Le moteur de recherche Bing aurait été bloqué en Chine

Nathan Le Gohlisse Contributeur
24 janvier 2019 à 14h45
0
bing

Nouveau coup dur en perspective pour Bing, le moteur de recherche de Microsoft. Après avoir été pointé du doigt en début de mois pour afficher de la pédopornographie dans ses résultats, voilà qu'il pourrait avoir été bloqué en Chine... et ce en dépit des engagements de Microsoft à respecter la censure imposée par le gouvernement chinois en matière de recherches sur le web.

Rapporté mercredi par le Financial Times (via Gizmodo), ce blocage de Bing aurait, selon deux sources contactées par le média, été demandé directement par le gouvernement chinois pour des raisons encore troubles. China Unicom, la société télécom pilotée par le gouvernement, aurait été chargée dans la foulée de rendre effectif le ban du moteur de recherche américain, apprend-on.

Microsoft, l'un des derniers géants américains encore tolérés en Chine


Contacté par Gizmodo, un porte-parole de Microsoft a confirmé que Bing est bel et bien « inaccessible en Chine pour le moment », ajoutant que la firme s'active pour « déterminer quelles sont les prochaines mesures à prendre ». Nous n'en saurons pas plus.

Microsoft était jusqu'à présent l'un des derniers géants américains du web à avoir encore droit de cité en Chine, alors que Google lui-même avait été contraint de quitter l'Empire du milieu en 2010. Une décision qui avait d'ailleurs fait l'objet d'échanges houleux avec le gouvernement chinois à l'époque.

Poject Dragonfly : Google tente une nouvelle percée en Chine


Comme le rappelle The Verge, près de 10 ans après son abandon du marché chinois, Google aurait pourtant en tête de s'y refaire une place. A cette fin, le géant californien développe en sous-marin le Project Dragonfly, une version modifiée de son moteur de recherche capable de se plier aux exigences du gouvernement en termes de censure.

Une décision stratégique vivement critiquée par les équipes mêmes de la firme, qui adressaient en novembre dernier une lettre ouverte appelant à un arrêt du développement de ce projet, dont les modalités précises sont gardées secrètes par Google.

Signée par près de 700 employés, cette missive a par la suite été commentée par Sundar Pichai, CEO de Google. L'intéressé a pour sa part défendu le Project Dragonfly, arguant qu'une version censurée du célèbre moteur de recherche, spécialement pensée pour la Chine, valait mieux qu'une absence pure et simple de Google sur ce marché. Ce moteur de recherche calibré pour ne pas froisser le gouvernement chinois ne serait toutefois pas encore prêt à être lancé « pour le moment », précisait Sundar Pichai lors de son passage devant le congrès américain en novembre.
Modifié le 24/01/2019 à 15h05
12 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top