Vehicle-to-Grid (V2G) : en quoi consiste le projet de recharge automobile testé par FCA à Turin ?

Arnaud Marchal
Par Arnaud Marchal, Spécialiste automobile.
Publié le 17 septembre 2020 à 07h30
V2G FCA

C’est en présence du ministre du Développement économique Stefano Patuanelli et des hauts fonctionnaires de la région du Piémont que Fiat Chrysler Automobile a inaugurée son nouveau projet V2G : Vehicle-to-Grid.

Ce projet est développé au sein de l'usine de Mirafiori et porté par une expérience purement italienne, menée de front par les trois entreprises leaders du marché de la recharge bidirectionnelle en Europe.

Qu’est-ce que le Vehicle-to-Grid (V2G) ?

Vehicle-to-Grid (V2G) signifie « du Véhicule au Réseau », renvoyant à une recharge bidirectionnelle. Avec le V2G, le véhicule, connecté au réseau électrique pour se charger peut également, à l'inverse, restituer une partie de l'énergie stockée dans le réseau.

La voiture sert alors de batterie de stockage qui permet d’alimenter le réseau électrique d’un bâtiment (bureau, maison, immeuble) ou le réseau d’électricité global (celui d’ERDF par exemple).

Le principal intérêt de ce système est de pouvoir gérer les fluctuations du réseau d’électricité, qu’il soit individuel ou collectif. Il pourrait donc être particulièrement utile avec les énergies renouvelables, comme le solaire photovoltaïque fonctionnant principalement la journée, pour assurer la restitution d'énergie en soirée, quand la consommation énergétique est plus importante.

Le véhicule sert donc ici de batterie tampon en stockant de l’énergie produite au cours de la journée et en la restituant le soir en se connectant au réseau. Mais pour que cela fonctionne, il faut que les véhicules électriques disposent d’une batterie suffisamment importante et d’un système de charge pensé et conçu pour être compatible.

V2G FCA Fiat 500

Le projet V2G à Mirafiori

Le projet inauguré par Fiat Chrysler Automobile dans son usine de Mirafiori s’inscrit dans cette démarche. Le constructeur italien veut devenir un acteur majeur de cette nouvelle technologie qui permet d’allier les avantages du véhicule électrique aux enjeux du stockage des énergies renouvelables.

Mais la charge bidirectionnelle ne peut fonctionner que si le réseau électrique et le véhicule électrique sont en mesure de communiquer. Les développements à venir devraient permettre de déployer à grande échelle cette nouvelle technologie.

Les trois acteurs, que sont FCA, Engie Eps et Terna, ont mis en place au sein de l’usine, dans le cadre de la première phase du projet, 32 bornes V2G capables de connecter 64 véhicules en charge bidirectionnelle. D’ici la fin 2021, la phase 2 de ce projet devrait permettre de connecter jusqu’à 700 véhicules.

Par Arnaud Marchal
Spécialiste automobile

Passionné d'automobile depuis toujours et d'informatique depuis l'Amiga 500 jusqu'à nos jours !

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
Yannick2k

Moi qui croyait que les batteries de voitures étaient faire pour faire avancer le véhicule :smiley:
mais recharger une voiture pour en restituer l’électricité… sans que la voiture en utilise, j’ai pas tout compris…

MAD5D

Moi j’ai du mal à voir ce que tu n’as pas compris…
Scénario :
17h ma voiture a 50% de batterie, je la recharge
18h je passe à 55%
19h tout le monde prend sa douche et met en route les radiateur électrique pour avoir 29 degrés + prépare à manger sur des plaque électrique, ma voiture se décharge pour fournir une aide et repasse à 50%
20h : c’est bon les gens repense à la facture d’électricité, ralentisse le chauffage et ma voiture se remet à charger et est à 55% et va continuer à recharge toute la nuit pour avoir 100%le lendemain matin

goofy9750

Ils ont juste oubliés le propriétaire de la voiture dans cette affaire…
Sa batterie va prendre des cycles et réduire sa durée de vie pour faire plaisir à un gestionnaire de réseau qui a mal anticipé la transition énergétique et qui a supprimé les abonnements favorable à la consommation de la nuit …

zoup01

oui c’est un peu ça…

sans oublier que pour charger ta voiture, il y a environ 10% de perte, pour restituer le courant continu de ta batterie vers le réseau, il va falloir passer au travers d’un onduleur qui a environ 95% de rendement, et que pour repasser ta batterie de 50 à 55%, tu aura à nouveau les 10% de pertes !!!

matt17

c’est un peu comme faire du va et vient entre 2 baignoires avec un seau troué :slight_smile:

BricoleurDuDimanche83

En fait c’est un nouveau moyen de gagner de l’argent… c’est une forme de trading énergétique ! Explication quand un fournisseur d’électricité produit : la production doit être absorbée par le réseau puis consommée par les clients finaux la boucle est bouclée cela se corse quand le/un responsable d’équilibre d’énergie commande trop et que les clients finaux ne consomment pas… il y a surplus donc il faut le vendre ou l’éliminer (perte) ou alors FCA pourrai l’acheter à bas couts et le revendre en prenant sa commission CQFD

Popoulo

Votre remarque illustre très bien cet engouement « écologique » pour ces VE.

cirdan

C’est pour ça que, pour que ce système fonctionne, il faudra des incitations fiscales : tarifs avantageux ou taxes réduites.
Je suppose (en tout cas j’espère !), que les concepteurs y ont pensé, sinon ça sera juste une initiative pour la galerie et la bonne conscience écologique.

Dimano

l’idée est plutôt de pouvoir injecter dans le réseau, via le stockage dans les batteries de véhicule, l’énergie produite au cours de la journée par les productions solaires/éoliennes par exemple…

Pour ne pas perdre cette énergie produite et non consommer, ils regardent la faisabilité du stockage à grande échelle par les VE.
Une fois stocker par les VE, cette énergie peut être redistribué dans le réseau.

Nmut

Fait quelques recherches sur la gestion de grid.
C’est juste exactement le même principe que les tarifs jour/nuit ou EJP, mais poussé plus loin.
Sur une journée, pendant quelques minutes ou heures, il y a des pics ou des creux de production très difficiles à réguler pour les producteurs et les gestionnaire de réseau avec des pertes énormes (production et consommation désynchronisées temporalement et géographiquement).
Si tous les proprios de batterie acceptent de fournir disons 5% de la capacité de leur batterie de VE ou du domicile au réseau, ça permet de lisser la charge de manière très efficace et rapide. Les compteurs communiquants sont justement là pour ça, ça permet de faire une facturation bidirectionnelle très précise, ou de la coupure sélective (on ne consomme plus du réseau sur demande de celui-ci en pompant pour le domicile sur une batterie, c’est une autre façon de faire équivalente). C’est du Win-Win, attendu que le gestionnaire du réseau y gagne, il est prêt a acheter ou fournir de l’électricité à prix intéressant pour les possesseurs de batteries qui acceptent le deal (voir les abonnement J/N ou EJP cités plus hauts).