accomplir ».

Source : NASA
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top