Essai du BMW iX3 : l'offensive électrique de Munich

15 mars 2021 à 12h30
9
Soufyane Benhammouda pour Clubic

En attendant l’arrivée de l’iX, BMW se lance dans le segment des SUV électriques avec le iX3, la version totalement électrifiée du SUV éponyme. Mais ce n’est pas toujours dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures, comme en témoignent des choix techniques à contre-courant.

BMW a été l’un des premiers constructeurs à proposer une voiture électrique dans sa gamme avec la i3, sortie en 2013. Mais la marque de Munich s’est peu à peu détournée du segment, préférant développer une gamme complète d'hybrides rechargeables. Mais si ces dernières ne sont pas encore inquiétées par les normes gouvernementales, l’heure de l’électrification totale est proche. Et en attendant l’arrivée de l’inédit BMW iX, le constructeur allemand a décidé de lancer le iX3.

Directement dérivé du BMW X3, le SUV compact électrique suit la trajectoire initiée par ses concurrents naturels. Comme le Mercedes EQC qui est une version électrifiée du GLC, ou l’Audi e-tron qui reprend la plateforme MLB Evo du Q8, le BMW iX3 repose sur la plateforme CLAR du SUV. Le challenge était donc de taille pour les ingénieurs, qui ont dû intégrer toute la motorisation et le réseau électrique dans un véhicule imaginé initialement pour recevoir des moteurs thermiques. A la différence, donc, de l’architecture technique GEN5 entièrement dédiée aux électriques qui équipera le prochain BMW iX.

Il ne fait pas la course à la puissance

Sous sa robe partiellement retouchée pour se démarquer du BMW X3 thermique, le iX3 embarque une batterie de 80 kWh, dont 74 kWh de capacité nette, d'un poids total de 518 kg. L’ensemble alimente un seul moteur électrique arrière de 286 ch (210 kW) pour 400 Nm de couple. Un choix étonnant, quand la concurrence s'arme de deux moteurs électriques et d’une fiche technique autrement plus généreuse pour déplacer plus de deux tonnes.

Et si le BMW iX3 est le moins lourd des trois avec une masse de 2 260 kg, il ne peut rattraper son déficit de puissance : ses rapports poids/puissance (7,9 kg/ch) et poids/couple (5,65 kg/nm) sont bien plus élevés que ceux de ses concurrents. Il faut compter sur 5,88 kg/ch avec le Mercedes EQC, alors que l’Audi e-Tron 50, le moins avantagé, affiche un ratio de 7,57 kg/ch. Mais rappelons toutefois que cette dernière offre aussi le choix avec la version 55 de 408 ch pour 664 Nm (6,10 kg/ch).

Le BMW iX3 n’est donc pas un foudre de guerre sur la route, et s’éloigne de l’image de marque parfaitement cultivée depuis des années par Munich. Les accélérations sont franches - c'est le bénéfice de la motorisation électrique - mais la poussée se lisse rapidement, si bien qu’on n’a jamais la sensation d’être collé au siège. Ce qui se confirme devant le chronomètre, avec un 0 à 100 km/h en 6,8 secondes et des reprises de 80 à 120 km/h mesurées par nos soins à 4,80 secondes (mode confort) ou 4,52 secondes (mode sport).

Les 400 Nm ne font pas de miracles donc, bien que BMW semble convaincu du contraire en annonçant un 80-120 km/h en 2,5 secondes, soit près d’une seconde de mieux que le Mercedes EQC.

Des consommations plutôt raisonnables

Cette configuration ne résulte donc pas tant d’une contrainte pondérale ou d’un manque de place à l’avant que de sempiternelles raisons financières. Mais elle montre son intérêt en matière de consommation, avec des résultats tout de même satisfaisants. A un train de sénateur sur le réseau secondaire, où le iX3 se montre agréable à conduire avec un amortissement assez doux, la consommation s’est stabilisée à 21,6 kWh/100 km lors de notre essai. Ce qui met à sa portée une autonomie de 343 km dans ces conditions.

En toute logique, il ne faut pas espérer conserver ce rayon d’action quand le rythme augmente, où on profite de son équilibre. Mais s’il se montre dynamique, il pourrait laisser sur leur faim les connaisseurs des produits BMW : le poids se fait rapidement sentir en cas d’excès. En ce point, il ne diffère pas du X3 thermique, conçu pour plaire à un maximum de monde.

Sur autoroute, la consommation s’envole et l’autonomie dégringole. Rien d'illogique, mais là encore, le BMW iX3 ne fait pas partie des mauvais élèves. A la vitesse constante de 130 km/h sur un trajet de 195 km, nous avons relevé une consommation de 25,8 kWh/100 km. Ce qui correspond à une autonomie totale de 287 km.

La consommation est raisonnable, mais l’autonomie pourrait causer quelques sueurs froides dans certaines régions de France où le réseau de recharge rapide Ionity, dont BMW peut profiter, est inexistant.

Une recharge rapide qui tient ses promesses

D’autant que comme toujours, il faudra forcément s’arrêter à la borne avant la panne sèche, et ôter le câble de recharge à 80 % de charge pour ne pas se voir surfacturer les 15 kWh restants. Car en France, le réseau Ionity continue de facturer la recharge à la minute plutôt qu’a l’unité consommée. Et la puissance de recharge DC de 150 kW annoncée par le constructeur est ici un avantage, tant en matière de confort pour réduire les temps d’arrêt que pour le portefeuille. 

C’est à la station sur l’aire de Parcé sur Sarthe Nord que nous avons branché le BMW iX3 avec 20 % de charge et 62 km restants d’après l’ordinateur de bord. La puissance maximale (54 kW) a été atteinte en seulement quelques secondes, avant de redescendre à 45 kW. La courbe a ainsi chuté graduellement jusqu’à 40 kW de puissance dès 80 % de charge, atteint au terme de 32 minutes de recharge. Ce qui nous a permis de récupérer 186 km d’autonomie. La chute est ensuite bien plus considérable avant d’atteindre 14 kW de puissance entre 99 % et 100 % de charge. Le plein complet aura donc demandé 53 minutes d'immobilisation.

Avec la carte BMW Charging et l’option Ionity Plus (abonnement mensuel à 13 € par mois), la minute de recharge est facturée 0,30 €. Ce qui revient dans notre cas à un coût total de 9,60 € pour recharger à 80%. Le plein complet est plus que jamais inutile ici avec une rallonge de 6,30 €, portant alors le prix de revient à près de 6,41 €/100 km, contre 5,16 €/100 km en se limitant à 80 %.

Bien que l’on constate une différence de 30 km entre ce qu’indique la jauge de charge du tableau de bord et l’autonomie théorique selon le relevé de consommation, les 290 km d’autonomie totale est à la portée du BMW iX3 sur autoroute. Mais il faudrait composer avec les trois-quarts de sa capacité, entre 5% et 80 % de batterie, soit près de 242 km en moyenne. Ce qui reste suffisant pour relier une borne Ionity à l’autre sur les longs trajets.

La présentation intérieure ne scintille pas

En cas d’inquiétude, on peut faire confiance au planificateur de voyage embarqué qui calcule automatiquement les arrêts tout en prenant en compte le temps de recharge pour aller jusqu’à la destination. Dès le lancement de la navigation, il peut aussi proposer l’itinéraire le moins énergivore pour atteindre le point d’arrivée le plus efficacement possible.

Si le système séduit, nous regrettons toutefois l’affichage du rayon d’autonomie parfaitement rond qui, s’il se montre précis au fur et à mesure de notre évolution, ne prend pas en compte la topographie et n’affiche pas d’isodistances. Déception aussi en matière de qualité graphique de la carte du GPS, qui peine à tenir tête à celle d’un Audi e-tron par exemple.

C’est sans doute l’une des traductions du choix de la simplicité voulue par BMW, qui n’a apporté aucune modification à l’habitacle. La planche de bord peut sembler vieillissante dans ce segment parfois trop inspiré par les films d’anticipation, mais on y retrouve vite ses repères avec un agencement déjà connu. Il n’y a guère que l’écran central tactile de 10,25 pouces, toujours trop éloigné, qui réclame un temps d’adaptation pour s’y retrouver dans les menus spécifiques de cette version électrique.

C’est ici que l’on peut sélectionner le mode de récupération d’énergie adaptatif (qui gère automatique le frein moteur ou non en fonction de la vitesse, du trafic et de la topographie), le système d’ambiance sonore IconicSounds Electric (aux notes musicales signées Hans Zimmer) ou les courbes de consommation d’énergie. 

Une habitabilité préservée

L’habitabilité ne diffère pas non plus des autres BMX X3 de la gamme. L’apparition de la batterie sans terres rares dans le plancher n’empiète pas à l’intérieur. Le coffre se montre à peine plus étriqué que sur les versions thermiques avec 510 litres (jusqu’à 1 560 litres) contre 550 litres. Mais l’espace est plus généreux qu’à bord de la version hybride rechargeable qui avoue 450 litres.

En revanche, nous regrettons l’absence de compartiment sous le capot avant : dénué de moteur, l’espace pouvait recevoir très facilement un volume de 100 litres supplémentaires, mais une durite placée au beau milieu empêche d’installer même le plus petit des caissons pour ranger les câbles.

Avec le iX3, BMW a voulu proposer une alternative électrique à sa gamme X3 et non pas un modèle dérivé camouflé sous une robe de concept-car. Tans pis pour la sensation de déjà vu, même s’il cultive sa différence avec quelques gimmicks qui lui sont propres, à l’image des boucliers retouchés, du diffuseur scindé en deux et de jantes spécifiques. Mais les possibilités de configuration ne sont pas riches, avec seulement trois teintes disponibles, un choix de jante par niveau de finition et une seule sellerie similicuir. C’est sans doute là le reflet des contraintes logistiques d’une production délocalisée dans l’usine Brillance en Chine, plutôt qu’une culture de la simplicité. 

Faut-il craquer pour le BMW iX3 ?

Le BMW iX3 a fait des choix techniques étonnants dans un segment où les gadgets électroniques, l’outrance stylistique et les chiffres de haut vol permettent de s’assurer une part du gâteau. Il apporte un vent de fraîcheur dans ce segment avec une puissance qui ne colle pas au siège, certes, mais suffisante pour l’usage auquel il est destiné.

L’absence d’un second moteur pourrait freiner les amateurs de transmissions intégrales sans liens mécaniques, mais cela permet de mieux maîtriser le poids. Bénéfices : les consommations et le comportement dynamique sont plus intéressants que sur les concurrents allemands. 

Inutile d’évoquer le prochain Tesla Model Y, dont la fiche technique fait déjà rougir le BMW iX3. En revanche, c’est en interne que le SUV bavarois pourrait faire face à son plus gros concurrent : le BMW iX. Imaginé dès le départ comme un véhicule électrique, il rattrapera son retard en matière technologique et stylistique.

Il proposera aussi une transmission intégrale et une autonomie pouvant toucher les 600 km d’autonomie. Soit autant de critères importants dans ce segment, où les choix simples conditionnés par une base existante ne peuvent se démarquer. On se demande ainsi s’il est raisonnable de signer aujourd'hui un chèque de près de 70 000 € pour un véhicule appelé à être démodé dès l’arrivée du iX.

Prix du BMW iX3

Le BMW iX3 se décline donc en deux versions Inspiring et Impressive. L’équipement est complet dès l’entrée de gamme avec le hotspot WiFi, la charge par induction des smartphones, les sièges chauffants, la connectivité sans fil, la suspension pilotée SelectDrive ou le radar de recul ParkAssist. La version Impressive apporte en plus les feux à LED, la commande par gestuelle, l’affichage tête-haute, la sono Harman Kardon et une présentation extérieure spécifique.

  • BMW iX3 Inspiring : 69 649,99 €
  • BMW iX3 Impressive : 76 349,99 €
  • Bonus écologique : 0 €

Fiche technique du BMW iX3

  • Dimensions L x l x h : 4,73 m x 1,89 m x 1,67 m
  • Empattement : 2,86 m
  • Volume du coffre : de 510 l à 1 560 l
  • Poids à vide : 2 260 kg
  • Nombre de places : 5
  • Roues/pneus : 245/50 R19 ou 245/45 R20
  • Moteur électrique : synchrone
  • Puissance : 286 ch / 210 kW
  • Couple : 400 Nm
  • Transmission : propulsion
  • Batterie : Lithium-Ion 400 V
  • Capacité brute de la batterie : 80 kWh
  • Capacité nette de la batterie : 74 kWh
  • Puissance de recharge AC monophasé : 7,4 kW
  • Puissance de recharge AC triphasé : 11 kW
  • Puissance de recharge DC : 150 kW
  • Temps de recharge sur prise domestique : 40 h
  • Temps de recharge sur wallbox 11 kW : 7h30
  • Temps de recharge DC (0 à 80 %) : 34 minutes
  • Consommations (WLTP) : 18,5 - 19,5 kWh/100 km
  • Autonomie électrique (WLTP) : 460 km
  • Consommation moyenne constatée : 23,1 kWh/100 km
  • Autonomie constatée : 320 km
  • 0-100 km/h : 6,8 s
  • Vitesse maximale : 180 km/h
Modifié le 15/03/2021 à 15h54
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
7
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Comparatif des meilleurs VPN (2021)
Meilleurs jeux mobiles gratuits : découvrez notre Top 10
Bon plan gaming : le casque filaire HyperX Cloud Alpha S disponible à moins de 100€
Genshin Impact : la version PS5 arrive le 28 avril avec plusieurs améliorations
Acer Nitro 5 : un PC portable gaming 17.3
Votre nouvelle Smart TV Samsung à moins de 30€ avec la fibre Bouygues Telecom
Mercedes dévoile EQS, sa berline électrique de luxe et ses 770 km d'autonomie
L'excellent casque Bose 700 profite d'une promo immanquable chez Cdiscount
Bon plan VPN : Top des bons plans à saisir chez CyberGhost, NordVPN et Surfshark
Amazon revendique 200 millions d'abonnés à Prime
Haut de page